Esprits Criminels ConceptForum - Le forum n°1 sur la série!


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le poids des mots

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Daphné Reid
Agent Fédéral
avatar

Féminin Nombre de messages : 146
Date de naissance : 13/07/1993
Age : 24
Localisation : Besançon
Personnage préféré : Spencer Reid
Loisirs : Lecture, Cinéma, Peinture, Dessin
Date d'inscription : 02/03/2012

MessageSujet: Le poids des mots   Ven 16 Mar 2012 - 17:37

Bonjour tout le monde !
Voici ma première fiction basée sur Criminal Minds. Les personnages principaux sont Hotch, Reid, Morgan, Rossi, JJ et Prentiss.
Pour ce qui est de l'histoire, je vous laisse la découvrir !
Bonne lecture, en espérant que ça vous plaise Wink

_________________________________
« Notre amour, c'est notre maison : nos pieds peuvent la quitter, mais nos cœur jamais. » Oliver Wendell Holmes
_______


- Hey, Reid, c'est pas le moment de t'endormir, on est presque arrivés ! s'exclama Morgan en poussant gentillement son coéquipier.
- Hmm... Laisse-moi dormir, je suis exténué...
- En choisissant de travailler pour le FBI, il ne fallait pas t'attendre à pouvoir faire des grasses mat' ! Tiens, tu veux mon café ?



Quelques rayons de soleil commençaient déjà à apparaître dans le ciel sans nuage de la petite ville de Newington. Le 4x4 noir se gara devant l'immeuble où se trouvait déjà plusieurs voitures de police, et les agents Morgan, Hotch et Reid descendirent du véhicule. Il se dirigèrent ensuite vers le commissaire qui se tenait près de la porte d'entrée.


- Vous êtes du FBI, c'est ça ? Je m'appelle Daniel Lewis, c'est moi qui suis chargé de cette enquête.
- Je m'appelle Aaron Hotchner, et voici les agents Dereck Morgan et Spencer Reid. De quoi s'agit-il exactement ?
demanda Hotch en serrant la main du commissaire.
- Une femme nous a appelé la nuit dernière, en déclarant avoir entendu des bruits de pas provenant de l'étage au dessus du sien... Habituellement, sa voisine du dessus se couche vers 22h, car elle travaille tôt le matin, et elle ne l'entend jamais se lever au milieu de la nuit... Et encore moins quitter son appartement !
- Vous voulez dire que la femme qui vous a téléphoné a entendu sa voisine sortir de chez elle au beau milieu de la nuit ?
- C'est ce qu'elle a cru au départ, effectivement. Elle et sa voisine se connaissaient, elle n'a donc pas pu s'empêcher de s’inquiéter. Elle a été ouvrir très légèrement sa porte d'entrée pour voir si c'était bien sa voisine qu'elle entendait descendre les marches, mais ce ne fût pas le cas.
- Et qui est descendu ?
demanda Morgan.
- La témoin dit avoir vu un homme passer devant sa porte, une capuche sur la tête et un couteau étrange dans la main... Elle a préféré nous appeler. Venez, suivez-moi, je vais vous conduire à la scène de crime. Je vous préviens, ce n'est pas très beau à voir.


Ils suivirent le commissaire jusqu'au deuxième étage, dans l'appartement où le meurtre avait été commis. La victime était étendue dans son lit, couverte de sang et les yeux grands ouverts.


- Cheryl Dawen, 42 ans. Elle habitait seule. Divorcée depuis un an, pas d'enfants. Aucune arme n'a été retrouvée, et il n'y a pas eu d'effraction.
- Ce qui signifie qu'elle connaissait son agresseur...Où qu'il l'a menacé
, dit Morgan.
- Peut-on estimer l'heure de la mort ? demanda Reid.
- Je dirais 4 ou 5 heures maximum, répondit le légiste. Cela s'est produit durant la nuit.
- Dans ce cas, le tueur a sans doute forcé la porte pour rentrer, d'une manière ou d'une autre : il est assez improbable que la victime lui ai ouvert la porte à cette heure-ci.
- De plus, d'après le témoignage de la voisine du dessous, il était très rare que la victime ait de la visite. C'était une personne assez solitaire.
- Et quelles sont les causes de la mort ?
demanda Hotch en se tournant vers le légiste.
- La mort a été provoquée par une multitude de coups portés à la poitrine et au ventre. Ce qui est assez étrange, c'est que les incisions présentes sur le corps ne ressemblent pas à des incisions classiques...
- C'est-à-dire ?
- Eh bien, il semblerait que les incisions aient été commises par un instrument assez primitif, un sillex taillé par exemple...


Reid haussa les sourcils.

- … Comme pourraient en témoigner les minuscules particules de pierre que j'ai retrouvé sur le bord intérieur des plaies.
- Des particules de pierre ? C'est assez peu commun
, déclara le benjamin de l'équipe en se penchant pour regarder les plaies de plus près.
- Moi, ce que je comprends pas, c'est pourquoi nous sommes ici, soupira Morgan. Nous n'avons pas affaire à un tueur en série, si ? Il y a eu des meurtres similaires, dans les environs ?
- Eh bien,
répondit le commissaire, une femme, Mandy Johnson, a été retrouvée poignardée dans son lit il y a deux jours, dans la ville voisine.
- Cela ne suffit pas pour conclure à la possible existence d'un tueur en série
, le coupa Hotch. Reid, quels sont les trois critères primordiaux qui permettent de savoir si nous avons affaire à un serial killer ?
- Victimologie, mode opératoire, signature.
- Exactement. Les victimes se ressemblaient-elles, avaient elles le même mode de vie ?


Le commissaire semblait mal à l'aise.

- Pas à mon souvenir... l'autre était blonde, alors que celle-ci était brune, elles n'avaient pas le même métier, pas vraiment le même âge...
- Avez-vous vu quelque chose de particulier sur le corps, un signe distinctif qui pourrait correspondre à une signature ?
- Je ne crois pas...
- Eh, regardez ça !



Tous regardèrent en direction de Reid, qui était retourné examiner le corps de la victime. Il leur montra la paume des mains de celle-ci, dans lesquelles étaient taillées de profondes entailles en forme de croix.


- Apparemment, les entailles ont été causées par la même arme que celle qui a servi à poignarder la victime, déclara le légiste en examinant les blessures.
- L'autre victime n'avait pas ces marques, affirma le commissaire. A quoi correspondent-elles ?
- Les croix taillées dans les paumes peuvent avoir plusieurs symboles
, répondit Reid. Elles peuvent faire référence à la crucifixion du Christ, où bien à un acte commis par les mains de la victime...
- Cela peut correspondre à une signature, non ?
- Si d'autre victimes sont retrouvées avec de telles marques, alors oui, c'est possible. Mais pour l'instant, ce n'est pas le cas, c'est exact ?



A cet instant, deux agents de police entrèrent dans la pièce.


- Commissaire Lewis, nous avons retrouvé l'homme coupable du meurtre de Mandy Johnson ! Il s'agissait en fait de son ex petit-ami. Il était à son enterrement, hier après-midi, et de nombreux témoins l'ont vu avoir un comportement très étrange : il ne tenais pas en place, il n'adressait la parole à personne et ne lâchait pas le cercueil du regard... Et un autre témoin nous a rapporté que l'homme n'arrêtais de chuchoter « je suis désolé » durant la mise en pierre... Nous l'avons arrêtés et mis en garde a vue. Après quelques heures d'interrogatoire, il a tout avoué.
- Bon travail, messieurs. Agent Hotchner ? J'aimerais vous poser une question.
- Allez-y.
- Est-ce que vous et votre équipe pourriez essayer d'interroger le tueur ? Il se peut tout de même qu'il soit coupable de ce meurtre, étant donné que le mode opératoire est quasiment le même...
- Commissaire, l'homme qui a tué Mandy Johnson était son ex petit ami, nous avons donc de fortes raisons de penser que...
- Ça ne coûte rien d'essayer ! Vous êtes profilers, vous saurez interpréter ce que ce gars va dire... Si vous n'en tirez rien après l'avoir interrogé, je vous laisse tranquille. S'il vous plaît, faîtes cela pour moi...


Les agents du FBI se consultèrent du regard, ne sachant quoi répondre. Hotch se décida à prendre la parole :

- Bon. Reid et Morgan, vous irez interroger le tueur. Vous lui demanderez de raconter ce qui s'est passé avec son ex petite-amie, vous analyserez son comportement, et vous lui montrerez les photos du corps de Cheryl Dawen pour examiner sa réaction. Et...
- Pas de soucis Hotch, on sait ce qu'on a à faire,
dit Morgan. Si on obtient aucun résultat, on rentre au Département.

Hotch hocha la tête et sorti de la pièce. Reid et Morgan suivirent le commissaire jusqu’à sa voiture et embarquèrent en direction du poste de police.
Morgan se pencha vers Reid et lui chuchota :

- Dis, tu penses vraiment que les deux meurtres peuvent avoir quelque chose en commun ?
- Franchement, je n'en ai aucune idée. Seul le mode opératoire est similaire, et encore...
- Hm... Exact. Enfin, nous verrons bien.


Quelques minutes plus tard, Morgan profita de l'inattention de Reid pour glisser son bras derrière la tête du génie et lui tapoter l'épaule. Celui-ci sursauta et lança à Morgan un regard réprobateur :

- Eh ! Ne refais plus jamais ça !

Morgan sourit :

- Tu es trop sous pression, Reid ! Détends-toi un peu ! Dis, tu fais quelque chose ce soir ? Après cet interrogatoire, ça te dit un petit resto avec Hotch, Prentiss, JJ, Rossi et moi ?
- Pourquoi pas ! Ça pourrait nous changer les idées et nous permettre de mettre un peu le boulot de côté. Par contre, je refuse d'aller dans un restaurant chinois. Je n'arrive décidément pas à me servir de baguettes chinoises !
- C'est promis
! dit Morgan en éclatant de rire.


Dernière édition par Daphné Reid le Ven 16 Mar 2012 - 22:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daphnehooker.tumblr.com
LittleCoffee
S.S.A.
avatar

Féminin Nombre de messages : 2110
Date de naissance : 08/07/1998
Age : 19
Localisation : Dans l'Asile, entrain de présider le LCDE.
Personnage préféré : Tous
Loisirs : Voyager dans le TARDIS.
Date d'inscription : 08/10/2011

MessageSujet: Re: Le poids des mots   Ven 16 Mar 2012 - 21:37

Hey ! Vraiment un bon début, j'suis bluffée Shocked

Bon pour ce qui est des fautes j'en ai pas trop vu, même pas du tout, mais en même temps, j'y ai pas vraiment fait attention sourit2

Pour un truc plus complet, je pense que lolOw viendra t'en faire part :mdr:

Sur ce, je veux volontiers la suite Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.eggsterminatethewhoniverse.tumblr.com
Daphné Reid
Agent Fédéral
avatar

Féminin Nombre de messages : 146
Date de naissance : 13/07/1993
Age : 24
Localisation : Besançon
Personnage préféré : Spencer Reid
Loisirs : Lecture, Cinéma, Peinture, Dessin
Date d'inscription : 02/03/2012

MessageSujet: Re: Le poids des mots   Sam 17 Mar 2012 - 14:32

Merci du compliment Razz
Et merci pour tes remarques ! Wink
Je posterais sans doute la suite dans la journée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daphnehooker.tumblr.com
Jjuliegarcia
Unit Chief
avatar

Féminin Nombre de messages : 2610
Date de naissance : 26/02/1988
Age : 29
Localisation : Dans le frigo de la paroisse, au fond à droite du 2ème étage entre la mayo et le ketchup
Personnage préféré : JJ et Garcia
Loisirs : Le forum!!!! délirer, embêter mon chéri :-p et je confirme que PtitBN92 est devin!!!!
Date d'inscription : 05/02/2012

MessageSujet: Re: Le poids des mots   Sam 17 Mar 2012 - 18:34

Début prometteur! applaud applaud applaud
J'aime beaucoup vivement la suite Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daphné Reid
Agent Fédéral
avatar

Féminin Nombre de messages : 146
Date de naissance : 13/07/1993
Age : 24
Localisation : Besançon
Personnage préféré : Spencer Reid
Loisirs : Lecture, Cinéma, Peinture, Dessin
Date d'inscription : 02/03/2012

MessageSujet: Re: Le poids des mots   Dim 18 Mar 2012 - 2:17

Merci beaucoup ! Very Happy
Voici la suite, avec un peu de retard !

_________________________________

Arrivés devant le commissariat, Morgan et Reid descendirent du véhicule et suivirent le commissaire Lewis a l'intérieur. Celui-ci leurs remit le dossier de l'ex-petit ami de Mandy Johnson, un certain Brian Dawer. Ils prirent connaissance des détails concernant l'affaire, puis Morgan leva les yeux vers Reid.

- A mon avis, il vaut mieux que l'un de nous l'interroge pendant que l'autre observe ses réactions derrière la vitre teintée. Quand on est dans la même pièce que lui, on ne peut pas repérer tout ce qu'il dit ou fait de travers.
- Je vais aller l'interroger
, répondit Reid, sûr de lui.
- Tu ne préférerais pas que...
- Non, non, ne t'inquiète pas. Je n'ai pas souvent l'occasion d'interroger des suspects ! Donc si tu es d'accord, j'aimerais que ce soit moi qui lui pose les questions.
- … Cet homme a tué son ex petite-amie, c'est un type instable, il peut perdre ses moyens n'importe quand... Si tu es sûr de toi, vas-y. Mais ne te laisse pas impressionner, ne montre aucun signe de faiblesse. Fait très attention à ce que tu dis.
- Je contrôlerai la situation, fais-moi confiance.
- C'est toi le patron.



« C'est moi le patron » se répéta mentalement Reid en s’avançant vers la porte menant à la salle d'interrogatoire, son dossier sous le bras. Il ouvrit la porte, l'homme était déjà là. Il avait l'air très stressé, à en juger par la façon dont il regarda Reid venir s'asseoir face à lui. Ses mains étaient agitées de tics nerveux, et il n'arrivait pas à rester en place sur sa chaise.


- Bien, commença Reid. Brian Dawer, c'est bien ça ?
- O...Oui...
- Racontez-moi ce qui s'est passé avec Mandy Johnson.
- J'ai déjà tout raconté à la police et je... je...


Sa voix s'éteignit et il fondit en larmes.

- Je comprends, continua Reid. Cependant, j'aimerais vraiment que vous puissiez me redire ce qui...
- Je ne voulais PAS la tuer !
s'écria Dawer. Elle... elle... Je l'aimais plus que tout. J'aurais pu faire n'importe quoi pour elle. Et... elle... m'a plaqué, du jour au lendemain... J'étais désemparé... Je suis venu chez elle pour essayer de comprendre, mais elle m'a remballé et elle m'a fermé la porte au nez...

Dawer renifla et leva les yeux vers Reid.

- Que s'est-il passé ensuite ? Demanda celui-ci en fixant l'homme droit dans les yeux.
- Elle... J'ai attendu devant sa porte durant des heures, lui suppliant de m'ouvrir... Je l'ai entendu aller se coucher... Elle s'en fichait complètement ! J'avais si mal, vous savez... J'avais envie de mourir...

Nouveaux sanglots.

- Je... je... j'ai vu qu'elle avait laissé sa fenêtre ouverte à cause de la chaleur, alors je me suis glissé chez elle par ce moyen et j'ai atterri dans la cuisine... Et là j'ai vu... Le couteau... Je ne contrôlais plus rien... Je l'ai pris, et je me suis dirigé en direction de sa chambre... Je l'entendais respirer, doucement, calmement... J'ai pris le foulard qui était posé sur la chaise de son bureau, et je me suis approché du lit, je l'ai regardé dormir... Qu'est-ce qu'elle était belle ! J'ai caressé son visage... Tout en pensant que si je ne pouvais pas l'avoir, alors personne ne l'aurait... Je me suis approché, encore un peu plus... Je lui ai mis le foulard sur les yeux, je l'ai passé derrière sa tête pour l'attacher, elle s'est reveillée en sursaut, elle a ouvert la bouche... J'ai posé la lame du couteau sur sa gorge en lui disant de pas bouger... Elle a crié, m'a supplié, mais c'était trop tard... J'ai planté le couteau dans son ventre, puis je l'ai retiré, puis j'ai recommencé... Sans pouvoir m'arrêter... Je... Quel sorte de monste suis-je pour tuer celle que j'aime ?... JE SUIS UN MONSTRE, UN HORRIBLE MONSTRE, QUI MÉRITE DE FINIR SA VIE EN PRISON !


L'homme s’effondra sur la table, ravagé par les larmes. Reid déglutit.
Il se leva, pris le dossier et se dirigea vers la sortie. En franchissant la porte, il croisa le regard de Morgan.


- Ce n'est pas lui qui a tué Cheryl Dawen, dit Morgan.
- Effectivement. Rien ne correspond entre les deux meurtres. Dawer a bandé les yeux de sa victime, ce qui est un signe de remords. Il l'a tué par amour, par pour assouvir je ne sais quelle pulsion. Il a perdu tout contrôle. C'est un jeune homme anxieux, qui doute de lui. Il ne tuerais pas en laissant sa victime le regarder, il aurait trop honte.


Le commissaire, qui avait observé l'interrogatoire, avoua de lui-même que le comportement de l'homme ne collait pas avec celui d'un tueur en série. Il remercia Reid et Morgan pour leur collaboration et les raccompagna jusqu'à la sortie. Une fois dehors, Morgan appela Hotch pour lui demander de venir les chercher. Une dizaine de minutes plus tard, le 4x4 noir débarquait devant le commissariat, et les deux agents du FBI grimpaient à l'intérieur.


Quinze minutes plus tard, Hotch, qui était au volant, se gara devant un restaurant italien. Reid poussa un soupir de soulagement.

- On a pensé à toi, Reid, dit JJ en souriant. On ne voulait pas que tu ressortes du restaurant le ventre vide, comme le jour ou nous sommes allés manger dans ce fameux restaurant chinois !
- Quelle délicate attention !
ironisa le benjamin de l'équipe en sortant du véhicule.
- Il paraît qu'ils font les meilleures pâtes de toute la ville, s'exclama Prentiss, visiblement affamée.
- Pas de toute la ville : de tout les États-Unis ! dit Rossi. Je n'ai jamais mangé d'aussi bonnes pâtes que lorsque je suis venu ici pour la première fois, il y a quelques semaines.
- Tu n'as pas l'impression d’exagérer un peu ?
répondit Hotch en souriant.


Les six agents entrèrent dans le restaurant, où une table avait été réservée. Ils s'installèrent, commandèrent à boire et se mirent à lire les menus.


- Moi, je pense que je vais prendre une pizza ! dit Morgan en regardant son menu. Après, laquelle choisir... Il y en a tellement !
- Une pizza ? Es-tu fou ?
s'insurgea Rossi. Leurs pâtes sont succulentes !
- Peut-être, mais une pizza me tente plus, là tout de suite !
- Personnellement, j'opte pour des tagliatelles carboana !
déclara Hotch en fermant son menu.
- Pareil pour moi ! dit Prentiss.
- Et moi, je prendrai des spaghettis bolognaises ! dit JJ. Et toi, Reid ?
- Spaghettis bolognaises pour moi aussi !



Ils passèrent commande, et attendirent d'être servis en discutant de choses et d'autres. Reid et Morgan parlèrent de l'interrogatoire, JJ raconta les nouveaux exploits de son fils, Rossi s'impatienta en regardant toutes les cinq minutes en direction des cuisines...


Quand les plats furent servis, Reid fronca les sourcils. Pourquoi lui avait-ont servi une grosse cuillère, en plus de sa fourchette ? Et pourquoi n'avait-il pas de couteau ?

JJ parut lire dans ses pensées, car elle se pencha vers lui et lui chuchota :

- Les spaghettis se mangent avec une fourchette et une grosse cuillère. Tu veux que je te montre comment on fait ?
- J'ai vraiment le chic pour choisir des plats difficiles à manger, apparemment ! Ne t'inquiète pas, je vais me débrouiller.



Sauf que le problème était un peu plus complexe qu'il n'y paraissait. Reid essaya de tourner les pâtes autour de sa fourchette, mais celles-ci retombaient inexorablement dans son assiette avant qu'il n'ai eu le temps de les porter à sa bouche. Il lança un regard du côté de JJ, qui maîtrisait ses pâtes comme un chef, et soupira.


- Un problème, Reid ? le taquina Morgan.
- Aucun ! Je... m'habitue, c'est tout !
- Tu es sûr que tu n'as pas besoin d'aide ?
demanda Prentiss, amusée.
- Non, non !

Reid fît une deuxième tentative, sans plus de succès.

- Morgan, dit il, est-ce que tu pourrais me prêter ton couteau quelques secondes ? Je vais procéder autrement.
- Pourquoi tu as besoin d'un couteau, qu'est-ce que tu...
- Passes-le moi, s'il te plaît !



Morgan lui tendit le couteau. Reid, satisfait, coupa ses pâtes, de façon à ce quelles soient suffisamment petites pour pouvoir être mangées avec sa fourchette sans aucune difficulté. Soudain, un silence de mort s'abbatit dans le restaurant. Tout les regards se tournèrent vers la table des agents. Le serveur dévisagea Reid et lança un regard effaré sur l'assiette de ce dernier. Prentiss soupira, et Rossi mit sa tête dans ses mains.


- Reid... commença Hotch.
- Quoi, qu'est-ce que j'ai encore fait ?
- On ne coupe pas ses pâtes, dans un restaurant italien. En Italie, cela veut dire que tu n'aimes pas le plat et que tu le gâches en le coupant en morceau. C'est très impoli.



Reid devint rouge écarlate. Il fixa son assiette, contemplant les petits bouts de spaghettis qu'il avait soigneusement coupé.

- Je ne savais pas...
- Ne t'en fais pas,
dit JJ en lui posant la main sur l'épaule, tu ne pouvais pas savoir. Mange ton plat, c'est la meilleure chose à faire. Ils verront que tu as aimé, finalement. Et c'est tout ce qui compte !

Reid se maudit intérieurement. Il commença donc à manger ses pâtes, honteux, en évitant soigneusement le regard moqueur de Morgan.


Soudain, le portable de Hotch se mit à vibrer. Il se leva, s'excusa et sortit de la salle pour aller répondre dans un endroit plus calme. Il revint quelques minutes plus tard, abasourdi.

- Il y a eu un autre meurtre, lâcha-t-il. Même mode opératoire que celui de ce matin et même signature, poignardée au ventre et à la poitrine et des croix taillées dans les mains. Mais c'était dans un lieu fréquenté, cette fois-ci.
- Déjà un autre meurtre ?!
s'exclama Reid. Mais... Le premier ne date que de quelques heures !
- Il faut croire qu'il est très en forme...
- Nous avons donc bel et bien affaire à un tueur en série...
soupira Morgan.
- Bon eh bien, c'est parti ! dit Prentiss en se levant.

Tous l'imitèrent. Rossi jeta un œil à son assiette de pâtes, dépité.

- De si bonnes pâtes... gémit-il.
- On reviendra un autre jour, Rossi ! s'écria Morgan. Il y a plus urgent pour le moment, vous ne croyez pas ?

Rossi acquiesça. Les six agents se dirigèrent vers la sortie et foncèrent en direction de la voiture, avant de s'installer à l'intérieur et de démarrer en trombe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daphnehooker.tumblr.com
Jjuliegarcia
Unit Chief
avatar

Féminin Nombre de messages : 2610
Date de naissance : 26/02/1988
Age : 29
Localisation : Dans le frigo de la paroisse, au fond à droite du 2ème étage entre la mayo et le ketchup
Personnage préféré : JJ et Garcia
Loisirs : Le forum!!!! délirer, embêter mon chéri :-p et je confirme que PtitBN92 est devin!!!!
Date d'inscription : 05/02/2012

MessageSujet: Re: Le poids des mots   Dim 18 Mar 2012 - 11:52

Tout comme le début j'aime beaucoup cette suite applaud applaud
J'adore le passage des pâtes je vois tout à fait Reid faire ca! sourit0
Encore bravo applaud applaud
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daphné Reid
Agent Fédéral
avatar

Féminin Nombre de messages : 146
Date de naissance : 13/07/1993
Age : 24
Localisation : Besançon
Personnage préféré : Spencer Reid
Loisirs : Lecture, Cinéma, Peinture, Dessin
Date d'inscription : 02/03/2012

MessageSujet: Re: Le poids des mots   Dim 18 Mar 2012 - 16:00

Merci beaucoup ! sourit0
En effet, j'imagine bien cette scène se dérouler dans un des épisodes, moi aussi ! Ce serait drôle sourit_vert
Je posterais sûrement la suite dans la soirée Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daphnehooker.tumblr.com
Jjuliegarcia
Unit Chief
avatar

Féminin Nombre de messages : 2610
Date de naissance : 26/02/1988
Age : 29
Localisation : Dans le frigo de la paroisse, au fond à droite du 2ème étage entre la mayo et le ketchup
Personnage préféré : JJ et Garcia
Loisirs : Le forum!!!! délirer, embêter mon chéri :-p et je confirme que PtitBN92 est devin!!!!
Date d'inscription : 05/02/2012

MessageSujet: Re: Le poids des mots   Dim 18 Mar 2012 - 17:55

Daphné Reid a écrit:
Merci beaucoup ! sourit0
En effet, j'imagine bien cette scène se dérouler dans un des épisodes, moi aussi ! Ce serait drôle sourit_vert
Je posterais sûrement la suite dans la soirée Wink
Cooooolllllllll!!!!!!!!!! sourit0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daphné Reid
Agent Fédéral
avatar

Féminin Nombre de messages : 146
Date de naissance : 13/07/1993
Age : 24
Localisation : Besançon
Personnage préféré : Spencer Reid
Loisirs : Lecture, Cinéma, Peinture, Dessin
Date d'inscription : 02/03/2012

MessageSujet: Re: Le poids des mots   Mar 20 Mar 2012 - 2:45

Voilà la suite ! Wink

_________________________________

Après avoir déposé JJ au commissariat pour qu'elle puisse gérer avec les policiers les coups de fils incessants des habitants de la ville à propos du premier meurtre, le 4X4 s'immobilisa devant le grand centre commercial de Newington.


- Deuxième meurtre dans la même ville, même mode opératoire, même signature... Ça ne peut plus être une coïncidence ! dit Prentiss en claquant la porte arrière du véhicule.
- Effectivement... Où est donc ce cher commissaire Lewis ? demanda Morgan en regardant autour de lui.
- Il nous attend à l'intérieur, répondit Hotch. Le centre commercial a été fermé quelques heures plus tôt que d'habitude, mais personne n'est au courant du meurtre, à part la police, le personnel du centre commercial et les deux personnes qui ont découvert le corps : cela permet d'éviter que la presse ne fasses le rapprochement entre les meurtres et nous mette des bâtons dans les roues. Nous devons contrôler la situation.


Hotch se dirigea a l'intérieur de l'établissement, suivi par le reste de l'équipe. Le commissaire Lewis les accueillis : il était au bord de la crise de nerf.

- Non mais est-ce que vous vous rendez compte ? S'écria-t-il. DANS le centre commercial ! Et personne n'a rien vu ! C'est... c'est... c'est tout bonnement hallucinant !
- Commissaire Lewis, il est primordial que vous gardiez votre calme
, dit Hotch. Où le corps a-t-il été trouvé ? Pourrions-nous aller l’examiner ?
- Évidemment... évidemment ! Je vais vous y conduire. Le corps a été retrouvé dans le couloir qui mène aux WC du centre commercial. Ce couloir permet d’accéder aux WC des hommes et à ceux des femmes. Suivez-moi.



En arrivant sur les lieux, Prentiss ne pu retenir un haut-le-cœur.
La victime avait été sauvagement poignardée au ventre et à la poitrine, et elle baignait littéralement dans son sang ; Reid s'approcha, enfila des gants en plastique et entreprit de regarder les paumes de la victime, qui avait les poings serrés.


- Mêmes entailles dans les mains, constata-t-il. Est-ce que l'on sait si il poignarde et tue la victime avant ou après lui avoir taillé ces croix dans les mains ?
- Ça peut avoir une importance ?
demanda le commissaire.
- Peut-être. Si il tue la victime avant, alors ce geste n'est que second. C'est sa signature, ce n'est pas ce qui le motive à attaquer ses victimes. Au contraire, s'il leur fait ces entailles en premier, alors il se peut que cela ait une grande signification pour lui. Il faudrait découvrir laquelle. Et, dans ce cas, il faudrait aussi réfléchir à la façon dont il persuade ses victimes de le laisser leur taillader les mains sans que celles-ci ne se défendent.
- Elles se défendent peut-être, et c'est pour cette raison qu'il les tue ! Peut-être que sa pulsion ne se limite qu'a leur tailler des croix dans la main, mais que vu qu'elles résistent il est obligé de les tuer...


Reid fronça les sourcils et se mit a réfléchir à toute vitesse.

- J'en doute, finit-il par répondre. Dans ce cas, il pourrait très bien les menacer avec son arme et les empêcher de bouger, en les séquestrant et les attachant par exemple. Ici, j'aurais plutôt l'impression qu'il choisit ses victimes « à l'instinct », et que sa pulsion reprend le dessus. D'ailleurs, on peut constater que cette victime ressemble beaucoup à la première femme : brune, la quarantaine...
- Sait-on l'heure à laquelle celle-ci est morte ?
demanda Hotch à l'intention du commissaire.
- Eh bien, d'après le rapport du légiste, répondit celui-ci en fouillant dans son dossier, elle est morte il y a trois heures environ.
- Seulement trois heures ?!
S'exclama Morgan. Notre homme est un rapide ! Deux victimes dans la même journée, avec si peu d'intervalle...
- Y'a-t-il des caméras de surveillance dans cette partie de l'établissement ?
demanda Rossi au commissaire.
- Oui, il y en a même une juste là, dit le commissaire en désignant la caméra qui se trouvait juste en face d'eux, à l'autre bout du couloir.
-Dans ce cas, dit Reid, le tueur apparaît obligatoirement sur l'enregistrement vidéo.


Morgan sortit son téléphone et composa le numéro de Garcia.


- Bureau du génie de service, j'écoute ? répondit-elle en souriant.
- Princesse, il faudrait que tu contactes le service de sécurité du centre commercial de Newington et que tu leur demande de t'envoyer l'enregistrement de la caméra de surveillance qui se trouve dans le couloir qui mène aux WC de l'établissement, pour la journée d'aujourd'hui. Une fois que tu l'as, tu me rappelles.
- Pas de soucis mon chou, c'est comme si c'était fait ! Par contre, ce ne sera pas gratuit...
- On en reparlera en privé, ma belle !
conclua Morgan avant de refermer son portable.
- Les relations entre collègues sont autorisées, au sein du FBI ? demanda le commissaire avec un sourire en coin.
- Ah mais là c'est différent, répondit Reid. C'est... Morgan et Garcia. Il ne faut pas chercher à comprendre !
- Je vois !
- Bon, revenons-en a l'enquête,
intervint Hotch. Nous allons rentrer au département analyser la vidéo, et nous ferons en sorte d'établir un premier profil que nous communiquerons à vos hommes par la suite. Avez-vous les rapports des deux personnes qui ont découverts le corps ?
- Bien sûr ! Ils sont dans le dossier que nous avons constitué, et qui réunit le témoignage des deux personnes, le rapport du médecin légiste, et aussi les photographies détaillées des blessures de la victime. Tenez, le voici.



Après avoir remercié le commissaire, Hotch sortit du centre commercial, suivi par toute l'équipe. Ils embarquèrent dans le 4X4 et foncèrent en direction de leur « quartier général ». Une fois sur place, ils retrouvèrent JJ et allèrent s'installer dans la salle de réunion.


- J'ai la vidéo de la caméra de surveillance, mes chéris, dit Garcia dont le visage venait d’apparaître sur l'écran de télévision.
- Attendeeeeez avant de la regarder, j'arrive ! cria Reid depuis la pièce d'à côté.
- Qu'est-ce qu'il...
- J'ai fait du café pour tout le monde,
souria le benjamin de l'équipe en entrant dans la pièce, un plateau rempli de tasses de café dans les mains. Je pense que nous en aurons bien besoin. Vas-y Garcia, tu peux lancer la vidéo.

L'image grisonnante du couloir du centre commercial apparut sur l'écran.

- Je vous ai épargné les heures où il ne se passe rien, précisa Garcia. La vidéo commence donc à 11h15 du matin : c'est le moment où l'on peut voir la victime sortir des WC pour femmes. Comme vous pouvez le constater, tout est tranquille pour l'instant... Mais d'ici quelques secondes...


Garcia se tût. Un homme portant un sweat dont la capuche était rabattue sur sa tête apparu dans le champ de vision de la caméra. Alors qu'il se dirigeait vers les toilettes des hommes, il croisa la victime. Il se retourna, regarda en sa direction et bondit sur elle en un éclair. Avant qu'elle n'ai eu le temps de crier, il l'avait mis à terre et lui couvrait sa bouche avec sa main ganté. Il la poignarda plusieurs fois, violemment et très rapidement, puis lui fit les fameuses entailles sur les paumes. Des pas retentirent au bout du couloir. Le tueur releva la tête, se leva précipitamment et couru en direction des WC pour hommes.


Le visage de Garcia réapparu sur l'écran.

- Ensuite, dit-elle, on voit le couple découvrir la victime, qui est en train d'agoniser. Malheureusement, le temps qu'ils préviennent les secours et que ceux-ci arrivent, elle aura eu le temps de mourir dix fois au moins.
- Il y a un truc qui cloche,
dit Rossi en fronçant les sourcils. Est-ce que tu as regardé la suite de la vidéo ? Jusqu'au moment ou notre équipe arrive sur les lieux ?
- Oui, chef !

- Et tu n'as pas vu le tueur ressortir des toilettes des hommes entre temps ?


Les regards des agents se croisèrent. Ils avaient tous compris où Rossi voulait en venir.


- Il n'y a pas de fenêtres dans les WC pour hommes, dit Reid. En voyant un officier en sortir, j'ai pu le remarquer tout à l'heure.
- Dans ce cas, notre homme était encore dans les WC quand nous étions en train d'examiner le corps,
déclara Hotch.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daphnehooker.tumblr.com
steevana78
Agent Fédéral
avatar

Féminin Nombre de messages : 165
Date de naissance : 29/10/1985
Age : 31
Localisation : guyane
Personnage préféré : Reid et Morgan
Date d'inscription : 22/04/2012

MessageSujet: Re: Le poids des mots   Ven 27 Avr 2012 - 17:29

tu n'as pas fait une suite, c'est dommage car je trouve ton histoire interessante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daphné Reid
Agent Fédéral
avatar

Féminin Nombre de messages : 146
Date de naissance : 13/07/1993
Age : 24
Localisation : Besançon
Personnage préféré : Spencer Reid
Loisirs : Lecture, Cinéma, Peinture, Dessin
Date d'inscription : 02/03/2012

MessageSujet: Re: Le poids des mots   Mar 1 Mai 2012 - 19:10

En fait, j'attendais simplement que quelqu'un réponde en demandant la suite sourit_vert Mais comme personne ne postait je m'étais dit que personne ne la lisait. Si des lecteurs se manifestent je serais ravie de poster la suite !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daphnehooker.tumblr.com
EmilyPrentiss13
Élève à Quantico
avatar

Féminin Nombre de messages : 82
Date de naissance : 25/06/1997
Age : 20
Localisation : Berre l'Etang
Personnage préféré : Emily Prentiss !!
Loisirs : Regarder des series comme CM et The Mentalist, lire et écrire
Date d'inscription : 29/12/2012

MessageSujet: Re: Le poids des mots   Ven 4 Jan 2013 - 23:53

Je me manifeste !!!!!! Je veux la suite !!!!!
Géniale ta fic !!!
Sur ce forum il y a vraiment beaucoup de personne qui ont du talent !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le poids des mots   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le poids des mots
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Journal l'épique : le poids des mots, le choc des poings
» Bourdin compare le FN à Daech : le poids des mots et le choc des bobos !
» Mots farfelus ? définitions farfelues...
» Nos expressions et mots français préférés
» poids monétaire n°1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Esprits Criminels ConceptForum - Le forum n°1 sur la série! :: Les créations des fans :: Fanfictions :: Fanfics en cours-
Sauter vers: