Esprits Criminels ConceptForum - Le forum n°1 sur la série!


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 GUET-APENS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Tanlee
Agent Fédéral
avatar

Nombre de messages : 205
Date de naissance : 13/07/1980
Age : 37
Date d'inscription : 24/05/2008

MessageSujet: Re: GUET-APENS   Lun 5 Jan 2009 - 21:51

Merci à vous deux. Pour savoir si Reid s'en sort, il va falloir attendre encore un petit peu sourit_vert mais pas tant que ça puisque la fin est proche effectivement (il y a 24 chapitres !) sourit1

En attendant, voici la suite et avec elle le retour de Lyli, bref mais comment dire ? enragé ! diablo

Bonne lecture !


Chapitre 18

Les jours s'écoulèrent ainsi, entre deux prises de drogue, des échanges avec Elioth que Reid se forçaient à entretenir. Il s'affaiblissait de plus en plus et ne parvenait plus à se lever seul du matelas de sa cellule qu'il n'avait plus quittée depuis sa dernière entrevue avec Lyli. Il n'avait pas revu cette dernière d'ailleurs. Nathan veillait toujours sur lui et même si Reid ne lui adressait toujours pas la parole il acceptait ses soins ce qui semblait, pour l'instant, lui suffire. Reid finit par douter que sa stratégie ne fonctionne. Il savait qu'il ne tiendrait plus très longtemps. Les drogues affaiblissaient de plus en plus longuement ses capacités de raisonnement et son rapport à la réalité. Il avait de plus en plus de difficultés à mettre ses émotions et sa colère au placard face à la froideur dont pouvait faire preuve Elioth. Cependant, lorsqu'il vit Lyli penchée au-dessus de lui, le regard furibonde, un jour qu'il se réveillait d'une énième confusion provoquée par la drogue, il sut que sa stratégie avait porté ses fruits.
- Qu'est-ce que ça veut dire ?! Lui cracha-t-elle au visage avec virulence.

Reid savait de quoi elle voulait parler et même s'il ne se sentait tout petit face à Lyli, incapable de bouger, le corps épinglé au matelas par les drogues successives, il soutint son regard en silence. Curieusement, il n'avait pas peur. Lyli pouvait l'éventrer avec le couteau qu'elle brandissait devant lui sans qu'il ne parvienne à réaliser le moindre geste défensif mais il n'avait pas peur. Il se demandait même pourquoi elle ne l’avait toujours pas tué. Que cherchait-elle ? « je veux vous prouver que le meurtre comme exutoire aux souffrances intérieures comme vous le dite si bien est la seule réponse possible. Je vous le prouverai et vous y goûterez avant que je ne vous tue. » ces paroles que Lyli lui avait confiées un jour ressurgit dans l’esprit de Reid noyé par la drogue, et il en frémit intérieurement. Jusqu’où pouvait-elle aller ?
Face au silence de sa victime, Lyli devint plus rouge de colère encore.
- Pourquoi lui parler à lui et pas à moi !?
Reid s'entêta à lui opposer un silence. Elle lui donna un violent coup de pied dans les côtes. Reid sentit deux d'entre elle céder douloureusement sous l'impact. Il n’avait même plus la force de crier.
Cet élan de violence parut calmer Lyli et c'est d'un ton acéré qu'elle reprit :
- je comprends votre petit jeu minable docteur Reid mais il va vous coûter cher, très cher, dit-elle avant de tourner les talons et de claquer la porte de la cellule.
Quelques secondes plus tard, la lumière de sa cellule s'éteignit. Reid savait ce qui l'attendait à présent : le manque. Cependant, un pâle sourire flotta sur ses lèvres l'espace d'un instant : Il avait remporté cette manche sans rien lâcher.

@@@


Morgan pénétra dans l’antre de Garcia. Cette dernière était absente. Seul Ellie était encore devant l’écran d’ordinateur sur lequel elle poursuivait ses recherches jetant régulièrement des coups d’œil à celui montrant Reid en proie au manque. Pour l’instant, il dormait mais Morgan savait que ça ne durerait pas. La douleur finirait par le réveiller. Il chassa ses sombres pensées de son esprit – pour l’instant, il ne pouvait rien pour son collègue et se faire du mauvais sang pour lui ne l’aidait pas – et reporta son attention sur son ancienne collègue. Il avait dû mal à l’imaginer dans sa vie actuelle, loin des scènes de crime, mettant de côté ses compétences de profiler.
- alors que fais-tu au Mexique ? Lui demanda t-il

Elle eut un sursaut.
- désolé, je ne voulais pas te faire peur.
- il m’en faut plus, je te rassure. La fatigue je crois.
- où est Garcia ?
- elle est partie se reposer un moment.
- elle est plus raisonnable que toi. Depuis combien de temps n’es-tu pas rentrée ?
- et toi ?
Morgan se contenta d’un sourire avant d’ajouter :
- les canapés du bureau sont très confortables. Du nouveau ?
- non, les différentes planques d’Elioth sont des entrepôts pour la plupart, isolés, dans des zones industrielles à l’abandon. Rien qui nous indique où ils se terrent en ce moment.
- tu n’as pas répondu à ma question ?
- je suis serveuse dans un bar au Mexique et je fais de la plongée.
- sérieusement ?
- sérieusement… et quelque fois la police vient me chercher lorsqu’ils sont en difficultés sur une affaire.

Morgan sourit.
- non, reprit Elle, ne va pas t-imaginer que je vais reprendre du service. Mes interventions auprès de la police sont très ponctuelles.
- Tu dis ça maintenant.
- non je crois que je ne pourrais plus faire ce boulot à plein temps. C’est trop… c’est comme s’il me bouffait de l’intérieur. Maintenant que j’ai vu autre chose, que je sais pouvoir faire autre chose, je ne pourrais plus passer mes journées à analyser des scènes de crime.
- Et quels sont tes projets ?
- pour l’instant, être serveuse et faire de la plongée… bien que la plongée m’intéresse vraiment et pouvoir en vivre serait géniale, je ne sais pas sous quel forme, on verra. Et puis il y a Spencer… lui ne décrochera pas de ce boulot, pas tout de suite en tout cas… si on le retrouve…
- Qui est Emy Baxter ? la coupa Morgan qui sentit une infini tristesse l’embarrassée.
- un médecin qui a mis au point un traitement expérimental pour les chocs post-traumatiques.
- comment l’as-tu connue ?
- j’avais pris contact avec elle pour moi pour… mais mon cas n’était pas aussi désespéré que son traitement l’exigeait.
- et Reid ?
- pas tout à fait. Deux indications thérapeutiques doivent être réunies pour le débriefing in situ : la répétition du traumatisme et l’identification à l’agresseur.
- et pourquoi es-tu contre que Reid profite de ce traitement si…
- les risques sont très grands. Et toi, côté vie amoureuse ?

Morgan n’insista pas. Le sujet était clos pour Elle.
- c’est compliqué
- c’est toujours compliqué… Emily Prentiss ? ajouta Elle face au silence de son ancien collègue.
- comment... bafouilla le profiler gêné d’être ainsi percé à jour
- pas besoin d’être profiler pour voir vos regards qui se cherchent
Morgan haussa les épaules.
- on verra, ajouta t-il
- tu devrais l’inviter
- ce n’est pas vraiment le moment
- dans votre métier, il n’y a jamais de bons moments, il y aura toujours un crime ou un kidnapping, invite-la, répondit Elle écho des propres paroles de Morgan à Emily.
Morgan ne pu s’empêcher de noter qu’Ellie avait dit « votre métier » et non « notre métier ». Elle avait vraiment tourné cette page de sa vie. Il avait beaucoup de mal à le croire et à l’imaginer. Lui ne le pourrait pas. Pas encore. Peut-être un jour… Pourtant quand il imaginait son avenir, il ne le voyait pas en dehors des murs de ce bureau.

@@@


Il s'écoula une éternité de douleur. Reid perdit la conscience du temps, la conscience de l'espace et la conscience de son individualité. Il n'était plus qu'un corps agonisant. Le manque. D'abord des tremblements incontrôlables si forts qu'ils secouèrent jusqu'à ses os et faisait claquer ses deux côtes brisées. La respiration hoqueteuse, le souffle court, trop court – parfois il se sentait pouvoir se noyer dans sa propre salive – et puis les brûlures lancinantes, des crampes qui le faisaient se tordre, une voix aussi parfois. Éllie. Oui c'était Elle mais elle était trop loin alors il l'appelait. Il hurlait son nom. Mais il avait beau s'époumoner jusqu'à en déchirer sa voix, elle restait trop loin, elle s'éloignait même. Elle l'abandonnait. Comment aurait-il pu en être autrement ? Comment avait-il pu espérer une autre fin à leur histoire ? À quoi bon continuer à s'accrocher alors ? Reid commençait à lâcher prise, à laisser la douleur le submerger. Elle devint si insupportable qu'il hurla. Son cri se poursuivit bien après qu'il n'ait plus de voix pour l'exprimer.

@@@


Morgan, seul, dans le bureau, resta pétrifié face à l’écran. Incapable d’entreprendre quelque chose. D’ailleurs, il ne pouvait rien, il ne pouvait qu’entendre et voir. Voir Reid se tordre de douleur sous l’effet du manque. L’entendre hurler. Hurler de terreur. De souffrance. Hurler le nom d’Elle. Il en était liquéfié d’impuissance.
- Morgan… fit Prentiss en pénétrant dans le bureau, qu’est-ce que…
Elle ne put finir sa phrase lorsqu’elle réalisa d’où provenaient les cris. L’arrivée de la jeune femme tira Morgan de sa stupeur, il se leva.
- Emily, Emily, répéta t-il
- qu’est-ce qui lui arrive ? demanda-t-elle horrifiée
- le manque, je crois

Alors que Prentiss ne pouvait détacher son regard de l’écran, sous le choc, Morgan la tira hors de la pièce.
- Depuis quand il…
- je ne sais pas, je … écoute, Ellie est partie en pause, il ne faut pas qu’elle revienne maintenant, pas tant que… pas tant que Reid est dans cet état.
- qu’est ce que je vais lui dire ?!
- tu trouveras, je te fais confiance
- Morgan, elle a le droit de savoir
- Non, il ne faut pas qu’Elle voie ça
- que je voie quoi ?
Elle se tenait derrière Morgan le regard sombre, inquiète.
- Elle, va te reposer
- qu’est-ce qui se passe ? demanda t-elle en voulant rentrer dans le bureau
Morgan lui barra l’entrée.
- non Elle, tu ne devrais pas…
- qu’est-ce qui se passe ?
- Reid souffre du manque, faut pas que tu vois ça, il n’aurait pas voulu…
- laisse-moi passer !
- non
- Morgan laisse-moi passer où je te jure que…
- non Elle, hors de question.

Elle s’approcha encore. Morgan et elle n’était plus qu’à quelque centimètres l’un de l’autre.
- S’il te plaît ? lui demanda la jeune femme emplie de tristesse plus que de colère, j’ai besoin de savoir.
- tu vas le regretter, il…
- pas si tu es avec moi.
Morgan se contenta de hocher la tête avant de libérer le passage. Ellie ouvrit la porte.

@@@


Peu à peu, la gangue de douleurs qui cerclait Reid desserrait son étau. Elle le laissa lessivé, inerte sur le matelas. Même si son corps n'était plus capable d'un seul mouvement cohérent, sa force brisée, son esprit recommença à fonctionner et à mettre de l'ordre dans ses pensées. Le manque lâchait prise sur son cerveau qui recouvrait peu à peu son équilibre biochimique. Il ne sut combien de temps s'écoula avant que la porte de sa cellule ne s'ouvre. Un sursaut d'appréhension le traversa à l'idée de faire face à Lyli. Mais non. Ce fut la silhouette de Nathan qui apparut dans la lumière qui s'alluma brusquement. Plongé dans l'obscurité depuis si longtemps, Reid ferma les yeux tant la faible luminosité l'agressait. Il papillonna des yeux quelques instants pour tenter de s'habituer. Cependant, Nathan lui apparut trouble pendant un long moment encore. Ce dernier s'agenouilla à ses côtés, la mine réprobatrice.
- Vous ne devriez pas faire ça, s'encoléra le jeune homme, elle va finir par vous tuer. Lyli est très en colère et Elioth lui en veut beaucoup de lui refuser votre accès.

À cette nouvelle, Reid sourit intérieurement. Sa stratégie fonctionnait. Lyli était jalouse qu'il daigne parler à Elioth et non à elle. Des dissensions apparaissaient dans le groupe. Et avec elles, peut être un espoir.
- Et maintenant, poursuivit Nathan, c'est moi qui vais probablement devoir vous faire des injections.
Reid sentit la colère et le désarroi gronder dans la voix de Nathan. C'était le moment où jamais. Il avait vu juste : le gamin n'était pas complètement converti à la cause de Lyli. Comment en était-il arrivé là ? Reid frémit à l'idée qu'il avait échafaudée. Il espérait sincèrement se tromper.
- Comment ta mère est-elle morte ? Lui demanda-t-il à brûle pour point, la voix éraillée.
Le jeune homme s'arrêta nette dans son mouvement – il sortait une bouteille d'eau d'une sacoche – tout aussi stupéfait par la question que par le fait que le profiler lui adresse enfin la parole.
- Comment... Comment le savez-vous ? Se ressaisit Nathan.
- Ta mère ne t-aurait pas laissé entre les mains d'une personne telle que Lyli.

Nathan ne put soutenir le regard du profiler.
- Comment est-elle morte ? Répéta Reid en posant sa main sur celle de Nathan en signe de compassion mais la voix aussi ferme qu’il le pouvait.
- Un accident de voiture. Elle s'est fait renverser par une voiture il y a trois mois en arrière.
- Quand Lyli est-elle venu te trouver ?
Reid sentit Nathan trembler intérieurement. Ce dernier savait ou du moins il s'en doutait.
- Le lendemain de l'accident, murmura-t-il après un instant de silence.
Reid serra la main du garçon dans la sienne.
- Depuis quand le sais-tu ?
- Que Lyli a certainement tué ma mère ! ? ragea le jeune homme avant que ses épaules ne s’affaissent comme vaincu, Je l'ai compris assez rapidement.
- Alors pourquoi rester avec elle ?
- Parce qu'elle m'accepte pour ce que je suis.

Reid entendit dans le ton de sa voix que Nathan savait qu'il n'en était rien. Lyli était bien trop calculatrice pour se soucier d'un jeune homme tel que Nathan. Ce dernier se mentait à lui-même et restait avec Lyli par pur désarroi.
- Vous devriez boire, lui proposa Nathan pour briser la gêne entre eux.
- Merci oui.
- Depuis combien de temps suis-je en état de manque ?
Nathan parut gêné.
- On ne devrait pas, finit-il par dire, si vous me parlez à moi et pas à Lyli, ça va faire comme avec Elioth et je ne pourrais plus venir vous voir.
- J'en prends la responsabilité.
- Non, vous ne comprenez pas, si je n'avais pas pu venir vous voir pendant que vous étiez... Que vous étiez en manque, vous seriez mort. Lyli était tellement en colère qu'elle vous aurait laissé mourir de soif et du manque. Vous...
- Nathan, le coupa Reid, j'en prends la responsabilité. Fais-moi confiance.
- Vous ne savez pas à quoi vous vous exposez.
- J'en ai une vague idée.
- Non, non, vous ne savez pas. C'est de l'inconscience.
- Oui certainement... Alors depuis combien de temps suis-je dans cette cellule en proie au manque ?
- Cinq jours, se résigna Nathan.
Le visage de Reid s'assombrit. Il n'eut pas le courage de demander depuis combien de temps il avait été enlevé.

@@@


Dernière édition par Tanlee le Lun 5 Jan 2009 - 21:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanlee
Agent Fédéral
avatar

Nombre de messages : 205
Date de naissance : 13/07/1980
Age : 37
Date d'inscription : 24/05/2008

MessageSujet: Re: GUET-APENS   Lun 5 Jan 2009 - 21:51

La conférence avait duré deux heures. Bien que préoccupé, Gideon avait réussi à se concentrer. Malgré ce sentiment étrange d’avoir l’impression d’abandonner Reid à son sort l’espace d’une journée, il avait apprécié de sortir du bureau, de savoir qu’autour d’eux le monde existait toujours et de pouvoir penser à autre chose. C’était revigorant et lui redonnait même un peu d’espoir. Alors qu’Emy, Hotch et lui-même traversaient les couloirs de l’université d’Oxford pour rejoindre la voiture qui les mèneraient au jet, il aborda le sujet qui les avait poussés à faire la conférence :
- et vos travaux sur le débriefing in situ, où en sont-ils ?
- on a bientôt fini la phase d’expérimentation. Il nous manque deux cas pour clore l’étude.
- et les résultats ?
- on n’a pas encore analysé toutes les données mais il semblerait que le traitement fonctionne dans la moitié des cas.
- et dans l’autre ?

- Que se passe t-il ? leur demanda Emy en levant un sourcil interrogateur, Vous avez fait une excellente conférence comme d’habitude, mes étudiants étaient ravis mais vous n’étiez pas comment dire ?... aussi présents que d’habitude. Vous avez des ennuis professionnels ou privés ?
- parfois le professionnel rejoint dangereusement la vie privée, expliqua Hotch, il est possible que l’on ait besoin de vos services dans un futur que l’on espère proche
- le débriefing in situ ?
Hotch hocha la tête.
- pour un ami ?
- oui, un collègue
- Qui ?
- le docteur Spencer Reid
- je… je suis sincèrement désolé, je… je l’ai rencontré lors d’un séminaire. C’est un garçon brillant. Que lui est-il arrivé ?
- Il a été enlevé. Il est encore en vie mais…
- répond t-il aux indications thérapeutiques ?
- la répétition du traumatisme ? Oui
- et l’identification à l’agresseur ?
- pas encore mais il a été drogué et… enfin ça fait trois semaines maintenant, il commence à s’affaiblir.

- écoutez, je serais ravie de pouvoir vous aider croyez moi, mais j’espère sincèrement que vous n’en arriverez pas là. Le débriefing in situ comme vous le savez certainement se déroule sur le lieu même de l’agression et avant toute autre intervention médicale. Dans la moitié des cas pour laquelle le débriefing in situ ne fonctionne pas, il faut savoir qu’un quart des victimes meurt.
- pourquoi ?
- souvent à cause des affections médicales trop graves et que l’on n’a pas traité assez rapidement pour permettre le débriefing. Il faut que vous compreniez que parfois on fait le choix d’un débriefing in situ alors que des affections physiques non visibles sans examens médicaux sont présentes et la personne meurt de son affection.
- pourquoi est-ce si important de faire le débriefing avant tout examens médicaux ?

- il a été remarqué que les personnes qui subissent pour une deuxième fois une agression et surtout celles qui se sont identifiées à leur agresseur n’arrivent jamais véritablement à s’en sortir. Elles ne retrouvent jamais une vie normale, avec toujours une humeur dépressive, un risque d’addiction plus élevé, un fond d’anxiété, la difficulté à reprendre son travail et parfois, dans les cas les plus graves, une complète désocialisation. Il est apparu que le traumatisme de l’agression – la peur, l’impuissance, les humiliations subies – reste comme un poids dans l’esprit de la personne et plus le temps passe et plus il envahit sa vie, son quotidien. Les recherches ont montré que le traumatisme commence à se former dans les premières heures qui suivent l’agression, lorsque la victime n’est plus dans la situation de danger, de stress. Le débriefing in situ est une sorte de course contre la montre afin de dissoudre le traumatisme au plus vite avant qu’il ne soit trop important.

- Dans votre étude, vous avez dit que le traitement fonctionne dans 50% des cas ?
- oui, la différence entre les victimes qui ont subi un débriefing in situ et les autres est significative. Leur anxiété est moindre voire disparaît au bout de quelques temps, elles ne présentent pas d’affects dépressifs et préservent leurs relations sociales. Elles arrivent à donner un sens à ce qui leur est arrivé, ça ne reste pas un corps indissoluble, étranger dans leur esprit. Elles retrouvent une vie à peu près normale.
- avez-vous isolé des facteurs qui engendrent le décès des victimes suite au debriefing in situ ? demanda Hotch
- comme je vous l’ai dit, ce n’est pas le debriefing en lui-même qui provoque la mort mais des affections qui ne peuvent être détectées sans examen. Cependant, les victimes qui ont subi une longue séquestration, avec des privations importantes, qui ont été droguées, c’est-à-dire qui sont très affaiblies physiquement sont celles qui ont le moins de chance de survivre au debriefing.

Hotch ne put cacher son inquiétude à l’issu du tableau que venait de lui dresser le Dr Baxter et qui correspondait trait pour trait à la situation de Reid.
- Si je peux vous aider, je le ferais, ajouta le Dr Baxter devant le désarroi de Hotch, mais… j’espère que vous n’en arriverez pas à ce choix.
- oui nous aussi, merci Emy, fit Gideon alors qu’ils arrivaient à la voiture.
- tenez, lui dit-elle en lui tendant une carte, à ce numéro, vous pouvez me joindre quand vous voulez. Je serais en Virginie au plus vite si besoin. N’hésitez pas à m’appelez si vous le jugez nécessaire.
Hotch la remercia encore avant de fermer sa portière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
susy
Agent Fédéral


Féminin Nombre de messages : 227
Date de naissance : 04/08/1992
Age : 25
Localisation : vers nantes
Personnage préféré : prentiss et morgan
Loisirs : mangas cm et le japon le chant
Date d'inscription : 31/12/2008

MessageSujet: Re: GUET-APENS   Mar 6 Jan 2009 - 15:18

MERCI MERCI MERCI je n ai pa encor lu mai quand j ai vu qu il y avait du nouveau j ai crier tellement j etais contente!!!bon je vais lire la suite!!! faim1 sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
susy
Agent Fédéral


Féminin Nombre de messages : 227
Date de naissance : 04/08/1992
Age : 25
Localisation : vers nantes
Personnage préféré : prentiss et morgan
Loisirs : mangas cm et le japon le chant
Date d'inscription : 31/12/2008

MessageSujet: Re: GUET-APENS   Mar 6 Jan 2009 - 15:51

sa y est c lu ba toujours aussi passionnant donc vite la suite applaud sourit0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ninie76
Agent Fédéral
avatar

Féminin Nombre de messages : 159
Date de naissance : 28/02/1980
Age : 37
Personnage préféré : Reid
Date d'inscription : 06/06/2008

MessageSujet: Re: GUET-APENS   Mar 6 Jan 2009 - 18:46

Encore ENCORE ET ENCORE !!!! Bravo c'est trop bien ! Mais par contre s'il te plait fais nous une fin heureuse ! Moi j'aime pas les fins tristes surtout quand ça concerne Reid !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: GUET-APENS   Mar 6 Jan 2009 - 19:55

Vous avez passer combien de temps pour trouver et écrire tout ça ? study Un long moment, non ? super_enerv

En tout cas, CHAPEAU BAS !!! merci3
Revenir en haut Aller en bas
lolOw
Schizophrène
avatar

Féminin Nombre de messages : 6388
Date de naissance : 29/05/1992
Age : 25
Localisation : *Perdue dans les méandres de ma conscience philosophique et désespérée*
Personnage préféré : Morgan, JJ, Emily et Garcia
Loisirs : Cette case est désormais trop petite pour tout énoncer x)
Date d'inscription : 12/11/2008

MessageSujet: Re: GUET-APENS   Mar 6 Jan 2009 - 19:59

Ah une petite suite !
La seule fiction qui en a d'ailleurs ^^
Bah écoute , comme d'habitude , c'est très bien.
Continue comme ça ! Plus que 6 chapitres , c'est ça ?
Bientôt la fin alors..mais peut se passer plein de choses en 6 chapitres !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanlee
Agent Fédéral
avatar

Nombre de messages : 205
Date de naissance : 13/07/1980
Age : 37
Date d'inscription : 24/05/2008

MessageSujet: Re: GUET-APENS   Ven 9 Jan 2009 - 13:38

lolOw a écrit:
Ah une petite suite !
La seule fiction qui en a d'ailleurs ^^
Bah écoute , comme d'habitude , c'est très bien.
Continue comme ça ! Plus que 6 chapitres , c'est ça ?
Bientôt la fin alors..mais peut se passer plein de choses en 6 chapitres !

C'est clair en six chapitres il peut se passer plein plein de choses ! et ça va commencer dès le prochain par un petit retournement de situation ! angel

Par contre difficile de parler de la fin sans trop en dire ! Wink on va dire qu'elle est stressante et tendue, une sorte de course contre la mort, une fin à la Esprits criminels enfin j'espère. Peut-être pas tout à fait en fait parce que je crois que j'aborde un aspect qui n'est jamais vraiment traité dans la série même quand ça concerne les membres de l'équipe alors je prends un petit risque ! lol

Citation :
Vous avez passer combien de temps pour trouver et écrire tout ça ? Un long moment, non ?
j'ai écrite cette fic entre mai et septembre mais difficile de dire combien de temps j'y ai passé. En tout cas, beaucoup beaucoup de temps effectivement, mais j'adore écrire des histoires alors quand je n'écris pas sur Esprits criminels, j'écris d'autres choses !

Donc, comme vous l'avez compris, je triche un peu ! lol Ma fic est déjà écrite de A à Z et oui je connais déjà précisément la fin. Mais de toute façon je ne peux pas faire autrement parce que je trouve toujours de nouvelles idées en cour d'écriture ce qui m'oblige parfois à changer le début ou le milieu si je suis en train d'écrire la fin. Je suis incapable de me tenir à un synopsis ! Voilà pourquoi j'arrive à mettre des suites régulièrement. Bon vous le dites à personne ça reste entre nous hein ?! sourit_vert
Pour ma défense, je tiens quand même à préciser que je bosse un peu entre deux chapitres ! en les relisant avec le recul, je m'aperçois des horreurs, des phrases bancales ou incompréhensibles que j'ai pu écrire sur le coup ! y en a beaucoup plus qu'on peut le croire et ça prend du temps de les corriger !

Bon voilà j'ai fini de raconter ma vie, lol, en tout cas un grand thank_you2 pour vos retours ! Et la suite arrive Lundi comme la plus part du temps (c'est mon jour fixe de congé sourit1 ) et promis je mettrai les suites régulièrement surtout que les fins de chapitres vont être de plus en plus tendues ! diablo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
susy
Agent Fédéral


Féminin Nombre de messages : 227
Date de naissance : 04/08/1992
Age : 25
Localisation : vers nantes
Personnage préféré : prentiss et morgan
Loisirs : mangas cm et le japon le chant
Date d'inscription : 31/12/2008

MessageSujet: Re: GUET-APENS   Ven 9 Jan 2009 - 19:50

sourit0 sourit1 trop bien !! lundi dés que les cours sont finis je saute sur l ordinateur!!!merci pour cette fic génial! applaud
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthew&Mika
Incendiaire
avatar

Féminin Nombre de messages : 1325
Date de naissance : 24/10/1994
Age : 22
Localisation : Chez Moi ! =D
Personnage préféré : Reid,et toute l'équipe <3
Date d'inscription : 23/10/2008

MessageSujet: Re: GUET-APENS   Sam 10 Jan 2009 - 2:46

J'ai tout lu entièrement en une fois, je viens de finir.
Et c'est vraiment bien, j'ai hâte que tu mettes la suite.
Reid va s'en sortir mais comment ? sa me fait peur ça !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.matthewgraymika.skyblog.com
Tanlee
Agent Fédéral
avatar

Nombre de messages : 205
Date de naissance : 13/07/1980
Age : 37
Date d'inscription : 24/05/2008

MessageSujet: Re: GUET-APENS   Lun 12 Jan 2009 - 13:06

Est-ce que Reid va s'en sortir ? Peut-être un début de réponse avec cette suite ! sourit1 diablo

Bonne lecture !


Chapitre 19

Plusieurs jours s’étaient écoulés. Reid sortit d'un énième assoupissement la tête cotonneuse et la vision trouble. La luminosité aigre de sa cellule l'éblouissait toujours autant. Ses yeux n'arrivaient plus à s'accoutumer trahissant sa faiblesse. Le manque se tarissait – son corps ne réclamait plus aussi violemment la drogue – mais il n'arrivait pas à rester éveillé très longtemps. Nathan venait le voir régulièrement tantôt avec de l'eau tantôt avec de la nourriture. Reid récupérait des forces, pas suffisamment rapidement à son goût. Il n'avait pas revu Lyli et cela l'inquiétait.

Il réalisa avec retard que Nathan se tenait à ses côtés la mine plus sombre encore que d'habitude. Il préféra ne pas le questionner pour l'instant et lui tendit la main pour qu'il l'aide à se relever. Ces côtes ne le firent que très légèrement souffrir. Il soupçonnait le garçon de lui glisser des antalgiques dans sa nourriture, il l’en remercia intérieurement. En silence, ils firent quelques pas dans l'espace exigu de la cellule, les jambes de Reid protestèrent engourdies qu'elles étaient puis se laissèrent dompter. Il lâcha le soutien de Nathan.
- Alors que se passe-t-il ?
- Rien, mentit Nathan.
- Je le vois rien qu'à ta tête.
- Vous auriez dû m'écouter. Lyli gagne toujours.
- C'est ce qu'elle veut te faire croire.
- Vous ne m'écoutez pas. Vous ne vous êtes pas vu dans l'état où vous étiez.
- Quoi que je fasse Lyli trouvera toujours une façon de me faire du mal Nathan, une escalade dans la torture et tu le sais.
- Vous pourriez au moins limiter les dégâts.
- je m'y emploie.
- Très mal alors, répliqua Nathan durement.

Reid n'osa répondre de peur que sa voix ne le trahisse : il commençait à douter et redoutait de plus en plus de ne pas tenir, de lâcher prise face à Lyli. Quelque chose s'était fragilisée en lui alors qu'il était sous l'emprise de la drogue ou du manque. Une certitude qui vacillait. La certitude qu'à la fin, s'il s'en sortait, tout irait bien, que des gens l'attendaient. Cette certitude qu'il n'était plus seul et qui lui avait permis de s'accrocher jusqu'à présent vacillait dangereusement.
- Qui est Éllie ? Demanda Nathan, écho des sombres pensées de Reid.
Ce dernier rechignait à parler de la jeune femme au garçon.
- comment...
- Vous l'avez appelé plusieurs fois lorsque vous... Enfin vous savez.
- Éllie... C'est une personne à laquelle je tiens beaucoup... Vraiment beaucoup.
- Vous savez, reprit Nathan, avant la mort de ma mère je savais que c'était possible, que je pouvais changer, que je pouvais m'en sortir mais maintenant… avoua Nathan à demi-mot comme honteux, j'ai de nouveau ces images dans ma tête et cette envie de... Sa voix se brisa.
- tu le peux toujours, changer.
- Non je ne crois pas.
- C'est pour ça que tu restes avec Lyli ?

Le silence de Nathan fut éloquent et Reid poursuivit.
- C'est ce qu'elle veut te faire croire, que tu ne peux pas changer.
- Et si elle avait raison ? Ma mère n'a jamais accepté que je puisse être... Ce que je suis.
- Si elle ne t'avait pas accepté pour ce que tu étais alors ta mère ne t'aurait pas inscrit à ce programme thérapeutique.
- Mais elle m'y a inscrit pour que je change. Elle ne m'aimait pas tel que j'étais.
- Tu te trompes. Elle t'y a inscrite parce qu'elle te faisait confiance et parce qu'elle savait que ce qu'il y a de meilleur en toi est le plus important et elle avait raison.
- Comment pouvez-vous le savoir ?
- Tu l'as dit toi-même. Avant la mort de ta mère, tu savais pouvoir changer. Ne laisse pas Lyli te manipuler Nathan, ne la laisse pas te prendre ce qu'il y a de meilleur en toi.
Reid se rassit sur son matelas. Essoufflé. Déjà. Après quelques pas seulement. Il ne donnait pas cher de sa peau pour la suite des événements.
- Alors dis-moi maintenant, qu'est-ce que Lyli me réserve pour la suite.

Nathan détourna le regard de celui du profiler alors qu'il sortait une seringue de sa poche. Reid devint plus blanc qu'il ne l'était déjà. Il venait ces derniers jours d'affronter l'agonie du manque et Lyli le replongeait dans l'enfer de la drogue. Heureusement qu'il était assis car ses forces le quittèrent brusquement : Il sut qu'il ne pourrait pas faire face une deuxième fois. Son esprit et son corps se briseraient. Il pria pour que les dissensions qu’il avait provoquées dans le groupe aient quelque peu détournées l’attention de Lyli et leur laisse, à Nathan et à lui, une chance de réussir.
- Elioth et Lyli ont passé un accord. Elioth peut continuer à (Nathan cherchait d'autres mots que ceux qui lui venaient à l'esprit : "À tester ses drogues sur vous", mais il n'en trouva point)... À condition qu'il n'est plus aucun contact avec vous. C'est moi qui ai été choisi pour... Je vous avais averti... Mais je ne le ferai pas.

Reid soutint le regard du garçon dans lequel brillait une nouvelle détermination. Une détermination qui avait déserté le sien et c'est d'un ton résigné qu'il poursuivit :
- si tu le feras.
- Mais... Tenta de protester Nathan.
- Nathan comme tu l'as dit toi-même si je suis encore en vie, si j'ai survécu à l'ours, à la drogue ou au manque c'est grâce à toi. Et si tu refuses de faire ce que Lyli te demande, au mieux elle refusera que tu viennes me voir au pire elle te tuera.
- Et alors ?
- Et alors ! Premièrement je ne veux pas que tu meurs et deuxièmement je ne veux pas mourir non plus.
Nathan ne se laissa pas duper aussi facilement.
- Vous n'êtes pas sûr de tenir une deuxième fois.
- Non, effectivement je ne suis pas sûr et encore moins si tu n'es pas à mes côtés.
- D'accord, conclut Nathan après un instant d'hésitation en s'approchant avec la seringue.
Reid tendit son bras.

@@@


JJ et Garcia ne comprenaient plus l’attitude de Reid. Stupéfaites, elles le virent tendre son bras à Nathan pour qu’il le drogue.
- qu’est-ce qu’il fout, il a perdu la tête ou quoi ? fit JJ effrayée par l’attitude de son collègue.
- il ne peut pas abandonner, pas maintenant, ragea Garcia, pas alors que l’étau se resserre autour de Lyli.
Pourtant, Reid se laissa piquer avec dans le regard une sombre détermination. Ou résignation ? Après quelques secondes, elles le virent s’affaler sur le matelas.
- il a forcément un plan ?
- je ne sais pas, je ne sais pas JJ.
Nathan défit le garrot autour de l’avant-bras du profiler, s’attarda quelques instants, puis sortit de la cellule. Subitement, Reid commença à s’agiter.

@@@


Après le départ de Nathan, Reid attendit cinq minutes. Il réfréna son impatience puis se leva avec difficulté, prudemment. Il fixa la caméra dissimulée dans l'angle droit de la cellule avec inquiétude. Il hésita et si ça n'avait pas marché, et si Lyli découvrait le pot aux roses : il signait son arrêt de mort. Il haussa les épaules – au point où il en était – puis se dirigea vers la porte. Comme convenu, cette dernière n'avait pas été verrouillée par Nathan. Il l'ouvrit doucement. Elle grinça terriblement. Le couloir était plongé dans une obscurité grisée. Reid s'y faufila et le longea. Il avait l'impression que des yeux ne cessaient de l'épier à chacun de ses pas. Nathan lui avait pourtant assuré que seul deux caméras avaient été installées, une dans sa cellule et l'autre dans le semblant de pièce interrogatoire. Il se raccrocha cette pensée.
Lorsqu'à la croisée de deux couloirs Nathan surgit devant lui, Reid sursauta.
- C'est moi, lui assura le garçon.
Le profiler se contenta de hocher la tête pour lui faire comprendre qu'il ne devait plus dire un mot. Nathan se mit en route en silence, Reid sur les talons.

@@@


- y a quelque chose qui cloche, commenta Garcia en scrutant l’écran.
- quoi ? demanda JJ
- l’image…
- et ben quoi ?
- j’ai déjà vu ces images.
- ce n’est pas la première fois qu’ils le droguent malheureusement…
- non, non, je parle de ces images précisément.
Garcia tapota sur son clavier.
- Va chercher les autres, demanda t’elle à JJ.
- pourquoi ?
- Je n’aime pas ça. Va chercher les autres. Il se passe quelque chose.

@@@


La sortie était toute proche mais Reid n'osait y croire. Lyli avait forcément dût remarquer leur manigances silencieuses qui duraient depuis des jours. Ou peut-être la surestimait-il ? Ou peut-être était-elle si sûre d'elle-même qu'elle ne s'imaginait pas que Reid avec la complicité de Nathan puisse élaborer un plan d'évasion juste sous son nez ? Certainement que cette hypothèse était la plus juste au vu de l'ego démesuré de la jeune femme. Plan était un bien grand mot pour décrire ce qu'ils avaient mis au point. Disons qu'ils avaient fait avec les moyens du bord, sans un mot, avec des regards lourds de sens, avec des allusions plus que douteuses et dangereuses, et Nathan, à l’initiative de cette folie, avait tout mis en place.
Reid savait que le garçon avait pris de gros risques et ne donnait pas cher de sa peau s'ils étaient découverts ni même de la sienne d'ailleurs. Lyli le vivrait comme une trahison dans son esprit tordu aussi bien de la part de Nathan que de la sienne. Il se souvenait de ses mots : « C'est par amour pour vous que je le fais docteur Reid. Il me tarde de mieux vous connaître. Vous finirez par m'aimez, vous verrez ». Ces paroles lui donnaient encore la chair de poule.

@@@


Alors que l’équipe s’était réunie autour de Garcia, Gideon trépignait d’impatience.
- Garcia, pourquoi tu nous as fait venir ? Finit-il par lui demander
- attendez, attendez, juste trente secondes, fit l’informaticienne tout en tapant frénétiquement sur son clavier.
Elle n’eut pas le temps de terminer ses vérifications que l’image montrant Reid allongé sur le matelas en proie à une agitation douloureuse sauta et fut brusquement remplacé par un matelas vide.
- Garcia, qu’est-ce que ça veut dire ? demanda Hotch
- je crois qu’il s’est échappé.
- tu en es sûre ? demanda Ellie pleine d’espoir
- attendez, donnez-moi quelques secondes…
- Nathan l’a drogué Garcia, on l’a vu quelques minutes plus tôt, intervint JJ
- je sais, je sais mais… regardez, fit Garcia en faisant apparaître l’image de Nathan droguant Reid sur un deuxième écran, on ne le voit pas vraiment piquer Reid, on le suppose mais…
- Nathan tourne le dos à la caméra, intervint Hotch, clairement, délibérément.
- et puis, il y a ça, ajouta l’informaticienne en montrant Reid inconscient sur le matelas puis soudainement agité.
Elle fit ralentir l’image et à l’écran, l’équipe vit clairement le raccord entre les deux images, un bref sursaut.
- il n’a pas pu organiser ça tout seul ? fit Morgan, Nathan l’a forcément aidé.
Gideon scrutait l’écran qui montrait la cellule vide. Inquiet.
- il faut espérer qu’ils soient déjà loin car si nous nous l’avons découvert alors Lyli aussi.

@@@


- Plus Vite ! Haleta Reid.
Ils avaient forcément été découverts. Dix minutes en tout et pour tout ils avaient. Nathan n'avait pas pu vérifier toutes les sorties de peur d'éveiller les soupçons à farfouiller partout. Et voilà que l'une des portes parmi les nombreuses de l'immense bâtiment était fermée. Impossible de la défoncer malgré leurs efforts. Ils avaient finalement décidé de rebrousser chemin sur quelques mètres pour tenter de contourner l'obstacle. Mais les dix minutes étaient forcément écoulées. Nathan menait Reid dans un dédale de couloirs et de porte à n'en plus finir, à la mesure du bâtiment dans lequel Lyli leur avait tendu un piège. Reid n'osait poser la question qui le taraudait depuis quelques minutes. Nathan, savait-il où il allait ?
- Ça y est, on y est ! S'exclama Nathan.
Reid pria pour que la dernière porte veuille bien s'ouvrir.

@@@


Lyli écumait de rage.
- comment… balbutia l’ours abasourdi devant l’écran montrant la cellule vide.
- Nathan ! S’indigna Lyli, je vais le tuer. Je vais les tuer tous les deux, siffla t-elle d’un ton si calme que s’en était effrayant.
Un sourire flottait sur les lèvres d’Elioth. La partie allait s’accélérer. Pour son plus grand plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: GUET-APENS   Lun 12 Jan 2009 - 18:51

J'adore vraiment ta fanfiction ! Tu écris vraiment très bien.
C'est facile à comprendre mais on voit aussi le travail derrière (Je sais pas si tu comprends ce que je veux dire !)
Je vois bien Lyli les rattraper, et qu'elle fasse comme tous méchant qui se respecte, c'est à dire un long monologue qui permettrait aux autres de rappliquer et sauver Spencer... sourit_vert

Tu nous mettra la suite quand ?
Revenir en haut Aller en bas
susy
Agent Fédéral


Féminin Nombre de messages : 227
Date de naissance : 04/08/1992
Age : 25
Localisation : vers nantes
Personnage préféré : prentiss et morgan
Loisirs : mangas cm et le japon le chant
Date d'inscription : 31/12/2008

MessageSujet: Re: GUET-APENS   Lun 12 Jan 2009 - 20:00

trop bien (comme d hab langue ) mais pas de prentiss :prie: mais LA SUITE!!!! ET ENCOR BRAVO top_1 applaud
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lolOw
Schizophrène
avatar

Féminin Nombre de messages : 6388
Date de naissance : 29/05/1992
Age : 25
Localisation : *Perdue dans les méandres de ma conscience philosophique et désespérée*
Personnage préféré : Morgan, JJ, Emily et Garcia
Loisirs : Cette case est désormais trop petite pour tout énoncer x)
Date d'inscription : 12/11/2008

MessageSujet: Re: GUET-APENS   Lun 12 Jan 2009 - 20:05

Bien , bien.
Bonne suite , si si ^^
Mais j'attends la suite..Je sens que la partie ne va pas se finir si facilement. En fait , je m'attends à tout le contraire.
Les auteurs sadiques et tout , je connais ^^
Alors , rien ne m'étonnerait.
Bon , pour commenter un peu plus ce 19ème chapitre , bien plus court que les autres d'ailleurs , et bien..C'est toujours très bien.
Oui je sais , c'est très constructif hein ? ^^ Bon , enfin la suite , ça suffira comme commentaire , et puis , ça veut tout dire pas vrai ?
( Je ne me rappelle plus où , mais je crois bien qu'il y a quelques petites fautes ^^ )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthew&Mika
Incendiaire
avatar

Féminin Nombre de messages : 1325
Date de naissance : 24/10/1994
Age : 22
Localisation : Chez Moi ! =D
Personnage préféré : Reid,et toute l'équipe <3
Date d'inscription : 23/10/2008

MessageSujet: Re: GUET-APENS   Lun 12 Jan 2009 - 21:55

Super.
C'est quand la suite ?

Mais là on sent bien que a va être la fin. Mais il y a encore 5 chapitres donc là il y a un problème .
Je pense que Reid va se faire choper et Nathan se fera tuer, et Reid va se faire battre et tout.
et puis de l'autre côté l'équipe aura trouver tout pour le sauver et puis il le sauve.
Je veut pas que Reid y meurt madame Razz angel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.matthewgraymika.skyblog.com
Tanlee
Agent Fédéral
avatar

Nombre de messages : 205
Date de naissance : 13/07/1980
Age : 37
Date d'inscription : 24/05/2008

MessageSujet: Re: GUET-APENS   Sam 17 Jan 2009 - 12:49

De très très bonne idées pour la suite ! Je devrais peut-être vous laisser écrire la fin ! angel

Pour Prentiss et Morgan, pas de panique, je vais pas les laisser en plan comme ça ! sourit2
Pour Reid, c'est un peu plus compliqué de vous le dire sans raconter la fin ! sourit1 Je pourrais peut-être vous donner un indice sur le déroulement de la suite, je vais y réfléchir.

Bon, pour la suite, lundi comme d'habitude je pense.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tya
Incendiaire
avatar

Féminin Nombre de messages : 1089
Date de naissance : 23/08/1982
Age : 35
Localisation : La Cité des Papes
Personnage préféré : Derek et Penelope
Date d'inscription : 30/09/2008

MessageSujet: Re: GUET-APENS   Sam 17 Jan 2009 - 13:18

donc plus que deux jours, je savais j'aurais pas du le lire maintenant sourit_vert
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthew&Mika
Incendiaire
avatar

Féminin Nombre de messages : 1325
Date de naissance : 24/10/1994
Age : 22
Localisation : Chez Moi ! =D
Personnage préféré : Reid,et toute l'équipe <3
Date d'inscription : 23/10/2008

MessageSujet: Re: GUET-APENS   Dim 18 Jan 2009 - 17:34

J'ai hâte de lire la suite.
Tu nous mes combien de chapitre ? allez 2 stp !! lol

biz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.matthewgraymika.skyblog.com
susy
Agent Fédéral


Féminin Nombre de messages : 227
Date de naissance : 04/08/1992
Age : 25
Localisation : vers nantes
Personnage préféré : prentiss et morgan
Loisirs : mangas cm et le japon le chant
Date d'inscription : 31/12/2008

MessageSujet: Re: GUET-APENS   Dim 18 Jan 2009 - 18:21

cool tu me rassure pour morgan/prentiss lol vivement la suite j'en est mare d'attendre faim1 stp 2 chapitre angel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanlee
Agent Fédéral
avatar

Nombre de messages : 205
Date de naissance : 13/07/1980
Age : 37
Date d'inscription : 24/05/2008

MessageSujet: Re: GUET-APENS   Lun 19 Jan 2009 - 19:28

Bon alors une fois n'est pas coutume, je viens de me rendre compte que je me suis encore planté dans le comptage des chapitres : en fait y en a 26 et non 24 ! sourit_vert comme certains sont courts j'en met trois aujourd'hui et lundi prochain j'en mettrais deux autres (chapitre 23 et 24) et le lundi suivant et ba ce sera la fin (chapitre 25 et 26, j'ai vérifié plusieurs fois pour être sûre !) Wink comme ça ça me laisse un peu de temps pour régler les petits détails !

Bon voilà à partir du chapitre 22, c'est le début de la fin. Lyli abat sa dernière carte.

Bonne lecture !



Chapitre 20

Nathan ouvrit la porte sans même arrêter sa course. Reid fut ébloui par la lumière éclatante du soleil et faillit manquer un pas. Il retrouva de justesse son équilibre et suivit le garçon à l'aveugle. Au bout des quelques instants durant lesquels ses yeux s'accoutumèrent à la clarté éblouissante, Reid découvrit les hauts bâtiments d'une zone apparemment industrielle qui les cernaient et Nathan qui courait devant lui. Reid sentait que ses jambes ne le porteraient plus très longtemps à ce rythme mais il n'eut pas le temps de s'appesantir sur la question. La voix acérée de Lyli retentit.
- Attrapez-les !
Un coup de feu retentit avant que Nathan et Reid plongent de justesse derrière des amas de caisses agglutinés sur un quai entre deux bâtiments métalliques.
- Vas t-en ! fit Reid à Nathan.
- Mais...
- Je ne pourrais pas te suivre. Je suis déjà à bout de souffle. Sauve-toi et appelle le FBI à Quantico. Tu connais le numéro, tu t'en souviens ?
Nathan se contenta de hocher la tête.
- Bien. File, allez !
- Mais...
- Nathan ma seule chance de m'en sortir vivant si je me fais prendre, c'est que mon équipe me retrouve à temps et tu es ma seule chance.

Nathan hocha la tête et lança un dernier regard à Reid avant de se faufiler derrière une longue rangée de caisses qui menait vers le bâtiment le plus au sud.
Reid quant à lui prit quelques instants pour tenter de retrouver son souffle. Tout en observant ce qui l'entourait. Des bâtiments désaffectés semblaient s'étendre à perte de vue. Un lieu idéal pour se cacher. Une zone industrielle désertée ou en cours de réhabilitation. Était-il encore en Virginie ? Aucun indice ne lui permettait de l'évaluer. Il revint à sa préoccupation la plus immédiate : Lyli.
Des bruits de course le décidèrent à bouger. Il se faufila entre les caisses dans l'espoir d'atteindre le bâtiment sur sa gauche. Il s'apprêtait à se glisser sous son ombre protectrice lorsqu'un bruit attira son attention. Il eut juste le temps d'esquiver le coup de poing qui lui arrivait droit au visage. Il se redressa vacillant. L'ours lui faisait face. Reid recula de quelques pas. Derrière lui, il entendit quelqu'un se poster. Elioth. Pris en tenaille, il était.

- Alors on cherche à nous fausser compagnie ?
Lyli apparut sur sa gauche. Son ton nonchalant n'en était que plus effrayant. Mais il lui fit face et soutint son regard.
- Où est Nathan ? Demanda Lyli froidement.
Reid haussa les épaules avant d'ajouter :
- Qu'importe.
- Vous vous décidez enfin à me parler docteur Reid ?
- ça n'a plus d'importance à présent je me trompe ?
Pour toute réponse, Lyli le gratifia d'un large sourire.
- Emmenez-le et retrouvez-moi le gamin, finit-elle par dire.

@@@


- Qu’est-ce qui peut bien se passer là-bas ? grogna Morgan qui ne supportait plus d’attendre.
- je ne sais pas, répondit Garcia, on n’a aucun moyen de le savoir.
Depuis plus de vingt-cinq minutes maintenant, l’écran montrait la cellule vide. Ils avaient envoyé un avis de recherche de Reid et Nathan à tous les commissariats de l’état de Virginie et ses voisins, dans l’espoir que si leur tentative d’évasion ait réussit qu’ils soient rapidement repérés. Leurs espoirs furent vite brisés. L’image sauta et montra Reid assis sur une chaise, menotté, dans la pseudo-salle d’interrogatoire.
- il reste Nathan, commenta Gideon, Garcia, envoie à tous les commissariats un avis de priorité pour sa disparition et indique leur les zones industrielles abandonnées ou désaffectées comme cibles principales.

@@@


- Vous m'avez trahi docteur Reid. J'avais confiance en vous.
Reid avait été ramené dans le semblant de salle d'interrogatoire du bâtiment. Sans ménagement, l'ours l'avait jeté sur la chaise et menotté aux accoudoirs. Il avait vu briller la soif de sang dans son regard. Que Lyli lui avait-elle promis pour qu'il se décide à la rejoindre ? Reid n'osait y songer. Puis, l'ours était parti avec Elioth à la recherche de Nathan le laissant seul face à Lyli.
Reid ne préféra pas répondre à ce que venait de lui dire la jeune femme. Il touchait le cœur même de sa folie et il n'avait pas les idées assez claires pour s'y attaquer, et peut-être sans qu'il n'ose se l'avouer, oui peut-être qu'il commençait à lâcher prise.
- Vous avez décidé de garder à nouveau le silence ?
- Non.
- Alors pourquoi ne rien dire ?
- Parce que je ne sais quoi dire.
- Allons, voyons, un grand profiler comme vous ?
- Peut-être que le grand profiler comme vous dites, répliqua Reid agacé, est fatigué.
Et là, il sut qu'il avait fait un faux pas. Le sourire qui flotta sur les lèvres de Lyli le lui prouva. Il lui montrait sa faiblesse, que l'usure qu'elle exerçait sur lui fonctionnait, qu'elle commençait à avoir du pouvoir sur lui. Cependant, Reid n'avait plus la force de se battre. Il sentait en lui s'effriter sa détermination et grandir le doute quant à ses chances de s'en sortir.

@@@


- Très bien, il faut qu’on avance et vite, fit Gideon, Reid ne tiendra plus longtemps et Lyli s’impatiente. JJ t-en ai où avec les parchemins ?
- j’ai épluché la liste des clients de vingt-cinq magasins mais pour l’instant ça n’a rien donné. Et il est possible qu’ils aient utilisé un faux nom et dans ce cas là on ne pourra remonter jusqu’à eux.
- non pas Elioth, rétorqua Hotch, son nom est trop important pour lui et vu ses imprudences de ses derniers temps, il a forcément laissé des traces derrière lui
- Et pour les différents lieux connus où Elioth s’est planqué ? demanda Morgan
- rien de neuf, répondit Garcia, des zones industrielles délabrées généralement
- toute en Virginie ?
- oui à Washington pour être précis
- ils n’ont certainement pas quitté la ville, commenta Prentiss, une manière de plus qu’à Lyli de nous narguer.
- Washington et ses environs est immense. Il faut qu’on trouve un moyen pour cibler nos recherches, intervint Morgan.
- on la tient presque, ragea Gideon, on retourne tous dans le bureau, Garcia fait nous basculer les images sur l’un de nos écrans.
- on a qu’à faire appel à l’agent Ash, intervint Ellie, Lyli est certainement encore en contact avec lui, on…
- non, fit Gideon, on en a déjà parlé.
- pourquoi ? S’impatienta Ellie
- peut-être que ça vaudrait le coup d’essayer, la soutint Morgan
- vous savez très bien qu’il ne sait rien, Lyli est bien trop intelligente. Elle se sert juste de lui.
- raison de plus, insista Ellie.
- Lyli aura brouillé les pistes jusqu’à elle. La seule chose que l’on risque de provoquer c’est de mettre Reid plus en danger encore. Enfreindre les règles est un trop grand risque.
- c’est bien la première fois que vous vous en souciez, lâcha t’elle durement.

Tout le monde se figea. Chacun avait en mémoire ce qui s’était passé juste avant l’agression d’Ellie un an et demi plus tôt. Gideon avait pris la décision de parler aux médias et avait entraîné ainsi la colère du fisher king. Le silence était emprunt d’une telle tension que Garcia en avait la chair de poule.
- peut-être effectivement, répondit Gideon durement sans détourner son regard de celui d’Ellie, au boulot, ajouta t-il brusquement avant de passer le seuil de la porte.
- Gideon, l’interpella Ellie avant qu’il ne s’éloigne.
Le profiler lui fit face. Ellie ne sut déchiffrer son expression : tristesse, culpabilité, colère, agacement ? elle lui restait un mystère à l’image de la personnalité de son ancien collègue.
- merci, fit Ellie
- de quoi ? demanda Gideon
- de vous autoriser à apprendre de vos erreurs.


@@@


Reid eut un mouvement intérieur de recul lorsque Lyli se pencha tout contre son oreille. Il sentit la main de la jeune femme glisser le long de son torse. Un frisson de répulsion lui secoua l'échine. Il ferma les yeux et serra les dents pour tenter de contenir la colère et l'effroi qui grondaient en lui. Il perdait sa retenue. Ce n'était pas le moment de craquer. Ses pensées allèrent l'espace d'un instant à Nathan dans l'espoir qu'il ait réussi à s'échapper.
- Vous ne devriez pas docteur Reid, lui murmura Lyli à l'oreille, vous ne devriez pas me résister ainsi. Vous vous faites du mal, nous pourrions être heureux ensemble.
- Vous finirez par me tuer, fit Reid tentant de maîtriser la peur qui lui comprimait la poitrine.

Lyli dévoilait le cœur de sa folie derrière son masque de tueuse calculatrice et froide. Folie qu'il avait toujours soigneusement contournée en s'adressant toujours à la partie raisonnable de la personnalité de la jeune femme. Cette dernière n'était pas schizophrène dans le sens d'une double personnalité aux antipodes l'une de l'autre, complètement dissociable, mais elle possédait en elle cette facette froide qu'elle exprimait dans ces meurtres dénuée d'affect cherchant un contrôle omnipotent sur ses victimes et sur ce qui l'entourait et une facette qu'il n'avait pu que deviner à travers les mots qu'elle lui avait glissé dans l'oreille : « C'est par amour pour vous que je le fais docteur Reid. Il me tarde de mieux vous connaître. Vous finirez par m'aimez, vous verrez ». Une facette plus instable qui exigeait non pas le contrôle de l'autre mais la possession de l'autre afin de devenir cette autre personne, cet autre qu'elle-même qu'elle détestait plus que tout. Posséder l'autre, chose impossible en soi, à moins de le tuer. Une sorte de pensée magique que l'on retrouvait dans certaines cultures où tuer un animal permettait de s'approprier sa force.
- Peut-être pas non, répondit Lyli tout en s'installant à califourchon sur les genoux de Reid.

Elle glissa ses doigts sous son T-shirt. Sans s'en rendre compte, il tirait vainement sur les menottes qui le retenaient aux accoudoirs. La panique s'emparait peu à peu de lui, de son corps, de ses pensées, de ses émotions qu'il contenait depuis le premier jour de son enlèvement. Paradoxalement, se faire battre, se faire droguer, les souffrances qui lui avaient été infligé jusque-là lui avaient permis de lutter contre quelque chose de tangible, de focaliser ses émotions, ses pensées sur ces épreuves mais en cet instant, d'avoir Lyli contre lui, de sentir sa folie si dangereusement proche, de sentir ses mains arpenter son torse, attaché, impuissant qu'il était, son esprit ne parvenait plus à réfléchir. Seule la panique, la peur, la révulsion bouillonnaient en lui. Et c'est sans le réfléchir, sans espérer que cela fonctionne qu'il demanda :
- détachez-moi, détachez-moi. S'il vous plaît, l'implora-t-il.

@@@


- Il est en train de craquer, fit Ellie horrifiée.
- Tiens le coup Reid, juste encore un peu, lui demanda Morgan tout haut comme s’il pouvait l’entendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanlee
Agent Fédéral
avatar

Nombre de messages : 205
Date de naissance : 13/07/1980
Age : 37
Date d'inscription : 24/05/2008

MessageSujet: Re: GUET-APENS   Lun 19 Jan 2009 - 19:38

Chapitre 21

« Sous la lumière en plein
Et dans l’ombre en silence
Si tu cherches un abri inaccessible
Dis-toi qu’il n’est pas loin
Et qu’on y brille
A ton étoile »


A ton étoile – Noir Désir


- S'il te plaît, Lyli, détache-moi, répéta Reid comme une litanie passant du vouvoiement au tutoiement sans même s'en apercevoir, peut-être la proximité, ou peut-être que quelque part son esprit fonctionnait encore et savait que Lyli n'attendait que ça.
Lyli riva alors son regard au sien, un regard étrange aussi doux que cruel. Il ne put le soutenir tant il l'effrayait mais il eut le mérite de doucher sa panique. Ce petit geste de faiblesse, Lyli le prit comme une victoire. Elle força le profiler à relever le menton et à croiser son regard qu'il fuit une nouvelle fois. Un sourire de satisfaction étira les lèvres de Lyli et une lueur de plaisir égaya ses yeux. Elle se colla un peu plus au profiler, baisa son cou, lui mordit l'oreille tandis que ses mains descendirent plus bas, caressèrent son bas-ventre. Il les sentit agripper à la ceinture de son pantalon.

- Demande-moi encore, lui susurra-t-elle à l'oreille.
Reid se racla la gorge ravalant sa fierté et sa dignité dont il avait juré pourtant de ne jamais rien lâcher.
- Détache-moi.
- Détache-moi qui ?
- Lyli, s'il... S'il te plaît.
- Encore, exigea-t-elle.
- Détache-moi, Lyli, s'il te plaît.
- Vas-y encore.
- Je... Non... Balbutia Reid.
- Oh que si ! Persifla-t-elle à son oreille tandis que Reid la sentit recommencer à tirer sur la boucle de sa ceinture.

Il savait que c'était du chantage, qu'il perdrait à coup sûr. La panique recommençait à le gagner. Et c'est avec une peur incontrôlable dans la voix qu'il reprit sa litanie. Il vit le plaisir s'intensifier dans les yeux de son bourreau. Il préféra fermer les siens et ne put qu'entendre le gloussement de satisfaction de Lyli. Ça n'en était que plus humiliant.

Alors qu'il continuait sa litanie infamante qui à force de répétition se mua en une prière à peine murmurée, il sentit la main de Lyli caresser son visage, dessiner le contour de ses yeux, l'arrête de son nez puis la courbe de ses lèvres. Il sentit son souffle contre sa peau, puis ses lèvres contre les siennes. Et c'est sans même s'en rendre compte, parce qu'il en avait besoin, simplement, qu'il murmura le nom d'Ellie. Bien sûr, il ne vit pas le sourire victorieux de la jeune femme, sourire qu'elle tourna en direction de la caméra avant de reporter son attention sur le profiler.

- Oui c'est moi, lui murmura Lyli.
- Je savais que tu viendrais.
Reid garda les yeux fermés. Il avait besoin de croire en la présence d'Elle, en la réalité de la douceur de sa main qui lui caressait la joue. Il avait besoin de croire en cette chimère. Il finit par croire tant et si bien que sur ses paupières closes, le visage d'Elle se dessina. Il sourit. Un sourire de soulagement, d'espoir, de bonheur.
- Embrasse-moi, lui demanda-t-il.
Alors Ellie se pencha avec un sourire si merveilleux, leurs lèvres se touchèrent délicieusement. Ils s'embrassèrent d'abord tendrement comme cela faisait longtemps qu'il ne s'était pas vu, comme quand chacun réapprivoise l'autre, son odeur, son goût, ses habitudes puis plus fougueusement.
- Tu m'as tellement manqué, fit Reid en ouvrant les yeux ne pouvant détacher ses yeux de la jeune femme.
- Toi aussi Spencer, j'ai cru te perdre.

Lyli se pencha sur lui et tout en l'embrassant une nouvelle fois, elle défie les menottes qui retenaient Reid aux accoudoirs. Et ce fut dans un gémissement de plaisir qu'elle sentit les bras de Reid se refermer dans son dos. Il la serra si fort, si tendrement qu'elle en ressentit tout l'amour que le jeune homme éprouvait pour elle. Elle n'avait jamais connu pareil étreinte. Des coups, des caresses forcées. Un malaise profond s'enracina en elle, se déploya dans tout son être. Un vide si viscéral se révélait en elle que cette étreinte lui devint insupportable. Elle s'arracha brusquement aux lèvres du docteur Reid prêt à le gifler, emportée par la colère, mais l'air ahuri, si désappointé, si misérable de l'homme qui lui faisait face fit ressurgir en elle une once de sang froid cruel. Elle pouvait l'achever ici et maintenant. Elle le tenait.
- Je vais devoir partir Spencer.
- Quoi... Non, Éllie, tu… balbutia le profiler.
- ne me met pas tout ça sur le dos ! Siffla-t-elle froidement, tu savais que ça finirait ainsi. Ça finit toujours comme ça pour toi.
- Non... l'implora t-il le regard rivé au sien.
Alors que les yeux du profiler se remplissaient de larmes, Lyli porta le coût final. Elle l'embrassa puis lui susurra à l'oreille.
- Désolé, tu ne me mérites pas. Tu ne mérites pas l'amour que l'on te porte et tu le sais.
Une certitude se brisa en Reid. Une digue se rompit violemment.

@@@


- Désolé, tu ne me mérites pas. Tu ne mérites pas l'amour que l'on te porte et tu le sais.

Lyli, Éllie, Reid ne savait qui avait réellement prononcé ces mots. Elles ne formaient à cet instant qu'une seule et même personne. L'illusion qu'il s'était fabriqué était si parfaite que son esprit fatigué, submergé par ses émotions, était lui-même tombé dans le panneau. Et ces mots, si abominables, si insupportables, si vrais, firent surgir en lui une colère incommensurable, incontrôlable qui sommeillait en lui depuis des années.
Malgré elle, Lyli recula d'un pas au regard que lui lança le profiler. Elle l'avait brisé certes mais révélé aussi en lui une rage inépuisable à laquelle elle n'était pas sûre de survivre. Elle eut à peine le temps d'esquisser un mouvement qu'il se jeta sur elle.
Il la projeta à terre violemment. En roulant sur le côté, elle échappa de justesse aux coups de pied qu'il lui lança. Elle se releva et lui fit face essuyant de sa paume le sang de sa lèvre éclatée. L'ombre d'un sourire glacial ébloui le visage de la jeune femme. Reid était à bout de souffle, il s'épuisait, il ne s'en rendait même pas compte, aveuglé par une blessure passée que Lyli avait rouverte. Il s'empara de la chaise sur laquelle il avait passé des heures attachées et la fracassa contre le mur à quelques centimètres du visage de Lyli. Cette dernière profita de l'élan du profiler et le plaqua contre le mur. Elle lui saisit un bras et lui remonta violemment dans le Dos. Reid chercha à se libérer de la prise et du poids de la jeune femme. En vain.

- Tu vas le regretter Spencer, lui cracha-t-elle, moi qui souhaitait être gentille avec toi. Oh oui ! Tu vas le regretter.
Malgré l'épuisement qui ravinait son corps, Reid puisa dans ses dernières ressources, dans cette ancienne colère qui bouillonnait encore en lui et profita d'un instant durant lequel Lyli relâcha la pression sur son bras. Il lui donna un violent coup de son épaule libre. Ne s'y attendant pas, la jeune femme vacilla. Reid se dégagea complètement de son corps et lui plaqua les épaules contre le mur avant de lui agripper le cou. Il serra. Il serra très fort.

@@@


Reid resserrait sa prise sur le cou frêle de Lyli. Un sourire dessina les lèvres de cette dernière. Il serra plus fort encore. Il voulait voir briller la peur dans ses yeux. Il voulait effacer les mots qui avaient été prononcés quelques minutes plus tôt sous les traits d'Elle. Ils résonnaient encore trop fortement à ses oreilles. Ils bourdonnaient. Ne cessaient de le harceler. Ses pensées se brouillaient, son esprit se perdait. Au visage de Lyli qu'il tenait entre ses mains se superposa celui d'Elle. Il eut un instant d'hésitation, ses sens le trahissaient. Il était en train de tuer Éllie. De ses propres mains. Il relâcha la pression dans ses doigts.

- Je t'ai brisé Reid, éructa Lyli dans un murmure étouffé.
Et ses paroles déchirèrent définitivement l'illusion que son esprit s'était forgée. Reid resserra sa prise sur le cou de Lyli, prêt à la tuer pour ce qu'elle était : son bourreau et une meurtrière. Mais il était trop tard. Un coup violent le heurta entre les omoplates et le fit s'écrouler à genoux. Un coup de pied dans les côtes finit de le jeter au sol, le souffle coupé et la vision noyée par la douleur.

- Quel enfoiré ! Entendit-il Lyli cracher la voix éraillée.
- Bon sang ! Mais qu'est-ce qui t'a pris Lyli de le détacher !
Reid reconnut la voix d'Elioth.
- un peu plus et tu y passais ! Poursuivit ce dernier emporté par la colère.
- Ce sont mes affaires.
- Des affaires qui auraient pu te coûter la vie.
- Enfoiré, cracha Lyli juste au-dessus de Reid avant de lui donner un coup de pied dans le ventre. Reid sentit du sang remonter dans sa bouche alors qu'il lâchait un cri.
- Tu vas crier encore longtemps, siffla t-elle en transe avant de lui administrer un nouveau coup.
Reid se roula en boule incapable de se défendre face à la déferlante de coups qui s'abattit sur lui. Il crut que ça ne s'arrêterait jamais. Il crut mourir, là, sur le sol.
- arrête ! Entendit-il Elioth crier et les coups s'arrêtèrent tandis que Lyli criait à l'encontre d'Elioth.

Certainement qu'il la retenait fermement mais Reid n'osa bouger pour vérifier. De toute manière, il n'était plus capable d'un seul geste.
- On a un marché, poursuivit Elioth, et tu n'as pas entièrement rempli le tien je te rappelle.
- Alors finissons-en ! S'exclama Lyli. Tu es prêt ?
- Oui, j'ai fini le mélange ce matin.
- Alors va le chercher qu'on en finisse.
- Trois essais tu m'as promis ! Menaça Élioth.
- Et je tiens à honorer ma promesse, répliqua Lyli dont la voix avait retrouvé son calme habituel, et puis j'ai promis au docteur Reid que je lui prouverai que j'avais raison, qu'il y goutterait. L'autre est là ?
- oui. Bien, va chercher ta potion magique.
- Mais...
- Vas-y. Je m'en occupe.
- Tu es sûr, insista Elioth.
- Vu l'état dans lequel il est, il ne va plus m'opposer une grande résistance. File !

Reid entendit Elioth s'éloigner, la porte s'ouvrir puis se fermer. Il frémit. Il était à nouveau seul avec Lyli. Il se sentait lâcher prise. Il ne se sentait plus la force de l'affronter. Roulé en boule, elle le força à se mettre sur le dos. Reid ne put lui opposer aucune force. Les gémissements qu'il lâcha sous la douleur de son corps perclus de coup l'humilièrent davantage mais ce fut ce qu'elle lui dit par la suite qui le brisa définitivement et fit s'éteindre la colère qui bouillonnait en lui. Lyli le comprit car la lueur, cette lueur de détermination qui brillait faiblement certes, mais qui brillait encore dans le regard du profiler après tout ce qu'elle lui avait fait endurer et qui l'avait terrifiée tout le long de leur confrontation s'éteignit enfin, à la minute où elle prononça ces mots :
- vous voyez docteur Reid, la caméra en face de vous, votre équipe ou vos amis je ne sais vous regarde depuis le début ainsi qu'Elle Greenaway. Et elle a vu, et entendu, tout ce qui vient de se passer, lui dit Lyli lentement, avec douceur, en lui caressant le front.

Ce fut comme si Reid basculait dans un trou noir. Il aurait voulu crier, crier qu'il avait toujours su que Lyli n'avait pas été Éllie, qu'il l'avait embrassé juste parce qu'il en avait eu besoin, juste pour continuer à s'accrocher, à s'accrocher à quelque chose. Il aurait voulu le crier mais il tombait et rien ne pouvait plus retenir sa chute. Il avait trahi la seule personne qui l'avait aimé, sous ses yeux. Il entendit à peine Elioth posé sa mallette et s'agenouiller à ses côtés. Il le vit à peine remplir une seringue avec l'un des flacons. Il sentit à peine la piqûre dans le creux de son bras. Il tombait à l'intérieur de lui-même.


Dernière édition par Tanlee le Lun 19 Jan 2009 - 19:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanlee
Agent Fédéral
avatar

Nombre de messages : 205
Date de naissance : 13/07/1980
Age : 37
Date d'inscription : 24/05/2008

MessageSujet: Re: GUET-APENS   Lun 19 Jan 2009 - 19:39

@@@


Ce fut la douleur qui tira Reid du trou noir dans lequel il était plongé. Les muscles tétanisés, les articulations brisées lui semblait-il, la poitrine en feu, il parvenait à respirer par goulée avec l'impression de pouvoir mourir noyer à chaque instant. Il connaissait cet état d'agonie, la sensation terrifiante et douloureuse que votre corps se rigidifie de minute en minute.
- Ah ! Enfin.
Reid ne put que deviner la silhouette d'Elioth dans son champ visuel trouble. La luminosité pauvre de sa cellule qu'il avait réintégrée lui blessait les yeux. Il tenta d'éclaircir sa vision. En vain.
- Qu'est-ce que c'est ? Parvint-t-il à croasser.
-Toujours aussi curieux, commenta Elioth, la première drogue que je vous ai fait goûter et que j'ai finie par mettre au point.
Reid sentit plus qu'il ne vit le regard de l'homme s'attarder sur son corps torturé et épinglé au matelas par la drogue.
- Ça me semble parfait. Nous allons voir jusqu'où elle va vous conduire.
- Laisse-nous ! Aboya Lyli en apparaissant derrière l'homme comme si ce dernier en avait trop dit.
- bien comme tu voudras.

Elioth se leva puis quitta la cellule. Lyli s'agenouilla aux côtés de Reid et lui caressa la joue. Ce contact lui fit l'effet d'un fer chauffé à blanc qu'on raclait contre sa peau. Il ne put s'empêcher de hurler.
- désolé. La drogue. Elle démultiplie le sens du toucher, petit perfectionnement de notre cher Elioth, expliqua-t-elle alors que Reid tentait de reprendre son souffle.
Lyli, une lueur d'amusement dans le regard, frôla à nouveau la joue du profiler qui se tendit plus qu'il ne l'était déjà.
- Pitié, souffla-t-il sans même s'en rendre vraiment compte.
- Je crois que je n'ai pas bien entendu.
- Pitié, l'implora t-il, tuez-moi.
Le sourire de Lyli s'élargit.
- J'aime cette musique. Les victimes finissent tous par m'implorer, je te l'avais dit.

Lyli passa une main devant ses yeux faisant semblant de vouloir le toucher une nouvelle fois et s'amusa de sa nouvelle supplique.
- Bon, finit-elle par dire. Trêve de plaisanterie. Si je suis là c'est pour te faire une sorte de cadeau d'adieu puisque nous arrivons bientôt à la fin. Tu m'as demandé si j'avais fait des études de criminologie et bien que cela me fende le cœur de te donner raison je suis forcée de l'admettre mais j'ai envie de t-en dire un peu plus.
Lyli se pencha tout contre le visage de Reid avant de poursuivre. Il sentit son souffle contre sa joue.
- Contrairement à ce que tu as pu t-imaginer, je n'ai pas raté mes études. J'ai fini mon cursus et je suis devenu profiler. Mais après, par la suite, j'ai postulé au FBI. J'ai réussi tous les tests d'aptitude théorique, pratique et sportive sauf un seul. Devine lequel ?

Reid s'apprêtait à répondre lorsque la main de Lyli se plaqua sur sa poitrine. Il se cambra de douleur le souffle coupé, incapable de le retrouver. Cela dura bien après que Lyli ne retire sa main. Il crut mourir. Mais non. Sa respiration lui revint.
- Exactement, les aptitudes psychologiques, poursuivit-elle une fois certaine que Reid avait retrouvé ses esprits.
- Et devine quelle équipe de profiler a rejeté mon dossier de candidature ?
- Pitié, répondit Reid.
- Tu peux bien me supplier tant que tu veux, cela n'y changeras rien. Réponds !
- je vous en prie, balbutia Reid.

Lyli se redressa légèrement et sous les yeux horrifiés de Reid s'installa à califourchon sur son torse. Le poids de la jeune femme démultipliée par la drogue lui donna l'impression qu'on lui broyait le sternum. Elle se pencha sur lui et lui agrippa les épaules. Le souffle coupé, les lèvres de Reid formaient un cri muet, plus effrayant encore. L'esprit submergé par la souffrance, ce fut tout juste s'il entendit les paroles de Lyli.
- Exactement, ton équipe. Imagine un peu ma surprise en fouinant un peu après le meurtre de Lee de découvrir que l'équipe qui l'avait tué était la même qui m'avait déclarée six ans plus tôt sur la base d’un dossier anonyme trop instable et incapable de faire face aux situations de stress pour rentrer au FBI. Ironique quand on n'y pense non ?
- Je... Je… réussit-il seulement à balbutier.
- Chuuut, chuuut, mon beau, fit Lyli les yeux brillants caressant la joue de Reid.

Ce dernier sursauta à ce contact le projetant au bord de l'évanouissement. Il ne parvenait plus à respirer. Ne réussissait plus à s'abstraire de la douleur qui lui tenaillait le corps de toutes parts.
- Ça n'a plus d'importance. C'est du passé aujourd'hui. À présent, il faut nous consacrer à ton initiation. Il est temps que je te prouve que j'ai raison, que le meurtre peut subjuguer les douleurs intérieures comme tu les appelles et tu vas l'expérimenter toi-même. Nous parlerons ensuite de notre avenir. Tu vas pouvoir en finir avec ton sentiment d'abandon. Tu verras, tu te sentiras si bien après. Alors que ton initiation commence, dit-elle avant de prendre la tête de Reid entre ses mains et de lui déposer un baiser sur le front.
La douleur fut si insupportable que Reid perdit connaissance.
- Bientôt, tu iras mieux. Tu ne souffriras plus, lui souffla-t-elle à l'oreille alors qu'il était inconscient, on ne souffrira plus de ceux qui nous ont blessé. Nous ne souffriront plus de nos père je te le promets.


« Je viens seulement pour te mettre en terre
Je viens seulement pour te montrer l'injustice
Et te connaître est difficile et on se demande
A savoir tous le mal qu'on t'a fait…
Je viens seulement pour te montrer l'épreuve que c'est
Je viens seulement pour te montrer l'injustice»


Trad. de The Funeral – Band of Horses
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanlee
Agent Fédéral
avatar

Nombre de messages : 205
Date de naissance : 13/07/1980
Age : 37
Date d'inscription : 24/05/2008

MessageSujet: Re: GUET-APENS   Lun 19 Jan 2009 - 19:43

Chapitre 22


Un bruit de porte attira tous les regards sur l'écran. Un homme pénétra violemment dans la pièce, comme jeté, trébucha avant de rétablir de justesse son équilibre. Visiblement abasourdi, il scruta la pièce. Reid n'avait pas réagi à l'entrée de l'homme. Quelques heures plus tôt, Elioth était venu lui administrer une nouvelle dose de drogue.
- Qui êtes-vous ? Demanda l'homme sur la défensive à l'attention de Reid.
Le jeune homme ne réagit pas. L'homme s'approcha.
- Monsieur ? Monsieur ? Vous m'entendez ? demanda-t-il, un tremblement dans la voix.
- Monsieur, répéta-t-il en s'approchant encore.
Il s'agenouilla aux côtés de Reid et le secoua doucement par l'épaule tout en l'appelant. Reid finit par ouvrir les yeux.
- Nathan ?

Le téléphone de Reid qu’Ellie gardait toujours sur elle sonna. Elle décrocha. C’était Benjamin. Paniqué.

@@@


Un bruit de porte tira Reid du trou noir dans lequel il avait été jeté. La douleur dans ses articulations s'était quelque peu apaisée. Sa respiration se faisait plus profonde. Cependant, ses souvenirs en pagaille refusaient de s'ordonner. Tout était très confus. Il lui semblait avoir dérivé des jours dans un océan d'agonie. Il ne sut jamais qu'à peine quelques heures s'étaient écoulées. Quelqu'un semblait l'appeler à l'extérieur de lui-même mais il n'avait pas la force de se manifester. Il ne voulait qu'une seule chose : dormir. Et puis on le secouait. Un gémissement de douleur monta en lui. Il finit par ouvrir les yeux.
- Nathan ? Demanda-t-il résigné et plein de crainte.

Le garçon n'avait certainement pas réussi à s'échapper. Ils étaient perdus.
- Dieu soit loué vous êtes vivant ! Comment vous appelez-vous ?
La vision trouble de Reid ne lui permit pas d'identifier la silhouette qui se dessinait maladroitement devant lui. Mais si elle lui demandait comment il s'appelait, elle ne devait pas être Nathan. Une lueur d'espoir auquel il s'accrocha et puis l'inquiétude le mina à nouveaux lorsque l'homme répéta sa question…
- Monsieur ? Comment vous appelez-vous ?
… Et qu'il lui fut impossible d'y répondre.
- Je... Je... Balbutia-t-il au bord de la panique.

Son corps ne lui appartenait plus tout à fait étant donné sa faiblesse et maintenant... Maintenant même son esprit se dérobait, son esprit sur lequel il avait toujours su pouvoir compter dans les situations les plus difficiles, son esprit le trahissait. Pour se redonner de la contenance face à l'homme qui le toisait, Reid se redressa péniblement assis, serrant les dents. Exposant son visage fatigué et raviné par sa captivité.

@@@


Même à travers la caméra, l'équipe de profiler put voir le visage de l'homme blêmir brusquement.
Alors que Benjamin effrayé lui expliquait la disparition de son père, Ellie ferma les yeux pour tenter de s'abstraire de cette réalité quelques instants. Puis, elle lui demanda qu'il lui passe mère afin de lui expliquer la situation.

@@@


- Spencer ? Bafouilla l'homme
- oui, c'est mon nom, répondit Reid soulagé de retrouver son identité puis l'inquiétude le rattrapa, Comment le savez-vous ?
- Je... Je m'appelle William Reid. Je suis ton... ton père.
Le visage de Reid se figea avant qu'il ne reprenne sèchement.
- Impossible, trancha t-il, mon père ne pourrait me reconnaître s'il me croisait dans la rue. On ne sait pas revu depuis une quinzaine d'années.
- Je… je t'ai vu à la télé. Le journal a parlé de l'intervention d'une équipe de profiler du FBI dans l'affaire de la Nouvelle-Orléans après Katerina. Une femme qui imitait Jack l'éventreur. Ils ont montré vos photos. Ta photo.

Le sang de Reid se glaça et la rage, la colère qu'il avait ressentie face aux paroles de Lyli se déversa à nouveau en lui plus forte que l'épuisement et la souffrance dont son corps souffrait. D'un bond, il se leva, empoigna la gorge de l'homme et le plaqua durement contre le mur.
- Qui êtes-vous ? ! Lui cracha t-il au visage serrant durement, sans s'en rendre vraiment compte, le cou de l'imposteur.
- Spencer...
- Ne m'appelez pas comme ça !
- Je m'appelle William Reid
- vous mentez !
- Non
- prouvez-le.
- Tu... Tu me fais... Mal.

Reid réalisa qu'il resserrait de plus en plus sa prise sur le cou de l'homme. Il la desserra légèrement mais suffisamment pour laisser planer la menace qu'il lui briserait l'échine au moindre écart.
- c'est encore un coup de Lyli. Que veut-elle ?
Reid se mentait à lui-même. Il savait au fond de lui que l'homme disait vrai mais il avait besoin d'une preuve irréfutable pour y croire. Son entendement refusait d'appréhender cette réalité. Lyli avait été loin. Trop loin. Et pourtant, comment aurait-il pu en être autrement ? Lyli ne souhaitait, dans son esprit tordu, que l'aider, le soulager de la douleur qui le minait et désirait lui faire partager la solution qu'elle avait trouvée pour contenir, apprivoiser la sienne : tuer son propre père. Et peut-être, oui peut-être, qu'elle n'avait pas tort ?
Cependant, Reid refusait cette réalité qu'il tenait entre ses doigts. Il les resserra davantage autour du cou de l'homme comme pour le broyer, réduire à néant ce visage qu'il avait pourtant tant désiré voir un jour sonner à sa porte.
- je... Je ne connais pas cette Lyli, fit l'homme paniqué.
- Une preuve !
- D'ac… cord, laisse-moi… réfl… Mandy, l'histoire de Mandy.

Reid se sentit dépossédée de lui-même à l'évocation de ce souvenir. Il lâcha brusquement le cou de son père. Seul son père pouvait connaître une telle chose, lui-même avait fini par l'oublier. Il recula, mortifié. Vacilla. Son père se porta à sa hauteur pour le soutenir. Cependant, Reid esquiva violemment la main tendue de son père.
- Spencer, je...
- Va-t'en.
- Spencer, je... Je ne peux pas. Et même si je le pouvais, je ne le ferai pas. Je ne pourrais pas t'abandonner.
- Tais-toi et... Et reste loin de moi !
- Mais...
- Tais-toi ! Cria Reid qui ne supportait plus de voir son père ni même de l'entendre. Tais-toi, je t'en prie, l'implora-il la voix brisée avant de se recoucher en boule sur le matelas. Il voulait dormir, juste dormir et peut-être même... oui peut-être même dans l'espoir de ne jamais se réveiller.

@@@


- il ne survivra pas. Pas à ça, lâcha Elle mortifiée, incapable de détacher son regard de Reid et de son père, après avoir raccroché.

Gideon se ressaisit. Il ne devait pas rentrer dans le jeu de Lyli. Et pourtant, l’équipe – peut-être les personnes les plus compétentes qu’il connaissait – restait prostrée devant l’écran, devant l’incroyable folie de Lyli. Cette dernière était douée, peut-être la plus douée et dangereuse des tueurs qu’il n’ait jamais rencontré.
- Qui est Benjamin ? Finit-il par demander, Ellie ! appela t-il durement face au silence de cette dernière, qui est Benjamin ?
- le frère de Spencer… son demi-frère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
susy
Agent Fédéral


Féminin Nombre de messages : 227
Date de naissance : 04/08/1992
Age : 25
Localisation : vers nantes
Personnage préféré : prentiss et morgan
Loisirs : mangas cm et le japon le chant
Date d'inscription : 31/12/2008

MessageSujet: Re: GUET-APENS   Lun 19 Jan 2009 - 20:35

PAS DE PRENTISS pale MAIS C EST COMME MEME GENIAL applaud VIVEMEN LUNDI PROCHAIN sourit0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lolOw
Schizophrène
avatar

Féminin Nombre de messages : 6388
Date de naissance : 29/05/1992
Age : 25
Localisation : *Perdue dans les méandres de ma conscience philosophique et désespérée*
Personnage préféré : Morgan, JJ, Emily et Garcia
Loisirs : Cette case est désormais trop petite pour tout énoncer x)
Date d'inscription : 12/11/2008

MessageSujet: Re: GUET-APENS   Lun 19 Jan 2009 - 22:21

Ah , intéressant ce nouveau tournant !
J'attends de voir ce que cela va donner !
Donc vivement la suite !
Encore bravo pour tant d'imagination ! super1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: GUET-APENS   

Revenir en haut Aller en bas
 
GUET-APENS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Guet Apens
» Guêt-apens
» Guêt-apens
» [Collection] La Guerre Secrete (Baudinière)
» La baie du guet-apens- Ambush Bay - 1966 -Ron Winston

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Esprits Criminels ConceptForum - Le forum n°1 sur la série! :: Les créations des fans :: Fanfictions :: Fanfics en cours-
Sauter vers: