Esprits Criminels ConceptForum - Le forum n°1 sur la série!


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 GUET-APENS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
ninie76
Agent Fédéral
avatar

Féminin Nombre de messages : 159
Date de naissance : 28/02/1980
Age : 37
Personnage préféré : Reid
Date d'inscription : 06/06/2008

MessageSujet: Re: GUET-APENS   Mar 21 Oct 2008 - 23:30

oh non c pas cool d'avoir posté qu'un chapitre et de s'arrêter là ! moi je l'aime bien cette fanfic ! Sincèrment j'adore j'ai trop envie de savoir la suite !!!

Et pour le ship Reid Elle, j'y avais jamais pensé mais c'est vrai que ça aurait pu. J'ai reagrdé récemment les épisodes de la saison 1 et je trouve qu'ils ont une relation sympa tous les deux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: GUET-APENS   Mer 22 Oct 2008 - 18:19

je viens de lire ta fic et je n'ai qu'1 mot a dire super, je l'ai lu d'une traite et quadn je suis arrive a la fin je me suis dit au non pas deja, comme si je regarder un episode de la serie et qu'il s'arrete d'un coup

pour les anagrammes je te dit bravo j'ai seulement compris qu'en meme temps que spencer avec gary neweelle.
mais en relisant et en mettent les anagrammes et les noms des personnages a cote apart celui de Megan Derrok=Derek Moran et de Norah Cathnero= Aaron Hotchner qui sont correcte, les autres soit il a une lettres de trop ou il en manque une. J'ai fait ma petite enquete avec crayon et papier. langue
Neo Gondaji= Jason Gideon il manque un S
Gary Neweelle= Elle Greenaway il manque un A
Penie Drecer= Spencer Reid il manque un S et il a un E de trop
Legacia Ronpee= Penelope Garcia il manque un P

mais vraiment apart ca ou alors c'est moi qui me trompe c'est super et je n'est qu'une seule chose a dire

VITE LA SUITE sourit1 sourit1

bravo
Revenir en haut Aller en bas
Tya
Incendiaire
avatar

Féminin Nombre de messages : 1089
Date de naissance : 23/08/1982
Age : 34
Localisation : La Cité des Papes
Personnage préféré : Derek et Penelope
Date d'inscription : 30/09/2008

MessageSujet: Re: GUET-APENS   Mer 22 Oct 2008 - 18:47

cruel en effet !
suspense interressant,
Spoiler:
 
bon vite la suite oufouf1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanlee
Agent Fédéral
avatar

Nombre de messages : 205
Date de naissance : 13/07/1980
Age : 37
Date d'inscription : 24/05/2008

MessageSujet: Re: GUET-APENS   Jeu 23 Oct 2008 - 10:55

ninie76 a écrit:
J'ai reagrdé récemment les épisodes de la saison 1 et je trouve qu'ils ont une relation sympa tous les deux.

J'ai également vu récement les épisode de la saison 1 -quand j'ai commencé à écrire cette fic je n'avais vu que le dernier épisode de la saison 1- et j'aime beaucoup la scène à la fin de l'épisode prise d'otage entre Reid et Elle.

Citation :
Vivi : mais en relisant et en mettent les anagrammes et les noms des personnages a cote apart celui de Megan Derrok=Derek Moran et de Norah Cathnero= Aaron Hotchner qui sont correcte, les autres soit il a une lettres de trop ou il en manque une.

Aie ! ça craint ! pourtant c'est pas faute d'avoir vérifier et revérifier, il faut croire que je sentais que quelque chose clochait. Je suis vraimment pas doué pour ça, je me mélange les pinceaux ou les lettres à chaque fois. La prochaine fois que j'ai besoin de créer des anagrammes, je te demanderais un coup de main si ça ne te dérange pas Vivi. En tout cas je suis impressionné que tu les ai refait papier et crayons en mains, bon travail d'enquêteur ! super1

Autrement, je suis tout à fait d'accord avec toi Tya quand tu dis que Reid donne un indice à l'équipe en choisissant Hotch mais ce choix il le fait malgré lui dans l'espoir de s'en sortir (car il n'est pas sûre que l'équipe comprenne). Dans la fic, ce que j'ai voulu dire c'est que Reid a peut-être donner un indice à l'équipe mais pour ça il a du choisir Hotch et même si c'était pour la bonne cause, il a dû se plier aux exigences de
Raphael. Mais je pense qu'effectivement c'était pas très clair mon idée, et qu'elle ne l'ai peut-être toujours pas ! lol

Bon autrement concernant la suite :
Spoiler:
 

histoire de vous faire patienter jusqu'à demain, et oui je serais en congé ( sourit1 sourit1 sourit1 ) et je pourrai régler la fin du chapitre qui suit qui me pose quelques soucis.

En tout cas, un grand thank_you2 à toutes les trois, et tous les autres précédement, de prendre le temps de me faire des retours, ça m'aide beaucoup à écrire et à régler les détails.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tya
Incendiaire
avatar

Féminin Nombre de messages : 1089
Date de naissance : 23/08/1982
Age : 34
Localisation : La Cité des Papes
Personnage préféré : Derek et Penelope
Date d'inscription : 30/09/2008

MessageSujet: Re: GUET-APENS   Jeu 23 Oct 2008 - 22:44

Tanlee a écrit:

Bon autrement concernant la suite :
Spoiler:
 

Yesssssssssssssssss :hourrah: lol mode |sadique| on angel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanlee
Agent Fédéral
avatar

Nombre de messages : 205
Date de naissance : 13/07/1980
Age : 37
Date d'inscription : 24/05/2008

MessageSujet: Re: GUET-APENS   Ven 24 Oct 2008 - 19:17

Alors voici la suite mais qu'on soit clair dès le départ : vous allez certainement me maudir à l'issue de ce chapitre compte tenu de sa fin. J'assume entièrement diablo Vous avez le droit de râler !


Chapitre 7


Hotch, Prentiss, JJ, Gideon et les trois autres agents se retrouvèrent au détour de l'une des parois. Les deux hommes qui les avaient tenus en joue s’étaient enfoncés dans les ombres des parois avant de disparaître. Aucun d’eux n’avait pu voir clairement le visage de ces hommes sous la lumière terne et blafarde de l’entrepôt. En silence et prudemment, ils cherchèrent l'origine du coup de feu. Ils finirent par retrouver l'agent qui accompagnait Morgan et Reid dans une mare de sang. Mort. Une balle dans le cœur. Et aucune trace des deux profiler. Envolés.
- Où est-ce qu'ils sont passés bon sang ! Fit Gideon en colère, Garcia ?
- Désolé mais sur le plan j'ai que deux issues à cette pièce. Certainement sont-ils tous passés par des portes dérobé, commenta Prentiss.
- Demande aux hommes à l'extérieur de renforcer la sécurité. Il est hors de question qu'ils arrivent à sortir d'ici.
- Immédiatement, répondit Garcia

@@@


Quatre heures s'étaient écoulés depuis la disparition de Reid et Morgan. Chaque centimètre carré de l'entrepôt était ratissé. Chaque sortie bouclée et un périmètre de sécurité installé autour du bâtiment.
- il le savait, commenta Gideon.
- Qui ? Demanda Prentiss
- Reid, il le savait forcément.
- que quoi Gideon ? Demanda Hotch.
- Que c'est lui qu'elle visait.
- Pourquoi n'aurait-il rien dit alors ? demanda JJ
- pour moi, en partie, répondit Éllie par l'intermédiaire de l'oreillette, j'aurais dû comprendre plus vite.
- Comprendre quoi ? Demanda Gideon agacé de perdre ainsi du temps.
- Au téléphone, elle a dit : 9 Jack 99 mèreson, c'est l'anagramme de Jackson mère 999. C’est une espèce de code entre nous. Ça serait trop long à vous expliquer cette histoire mais ça veut dire en gros que quand l'un de nous est en danger l'autre l'est aussi, c'est... c'est compliqué.
- O.K. ce que tu essayes de nous dire c'est que cette femme connaissait ce fait.
- Certainement.
- mais pourquoi Reid ne nous en aurait-il pas parlé ? demanda Prentiss
- Parce qu'il savait que vous auriez refusé qu'il vienne et que ça aurait causé une escalade dans le mode opératoire avec une forte probabilité pour que cette femme cherche à s'en prendre à moi comme elle l'a menacé de le faire en utilisant le code Jackson mère 999. Et je crois aussi qu’il voulait régler de vieux compte, se confronter à de vieux fantômes.
- lesquels ?
- ceux du cabanon de Tobbias Anckle
- oui mais elle a aussi pris Morgan, objecta Prentiss, pourquoi embarqué Morgan si elle veut s'en prendre à Reid ?
- Pourquoi je ne sais pas mais c'est Reid qu'elle visait, Jackson mère 999 à une réelle signification.
- Elle a raison, fit Gideon, je l'ai compris trop tard mais dans le parchemin elle parle de celui qui faillit, elle considère que Reid a commis une erreur lorsqu’il s’est retrouvé entre les mains de Tobbias Anckle, un signe de faiblesse, et surtout dans un des parchemins elle dit aussi : elle le connaît lui, elle sait, elle sait, il ne la laissera pas le prendre. Morgan a toujours eu un rôle plus protecteur vis-à-vis de Reid surtout depuis l'affaire Anckle.
- ça ne répond pas à ma question.
- pourquoi avoir emmené Morgan si elle ne visait que Reid ?
- Dans le parchemin elle dit la vengeance n'admettra aucun obstacle.
- elle va le tuer ? Demanda Garcia empli d'effroi.
Seul un silence lourd de crainte lui répondit, tous avaient à l'esprit l'image de l'agent mort, froidement abattu, qui accompagnait Morgan et Reid.

@@@


La femme et l'homme avait conduit Morgan et Reid dans une petite pièce et les avaient enfermés. Aucune fenêtre. Impossible de savoir depuis combien de temps ils étaient là.
- tu sens cette odeur ? Finit par demander Reid qui ne supportait plus ces quatre murs et cette attente, ce silence.
- Quelle odeur ?
- de poisson.
- Non.
- C'est rien, ça doit être moi qui...
Reid se tut.
- Ça va aller ?
- elle le fait exprès, elle joue avec nos nerfs. Tu crois que l'agent O'neil est mort ?
- Reid, on va s'en sortir. Il faut que tu tiennes.
- Je tiendrai, t'inquiète pas.
- Reid, fit Morgan après un long silence, pourquoi n'as-tu rien dit au sujet d'Elle ?
- je ne crois pas que ce soit vraiment le moment de...
- S'il te plaît, de toute façon on n'a rien d'autre à faire, non ?
- C'est vrai... (Reid marqua une pause) je ne te l'ai pas dit parce qu’Elle ne le souhaitait pas.
- Ça ne me suffit pas comme explication
- Je n'en ai pas d'autre. Il faudra t'en contenter et t'expliquer avec elle.
- Non, tu ne peux pas t'en tirer comme ça, répliqua Morgan haussant le ton.
- Si tu m'avais écouté avant qu'Elle n'arrive au bureau, eh bien nous n'aurions pas cette discussion.
- Je t'ai écouté et...
- Non, non, le coupa Reid, tu es en colère tout comme Elle l'était après son agression, et la colère rend sourd et aveugle.
- Tu te fous de moi là ! Et pourquoi serais-je en colère ? fit Morgan qui refusait d'admettre que Reid puisse avoir raison.
- Tu es profiler, tu le sais aussi bien que moi.
- Mais je vous écoute docteur Spencer Reid, ironisa Morgan.
- Le sentiment de culpabilité.
- Culpabilité de quoi Reid !
- On sait tous demander si on n’aurait pas pu faire quelque chose pour aider Elle avant qu'elle ne déraille y compris toi, ose me dire le contraire !
Morgan n'eut pas le temps de répondre, une clé tourna bruyamment dans la serrure, puis la porte s'ouvrit.

@@@


- on a quelque chose, fit un agent en courant vers l'équipe de profiler.
- Quoi ? Demanda Hotch.
- C'est bizarre, venez voir.
L'agent les mena, à travers un dédale de couloirs, jusqu'à une petite pièce dans laquelle trois écrans d'ordinateurs étaient installés. A côté de l'un d'eux, ils trouvèrent les cartes du FBI de Reid et Morgan ainsi que leur portable. Gideon s'installa sur la seule chaise présente en face des écrans. Ces derniers s'allumèrent alors, l'image de Morgan allongé au sol, visiblement inconscient, apparut.

@@@


La femme apparut sur le seuil. Un sourire satisfait dessinait ses lèvres.
- Que voulez-vous ? Demanda Morgan.
- vous êtes bien impatient Derek.
- Toujours… comment peut-on vous appeler ? Mme ? Mademoiselle ?
Le sourire de la jeune femme s'élargit.
- Mademoiselle.
- Mademoiselle comment ?
- Chaque chose en son temps.
- Et vous docteur Reid ? D'ailleurs dit-on agent ou docteur ?
Ce dernier se tut. Hors de question de rentrer dans son jeu une nouvelle fois. Il se l'était promis. Il se contenta de la fixer. À mesure que le silence s'écoulait, le visage de la femme se figeait, son sourire devenait un rictus inqualifiable. Morgan inquiet se demandait à quel jeu jouait Reid. Il risquait de les faire tuer tous les deux.
- Lily, finit par dire la femme.
- Docteur ou agent c'est pareil pour moi, répondit Reid.
- Alors ce sera docteur pour moi, pour le moment après... Dit-elle en s'approchant du jeune profiler, après on verra, lui murmura-t-elle à l'oreille.
- À partir de maintenant, répliqua froidement le jeune homme sans ciller, c'est du donnant-donnant.
- Ça risque d'être plus intéressant que je ne l'avais imaginé.
Morgan profita de l'inattention de la jeune femme. Il lui donna un violent coup de coude dans l'omoplate. Elle l'esquiva à moitié et le reçut dans l'épaule lâchant son arme. Reid la projeta au sol alors qu'il aperçut Morgan s'effondrer. Penché pour ramasser l'arme, tout se passa très vite, l'ombre d'un homme tomba sur lui. Il reçut un coup de pied dans les côtes, le souffle coupé. Il fut projeté à terre. Du coin de l'œil, il vit Morgan qui se redressait. La femme ramassa l'arme, se releva, la pointa sur Morgan et tira sans une hésitation. Le temps s'étira subitement. Reid vit son collègue s'effondrer de tous son poids sans un cri, plus terrifiant encore, et une tache rouge sombre commença à se répandre sur le sol autour de son corps. Il voulut se porter à son secours mais deux bras puissants le ceinturèrent jusqu'à l'immobiliser. Il ne pouvait détacher son regard de son coéquipier et ami. C'est à peine s'il vit la jeune femme s'approcher de lui avec une seringue.
- Pourquoi ? Demanda Reid dans un murmure.
- Je l'avais averti : un avertissement, oui un avertissement qu'elle lui donne, la vengeance n'admettra aucun obstacle.
Reid reconnut les paroles du parchemin adressé à Morgan retrouvé sur le meurtre de Cassandra.
Le profiler sentit une légère piqûre, familière, synonyme d'un soulagement proche, dans le creux de son bras. Une douleur diffuse grimpa le long de ses veines, la vision de Morgan à terre se brouilla jusqu'à disparaître. Il sombra.

@@@


- Il est blessé, réalisa soudainement Prentiss devant l'image de Morgan auréolé de sang.
- ils ne peuvent pas avoir quitté l'entrepôt et on en a fouillé chaque centimètre carré. Ils sont forcément là, fit Gideon.
- Faut faire vite, commenta Hotch le regard fixé sur l'écran.
- Le sous-sol ! S'exclama Gideon, Garcia y a-t-il un sous-sol sur le plan ?
La jeune informaticienne au bout du transmetteur ne réagit pas. Pétrifiée. L'image de Morgan étendue sur le sol que lui renvoyaient les quatre caméras de ses collègues la médusait. Ce fut Elle qui répondit.
- Non. Non. Il n'y a rien du tout.
- Même pas un accès qui ne semble mener à nulle part ?
- Non. Encore une de ses maudites portes dissimulées, ragea Elle.
- Garcia ! Appela Gideon, fait quelque chose !
La jeune femme ne réagit toujours pas.
- Garcia ! Fit-il plus brusquement.
Et ce fut comme un détonateur qui la sortit de sa stupeur. Elle se mit à pianoter machinalement sur son écran.
- Attendez, fit Elle à l'adresse des autres, on cherche.
- faites vite, recommanda JJ inutilement.
- ça y est, je tiens quelque chose, déclara Garcia. Cet entrepôt a été perquisitionné il y a deux ans dans une affaire de drogue. La police suspectait l'existence d'un labo. Ils n'ont rien trouvé pas 1 g de drogue ni de produits.
- Ça ne nous aide pas Garcia.
- attendez, je remonte dans les archives. Ah ! Là j'ai quelque chose. Il y a 60 ans quatre adolescents se sont perdus dans l'entrepôt, anecdotes du journal local, et ils ont été retrouvés dans une partie qui a été condamnée par la suite pour éviter que ce genre de choses ne se reproduise, attendez, je cherche les vieux plans... Ah voilà, il y a bien un sous-sol, l'accès est... est devant vous.
- Garcia ce n’est pas le moment de jouer aux devinettes.
- Je ne joue pas, l'accès est devant vous.
- Devant nous, il y a des écrans d'ordinateurs accrochés au mur et... Gideon se tut lorsque Hotch et Prentiss réussirent à faire coulisser le mur.
Ce dernier glissa suffisamment pour laisser passer une personne. Gideon passa devant, JJ puis Prentiss, Hotch couvraient l'arrière. Des escaliers, éclairés par la même luminosité trouble et sale du premier niveau, les menèrent dans un couloir de chaque côté duquel des portes étaient placardées à espace régulier. Gideon ouvrit la première tandis que le reste de l'équipe s'attaquait aux suivantes.
Prentiss longea le couloir jusqu’à la porte suivante. Elle pénétra avec force dans la pièce, arme pointée devant elle. A cet instant, elle aurait aimé avoir quelqu’un sur qui tiré, se retrouver face à un ennemie à abattre plutôt que de se retrouver face à ce qu’elle découvrit. Elle marqua un temps d’arrêt, infime, juste le temps d’assimiler ce que ses yeux lui montraient, ce que tout son être refusait d’accepter. Puis elle se ressaisit.
- Je l'ai, cria t’elle en se précipitant auprès de Morgan.
Il respirait encore. Un miracle au vu du sang dans lequel elle pataugeait. Il s’accrochait. Du moins, elle l’espérait.
- Morgan tu m'entends. Derek ! Reste avec nous, accroche-toi.
Ses mains étaient gluantes de sang – cette sensation elle ne l’oubliera jamais, et cette odeur, l’odeur de la mort... – alors qu'elle comprimait la blessure par balle à la poitrine de Morgan inconscient.

Je vous avais prévenu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tya
Incendiaire
avatar

Féminin Nombre de messages : 1089
Date de naissance : 23/08/1982
Age : 34
Localisation : La Cité des Papes
Personnage préféré : Derek et Penelope
Date d'inscription : 30/09/2008

MessageSujet: Re: GUET-APENS   Ven 24 Oct 2008 - 19:46

oh la suite colere colere triste3 triste3
allééééééééééééééééééééé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: GUET-APENS   Ven 24 Oct 2008 - 20:28

oui le suite colere colere
tu ne peut pas me laissez comme ca avec derek qui a recut une balle dans la poitrine triste3 triste3 inconscient pale
et Ried on ne sait ou pale
:rahhnonnn: :rahhnonnn:
s'il te plait vite vite la suite
:prie: :prie:
Revenir en haut Aller en bas
Tanlee
Agent Fédéral
avatar

Nombre de messages : 205
Date de naissance : 13/07/1980
Age : 37
Date d'inscription : 24/05/2008

MessageSujet: Re: GUET-APENS   Sam 25 Oct 2008 - 10:49

Je pense pouvoir mettre le chapitre 8 dans la soirée mais sa fin est pire que celle là, enfin à mon avis. L'équipe n'a pas fini d'en baver. Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanlee
Agent Fédéral
avatar

Nombre de messages : 205
Date de naissance : 13/07/1980
Age : 37
Date d'inscription : 24/05/2008

MessageSujet: Re: GUET-APENS   Sam 25 Oct 2008 - 21:23

Je suis consiciente de laisser notre équipe de profiler préférée dans une situation terrible affraid à l'issu de ce chapitre. J'essaierais de mettre la suite au plus vite, promis, en attendant sortez vos mouchoirs.

Bonne lecture.


Chapitre 8

- rien, rien, et encore rien ! Ragea Garcia devant son écran d'ordinateur.
Le disque dur de Tobias Anckle ne lui crachait aucune information qu'elle ne connaissait déjà. Aucuns contacts avec lesquels il aurait pu échanger des informations dont les vidéos de Reid. Ces vidéos étaient stockées sur le disque dur et n'en avaient jamais bougé. Alors que Garcia s'énervait toute seule à tenter de faire cracher des informations à l'ordinateur qu'il ne détenait sûrement pas, Prentiss pénétra dans son antre. L'informaticienne se leva d'un bond.
- Alors ? Lui demanda-t-elle en se jetant presque sur elle.
- Morgan est en salle d'opération.
- Et ?
- Et on n'en sait pas plus, fit la profiler en s'affalant sur une chaise.
- Ça fait plus de quatre heures maintenant.
- Je sais, fit sombrement Prentiss, il s'accroche, il s'en sortira, ajouta-t-elle pour tenter de s'en convaincre elle-même, Hotch et JJ sont restés à l'hôpital. Et toi ?
- Moi ?! C'est désespérant. Lee n'avait pas d'ordinateur. Dis-moi comment a-t-il fait pour vivre à notre époque sans ordinateur ? !
- les cybercafés.
- exactement. Et c'est ça le drame ! Impossible de retrouver sa trace et donc impossible de savoir s'il était en lien avec cette femme avant sa mort.
- Et l'ordinateur de Tobias ?
- rien, rien rien !
- Tu devrais prendre une pause, Fit Prentiss sentant sa collègue à bout.
- Une pause ! Comment veux-tu que je prenne une pause ! Non. Thomas est… est mort. Morgan est entre la vie et la mort, Reid a disparu, on ne sait où...
- Justement. Il ne faudrait pas qu'un troisième membre de l'équipe déraille.
- dérailler ? Mais je ne déraille pas. Je ne déraille jamais ! Je suis juste inquiète et énervée et en colère et...
- Garcia va prendre une pause.
- Comment tu peux rester aussi... Aussi indifférente à ce qui se passe ? !
- Je ne suis pas indifférente, répondit la profiler impassible.
Garcia la fusilla du regard et partit en claquant la porte de son bureau laissant Prentiss seule.
- Je ne suis pas indifférente, murmura cette dernière dans le silence du bureau, je suis terrifiée.
La jeune femme sentait une angoisse incontrôlable lui nouer les tripes depuis qu'elle avait découvert Morgan dans le sous-sol de l'entrepôt. Le vertige qui l'avait saisi à la vue de son collègue couvert de sang lui donnait encore la nausée. Cependant, elle ne pouvait se permettre de craquer car elle ne savait pas si elle parviendrait à se ressaisir. Et puis, toute l'équipe était à cran, semblait avoir été ravagée par le kidnapping de Reid et la blessure de Morgan. Ravagée était le terme. Des ruines. Il ne restait que des ruines des liens qui les unissaient les uns aux autres et qui faisaient leurs forces. Des ruines fumantes et sinistres. Gideon et Hotch s'étaient disputés à l'hôpital, Hotch reprochant à son collègue d'avoir hésité à faire appel aux médias, Gideon toujours aussi obstiné répétant que c'était le mieux à faire, JJ était comme mortifiée répondant que par des hochements de tête aux questions qu'on lui posait. Ellie avait disparu. Garcia ? Il n'y avait pas de mots pour décrire l'état de fureur dans lequel elle se trouvait. Alors elle devait tenir. Elle n'avait pas le choix. Pour elle. Et pour l'équipe. Elle retourna dans le bureau où trônait la table ronde. Son estomac se noua un peu plus à la vue des sept chaises vides. Elle se demanda si l'équipe se réunirait un jour à nouveau autour de cette table. Elle en frémit de terreur. Elle s'installa sur l'une des chaises et plongea le nez dans le dossier pour noyer ses peurs, ses inquiétudes et dans l'espoir de trouver des réponses aux questions insolubles auxquelles ils se heurtaient depuis le début de cette affaire.

@@@


Hotch faisait les cent pas dans le couloir de l'hôpital, incapable de se calmer et de réfréner la panique qui l'envahissait peu à peu. Jennifer, assise sur le banc, n'avait pas bougé. Pas même cillé. Pas dit un mot depuis que Morgan avait été retrouvé dans le sous-sol de l'entrepôt. Il n'osait même plus la regarder de peur de ne plus pouvoir se contenir et de finir par la gifler pour tenter de la faire réagir. Son immobilisme lui était insoutenable. Cela faisait cinq heures que Morgan avait été pris en charge par l'équipe médicale. Une heure et demi plus tôt, une infirmière était venue l'informer que sa blessure était grave, que les médecins faisaient tout ce qu'il pouvait, que Morgan avait eu "beaucoup de chance" – à ces mots Hotch l'aurait volontiers étripée – car la balle n'avait pas touché son cœur et il s'en était fallu de peu. Quelques millimètres seulement. Depuis, plus aucune nouvelle.
- Aaron !
Hotch se retourna. Haley accourait vers lui.
- qu'est-ce que tu fais là ? Lui demanda t-il alors qu'elle le serrait dans ses bras.
- j'ai appris pour Derek et Reid.
- Comment ?
- J'ai arraché les informations à l'agent que tu as chargé de m'appeler pour me prévenir que tu ne rentrerais pas cette nuit. Comment va-t-il ?
- On ne sait pas.
- Et les autres ?
- Gideon et Prentiss sont repartis au bureau, enfin je crois.
- Tu Crois ? Demanda Haley qui n'entendait jamais son mari émettre le moindre doute surtout concernant son équipe.
- Gideon et moi avons eu un différent, minimisa Hotch terrifié par cette perspective.
- La situation est si grave que ça ?
- Garcia est également au bureau, éluda son mari, et JJ... JJ… ajouta-t-il en tournant un regard affligé vers sa collègue qui n'avait toujours pas bougé.
Il se tut. Il ne savait que dire. Un médecin apparut dans le couloir en surgissant par les portes donnant sur les blocs.
- Vas-y, fit Haley, je m'occupe de Jennifer.
Hotch remercia sa femme avant de se porter à la rencontre du chirurgien avec peur et inquiétudes. Haley observa son mari qui rejoignait d'un pas mal assurée le médecin puis se tourna vers Jennifer Jarreau. Elle la connaissait très peu, quelques soirées partagées, des plaisanteries, des sujets bateaux. Elle l'avait devinée forte et déterminée. En cet instant, elle lui faisait l'effet d'une jeune femme à la volonté brisée. Elle s'assit à côté de la collègue de son mari et prit sa main, gelée, dans la sienne.
- Bonjour Jennifer. C'est moi Haley.
Puis, elle se tut. Elle ne savait que dire. Morgan et Reid, elle ne les connaissait pas très bien, beaucoup à travers ce que son mari lui en disait, mais pour Jennifer qui passait la plupart de son temps avec eux, qui risquait sa vie à leur côté, ils devaient représenter bien plus que de simples collègues. Alors que dire ?
- Je suis sincèrement désolée, finit-elle par murmurer d'une voix tremblante.
A ces mots, Jennifer cessa de fixer le mur blanc en face d'elle et tourna la tête. Leurs regards se croisèrent.
- Ils sont morts ? Demanda-t-elle dans un murmure apeuré.
- non, il y a encore de l'espoir.
Une larme perla sur la joue de la profiler. Haley la prit dans ses bras, les yeux rougis par l'inquiétude et la peur. Son mari aurait pu se retrouver à la place de Morgan et le pouvait encore dans les jours à venir, les années. Un jour, elle pouvait être appelée pour se rendre au chevet de son mari blessé par balle. Elle songea aux paroles de réconfort qu'elle aimerait qu'on lui prodigue. Existait-il vraiment des paroles de réconfort dans une telle situation ?
- Oui, il y a encore de l'espoir, lui répéta-t-elle alors que JJ s'effondrait en larmes dans ses bras.

@@@


Gideon tournait comme un lion en cage dans son salon. Son altercation avec Hotch dans le couloir de l'hôpital le mettait en rage. Le Quatuor avait réussi. L'équipe et les liens qui les unissaient les uns aux autres se dissolvaient dans les colères, la culpabilité et les peurs de chacun. Comme bouffés. De le savoir, que le Quatuor avait réussi, qu'il les connaissait si bien qu'il pouvait anticiper leurs réactions, le mettait hors de lui d'autant plus qu'il ne savait comment y remédier. Il n'avait jamais eu à faire face à ce genre de situation même lors de l'agression d'Elle ou du kidnapping de Reid. L'équipe avait toujours fait front, ensemble, sans jamais perdre le contrôle. Cependant, cette affaire qui les avait tous touchés violemment d'une façon ou d'une autre, Hotch dans son rôle de père et de mari, lui dans son intimité qu'il avait sentit comme arrachée, violée, avait été la goutte d'eau de trop et avait signé une explosion émotionnelle incontrôlable, trop longtemps tu. Gideon réalisait seulement maintenant qu'après le départ d'Elle rien n'avait été dit. Elle était partie... Et ils n'en avaient plus jamais reparlé comme s'ils n'avaient jamais connu la jeune femme, comme si elle n'avait jamais fait partie de l'équipe, comme s’ils n'avaient jamais affronté la mort ensemble. Il réalisa également que cela faisait tout juste un an que Reid était passé entre les mains de Tobias Anckle. Et encore une fois rien n'en avait été dit. Et Gideon, lui qui se disait profiler, s'étonnait que l'équipe se disloque sur ce tas de non-dits. Pour le quatuor, la faille avait été facile à trouver pour détruire ce qui faisait la force de leur équipe. Il se maudit lui-même d'avoir été si faible, d'avoir refusé d'affronter sa propre culpabilité lors de l'agression d'Elle, sa colère contre son impuissance à aider Reid l'année dernière, de ne pas avoir mis des mots sur toutes ces choses, des mots qui auraient pu les sauver aujourd'hui, sauver l'intégrité des liens qui les unissaient. La sonnette de la porte d'entrée résonna et le tira de ses sombres pensées, et de ses remords. Lorsqu'il ouvrit la porte, il découvrit Prentiss sur le palier.

@@@


Cela faisait plus d'une heure que Prentiss épluchait le maigre dossier de l'affaire en cours plus constitué de questions que de réponses. Comment le Quatuor avait-il pu installer ce que Garcia appelait un radar sur le réseau du FBI, comptaient-ils parmi eux un as de l'informatique plus doué que Garcia qui n'avait rien pu tirer de ce radar ? Peu probable. Comment avaient-ils pu avoir accès à des données aussi personnelles sur les membres de l'équipe si ce radar ne leur donnait pas accès aux informations stockées sur le disque dur des ordinateurs du FBI? Comment avaient-ils pu avoir accès aux vidéos de Reid stockées aux archives ?
Et soudain l'évidence lui sauta aux yeux. Le vertige d'une telle découverte faillit la faire tomber de sa chaise. Elle se leva prudemment, encore sous le choc. Et se rendit chez Gideon.

@@@


Gideon se leva du banc et fit lentement les cent pas devant Prentiss assise. Cette dernière garda le silence et attendit que le profiler réfléchisse à son hypothèse. Elle avait réussi à le sortir de chez lui sans trop de difficultés. Peut-être ne tenait-t-il pas à rester chez lui après l'intrusion que le Quatuor avait osé. Pour une fois, son hypothèse n'avait pas été rejetée en bloc. En effet, malgré les un peu plus d'un an passé dans l'équipe, Prentiss avait encore du mal à faire entendre ses idées. Certainement que le fait qu'elle soit venue remplacer Elle Greenaway, une femme pleine de caractère du peu qu'elle en avait vu, n'avait pas facilité son intégration.
- D'accord, finit par approuvé Gideon, ça se tient. On aurait dû s'en rendre compte plus vite.
- Que fait-on ?
- Que proposes-tu ?
Prentiss fut désarçonnée par cette nouvelle confiance que lui accordait Gideon. Cependant, elle n'eut pas le temps de faire une proposition, le téléphone de son collègue sonna.
- c'était Hotch, fit Gideon en raccrochant, on se retrouve au bureau, ajouta-t-il en commençant à s'éloigner.
- et Morgan ? Demanda Prentiss la gorge nouée.
Le profiler s'immobilisa, hésita puis se retourna. Il osait à peine croiser son regard. Ses lèvres esquissèrent un mot mais il se contenta de secouer la tête. Prentiss sentit les larmes noyées ses yeux. Son corps lui criait d'emboîter le pas à Gideon déjà parti comme s'il fuyait la mort même, mais son esprit en était incapable, cloué sur ce banc à jamais...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tya
Incendiaire
avatar

Féminin Nombre de messages : 1089
Date de naissance : 23/08/1982
Age : 34
Localisation : La Cité des Papes
Personnage préféré : Derek et Penelope
Date d'inscription : 30/09/2008

MessageSujet: Re: GUET-APENS   Dim 26 Oct 2008 - 23:42

comment ca ? comment oses tu faire ca ? affraid dis moi qu'il y a de l'espoir ????????? merci1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanlee
Agent Fédéral
avatar

Nombre de messages : 205
Date de naissance : 13/07/1980
Age : 37
Date d'inscription : 24/05/2008

MessageSujet: Re: GUET-APENS   Mer 29 Oct 2008 - 20:20

Tya a écrit:
comment ca ? comment oses tu faire ca ? affraid dis moi qu'il y a de l'espoir ????????? merci1

Peut-être que oui... peut-être que non ! diablo

Mais bon comme je suis de bonne humeur aujourd'hui (bientôt les vacances sourit1 ), je mets deux chapitres qui lèveront une partie des doutes et des questions sur le devenir de certains membres de l'équipe !

Alors bonne lecture !

Chapitre 9

Ellie était retournée chez Reid. Elle était en colère. En colère contre Reid de n'avoir rien dit, d'avoir voulu jouer au héros, contre l'équipe, et contre elle-même. Elle tournait en rond dans le salon. Si elle avait réfléchi, si elle n'avait ne serait-ce que connecter deux neurones de son cerveau, elle aurait pu éviter l'enlèvement de Reid et l'état gravissime de Morgan. Elle était partie du bureau précisément pour cette raison : Elle ne voulait pas entendre Hotch ou Gideon lui annoncer la mort de son ancien collègue. Non. Elle n'y survivrait pas. Et Reid… tout ce gâchis par sa faute, parce qu'elle refusait de s'attacher aux détails, de tenter de les assimiler pour les comprendre. Parce qu'elle refusait ou plutôt ne supportait plus d'attacher de l'importance aux paroles, aux comportements de psychopathes tels que le Quatuor. Ils ne le méritaient pas. Le fisher's king lui avait volé cette empathie, cette attention qu'elle pouvait dispenser. Lui avait-il volé ou était-ce elle-même qui se la refusait ? Après la mort de Lee pouvait-elle encore prétendre posséder une telle retenue face à de telle personnalité ? En avait-elle seulement encore le désir ? Le téléphone de Reid qu'elle avait subtilisé au BAU après que l'équipe soit rentrée de l'entrepôt sonna. Benjamin. Elle hésita. Brièvement. Puis décrocha.
- Allô Benjamin
- Qui êtes-vous ? demanda l'adolescent sur un ton revêche
- Elle Greenaway, l'amie de Spencer.
- Où est-il ?
- Il est… retenu par le travail, répondit Elle la voix soudainement plus fébrile.
Les larmes lui montèrent aux yeux.
- Passer par sa copine pour me dire qu'il ne veut pas me parler, c'est vraiment pas cool ! S’emporta t-il.
- Non, je t'assure, je suis sûre qu'il aurait aimé te parler en ce moment mais…
- Vous fatiguez pas, je l'ai déjà appelé deux fois
- Laisse-lui un peu de temps
- Du temps pourquoi ?! Non laissez tomber. C'est de la faute à mon père de toute façon. Enr…
- Non, attends Benjamin. Je suis sûre que Spencer reprendra contact avec toi dès qu'il… dès qu'il sera de retour mais ça risque de prendre un peu de temps. En attendant si tu as besoin de parler, ou si tu as un problème, n'hésite pas à appeler sur le portable de Reid, je l'aurais toujours avec moi.
- D'accord, répondit Benjamin hésitant après un instant de silence

Puis, il raccrocha. Elle n'eut pas le temps de laisser couler les larmes qui inondaient déjà ses yeux. Son téléphone bipa. Un message de Gideon. Elle le parcourut rapidement. Ses larmes se transformèrent en rage.

@@@


Dans le bureau, la tension était palpable. JJ évitait soigneusement les deux chaises vides autour de la table et qui pourtant l'appelait sans cesse. Elle sentit les regards à couteaux tirés échangés entre Gideon et Hotch, elle se souvenait vaguement d'une altercation entre les deux hommes à l'hôpital, et comprit que la relation entre Prentiss et Garcia s'enlisait dans la rancœur lorsque l'informaticienne laissa délibérément une chaise vide entre Prentiss et elle. JJ se demanda comment ils en étaient arrivés là. Dans un moment aussi critique, le silence n'avait pas sa place, pas dans une équipe aussi soudée qu'avait été la leur. « Qu’avait été », cette pensée la fit frémir. Le Quatuor avait-il réussi ? Avait-il gagné ? Hors de question songea JJ. Au moment où elle s'apprêtait à rompre le silence mortifère que personne n'arrivait à briser, Ellie fit irruption dans la pièce. Une véritable furie.
- c'est votre faute ! Cria-t-elle en se plantant devant Gideon et Hotch les dominant de toute sa hauteur.
- Elle calme-toi, lui demanda Hotch.
- Me calmer ! Comment peux-tu me demander une telle chose Aaron ! Je t'avais dit que je voulais faire partie de la mission et comme d'habitude...
- Où as-tu eu ça ? La coupa sèchement Gideon en désignant l'arme qu'Elle tenait.
- Ça ! fit Elle en brandissant l'arme par le canon, je l'ai achetée au coin de la rue.
- Elle, tu n'es plus agent. Tu n'as plus le droit de porter une arme…
- Je sais. Après avoir tué Lee sans défense (Elle ne vit pas les visages de ses anciens collègues se décomposer à cette révélation qui pour eux n'avait été jusque-là que suspicion) je m'étais juré de ne plus porter d'armes mais aujourd'hui c'est différent. Je tuerais cette garce de mes propres mains.
- Elle ça ne fonctionne pas comme ça, c'est...
- Écoutez, j'ai des informations concernant le Quatuor et cette femme.
- Comment les as-tu obtenues, fit Hotch suspicieux.
- Est-ce vraiment important ?
- bien sûre que oui.
- Alors je crois qu'on n'a plus rien à se dire, fit Elle en rangeant son arme dans sa ceinture.
- Non attends Elle, fit Hotch.
- non, je refuse d'attendre après vos procédures alors que Reid est peut-être déjà mort ! Cracha-t-elle avant de claquer la porte du bureau laissant Hotch, Gideon, Prentiss, Garcia, et JJ médusés.
Cette dernière réagit la première. Elle refusait que ça se termine ainsi. Ce n'était pas le moment. Il y avait encore de l'espoir, se souvenait-elle du brouillard qu'elle avait traversé quelques heures plutôt. Elle se leva et tenta de rattraper Elle. En vain.

Dans le bureau, Gideon se leva à son tour.
- Qu'est-ce que tu fais ? Lui demanda Hotch.
- C'est ridicule.
- Qu'est-ce qui est ridicule ?
- Tout ça c'est… j'abandonne, fit-il avant de se diriger vers la porte.
- Et Reid ? ! s'encoléra Garcia, on ne peut pas l'abandonner ainsi. Vous n'avez pas le droit !
Le profiler se contenta de hausser les épaules.
- Jason non ? Insista Hotch.
- désolé, répondit ce dernier avant de se glisser par la porte.
Le silence s'abattit dans le bureau tel un couperet.
- Rentrez chez vous, fit Hotch, au bout de quelque instants
Il ne supportait plus les regards pesants de Prentiss et Garcia.
- pas vous Hotch ? fit Garcia en colère
- Garcia obéit s'il te plaît.
- A un ordre aussi stupide ? !
- Garcia ! S'emporta Hotch, c'est de l'insubordination.
- Et vous, vous ne méritez pas vos galons de supérieur ! L'invectiva-t-elle avant de se lever et de quitter le bureau furieuse.
Prentiss n'osait même plus croiser le regard de Hotch pétrifié par les paroles que lui avaient crachés Garcia. Elle sentait son supérieur s'effondrer à l'intérieur de lui-même. Elle ne sut que dire. La seule chose qui lui venait à l'esprit était « ce n'est pas votre faute » mais elle se tut car elle savait que cette responsabilité Hotch la portait du fait même de son statut de supérieur. Si l'équipe en était arrivée à un tel point de non-retour, c'était qu'il n'avait pas pris les mesures nécessaires qui lui incombaient en tant que responsable hiérarchique. Aaron Hotchner ne lui adressa aucun regard et s'éclipsa d'un pas pesant par la porte. Prentiss resta seule dans le bureau, vide, terrifiant. Elle en aurait pleuré.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanlee
Agent Fédéral
avatar

Nombre de messages : 205
Date de naissance : 13/07/1980
Age : 37
Date d'inscription : 24/05/2008

MessageSujet: Re: GUET-APENS   Mer 29 Oct 2008 - 20:21

Chapitre 10

JJ traîna un pas morne dans les ruelles de Washington. Chacun avait merveilleusement bien joué son rôle. Un peu trop à son goût. Trop pour n'être seulement qu'un jeu. Elle se souvint de la peur qu'elle avait ressentie à la lecture du SMS envoyé par Gideon, et que chacun des autres membres de l'équipe avait dû recevoir également : « réunion immédiate au bureau, continuer le jeu du Quatuor, rendez-vous au local ». "Rendez-vous au local", elle n'aurait jamais pensé affronter un jour une telle situation et prendre ce chemin sordide à travers les ombres des bâtiments de Washington, dans ces quartiers délabrés. Emmitouflée dans un manteau noir pour éviter d'attirer les regards brillants des junkies, JJ tira la porte en fer à moitié sorti de ses gonds et s'y faufila. Elle déambula dans les couloirs se frayant un chemin à travers les détritus qui jonchaient le sol. Une faible lueur filtrait à travers l'entrebâillement d'une porte. Elle s'en approcha, poussa lentement le battant de bois, arme à portée de main. Cinq silhouettes se dessinaient assis sur des cagettes et autres sièges de fortune. Elle reconnut Hotch aux côtés de Prentiss, Gideon, sa silhouette plus petite dissimulée dans l'ombre, et Elle. Elle prit place aux côtés de Garcia enfoncée plus encore dans l'ombre que Gideon comme si elle s'en drapait. JJ ne put voir son expression. Le silence était pesant et personne ne semblait avoir la force de le briser. JJ vit Hotch esquissé plusieurs fois un geste, une parole mais la conviction lui manquait pour aller au bout. Même si toutes les paroles échangées n'avaient été qu'un jeu, qu'un leurre, il n'en était pas moins qu'elles avaient laissé de profondes traces comme si elles avaient eu, malgré le jeu, une odeur insupportable de vérité. Puis, Garcia se leva, et s'approcha de Hotch. Elle le toisa ainsi quelques secondes comme hésitante, avant de se baisser et de le serrer dans ses bras. Tout le monde vit Hotch se raidir face à cette réaction inattendue, étonnante de l'informaticienne.
- Si vous saviez comme je regrette tout ce que je vous ai dit.
Chacun vit Hotch se tendre un peu plus.
- Vous êtes le meilleur supérieur que j'ai jamais eu, ajouta-t-elle la spontanéité incarnée.
Et malgré la tension, les peurs et les inquiétudes accumulées ses derniers jours, JJ sentit un fou rire l'emporter face à la naïveté touchante, enfantine, dont seule Garcia avait le secret. Prentiss et Ellie la rejoignirent. Même Gideon sourit. Hotch se leva à son tour pour refermer ses bras autour de l'informaticienne.
- Oui, moi aussi je regrette Garcia de mettre montrer un insupportable supérieur, fit Hotch dans un de ses rares sourires.
- Vous avez plaisanté, fit Garcia dans un pâle sourire.
- Oui.
- Alors vous n'êtes peut-être pas un cas si désespéré, commenta Garcia avant de reprendre place aux côtés de JJ.
- Vous avez tous très bien joués votre rôle, les félicita Hotch.
- Un peu trop, s'inquiéta Prentiss écho des peurs de JJ.
- Mieux vaut trop que pas assez, commenta Gideon.
- alors il y a un traître au bureau ? demanda JJ encore sous le choc de cette nouvelle.
- Oui apparemment.
- J'aurais dû le comprendre plus vite, intervint Garcia, le radar, les vidéos de Reid... Il fallait quelqu'un à l'intérieur pour... Mais je crois que je ne pouvais pas l'envisager.
- On a tous été dans le même cas sauf Prentiss. C'est du bon travail, la félicita Hotch.
- Comment va-t-on procéder ? demanda la jeune femme.
Il y avait quelque chose de terrifiant, une grande responsabilité, à être ainsi entendu par les autres membres de l'équipe. À présent, elle savait qu'elle serait écoutée. Son intégration dans l'équipe était enfin complète. Elle aurait préféré que des circonstances plus heureuses l'accompagnent.
- Il faut le débusquer. Maintenant qu'on le sait, ça devrait être facile.
- Et après ?
- On retrouve Reid.
- et Morgan ? Est-il vraiment... Mort ou... demanda Prentiss encore terrifiée à cette idée car l’annonce de sa mort avait été un véritable coup de poignard, si violent après avoir senti le sang de son collègue sur ses mains qu’elle n’avait pu l’envisager totalement comme un leurre
- L'opération s'est bien passée, la rassura Gideon, désolé de... Ça me semblait plus judicieux de te dire qu'il était mort au cas où l'on soit observé.
- Je comprends.
- Mais alors il va bien ? Demanda Garcia.
- Disons qu'il s'accroche, temporisa Hotch.

@@@


- Pourquoi ? Avait Demandé Reid dans un murmure.
- Je l'avais averti : un avertissement, oui un avertissement qu'elle lui donne, la vengeance n'admettra aucun obstacle, avait répondu Lyli.
Morgan avait entendu ses paroles échangées entre Reid et Lyli avant qu'il ne sombre. Et ce fut avec se souvenir qu'il reprit vaguement conscience. Des murs blancs semblaient le cerner. Sa tête tournait, il avait dû recevoir un mauvais coup de la baraque qui avait surgie juste après qu'il ne frappe Lyli. Mais il ne se souvenait pas de ce qui s'était passé après. Certainement avait-il perdu conscience. Lorsque sa vision s'éclaircit, il comprit qu'il n'était plus dans la cellule où les avait enfermés Lyli et l'homme mais à l'hôpital.
- Salut.
Il tourna la tête, lentement comme si son corps réagissait au ralenti.
Prentiss se tenait à ses côtés.
- Où...
Morgan ne put terminer sa phrase ravalée par la douleur qui lui enflamma la poitrine.
- Doucement Derek, tu as été pas mal secoué.
- Où est Reid ? Ânonna t-il plus doucement.
Le sourire de la jeune femme s'effaça et son visage se ferma. Il sentit sa main chercher la sienne.
- Prentiss, dis-moi.
- ils l'ont emmené après t-avoir tiré dessus.
- Tiré dessus ?
- tu ne te souviens pas ?
- Que s'est-il... Passé ? Demanda Morgan le souffle écourté par la douleur.
- On ne sait pas exactement. Ils vous ont emmenés dans le sous-sol de l'entrepôt. Je t-ai... (à se souvenir, l'émotion lui brisa la voix l'espace d'un instant) on t'a retrouvé inconscient, une balle dans la poitrine. Tu respirais à peine. Reid…
- Elle s'appelle Lyli, la femme.
- Lyli…
- Je ne sais pas si c'est son vrai prénom mais je pense que… que si.
- Pourquoi ?
Morgan voulut répondre mais la douleur ne lui permit qu'une grimace.
- Laisse-moi finir. Écoute et repose-toi. On parlera plus tard. Dans l'entrepôt, on a trouvé une seringue. Elle contenait du rohypnol. Ils l'ont drogué très certainement pour le maîtriser.
Prentiss sentit les doigts de Morgan se resserrer autour de sa main. De colère ? D’impuissance ? De tristesse ? Certainement les trois, en tout cas, c'est ce que la jeune femme ressentait à l'évocation de la disparition de Reid. Le jeune profiler avait déjà vécu une telle expérience. Il s'en était remis avec difficulté – comment ? Elle se posait encore la question – alors revivre une telle situation, une telle folie... S'il s'en sortait comment survivrait-il à l'après. Il l'avait dit lui-même. En tant que profiler, ils se préoccupaient de ramener les victimes chez elle vivantes lorsqu'elles le pouvaient encore mais en aucun cas ils ne se préoccupaient de savoir comment ces mêmes victimes survivaient à l'après. Cette question était bien trop terrifiante, bien trop insupportable car aucun profiler ne possédait la réponse à cette question.
- Morgan, il faut que tu saches autre chose. La situation est délicate.
Prentiss lui raconta la découverte d'un traître au sein du bureau du FBI qui expliquait en partie les multiples impasses dans laquelle l'affaire les avait menés : le radar sur le réseau du FBI, les vidéos de Reid, les informations personnelles que le quatuor détenait sur les membres de l'équipe.
- on l'a identifié grâce à Garcia qui a pisté les informations interceptées par le radar.
- Comment ?
- Je crois qu'elle a pu infiltrer le radar, une sorte de programmes pirate, en utilisant les codes de sécurité du FBI que le traître a dû utiliser pour l'installer et après elle est allé à la pêche comme elle le dit elle-même. Elle sera mieux t'expliquer que moi.
- Qui est-ce ?
- l'agent Ash, on a vérifié ses comptes. Plusieurs sommes ont été virées ces dernières semaines, d'origines inconnues. Gideon et Hotch sont en ce moment même en train de l'interroger.
- Et Reid, vous avez des nouvelles ?
- Non aucune. Ça fait trois jours maintenant. Gideon pense qu'ils vont prendre contact avec nous, que ça va faire partie du jeu, une sorte de pression.
- Oui il a raison. Lyli va vouloir nous prouver qu'elle gagne.
- Morgan, il faut que tu saches autre chose.
- Je sens que ça ne va pas me plaire.

@@@


- Agent Christopher Ash, fit sévèrement Gideon assis en face de l'homme, il apparaît que plusieurs sommes d'origine inconnue ont été virées sur votre compte ?
- Je ne vois pas de quoi vous voulez parler, répondit l'homme la voix peu assurée.
Dans son dossier, Gideon et Hotch avaient constaté qu'il s'agissait d'un agent administratif, peu sûr de lui et avec un fort besoin de reconnaissance de sa hiérarchie. Ce qui leur faciliterait la tâche pour lui arracher ses aveux mais qui ne les aiderait pas à retrouver le Quatuor : certainement que l'agent Ash ne savait rien et qu'il n'avait jamais rencontré l'un des membres du Quatuor. Ils ne se seraient pas risqués à lui confier des informations. Ils s'en étaient simplement servis.
- vous ne savez pas. Alors je vais vous montrer.
Gideon sortit les relevés de comptes de l'homme et lui mit sous son nez. Les sommes frauduleuses étaient surlignées.
- Je n'ai rien à dire.
- Il apparaîtrait que vous avez aussi détourné des informations du réseau du FBI.
- Je ne vois pas de quoi vous voulez parler.
- vous pourriez être accusé de corruption et de traîtrise, deux actes graves.
- je ne sais rien.
- écoutez. Quatre personnes sont mortes, un agent est mort, un autre a failli y rester et un troisième est entre les mains de ceux à qui vous fournissez ces informations.
- je ne peux rien vous dire.
- aidez-nous.
- J'ai… j'ai une petite fille et une femme, désolé.
- On les protègera.
- Je n'ai rien à dire. Accusez-moi de ce que vous voulez.
- Ils ont menacé votre famille ? Votre fille n'est-ce-pas ?
L'agent Ash tint obstinément le silence à toutes les questions posées par Gideon. Après concertation avec Hotch, ce dernier tenta une autre approche.
- Écoutez agent Ash nous… commença-t-il.
- Je vous ai dit que je ne dirai plus rien, le coupa Ash.
- Je sais mais nous ne vous demanderons aucune information. Vous êtes encore relation avec eux. Ce n'est pas une question, pas la peine de répondre. Nous le savons tous les deux. Écoutez juste ce qu'on a à vous dire. La vie d'un agent, d'un collègue est en jeu actuellement. Il est avec eux en ce moment même et nous pensons que vous avez une idée de ce dont ils sont capables de faire à un être humain. Imaginez ce qu'ils feront à notre collègue ou à votre petite fille s’ils découvrent que nous vous avons parlés. Nous voudrions que vous mainteniez le contact avec eux (l'agent voulut protester, Hotch le coupa) nous n'essaierons pas intercepter vos contact, la vie de l'un de nos agents est en jeu aussi, et nous voudrions que vous leur donniez de fausses informations, que vous leur assureriez que l'agent Morgan est mort s’ils n'ont pas appris le contraire entre temps, et que l'équipe est presque dissoute tant elle est en conflit.
Après un instant de silence et d'hésitations, l'agent Ash hocha la tête.

@@@


- Quoi ! S'exclama Morgan manquant de s'étouffer.
- Gideon a pensé que c'était mieux si on faisait croire à cette folle que tu étais mort.
- Gideon avait tort.
- De toute manière, tu vas devoir te reposer, tu...
- Il est hors de question que je m'efface de l'affaire sous prétexte que cette femme m'a tiré une balle dans la poitrine.
- Tu as failli mourir.
- Et alors ?
- Et alors ! Comment peux-tu être aussi puéril Derek. Tu as failli y rester. On a failli te perdre. Et l'équipe…
- Tu es sûr qu'il est question de l'équipe Emily ? La coupa Morgan.
Et sans que Prentiss ne le prémédite, elle le gifla. Un long silence s'écoula, puis Prentiss détourna son regard de Morgan.
- C'est... Je... c'est... Je suis désolée, balbutia t'elle étonnée elle-même de sa réaction, rouge de honte, je ne voulais pas...
Après le choc, et la douleur, un pâle sourire illumina le visage de Morgan.
- j'ai raison, ce n'est pas la question de l'équipe.
Pour seule réponse, Prentiss lui rendit son sourire. Elle ne voulait pas cautionner une telle impertinence et puis elle n'avait pas de réponse claire à cette question. Morgan sentit que le sujet était clos pour l'instant et puis ils avaient d'autres chats à fouetter que leurs états d'âme sentimentaux. L'introspection attendrait.
- On n'a pas de nouvelles de Reid alors, changea-t-il de sujet.
- aucune.
- je l'étriperais sur l'échafaud cette garce !

Alors rassuré ? je ne suis pas si cruelle angel ... quoique peut-être ai-je parlé trop vite... Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: GUET-APENS   Mer 29 Oct 2008 - 20:58

ouffffffffffffffff oufouf1
il est pas mort Very Happy tu ne peux pas t'imaginer la trouille que tu m'as mit quand j'ai eu fini de lire le chapitre 8
je t'ai maudit Embarassed
mais la maintenant ca va mieux derek et toujours vivant Very Happy
maintenant j'attend la suite avec impatience pour avoir des nouvelle de ried, et voire comment l'equipe va s'en sortir
Revenir en haut Aller en bas
Tya
Incendiaire
avatar

Féminin Nombre de messages : 1089
Date de naissance : 23/08/1982
Age : 34
Localisation : La Cité des Papes
Personnage préféré : Derek et Penelope
Date d'inscription : 30/09/2008

MessageSujet: Re: GUET-APENS   Mer 29 Oct 2008 - 23:33

bon alors la ca va pas du tout ! colere
pourquoi faire un ship amoureux Prentiss/Morgan ??? pitiééééééé, non ! la je suis trop décueee..... triste3
bon la suite quand meme parce que je veux savoir ! yes_1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: GUET-APENS   Jeu 30 Oct 2008 - 11:50

moi j'adore on va de surprise en surprise moi c'est ce que j'adore. Continue c'est trop bien je veux la suite, je veux tout savoir. vite...vite le suite!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Tanlee
Agent Fédéral
avatar

Nombre de messages : 205
Date de naissance : 13/07/1980
Age : 37
Date d'inscription : 24/05/2008

MessageSujet: Re: GUET-APENS   Dim 2 Nov 2008 - 22:39

Citation :
de vivi : ouffffffffffffffff
il est pas mort tu ne peux pas t'imaginer la trouille que tu m'as mit quand j'ai eu fini de lire le chapitre 8
je t'ai maudit
mais la maintenant ca va mieux derek et toujours vivant

flower pour les frayeurs ! mais eh non ! j'ai pas pu. Difficile de se résoudre à tuer l'un des membres de l'équipe, du moins pour l'instant...


Citation :
de Tya : bon alors la ca va pas du tout ! colere
pourquoi faire un ship amoureux Prentiss/Morgan ??? pitiééééééé, non ! la je suis trop décueee..... triste3
parce que tu n'aimes pas trop les ship ou parce que tu aurais préféré une ship, je ne sais pas, disons à tout hasard, Garcia/ Morgan ?!

Je suis contente que tu aimes les surprises Cécile car il y en a encore une ou deux en réserve...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tya
Incendiaire
avatar

Féminin Nombre de messages : 1089
Date de naissance : 23/08/1982
Age : 34
Localisation : La Cité des Papes
Personnage préféré : Derek et Penelope
Date d'inscription : 30/09/2008

MessageSujet: Re: GUET-APENS   Dim 2 Nov 2008 - 23:09

Tanlee a écrit:

parce que tu n'aimes pas trop les ship ou parce que tu aurais préféré une ship, je ne sais pas, disons à tout hasard, Garcia/ Morgan ?!

comment as tu deviné ? mon avatar peut etre ? sourit_vert
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanlee
Agent Fédéral
avatar

Nombre de messages : 205
Date de naissance : 13/07/1980
Age : 37
Date d'inscription : 24/05/2008

MessageSujet: Re: GUET-APENS   Sam 8 Nov 2008 - 0:07

Citation :
de Tya : comment as tu deviné ? mon avatar peut etre ?

même pas pourtant il est plus qu'explicite mais je n'avais pas fait le lien ! c'est à cause d'un commentaire que tu as laissé à propos d'un chapitre de la fic.
Pour la petite histoire, j'avais pensé à une ship Morgan/Garcia mais c'est difficile de toucher à leur relation, elle est trop chouette. ils sont presque trop proche...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tya
Incendiaire
avatar

Féminin Nombre de messages : 1089
Date de naissance : 23/08/1982
Age : 34
Localisation : La Cité des Papes
Personnage préféré : Derek et Penelope
Date d'inscription : 30/09/2008

MessageSujet: Re: GUET-APENS   Sam 8 Nov 2008 - 0:16

Tanlee a écrit:

Pour la petite histoire, j'avais pensé à une ship Morgan/Garcia mais c'est difficile de toucher à leur relation, elle est trop chouette. ils sont presque trop proche...

tu as les mots justes ! meme si je deplore que dans la saison 4 depuis le zod 1 il n'y ait pas eu d'echange entre eux.. vu l'intensité de cet episode, j'avoue etre un peu perdue sur la facon dont les scenaristes abordent leur relation ..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanlee
Agent Fédéral
avatar

Nombre de messages : 205
Date de naissance : 13/07/1980
Age : 37
Date d'inscription : 24/05/2008

MessageSujet: Re: GUET-APENS   Ven 14 Nov 2008 - 18:28

Voici la suite, un chapitre intermédiaire, un répit, juste un répit... diablo

Bonne lecture.


Chapitre 11

Reid craignait de perdre le contrôle de lui-même et de sombrer dans la folie. L'odeur de poisson, réminiscence fantomatique de son séjour entre les mains de Charles Anckle le rattrapait de plus en plus fréquemment et la panique qui le gagnait alors... Il ne savait combien de temps il tiendrait. Et puis, le souvenir de l'agent O'Neil abattu froidement et baignant dans son sang se répétait dans son esprit et se confondait avec Morgan, étendu sur le sol, inerte, une tache rouge qui l'auréolait. Était-il mort ? non, ou peut-être que si, certainement, tout ce sang, Lyli avait tiré en plein cœur... À cette pensée, à cette vision, l'odeur de poisson, l'odeur de sa propre impuissance lui donnait la nausée. Il aurait voulu hurler, hurler sa colère, son indignation, sa tristesse, ses peurs, se libérer de ses angoisses mais il se retint. Il ne devait rien lâcher. Il se l'était promis alors il serra les dents – il ne ferait pas ce plaisir à Lyli – et se concentra sur les murs de la prison dans laquelle il devait être enfermé depuis quatre jours déjà.

Petite, elle ne comportait qu'un matelas jeté au sol et un WC. Ces murs étaient en béton lisse, gris, humides, sans fenêtre. Certainement se trouvait-t-il dans un sous-sol. Des repas lui étaient apportées régulièrement, déposés rapidement à travers la porte entrouverte par un mystérieux livreur dont il ne réussit jamais à voir le visage ni à entendre la voix malgré toute la peine qu'il se donnait pour tenter de le surprendre. Une lumière diffuse, sale, l'accompagnait et s'éteignait au moment, le supposait-il, de la nuit. Et toutes ces attentions, les repas, la lumière l'inquiétaient plus qu'elles ne le rassuraient renforçant sa première impression sur Lyli : très déterminée, très patiente et très intelligente.

Elle aurait pu choisir de le plonger en isolation sensorielle complète pour le briser immédiatement, le rendre fou, mais non. Elle l'isolait certes, le laissait se débattre avec ses sourdes angoisses mais lui laissait des choses auxquelles son esprit pouvait se raccrocher : le temps, temps qu'il avait estimé à quatre jours grâce aux repas et à la lumière bien qu'il ne se faisait aucune illusion. Elle pouvait altérer sa perception du temps en jouant sur ses deux aspects. En cet instant, la lumière était allumée mais il pouvait très bien être la pleine nuit à l'extérieur. Et c'était cette idée qui le terrifiait plus que tout autre chose, qui menaçait de le submerger et de le plonger dans la folie. Il était à sa merci comme il s'était retrouvé à la merci de Raphaël et de Charles Anckle. Il ne contrôlait plus rien de sa vie. Cette dernière était suspendue entre les mains de cette Lyli. Même sa mort ne lui appartenait plus.

@@@


- Je l'étriperais sur un échafaud ! répéta Morgan pour la énième fois
- je vois que tu te sens mieux, fit Garcia en refermant la porte de la chambre d'hôpital avant de s'asseoir aux côtés de Prentiss.
- Monsieur a sa cour alors tout va pour le mieux... Répliqua cette dernière, alors ?
Garcia fut étonnée de trouver une nouvelle fois Prentiss au chevet de Morgan. Elle se garda de tout commentaire mais ne put s'empêcher de sourire intérieurement et de formuler les hypothèses les plus folles avant de répondre :
- Ils ont interrogé l'agent mais il n'a rien avoué. On suppose que Lyli menace sa famille pour l'obliger à coopérer. Gideon et Hotch ont trouvé un accord tacite avec lui.

Cela faisait une semaine que Reid avait disparu. Dans la pièce où Morgan avait été laissé pour mort, une seringue avait été trouvée sur le sol. Son kidnapping ne faisait aucun doute. Et puis, ils avaient découvert une porte au sous-sol qui menait vers l'extérieur, très loin du périmètre de sécurité qu'ils avaient instauré autour de l'entrepôt. Ils les avaient perdus.
- ils sont forts. Tu as eu de la chance, commenta Prentiss.
- de la chance que cette garce ne sache pas tirer.

Morgan avait reçu la balle au-dessus du cœur, à quelques millimètres près il y restait. Cependant, il avait retrouvé toute sa morgue pour la plus grande joie de Garcia.
- Je sors ce soir, ajouta-t-il.
- Tu plaisantes ! S'insurgea Prentiss.
- Non, je ne resterai pas un jour de plus dans cette chambre à attendre.
- Il en est hors de question.
- Toujours aussi têtu, intervint Elle qui était rentrée dans le plus grand silence.

C'était la première fois qu'elle rendait visite à son ancien collègue. Prentiss et Garcia s'éclipsèrent prétextant aller chercher des cafés. Morgan et Elle se trouvèrent face-à-face. Entre eux, une tension presque palpable.
- assis-toi, lui proposa Morgan.

Éllie s'exécuta. Le silence s'étira. Morgan n'y tint plus.
- Tu sais juste avant que Lyli me tire dessus, je me suis presque disputé avec Reid et devine qu'elle était notre sujet de dispute...
Élle se contenta de hausser les épaules.
- toi, répondit Morgan à sa place.
- Et que veux-tu que je t'en dise ? Reid a disparu certainement en train d'être torturé au vu de la dose de sadisme dans le profil partiel que l'on a pu faire de cette Lyli. Toi tu as failli mourir, tu peux me dire à quoi ça va nous servir de remuer le passé.
- pour comprendre.
- T'es bien un profiler !
- Toi aussi je te fais remarquer.
- non, moi je ne le suis plus depuis que le Fisher King m'a tiré dessus. Je ne peux plus Morgan. Je ne peux plus tenter d'essayer de comprendre sans agir, rester à attendre comme Hotch et Gideon impassibles que cette folle daigne nous donner un indice pour savoir si Reid est vivant, pour savoir s'il y a un espoir de le retrouver.
- pourquoi tu es partie comme ça, sans un mot, demanda Morgan qui retrouvait dans les propos d'Elle ce qui parfois le troublait tant dans ce métier et qui avait fait qu'il s'était senti si proche d'elle, tu m'as tellement manqué ces derniers mois.
- pour ça. Pour moi ce n'était plus possible de passer par la casse comprendre, analyser, pour atteindre la case agir. J'ai perdu cette retenue, cette faculté pourtant si précieuse dans notre métier. C'est comme une amputation, une honte.
- Oui mais nous on était là.
- Non. En tout cas pas là on moi je me situais. Vous, vous étiez dans la casse réflexion, analyse, moi dans celle de l'action. C'était deux façons différentes de voir les choses, incompatibles et pour moi insupportable de devoir attendre après une procédure ou un autre crime de Lee pour l'arrêter. Et je ne regrette rien de ce que j'ai pu faire même si à cause de ça Reid se retrouve je ne sais où.
- Ce n'est pas ta faute.
- En partie car si j'étais passé par la case analyse alors j'aurais su que Reid était en danger bien avant que vous ne pénétriez dans l'entrepôt.
- Comment ça ?
- Au téléphone, Lyli a dit "99 Jack 9 mèreson" c'est l'anagramme de Jackson mère 999 c'est un espèce de code que l'on utilise quand l'un de nous deux ne va pas bien. C'est une façon de lui dire si toi tu ne vas pas bien alors moi non plus.
- où est ce que vous êtes allés pêcher ça ?!
- Cette inscription était gravée sur une pierre dans le cabanon où Tobias Anckle a séquestré Reid. C'est ce qui lui a permis de vous dire où il était retenu.
- mais comment Lyli pouvait-elle savoir une telle chose ?
- Ecoute téléphonique.
- Elle est forte… Comment tu fais ? Ajouta Morgan après un instant de silence.
- Pour supporter Reid ? Ses discours ? Ces concepts incompréhensibles ?
Au sourire de Morgan, Elle sut qu'il avait tourné la page, compris certainement. Elle lui rendit son sourire.
- Reid, il... Il n'est pas comme ça avec moi. Pas tout le temps. Il a… Il peut être différent.
- J'ai du mal à le croire.
- Il faut bien un génie dans une équipe non ?
- Ouais c'est vrai, fit Morgan en riant, bon, aide-moi.
- À quoi ?
- Je sors ce soir. Il faut retrouver notre génie.

@@@


Les murs de sa cellule lui semblaient plus proches, trop proches, menaçants. L'odeur de poisson ne le lâchait plus et son esprit ne parvenait plus à détourner ses pensées de Morgan étendu sur le sol, inconscient, baignant dans son sang. Une semaine. Une semaine qu'il était enfermé dans cette pièce à en croire les repas et la lumière. Il s'était retenu de crier, de demander ce que l'on lui voulait, ce que Lyli voulait, combien de temps avait-elle prévu de le garder ainsi. Oui, il s'était retenu car il s'était promis de ne rien lâcher. Il savait qu'avec cette promesse il s'était engagé dans un bras de fer contre l'intelligence et la volonté de Lyli, bras de fer qu'il se sentait de moins en moins capable de remporter. Une semaine. Une semaine. Il se raccrocha à cette idée qui lui permettait de s'accrocher à un élément qu'il pouvait quantifier, qu'il maîtrisait, la seule chose sur laquelle il avait un tant soit peu de contrôle : Le temps. Oui, il contrôlait encore quelque chose dans sa vie : le temps. Même s’il n’en faisait pas grand-chose du fait de son enfermement. Mais cette idée, il n'osait pas vraiment la formuler de peur de sombrer. Il n'avait pas entendu sa voix ni celle d'un autre être humain depuis une semaine, il s'était refusé de donner ce plaisir à Lyli – il ne se faisait aucune illusion sur le fait qu'elle l'observait par un quelconque moyen – le plaisir de le voir sombrer dans la folie. Pourtant, à cet instant, Reid ne pouvait plus répondre de lui-même. Le silence... Ce silence, ce vide, ces murs si proches, cette odeur de poisson, l'incertitude sur la santé de Morgan... Il se sentait vaciller, basculer...


Un étage plus haut, Lyli scrutait l'écran d'ordinateur. Un sourire satisfait illuminait son visage. Le docteur Spencer Reid était coriace et ça lui plaisait. Avoir jeté son dévolu sur lui était finalement un excellent choix malgré les réticences d'Elioth. Lyli avait immédiatement senti son potentiel. Il n'avait rien des jeunes loups de la finance, des grands hommes d'affaires qu'elle avait brisés. Rompus à la pression, ils tenaient certes, satisfaisaient ses plaisirs mais pas plus de deux semaines, le plus chanceux avait tenu deux semaines et trois jours. Ils étaient des sprinters mais ne duraient pas dans le temps. Des étoiles filantes qui illuminaient le ciel de leur grâce et de leur beauté quelques secondes avant de mourir. Le docteur Reid, lui, avait quelque chose de bien plus sombre en lui et ce n'était pas la pression qui l'avait forgée mais la mort même. Il avait affronté la mort en la personne de Tobias Anckle et avait survécu. La force qu'il avait tirée de cette expérience était aussi précieuse que dangereuse pour lui-même. À présent, il était capable de sublimer ses douleurs, ses peurs, ses angoisses de façon bien plus importante que quiconque. Et c'était ce qui avait séduit Lyli. Cette force. Cette insolence à refusé son destin. Ainsi, elle savait qu'il se refuserait à elle, à moins qu'elle ne parvienne à le briser et c'était précisément ce qu'elle comptait réussir. Une semaine qu'il était ainsi isolé et il n'avait toujours pas craqué, pas dit un mot, pas explosé de colère ni d'indignation. La tâche serait difficile.
- très bien, il est temps, dit-elle à Elioth.
- tu en es sûr ?
- Absolument. Et puis tu n'as pas hâte de le tester.
L'homme approuva silencieusement, un sourire jubilatoire éclairait son visage. Une grimace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tya
Incendiaire
avatar

Féminin Nombre de messages : 1089
Date de naissance : 23/08/1982
Age : 34
Localisation : La Cité des Papes
Personnage préféré : Derek et Penelope
Date d'inscription : 30/09/2008

MessageSujet: Re: GUET-APENS   Ven 14 Nov 2008 - 20:03

j'ai bien aimé le passage
Spoiler:
 
cruel de t'arreter la quand meme Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanlee
Agent Fédéral
avatar

Nombre de messages : 205
Date de naissance : 13/07/1980
Age : 37
Date d'inscription : 24/05/2008

MessageSujet: Re: GUET-APENS   Sam 15 Nov 2008 - 0:27

Merci. Je suis contente que tu es aimé le passage car je trouve que leur complicité dans la saison 1 était chouette et j'avais envie de la retrouver un peu dans cette histoire.

Et oui, peut-être que je suis un peu cruelle diablo sourit1 mais une pause s'imposait avant la confrontation entre le quatuor, Reid et l'équipe. Promis la suite arrive dans le week-end. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanlee
Agent Fédéral
avatar

Nombre de messages : 205
Date de naissance : 13/07/1980
Age : 37
Date d'inscription : 24/05/2008

MessageSujet: Re: GUET-APENS   Dim 16 Nov 2008 - 18:45

Le répit est terminé, j'espère que vous en avez profité... Voici deux chapitre, histoire de prendre le temps de faire connaissance avec Lyli... diablo

Chapitre 12

Morgan était sorti de l'hôpital contre avis médical le soir même où Elle lui avait rendu visite. Il avait réintégré le BAU aussitôt contre l'avis de Hotch. Après maintes négociations – l'argument choc avait été que quant à passer pour mort auprès de Lyli autant qu'il reste au bureau, il aurait moins de chance d'être repéré étant donné que son appartement était sûrement surveillé – Hotch l'avait autorisé à rester dans les bureaux à condition qu'il ne mette pas un pied sur le terrain. Même si Morgan ne l'aurait jamais avoué, il ne se sentait pas, dans tous les cas, capable de courir partout et de focaliser son attention plus de deux secondes sur un objet précis. D'ailleurs, se concentrer sur l'affaire en cours lui était difficile et l'épuisait mais il avait besoin de rester au bureau, d'être au courant de l'avancée de l'enquête bien que pour l'instant, malgré la découverte du traître au FBI, ils étaient encore au point mort. Morgan ne comptait plus le nombre de fois où ils avaient repris le dossier depuis le début. Mais il avait besoin d'être au cœur de l'action, pour avoir l'impression de faire quelque chose, de rattraper l'erreur qu'il avait commise dans la cellule du sous-sol de l'entrepôt. Il avait entendu la porte s'ouvrir, il avait vu du coin de l'œil l'homme surgir de l'ouverture mais le temps qu'il se retourne, il avait été trop tard. L'homme l'avait frappé et après... Après tous connaissaient la suite.

Dans le bureau, autour de la table, le silence était pesant, chaque membre de l'équipe plongé dans un dossier qu'ils avaient déjà examiné une dizaine de fois. Ils attendaient. Ils attendaient que Lyli daigne prendre contact avec eux et leur donner ainsi des éléments pour faire avancer ce qu'elle considérait certainement comme un jeu. Morgan croisa le regard de Prentiss. Elle détourna le sien aussitôt. Une gêne grandissante s'était installée entre eux depuis qu'elle l'avait giflé à l'hôpital. Ils s'évitaient et pourtant ne cessaient de se chercher. Il ne supportait plus cette tension. Il aurait aimé que les choses redeviennent comme avant mais ils étaient allés trop loin. Il aurait dû se taire, ne pas provoquer la jeune femme sur le sujet sensible qu'ils avaient tous deux superbement ignorés jusque-là : leur attirance réciproque. Après s'être fait tiré dessus, après avoir failli mourir, Morgan n'avait plus voulu jouer à ce petit jeu de cache-cache. La colère face à ce genre de comportements stériles lui avait fait cracher ces mots : «Tu es sûr qu'il est question de l'équipe ?» et leur relation avait ainsi basculé vers un inconnu dont ils fuyaient tous deux à présent l'étrangeté. Et il en avait assez. De fuir. La vie pouvait être bien trop courte. Il s'apprêtait à se lever pour inviter la jeune femme à boire un café et à éclaircir leur situation lorsque Garcia surgit dans le bureau.
- Ça recommence ! S'exclama-t-elle furibonde en s'emparant de la télécommandes des écrans du bureau.
- Garcia, tu vas nous expl…
Gideon n'eut pas le temps de finir sa phrase que Reid apparut sur les écrans, assis sur une chaise, menotté aux accoudoirs. Un frisson d'effroi électrisa l'air du bureau.
- Il ne semble pas avoir été brutalisé, hein ? fit Garcia brisant le silence terrifiant qui s'était abattu dans le bureau.
C'était la répétition d'un cauchemar bien réel. Et Lyli ou le Quatuor le faisait en connaissance de cause.
- Non, non, lui répondit Morgan en posant une main qui se voulait rassurante sur son épaule.
- qu'est-ce que c'est ? demanda Hotch, comment as-tu eu ces images ?
- elles transitent par le radar qu'ils ont installé sur le serveur du FBI et que l'on a laissé actif pour préserver l'agent Ash. Elles ont été adressées à mon adresse mail qu'ils avaient déjà puisqu'ils ont observé mes conversations avec… (la gorge de Garcia se noua) enfin bref, ils étaient ainsi sûre qu'elles nous parviendraient.
- Sait-on ce qui s'est passé entre le moment du kidnapping et maintenant ? Demanda Gideon,
- Non, il y a juste ces images qui me sont parvenues, répondit Garcia.
Sur l'écran, un bruit de porte qui s'ouvre et se ferme se fit entendre puis Lyli apparut dans le champ de la caméra. Elle posa une arme sur la table. Un sourire satisfait dessina ses lèvres lorsqu'elle croisa le regard de Reid. Ce dernier ne montra aucune réaction émotionnelle à l'entrée de la femme. Aucune peur. Aucun soulagement. L'équipe, ainsi que la jeune femme pour son plus grand enthousiasme, ne lut dans son regard qu'une sombre détermination.
- alors docteur Reid, Comment vous portez-vous ? Lui demanda Lyli après s'être assis en face de lui avec pour seule séparation la table.
Reid se contenta de la fixer. Sans colère. Sans haine. Avec une espèce d'absence émotionnelle. Terrifiante. Seule la détermination le sculptait. Lyli sembla mal à l'aise l'espace d'une seconde à peine puis elle se ressaisit.
- vous ne devriez pas vous engager sur cette voie là docteur Reid. Elle va vous être très pénible et douloureuse... Ce n'est pas un conseil que je vous donne mais une promesse que je vous fais, ajouta-t-elle face au mutisme du profiler, alors que nous pourrions passer tous deux d'agréables moments à discuter de votre vie, de la mienne, de la condition humaine. Vous devez très certainement vous demandez pourquoi vous ? Qu'est-ce que vous faites ici ? Quelle en sera l'issue ? De cela, tout dépend de vous, poursuivit-elle alors que Reid avait détourné son regard de la femme feintant un profond ennui, ou alors vous connaissant, vous vous demandez si votre collègue Derek Morgan est encore en vie ?
À ces paroles, Reid braqua son regard sur Lyli, la colère brillait dans ses prunelles. Un sourire cruel illumina le visage de la jeune femme.
- Alors tel va être l'enjeu de la première épreuve. Est-ce que Derek Morgan est encore en vie ?


- À quoi elle joue ! S'exclama Morgan en colère.
- Elle va chercher à le briser pour se prouver qu'elle est plus forte que lui, répondit sombrement Gideon. Il faut que l'on cherche parmi les meurtres non élucidés lesquels correspondent à son profil, peut-être cela nous aidera à savoir où elle retient Reid. Même s'ils sont plusieurs, c'est Lyli qui mène le jeu.
- Dans tous les États-Unis ? demanda Garcia
- Non déjà en Virginie. Vu le besoin, la soif de reconnaissance qu'elle a, elle a dû tuer très peu de temps avant de mettre en route son plan. Il faut rechercher des meurtres d'hommes plutôt.


- Je crois, reprit la femme, que Derek Morgan est bien plus qu'un simple collègue pour vous docteur Reid, je me trompe ? Tout comme votre équipe. Et Éllie, votre ancienne collègue ? Vous avez fait ça pour elle n'est ce pas ? Car vous saviez que je l'aurais tué, fit Lyli en se levant et en s'approchant de Reid. J'ai failli la tuer lorsque je vous ai vu à l'aéroport il y a deux semaines. J'aurais pu car elle a tué Lee qu'en pensez-vous docteur Reid ? Si je l'avais abattu en plein milieu de l'aéroport… ou peut-être oui peut-être pensez-vous comme moi qu'elle ne vous mérite pas ?
Reid ne bougea pas, ne cilla pas. Il était raide comme un piquet, les muscles tétanisés de se maîtriser ainsi. Le sourire de Lyli s'élargit.
- vous avez un bon contrôle docteur Reid. Ça va en être que plus intéressant mais il faut que vous sachiez que j'ai brisé des hommes robustes parfois en cinq minutes parfois il m'a fallu plusieurs jours mais je suis toujours arrivée à mes fins. J'arrive toujours à mes fins.
Elle se pencha à l'oreille de Reid et lui murmura quelque chose que l'équipe ne put entendre.
- Bon, reprit-elle en se redressant, maintenant je vais vous laisser avec un ami. Il a hâte de faire votre connaissance docteur Spencer Reid. Peut-être serez-vous plus bavard et coopératif par la suite.
Un homme pénétra dans la petite pièce. Gideon et JJ reconnurent son gabarit : c'était celui qui les avait maintenus en joug dans l'entrepôt.
- ne l'amoche pas trop quand même, commenta Lyli avant de sortir de la pièce.
- On m'appelle l'ours, fit l'homme en sortant une petite clé de sa poche qu'il fit sauter dans sa main, et on dit que j'ai un sale caractère. Question de point de vue. Mais il est vrai qu'il est une chose qui me met particulièrement en colère. C'est le silence et j'aime bien le remplir de bruit. Et sais-tu quel est le bruit qui emplit mon cœur de bonheur ?... Les cris, humain de préférence, il y a quelque chose de si beau dans la détresse que je peux la contempler pendant des heures. Mais bon trêve de poésie.
Avec la petite clé qu'il n'avait cessée de faire sauter dans sa main, il délivra Reid de ses menottes. Le profiler se massa les poignets en se levant, prudemment, de sa chaise.
- alors ? Lui demanda l'ours
Reid se tut, obstinément.


- Mais qu'est-ce qu'il fait ? Fit Hotch qui ne comprenait pas l'attitude silencieuse de son collègue. Il veut se faire tuer ou quoi ?
- Il ne lâchera rien, répondit Élie qui avait gardé le silence jusque là, il a déjà trop perdu.
- Mais qu'est-ce que tu racontes, il va se faire tuer ainsi. Tous les profiler savent que le plus important dans ce genre de situation est de parvenir à créer un lien avec le kidnappeur sauf en de très rares cas…
- sauf dans des situations exceptionnelle effectivement, fit Gideon, espérons que Reid sait ce qu’il fait.
- espérons mais peu importe… comme je l’ai dit, il a des compte à régler, il ne lâchera rien, fit Élle avant de quitter la pièce.
Elle ne voulait pas assister à ce qui allait suivre. Même si Reid ne mourait certainement pas aujourd'hui elle n'avait aucun doute sur ce qui l'attendait à l'instant.


- Alors ? Répéta l'homme comme une dernière chance à l'attention du profiler.
Pour seule réponse, ce dernier recula d'un pas. L'ombre de la peur traversa son regard lorsqu'il le posa sur l'ours qui faisait une tête de plus que lui. Cependant, Reid se l'était promis, il ne lâcherait rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanlee
Agent Fédéral
avatar

Nombre de messages : 205
Date de naissance : 13/07/1980
Age : 37
Date d'inscription : 24/05/2008

MessageSujet: Re: GUET-APENS   Dim 16 Nov 2008 - 18:55

Chapitre 13

Reid sentait le goût son propre sang dans la bouche. Son corps n'était que souffrance. Certainement qu'il avait une côte cassée voir plusieurs car sa respiration lui était douloureuse. Il ne se souvenait même pas avoir réintégré sa cellule. Peut-être l'ours l'avait-il ramené après l'avoir passé à tabac, peut-être lyli.

Couché sur le matelas à même le sol, il ne trouva même pas la force de se redresser assis. Son esprit aussi lui semblait vagabonder par moment. Mais il devait garder les idées claires. La tête froide. Il se força à se redresser grimaçant sous les protestations douloureuses de son corps. Il tenta de calmer sa respiration affolée et qui ne lui était que plus pénible encore. Il s'adossa contre le mur, un froid glacial commença à s'emparer de tout son corps. Afin de ne pas sombrer, il repassa au crible la pièce dans laquelle il était enfermé. Le froid humide de la pièce le transperçait. Il s'accrocha au temps qu'il pouvait quantifier, organiser, bien inutilement.
Cependant, les heures s'égrenèrent et Reid finit par alterner des moments de conscience et de somnolence agitée. Le silence de la pièce, le calme inquiétant rappelaient à lui des odeurs de poisson et des angoisses qu'il contenait difficilement. Des heures passèrent encore, les lumières ne s'éteignirent pas, les repas ne vinrent pas. La douleur de sa peau à vif se fit plus vive. Certaines de ses plaies s'infectaient. La descente aux enfers commençait et Reid n'avait aucune idée de la durée du voyage. Il tressaillit au souvenir des mots que Lyli lui avait susurré : « C'est par amour pour vous que je le fais docteur Reid. Il me tarde de mieux vous connaître. Vous finirez par m'aimez, vous verrez »

La porte de sa cellule finit par s'ouvrir. Reid eut dû mal à dissimuler sa surprise de voir la silhouette de Nathan Harris apparaître. Le jeune homme qui avait tenté de se suicider quelques mois en arrière et que Reid avait sauvé s'approcha avec une trousse et s'agenouilla à ses côtés.
- bonjour docteur Reid, fit le garçon gêné.
Reid le fixa sans lui répondre. Nathan détourna son regard et sortit du coton et du désinfectant de la trousse. Reid s'en empara et commença à se soigner.
- Je voulais vous remercier de m'avoir sauvé la vie, bafouilla Nathan.
Reid garda un silence obstiné. Il sentit le malaise du jeune homme croître à tel point qu'il garda la tête baissée.

Les heures s'écoulèrent, peut-être des jours, durant lesquels Lyli venait le chercher, cherchait à le faire parler, à le faire lâcher prise et face à son silence finissait par le livrer aux mains de l'ours. Et puis, Nathan venait. Alors Reid se soignait refusant l'aide du garçon même lorsqu'il était au plus mal.

@@@


Éllie tournait comme une toupie derrière Garcia qui s'acharnait depuis quatre jours sur les images tentant de remonter leur trace. En vain. Elles montraient Reid 24 heures sur 24 et ça n'en était que plus difficile de rester devant l'écran à le contempler se faire battre, impuissant. L'enquête avançait péniblement – pas assez au goût d'Elle – Lyli distillait des indices au compte-gouttes, de façon totalement maîtrisée. La recherche d'identification de la jeune femme n'avait rien donné. Elle n'apparaissait dans aucun fichier.

En revanche, ils avaient pu identifier l'ours, un certain Walt Griber, incarcéré pour meurtre dans un bar suite à une rixe de poivrot et suspecté de battre sa femme. Il avait été libéré deux ans plus tôt mais ne s'était jamais présenté à son premier contrôle judiciaire. Depuis, sa trace s'était dissoute dans l'état de Virginie mais Hotch avait réussi à la remonter. Tueur colérique et désorganisé, adepte des bars miteux, six meurtres avaient eu lieu dans des ruelles sordides en pleine nuit, à la sortie des bars, correspondant à son profil. Tous avaient été commis sur le mode d'un passage à tabac avec pour seul mot d'ordre : la décharge pulsionnelle. Beaucoup de sang et les victimes méconnaissables tant les coups avaient été violents. Puis, un an plus tôt, tout s'était arrêté. Il n'avait plus trouvé de meurtres répondant au profil de l'ours. Cela correspondait dangereusement à la mort de Lee.

Quant à Gideon et JJ, ils s'étaient lancés sur la piste de Nathan Harris. Nathan avait passé six mois au centre hospitalier suite à sa tentative de suicide. Les médecins le déclarant prêt, il était rentré chez lui et un suivi thérapeutique avait été mis en place au cours duquel Nathan commençait à progresser, arrivait à maîtriser ses pulsions même si cet équilibre restait fragile. Et puis, trois mois plus tôt, sa mère fut tuée dans un accident de voiture, deux semaines plus tard Nathan ne se présentaient plus à ses séances thérapeutiques. Il disparut dans la nature. Gideon et JJ ne parvinrent même pas à retrouver sa trace.

Quel était l'élément commun à l'ours, assoiffé de sang, brutal, et Nathan, un adolescent en passe de devenir adulte intelligent, brillant, et qui à en croire les médecins parvenaient peu à peu à subjuguer ses pulsions ? Lyli. La question qui se posait était comment avait-elle pu réunir ces deux personnalités aux antipodes l'une de l'autre et dans quel but ? Ces questions tournaient en rond dans l'esprit d'Elle. En vain.
- Ça bouge ! S'exclama Garcia.
Éllie n'osait même plus regarder l'écran. Reid n'était plus que l'ombre de lui-même. Elle entendit la porte de la cellule s'ouvrir et la voix de Lyli résonner. Si elle avait pu, en cet instant, elle l'aurait abattue aussi froidement qu'elle avait tué Lee. Sans regret.

@@@


Reid entendit la clef tournée dans la serrure de la porte. Il ne parvint même pas se redresser assis. Il n'était pas sûr de survivre à un nouveau passage à tabac. Ainsi, il n'était pas sûr d'honorer la promesse qu'il s'était fait : ne rien lâcher. Donnant-donnant voilà le pacte qu'il avait passé avec Lyli. Si elle ne lui donnait rien alors il ne satisfaisait aucune de ses demandes. Mais au-delà des souffrances, de sa peur et de son inquiétude, il sentait l'exaspération de la jeune femme croître, pour son plus grand plaisir il devait l'admettre, une sorte de jubilation secrète. Parfois il éprouvait du dégoût à ressentir un tel plaisir si proche de celui éprouvé par ceux qu'il traquait, par Lyli, par son propre bourreau. Une part sombre de lui-même qu'il aurait préférer ne jamais connaître. Une part sombre certes mais l’une des rares choses qui le faisait tenir.
- bonjour docteur Reid, comment vous sentez-vous aujourd'hui ?

Reid lui opposa toujours son silence obstiné. Il n'était même plus sûr d'être encore capable de parler. Il lui semblait que son dernier mot prononcé remontait à une éternité. Sa seule satisfaction fut de voir le visage de Lyli se fermer, son sourire s'effacer et ses yeux lui lancer un regard furibond. Elle cherchait la confrontation verbale. Il l'avait compris depuis longtemps et il le lui refusait lui opposant une résistance passive et silencieuse. Peut-être était-ce la seule chose qu'elle n'avait pas prévue dans tout son plan. À cette idée, Reid ressentit un plaisir viscéral qui lui donna la force de se redresser assis face à Lyli et l'ours debout qui le dominaient de toute leur hauteur. Lyli planta son regard dans le sien. Reid le soutint sans ciller avec cette absence émotionnelle de façade qu'il avait apprise à façonner entre les mains de Tobias Anckle. L'ours le remit sur ces pieds sans ménagement et le mena dans le semblant de salle d'interrogatoire. Il le jeta sur la chaise et lui attacha les mains aux accoudoirs. Puis, il sortit de la pièce.

Lyli se mit à faire les cent pas devant la table, agacée par le silence obstiné de Reid. L'indifférence du profiler face à la menace qu'elle représentait pour lui, face à ce qu'elle pouvait lui faire d'un claquement de doigts – elle pouvait ordonner son exécution si l'envie lui en prenait – l'énervait au plus haut point. Il ne montrait pas une once de peur alors qu'elle elle la ressentait à chaque fois qu'elle croisait son regard, son regard ni colérique ni résigné mais déterminé. Déterminé à la défier, à lui tenir tête et à ne rien lâcher et Lyli commençait à se dire qu'elle ne parviendrait jamais à ses fins. Et cette idée l'insupportait. Depuis son premier meurtre – des frissons d'extase la traversèrent à ce souvenir – l'odeur de la peur qu'avait exhalé sa victime pourtant si dure et effrayante d'ordinaire lui revint. Ainsi, depuis son premier meurtre, elle avait toujours réussi à faire siennes ses victimes. Ces dernières finissaient toujours par la supplier quand elles le pouvaient encore. Elle sourit à ce rappel. Elle mettrait le temps qu'il faudrait mais elle briserait le docteur Reid. Elle parviendrait à effacer cette lueur déterminée, de la pure arrogance, qui brillait dans son regard. Elle trouverait sa faille. Ne disait-on pas que plus c'était long, plus c'était bon.
- très bien docteur Reid. Vous voulez des nouvelles de Morgan ?

@@@
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: GUET-APENS   

Revenir en haut Aller en bas
 
GUET-APENS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Guet Apens
» Guêt-apens
» Guêt-apens
» [Collection] La Guerre Secrete (Baudinière)
» La baie du guet-apens- Ambush Bay - 1966 -Ron Winston

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Esprits Criminels ConceptForum - Le forum n°1 sur la série! :: Les créations des fans :: Fanfictions :: Fanfics en cours-
Sauter vers: