Esprits Criminels ConceptForum - Le forum n°1 sur la série!


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Tous les génies ne sont pas des geeks

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Wawadji
Élève à Quantico
avatar

Féminin Nombre de messages : 63
Date de naissance : 22/07/1991
Age : 26
Localisation : France, dans un univers parrallèle...
Personnage préféré : Spencer Reid
Loisirs : Dormir, et dessiner mes rêves
Date d'inscription : 26/09/2011

MessageSujet: Tous les génies ne sont pas des geeks    Lun 26 Sep 2011 - 14:04

Bonjour ! Avant de commencer avec le premier chapitre, je vous présente en deux trois lignes ma fanfic. ^^

Titre: Tous les génies ne sont pas des geeks
Genre : Romance, Humour
Personnage principal : Reid
Saison 6 : JJ est partie, mais Prentiss n'est pas encore "morte"
Résumé : Reid en a marre de passer pour gay. Un soir que Morgan lui fait la remarque de trop, il craque, fait un pari stupide, et va draguer ce qui s'avèrera plus tard être le nouveau membre de l'équipe. Ah, et : c'est aussi la nièce de Strauss....

TOUS LES GENIES NE SONT PAS DES GEEKS


1. Nuit

Partie I

Meredith Taylor venait de terminer sont dernier shift. Une fois de plus, c’était elle qui avait dû faire la fermeture, et elle avait horreur de ça. Elle ne se sentait jamais à l’aise quand il fallait qu’elle rentre chez elle à minuit passé. Les rues de la banlieue de Seattle n’étaient pas sûres ces derniers temps. Elle avança à grands pas rapides, la tête baissée, sa main fourrée au fond de la poche de son manteau, agrippée à sa bombe lacrymogène.

Elle savait qu’il y avait ce raccourci par la ruelle avant le fleuriste qui lui ferait gagner un quart d’heure de marche, mais elle préféra continuer sa route le long de l’allée bordée de petites boutiques et d’épiciers. Certain n’avaient même pas encore fermé, où ne fermaient jamais la nuit, et pourraient peut-être lui servir de refuge si elle venait à se sentir suivie. Dans sa tête, un million de films la mettent en scène comme la victime d’un crime violent, en pleine rue. Les épaules courbées, elle accéléra le pas.

Elle était à présent arrivée au bloc familier de maisons où elle logeait. Elle accéléra encore plus sa course, dernière ligne droite avant d’avoir le droit de se calmer, son cœur battait à toute allure. La rue semblait déserte, mais chaque petite brise lui faisait imaginer le souffle d’un attaquant derrière elle, ou la caresse d’une main qui lui attraperait soudain les cheveux. Arrivée à l’entrée numéro 8, elle monta les trois marches du perron tout en fouillant frénétiquement dans son sac à main à la recherche de ses clés. Chaque seconde perdues lui semblait une occasion de plus à un agresseur de la saisir et de l’entraîner loin. Enfin elle avait trouvé son trousseau, mais encore fallait-il distinguer toutes ces clés dans le noir. Elle l’avait fait des centaines de fois, mais ce soir, elle ne savait pas ce qu’elle avait, tout son corps hurlait de panique. C’était à cause de son imagination débordante, elle se faisait peur toute seule, cette idiote. Enfin elle pu mettre la bonne clé dans la serrure, elle tourna deux fois vers la gauche, puis le déclic libérateur se fit entendre et elle ouvrit la porte, comme poussée par une force mystérieuse qui lui ordonnait d’entrer, vite, et claqua le battant derrière elle.

Dans le noir réconfortant de son appartement, elle respirait enfin. La pression descendait doucement, elle porta une main à sa poitrine en s’adossant à la porte d’entrée. Dieu que son cœur battait fort. Elle ria. Quelle idiote, se faire des films comme ça, c’était tout elle. Une vraie gamine. Elle soupira d’aise, un grand sourire aux lèvres. Elle allait donner à manger à Hendrix, son golden retriever, avant de se réchauffer le plat du midi, pensa-t-elle, lorsqu’elle réalisa soudain que quelque chose manquait. Elle alluma la lumière.

- Hendrix ? Appela-t-elle

Son chien ne manquait jamais une occasion pour lui sauter dessus, pourtant la maison était étrangement calme depuis qu’elle était arrivée. Elle avança vers le salon, pour vérifier qu’il n’était pas sur le canapé, mais rien. La cuisine était elle aussi déserte. Elle s’avança lentement vers sa chambre, son ancienne inquiétude refaisant soudain surface, poussa la porte entrouverte, et entra dans sa chambre. Elle ne remarqua pas tout de suite la fenêtre grande ouverte, mais perçu nettement le changement de température brutal alors qu’elle s’avançait de plus en plus vers son lit. Elle eu alors l’idée de regarder du côté de la table de nuit, contourna le lit, et se figea, retenant un cri d’horreur.

Hendrix, sur la moquette, son poil doré couvert de sang, immobile, mort. Meredith sentit que son cœur s’était arrêté, elle allait reculer quand soudain, quelque chose la poussa en avant et la propulsa sur le lit, lui arrachant un cri de surprise horrifiée.


OOOO


- Six. Décréta Prentiss.
- Six ?! S’offusqua Garcia en ouvrant de grands yeux colorés. Mais attends, tu as vu les abdos de ce mec ? Sérieusement, s’il te plait, je t’en supplie, donne lui au moins un huit !

Après réflexion, Emily accorda au canon qui gigotait sur la piste de danse un sept et demi, par générosité. De leur coté, Reid et Morgan faisaient des commentaires sur les filles qui se déhanchaient devant leurs yeux. Enfin, Morgan faisait des commentaires à Reid, plutôt. Reid n’aimait pas les boîtes de nuit. Il n’aimait pas la musique qu’on y jouait, les cocktails à la composition douteuse, les tenues provocantes des jeunes filles qu’il n’arriverait jamais à draguer correctement, et surtout, par-dessus tout, il avait horreur de la manie qu’avait Morgan de l’y trainer de force pour lui montrer toute sa supériorité de mâle alpha. Rien ne le mettait plus mal à l’aise que de se retrouver face à son impuissance et devant les belles inconnues, il était démuni.

Il scanna d’un regard de profileur les filles qui se pressaient avec audace contre leurs partenaires de « danse » en imaginant quelle proportion de complexe d’Electre dans la dynamique comportementale il fallait à une femme pour se montrer aussi indécente. Cela dit, il devait l’admettre, s’était efficace. Et étrangement, lorsqu’il avait vu Prentiss en faire de même à peine dix minutes auparavant, il n’avait pas été aussi choqué. Peut-être était-ce le fait de savoir d’emblée qu’elle n’était pas une fille superficielle qui l’empêchait de la juger aussi durement. Il allait à son analyse comportementale des jeunes femmes en chaleur dans le club survolté quand Morgan lui donna un coup de coude dans les côtes.

- Aïe ! Mais… ! Fit-il d’une voix plaintive.
- Regarde moi un peu ça. Murmura Morgan d’une voix gourmande en désignant du regard une jeune femme assise à l’un des hauts tabourets du bar à l’autre bout de la grande pièce.
- Waouh ! S’exclama Garcia. Comment tu as fais pour la repérer avec tout ce monde ?
- Ben disons qu’elle est plutôt du genre qu’on remarque tu ne trouve pas, Reid.

Reid demeura interdit et jaugea la jeune fille du regard.

En effet, même dans cette foule de fêtardes ivres, cette inconnue en particulier détonnait. La main gauche tenant une coupe remplie d’un liquide rouge, la droite jouant avec ses longs cheveux décoiffés - qui soit dit en passant formaient un nuage d’électricité statique autour de son visage et étaient si clairs que les néons bleutés du bar s’y reflétaient – elle riait à gorge déployée. Il était difficile de déterminer si c’était une lycéenne assumant pleinement l’illégalité de sa présence ici ou une étudiante ayant quelque chose de mémorable à célébrer. La jeune fille parcouru la salle du regard, jeta son dévolu sur un danseur à moitié nu sur la piste, vida son verre d’une traite, le reposa sur le bar en faisant signe au serveur qu’il lui resserve la même chose avant de sauter avec énergie de son tabouret haut perché et de se diriger vers l’Adonis qu’elle avait choisi. Reid haussa les sourcils en voyant avec quelle énergie elle dansait. Il entendit Prentiss émettre un sifflement admirateur.

- Eh ben, je ne sais pas ce qui lui donne cette pêche, mais j’en veux aussi. Fit-elle.
- Moi c’est son partenaire que je me ferais bien. Ajouta Garcia.
- Hé ! Protesta Morgan. Que fais-tu de notre amour immortel ?
- On n’est pas exclusifs, bébé. Répondit-elle sans détacher son regard du danseur.

Prentiss eut un rire et bu une gorgée de son cocktail. Morgan se tourna vers Reid, qui observait d’un air pensif les deux danseurs.

- Alors, Reid. Tu en penses quoi ?
- Et bien, d’un point de vue comportemental, je trouve que sa manière de danser ne correspond pas au jeu de séduction qu’on voit sur le reste de la piste de danse. Toutefois, si c’est de la séduction, ce n’est pas du tout aussi agressif et direct que la méthode adoptée par les autres femmes, qui d’ailleurs, semble 60 à 70% plus efficace à en juger par la réaction du partenaire.

Reid jeta un regard éloquent à ses coéquipiers, se rendant compte que tout trois avaient les yeux rivés vers lui et affichaient une mine consternée. Mal à l’aise, Spencer eu un petit rire étouffé et continua, comme pour se justifier.

- Enfin, regardez-le ! Il n’est pas du tout en train de la draguer, il ne se rapproche pas d’elle, ne lui touche pas les cheveux, de lui met pas la main aux fesses, ne tente aucune sorte d’approche séductrice que ce soit ! Il a l’air de s’amuser et danse avec autant d’entrain qu’elle, c’est évident, mais d’un point de vue objectif je ne pense pas qu’il prévoit de coucher avec elle ce soir.

Un autre regard à Morgan lui montrant que sa cause semblait perdue, il baissa les yeux et dit :

- Oui, je suppose qu’elle est jolie.


Après un silence embarrassant, Morgan décida de dire quelque chose qui détendrait l’atmosphère :

- Autant pour moi, Reid, dit-il en lui donnant une grande tape sur l’épaule. J’avais oublié que c’était de toi qu’il s’agissait. Alors dit moi : que penses-tu de ce mec avec qui elle danse ?
- Et bien, je dirais que…commença Reid avant de comprendre pourquoi ses coéquipiers venaient d’éclater de rire. Quoi ?! Cria-t-il d’une voix soudain haut-perchée.

Cette réaction ne fit qu’augmenter l’hilarité de Morgan, qui avait toujours une main sur son épaule, d’un air de dire « Ne le prends pas mal, mec. ». Vexé, Reid s’écarta d’eux pour leur faire face, rouge de honte.

- Morgan je ne suis pas…je ne suis pas…

Il était tellement embarrassé que Morgan ria de plus belle. Reid eu soudain l’envie bien particulière de lui mettre une grande baffe dans la tête. Il chercha un peu de soutient de la part de ses coéquipières.

- Emily, aide-moi !
- Désolé Reid, Répondit-elle, l’air sincèrement intéressée, mais je dois avouer que moi-même je me suis déjà posée la question.
- Quoi ? C’est pas possible ! Garcia !
- Oh Reid, oh mon chéri, non désolé je ne vais pas t’aider sur ce coup là. Ria-t-elle.
- Morgan, je ne suis pas gay ! Protesta-t-il
- Ah bon ? Pourtant tout à l’heure tu t’es pas mal étendu sur son comportement.
- C’était une analyse objective !
- Hey. Dit Morgan en haussant les épaules, inutile de te justifier, tu sais. Si tu aimes les hommes, c’est ton choix, évite juste de te mettre à côté de moi désormais.

Prentiss éclata de rire à cette remarque. Reid se sentait acculé, ainsi accusé par ses trois coéquipiers. Ce n’était pas la première fois que Morgan lui faisait se genre de remarque. Quelque mois auparavant, un jour qu’il était arrivé en retard – c’était à l’époque où son addiction au Delodid lui pausait encore de graves problèmes et il était allé à une réunion de drogués anonymes – et Morgan lui avait lancé une remarque cinglante avec ce genre de connotations. Il prit la mouche.

- Vous êtes vraiment ridicules ! S’écria-t-il. Je vous ferais remarquer je ne suis pas gay et que…mais enfin qu’est-ce qui vous fait penser ça ?
- Tu te le demandes vraiment ? S’étonna Garcia.

Reid hocha la tête. Morgan écarquilla les yeux. Prentiss se lança la première.

- Et bien, si on met à part ton physique efféminé (Spencer haussa les sourcils d’un air vexé) Je trouve que quand tu parles tu as cette manière de prononcer les mots qui…
- Quoi ?
- Qui prête à confusion. Conclu Prentiss, appuyée par un hochement de tête de la part de Garcia qui ajouta
- Parce que tu prononces tout parfaitement, même quand tu parles vite.
- Et aussi ca se sent dans ta manière de te tenir, Reprit Prentiss, ou de faire des gestes au tableau lorsque tu expliques quelque chose.
- Et à l’importance que tu donnes à tes cheveux. Ajouta Garcia.
- Et à la manière qu’a ta voix de partir dans les aigües quand tu es sur la défensive.

Reid se sentait humilié d’être ainsi démontré homosexuel par A+B. Il dévisagea ses collègues avec effarement. Rien de ce qui avait été dit n’était erroné, mais de là à en conclure qu’il était gay, ils allaient un peu loin ! Morgan porta le coup fatal lorsqu’il ajouta :

- Et puis, on ne te voit jamais draguer !
- C’est pas parce que je ne drague pas toutes les filles que je croise que ça fait de moi un homo, arrêtez ! Se défendit-il.
- Oui, dit Garcia, mais ça, plus ça, plus ça…

Il n’en revenait pas. Ces trois là l’avait vraiment analysé, en profondeur. Qu’après six ans au BAU, ses coéquipiers en soient arrivés à la conclusion qu’il était gay, il ne savait pas s’il fallait se sentir rejeté, insulté, ou tout simplement inquiet. Quoi qu’il en soit, il était vexé. Soudain, il eu l’idée de génie qui allait changer sa vie du tout au tout.

- Je vais vous prouver que je ne suis pas gay. Dit-il, soudain bien sûr de lui.

Intéressés, ses coéquipiers retrouvèrent leur sérieux, en se demandant comment leur jeune protégé allait bien pouvoir accomplir un tel miracle.

- Choisissez une fille – n’importe quelle fille – et je vais la draguer. Avec succès.
- T’es sûr de toi, Reid ? Demanda Morgan, comme si c’était une question de vie ou de mort.
- Oui. Allez-y.
- N’importe quelle fille ? Insista Garcia avec un grand sourire.
- N’importe laquelle.

Il regretta presque aussitôt ses paroles lorsque les trois regards se tournèrent vers la jeune fêtarde échevelée qui avait regagné son siège, et était à présent en pleine conversation avec son ancien partenaire de danse. Reid ressentit comme un frisson d’horreur.

- Non…
- Si, Reid. Allez, va lui piquer !

Derrière lui, Prentiss et Garcia pouffaient discrètement. Spencer avala sa salive. Il avait donné sa parole. S’il se dégonflait maintenant, cela revenait à se forger une réputation d’homo pour le restant de sa carrière. Doucement, précautionneusement, il se leva de la banquette où lui et le reste du quatuor s’était assis. Il n’avait pas la moindre idée de ce qu’il allait faire.

- Dix dollars qu’il se fait jeter. Lança Morgan.
- Je tiens le pari. Fit Garcia
.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
carbyna67
Agent rattaché au BAU
avatar

Féminin Nombre de messages : 384
Date de naissance : 23/03/1991
Age : 26
Localisation : Dans les bras de mon Dieu chocolaté miiiiiiam <3
Personnage préféré : Tous, mais légère préférence pour Morgan et Prentiss <3
Date d'inscription : 09/09/2011

MessageSujet: Re: Tous les génies ne sont pas des geeks    Lun 26 Sep 2011 - 21:18

Très bon début! J'aime beaucoup ta façon d'écrire ! applaud
J'ai hate de voir les talents cachés de dragueur de Reid Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zabou
Mr Scratch
avatar

Féminin Nombre de messages : 12597
Date de naissance : 31/05/1965
Age : 52
Localisation : france
Personnage préféré : Hotch
Date d'inscription : 28/07/2010

MessageSujet: Re: Tous les génies ne sont pas des geeks    Lun 26 Sep 2011 - 21:38

Bon début.... à quand la suite ? Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lolOw
Schizophrène
avatar

Féminin Nombre de messages : 6388
Date de naissance : 29/05/1992
Age : 25
Localisation : *Perdue dans les méandres de ma conscience philosophique et désespérée*
Personnage préféré : Morgan, JJ, Emily et Garcia
Loisirs : Cette case est désormais trop petite pour tout énoncer x)
Date d'inscription : 12/11/2008

MessageSujet: Re: Tous les génies ne sont pas des geeks    Mar 27 Sep 2011 - 11:52

A part le début, tout sort du contexte habituel, et c'est plutôt marrant à lire sourit0

J'attends la suite, je veux voir Reid en action ! applaud

Quelques petites fautes également, mais ça va, c'est pas cathastrophique Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wawadji
Élève à Quantico
avatar

Féminin Nombre de messages : 63
Date de naissance : 22/07/1991
Age : 26
Localisation : France, dans un univers parrallèle...
Personnage préféré : Spencer Reid
Loisirs : Dormir, et dessiner mes rêves
Date d'inscription : 26/09/2011

MessageSujet: Re: Tous les génies ne sont pas des geeks    Mar 27 Sep 2011 - 23:51

Salut !
Voici la deuxième partie du premier chapitre, j'espère qu'elle vous plaira ^^

---------------------------------------------------------------------------------------

Partie 2

Reid s’avança vers le bar avec circonspection, analysant la situation. La jeune fille avait une main sur le bras de l’athlète à moitié nu contre qui elle avait passé les vingt dernières minutes à se déhancher. Le danseur leva son verre rempli d’un liquide bleuté, et ils trinquèrent en riant. Tout cela ne lui disait rien qui vaille, d’autant plus qu’il lui était forcé de constater, à mesure qu’il s’approchait, que la cible était incroyablement jolie. Bien trop jolie pour tomber dans ses maladroits filets. C’était perdu d’avance. Il s’assit à côté d’elle, maladroitement. A présent il tournait le dos à ses coéquipiers.

La jeune fille lui lança un regard perçant, comme si elle essayait d’analyser ses moindres gestes pour savoir ce qu’il faisait à côté d’elle. Intimidé, Spencer détourna le regard et posa les yeux sur l’Adonis dont il avait commenté le comportement quelques minutes plus tôt. Grand, mince, musclé, il comprenait pourquoi il avait tombé la chemise : avec des abdos pareils, les filles devaient se l’arracher. Spencer le détestait déjà. Se rendant compte que de reluquer un mec n’allait pas aider sa cause, il reporta son attention sur la jeune fille, ce qui lui permit de remarquer que, même dans les couleurs trompeuses du club, ses yeux étaient aussi pâles que ses cheveux, comme si ses iris étaient vident et ne formaient qu’un contour troué de grande pupilles dilatées. Il se demanda même si ce n’était pas là des lentilles fantaisistes. Il remarqua aussi le gloss – qu’il supposait rose – qui illuminait ses lèvres et qui, à première vue, constituait le seul élément de maquillage sur ce visage fin d’adolescente.

Spencer sentit le regard du danseur lui chauffer la nuque, et il se permit un petit coup d’œil rapide pour essayer de voir s’il était sur le point de se faire casser la figure ou non. Il ne savait vraiment pas quoi dire et ses chances de succès s’amenuisaient un peu plus chaque seconde où il demeurait interdit. Il avait la désagréable impression d’avoir fait un bond de quinze ans en arrière et d’être à nouveau au lycée public de Las Vegas ou il avait fait ses classes en humiliation publique. Là-bas un groupe entier pouvait s’arrêter de parler à son arrivée rien que pour lui faire comprendre qu’il n’était pas invité à se joindre à la conversation. Ces moments de solitude laissait dans sa mémoire absolue un souvenir cuisant, et à ce moment précis, il avait comme un sentiment de déjà-vu. Il avait l’impression d’avoir, par sa simple présence, absorbé tout l’entrain des deux jeunes gens, de l’avoir consommé et d’avoir recraché une ambiance inconfortable qui flottait à présent dans l’air. C’était sa spécialité : les humains ont la respiration, les plantes font de la photosynthèse, et Reid donnait dans la Masosynthèse.

Pour enfin dire quelque chose, il commanda au barman la première boisson qui lui vint à l’esprit : et qui s’avéra être une vodka canneberge. Alors qu’il passait sa commande, il remarqua en vision périphérique un regard éloquent échangé entre le couple et lorsqu’il se retourna pour tenter un contact visuel avec la jeune fille, il fut étonné de la voir afficher un sourire amical. Il saisit cette chance pour le moins inespérée et lui sourit en retour. Le danseur le contourna, s’approcha de la jeune blonde et lui murmura quelque chose à l’oreille avant de disparaître dans la foule. Elle le suivit du regard un instant, puis tourna les yeux vers lui.

Bien, se dit Spencer, maintenant qu’il est parti, tu peux y aller. Ce n’est pas si compliqué, il suffit de dire « Tu aimes la magie ? » et de préparer ta main avant même qu’elle ait répondu pour être paré pour une première improvisation. Tu peux le faire.

Il ouvrit la bouche pour lancer sa réplique, mais c’est le moment exact que choisi la jeune fille pour se pencher vers lui, ses deux bras appuyés sur le bar, ses yeux pétillants de malice.

- C’est Joshua, dit-elle sur le ton de la confidence. Mon colocataire.

Colocataire. Un mot évocateur que Spencer analysa en une demi-seconde. Elle avait employé ce mot, donnant ainsi au danseur une fonction officielle, administrative, un statut légal. Ce mot de connotait rien de sentimental, d’affectueux, ou quoi que ce soit ayant un rapport avec une relation de couple. Ce mot, tel qu’elle l’avait employé, renvoyait uniquement au fait que cet homme avec qui elle dansait payait la moitié du loyer de son appartement et en occupait une chambre. Si elle avait voulu clarifier sa relation amoureuse, et signaler à Spencer qu’elle n’était pas célibataire, elle aurait utilisé des mots comme « petit ami », « petit copain », « fiancé », voire, dans le cas extrême, « mari ». Mais elle ne l’avait pas fait. La question que Spencer se posait donc à présent était : est-ce qu’elle avait utilisé ce mot pour lui signaler expressément qu’elle était disponible (auquel cas il jugeait son propos ambiguë, en effet avoir un colocataire de sexe opposé n’empêche pas d’avoir une relation de couple, même si ça ne facilite pas les choses, il devait l’avouer) ? Si oui, pouvait-il y voir là une avance directe, ou une simple remarque pour lui faire comprendre que s’il comptait passer la nuit avec elle sans être dérangé par la présence d’un autre homme dans l’appartement il allait falloir qu’il la conduise à l’hôtel ou chez lui ?

Spencer Reid pensait aussi vite qu’il lisait.

Il était toujours en train de spéculer à grande vitesse lorsque la jeune blonde ajouta quelque chose qui le troubla encore plus :

- C’est un mec super. Et si je fini la soirée chez quelqu’un il aura l’appartement pour lui tout seul.

Reid commençait à avoir chaud. Inutile de spéculer en profondeur pour comprendre qu’elle lui faisait des avances plutôt audacieuses. Il avait pourtant peine à croire qu’une fille apparemment si jeune pouvait dire de telles choses à un homme dont elle ignorait même le nom. Voyant qu’il demeurait interdit, elle insista.

- Qu’est-ce que tu en penses ?
- Qu...qu’est-ce que je pense de quoi ? Balbutia-t-il, prit de court par une proposition aussi soudaine.

La jeune femme leva les yeux au ciel.

- Je fais le travail à sa place, parce qu’il ne veut pas se l’avouer. Dit-elle avec une douceur mêlée d’exaspération. Il sort d’une relation douloureuse, alors il traine avec moi dans des clubs « normaux » pour s’amuser en ayant la paix. Mais quand je t’ai vu, j’ai tout de suite su que tu étais son genre.
- Une vodka canneberge, dit le barman en posant une coupe remplie d’un liquide rouge qui n’était pas sans rappeler la substance enivrante dont la jeune fille s’abreuvait depuis une demi-heure.

Reid avait l’impression que son cœur venait de plonger dans son estomac. Non. Ce n’était pas possible. Elle ne pouvait pas être elle aussi en train d’insinuer ça !


Sur la banquette sombre, à l’autre bout de la pièce, Morgan, Prentiss et Garcia essayait péniblement de comprendre ce qui était en train de se passer au bar. Entre la musique assourdissante qui les empêchait de comprendre ce qu’ils se disaient et la foule hystérique qui ne les laissait entrevoir le comptoir bleu électrique qu’une fois toutes les cinq minutes, il était difficile de savoir qui de Morgan ou de Garcia gagnerait le pari.


La chaleur oppressante qu’éprouvait Reid n’avait à présent plus rien à voir avec l’embarras de se voir draguer effrontément.

- Je…je ne suis pas sûr de bien comprendre…dit-il pour rester poli – il avait parfaitement comprit, et cela le mettait dans une colère noire. Il essaya de se contenir.

La jeune fille le dévisagea un instant comme s’il était demeuré, puis, comprenant sans doute son erreur, eu le mouvement de recul typique de celle qui venait de faire une gaffe. Les longs doigts de Reid commencèrent à pianoter sur le comptoir avec impatience, il se mordit la lèvre et tenta de se maîtriser. Ils se détournèrent l’un de l’autre et regardèrent droit devant eux – Spencer compta instinctivement les coupes alignés en rangées et détermina le pourcentage de flûtes à champagne celui de verres à vin parmi la totalité des verres.

- Tu n’es pas…dit elle sur le ton de celle qui connaît déjà la réponse.
- Non. Répondit-il entre ses dents. L’Univers se ligue contre moi ajouta-t-il en lui-même.


Il y eu un silence gêné, puis la jeune fille éclata d’un rire qui résonna dans ses oreilles comme un million de clochettes. En temps normal, il aurait trouvé ça adorable, mais il n’était pas d’humeur ce soir là.

- Qu’y a-t-il de si drôle ? S’écria-t-il
- Non…ria-t-elle, pardon. C’est juste que je ne l’ai vraiment pas vu venir. Je veux dire, tu es si…
- Si quoi ?
- Si…enfin je suis désolée c’était vraiment maladroit, mais il faut avouer que…
- Que quoi ?! Cria-t-il, furieux.

Son ton vexé calma la jeune fille d’emblée, qui le dévisagea avec des yeux défiants. Elle eu un sourire en coin et ébouriffa ses cheveux.

- J’ai touché un point sensible ?
- Non ! Se défendit-il d’une voix partant soudain dans les aigües, ce qui déclencha un nouveau rire chez la jeune fille. Il s’éclaircit la gorge : Je veux dire, non, pas du tout, c’est juste que j’en ai marre que tout le monde pense ça de moi !
- Parce que je ne suis pas la première à te prendre pour un gay ?
- Non ! se récria-t-il. C’est insensé ! Si c’était la première fois qu’on me faisait la remarque, ça m’amuserait mais là trop c’est trop !

Il jeta à la jeune fille un regard scandalisé de victime, cherchant un peu de sympathie. La réponse qui ensuivit n’améliora pas son état.

- Oui mais en même temps, tu ne crois pas que tu le cherches un peu ?

Spencer sentit son sang bouillir dans ses veines. Non seulement elle le prenait pour un gay, mais en plus elle l’accusait de l’avoir fait exprès ?

- Non mais je peux savoir pour qui tu te prends, exactement ?! S’emporta-t-il.
- Je note que tu ne veux pas répondre à ma question. Dit-elle, dans le plus grand calme.
- Ce n’est pas que je…je ne suis pas gay, d’accord ? !
- Tu ne réponds toujours pas à ma…
- Non ! Je ne le fais pas exprès, je n’induis pas volontairement mon entourage en erreur ! Voilà tu es contente ?
- Tu admets donc que comportement prête à confusion, mais que ce n’est pas volontaire. Continua la jeune fille en avalant une gorgée de sa boisson.
- Quoi ? Non !

Reid se leva de son tabouret, hors de lui. Etait-elle en train de le manipuler ? La jeune fille, toujours aussi calme, leva un sourcil :

- Dis-moi, dit-elle en se délectant de chacune de ses paroles : pourquoi crois-tu que tu te comportes inconsciemment comme une tapette ?
- Je ne me comporte pas comme une tapette ! Se récria-t-il.
- Ah bon ? Fit-elle d’un air nonchalant en passant une nouvelle fois sa main dans ses cheveux plein d’électricité statique. Ce n’est pas l’impression que j’ai.
- Et bien je te serais gré de garder tes impressions pour toi, à l’avenir ! Cria-t-il.

Il fit demi tour et commença à s’éloigner, quand il revint soudainement sur ses pas, s’approcha dangereusement de la jeune fille qui ne se départait pas de son calme, posa un bras énervé sur le bar et lança.

- Non. Tu sais quoi : vas-y. Dis moi ce que tu trouve de si gay dans mon comportement.
- Je n’ai pas dis « gay » j’ai dis « tapette », c’est différent. Joshua, par exemple, est gay.
- Tu cherches vraiment la guerre ?
- Non, je corrigeais juste ta mauvaise compréhension de mes propos.
- Très bien, dit-il en laissant ses doigts pianoter nerveusement sur le comptoir. Alors dis-moi un peu ce qui fait « tapette » dans mon comportement.
- Ta manière de te tenir, énuméra-t-elle posément, les mots que tu utilises, ta voix qui part dans les aigües lorsque tu es sur la défensive, l’intérêt évident que tu as manifesté à mon colocataire et, pour finir, ta boisson. Conclu-t-elle en dirigeant son regard vers son cocktail.
- Qu’est-ce tu as contre la vodka canneberge ? S’offusqua-t-il.
- Moi ? Rien. Mais je peux me le permettre, je suis une fille.
- Qu’est-ce que c’est censé vouloir dire ?
- Il est de notoriété publique que les seuls hommes qui commandent une vodka canneberge ne fréquentent pas les clubs hétéro.

Cette fois, Spencer ne savait pas s’il était furieux ou fasciné. Il jeta un regard curieux à sa boisson, en goûta une gorgée et se surprit à adorer ça.

- Je ne vois pas pourquoi, c’est super bon. Dit-il pour lui-même.

La jeune fille leva les yeux au ciel, ce qui ramena Reid à la réalité. Il reposa brutalement le verre et s’en éloigna.

- C’est la première boisson qui m’est venue à l’esprit, d’accord ? !
- Ah, vraiment ? Dit-elle en se penchant vers lui. Intéressant. Qu’est-ce que tu crois que ça veut dire ?

Aurait-il l’air encore plus gay s’il lui jetait le reste de son verre à la figure ? Il préféra ne pas essayer. Il prit une seconde pour se calmer. Cette fille aimait jouer avec les mots, elle allait être servie. Il analysa la situation en essayant de rester calme, mais les yeux pâles de la jeune fille le perçaient avec une telle cruauté qu’il avait envie de s’enfuir, ou de lui crier dessus de plus belle.

- Alors, si j’en suis ton résonnement, dit il en essayant d’empêcher sa voix de trembler, si j’étais arrivé avec un pichet de bière à la main, tu m’aurais pris pour un hétéro ?
- A priori, oui. Répondit-elle en toute franchise.
- Je le savais ! S’écria Reid d’une voix triomphante. Tu me fais tout un scandale sur mon attitude, mais en réalité tu n’es qu’une fille arrogante et pleine de préjugés !

Ce fut au tour de la jeune fille de bondir de son tabouret. Elle avança son petit nez en trompette vers lui, ses yeux lançant des éclairs.

- Retire-ça.
- Quoi ?
- Ce que tu viens de dire.
- Pourquoi, j’ai touché un point sensible ? Demanda Spencer avec un sourire satisfait sur le visage.
- Je ne suis pas…je suis une fille très ouverte d’esprit et je…
- Ah oui, rétorqua-t-il parlant plus vite qu’il ne l’aurait souhaité, et pour toi juger les gens sur leur cocktails c’est faire preuve d’ouverture d’esprit ?
- Je ne t’ai jugé juste sur ton cocktail, répliqua-t-elle en pointant un doigt accusateur dans sa poitrine, et tu le sais très bien. C’est juste que si tu avais commandé quelque chose de moins girly, je t’aurais peut-être accordé le bénéfice du doute !

Spencer fit un pas en arrière pour mettre un terme au contact physique que son index avait engagé et qui l’électrifiait de colère. Une petite partie de son esprit se demandait comment la conversation en était arrivée là. Les mots « Echec Mission » commençaient à clignoter en rouge dans sa tête. Soudain, la jeune blonde eu un mouvement de recul et fronça les sourcils.

- Euh, je viens de percuter un truc là. Dit-elle en passant du coq à l’âne. Si ce n’est pas pour draguer Josh, alors pourquoi t’es là ?
- J’ai le droit d’aller en boîte de nuit, non ? S’offusqua Spencer. Mais ne t’en fais pas, je ne suis pas près de recommencer !
- Je me fiche de ce que à quoi tu occupes tes soirées, riposta-t-elle, ça n’est pas mon problème, ce que je veux dire c’est : pourquoi tu t’es assis ici, là, sur ce tabouret ?

Il y eu un silence. Spencer avala péniblement sa salive, ses yeux rivés sur elle. Il chercha un mensonge, mais son cerveau semblait embrouillé et plus lent que d’ordinaire – était-ce la colère ou la vodka ? Soudain, la blonde écarquilla les yeux et, une nouvelle fois, rejeta brusquement sa tête en arrière et éclata de ce rire cristallin qui intensifia un peu plus la colère de Reid.

- Non…..ne me dit pas que…elle rit sans discontinuer pendant une bonne minute avant de reprendre : que tu étais là pour me draguer ?

Cette fois, Reid sentit ses oreilles chauffer dangereusement. Il devait être cramoisi. Quel était le pourcentage de gêne dans cette mer de fureur, il n’en savait rien. La jeune fille vida son verre et d’un simple regard ordonna au barman de la resservir. Dans un recoin sombre de son esprit génial, Reid fit monter d’un cran le compteur : elle en était à son cinquième verre de vodka depuis que Morgan l’avait montrée, et ses seuls signes d’ébriété étaient une étincelle malicieuse dans ses yeux pâles, ainsi qu’une tendance à rire bruyamment et à parler fort, mais rien ne lui disait que ce n’était pas là son état naturel. Il essaya de se justifier.

- Tu te trompes totalement ! S’écria-t-il alors que la jeune fille le dévisageait d’un air moqueur. Je ne serais jamais venu te voir si mes amis ne m’avaient pas demander de le faire !
- Tes amis t’ont demandé de me draguer ? Fit-elle lentement, sans trop y croire.
- Oui ! Enfin non. En fait ils se moquaient de moi – même chose, comme quoi je serais gay et tout – et j’en ai eu marre, alors je leur ai dit que j’allais leur prouver qu’ils avaient tord…

Pourquoi est-ce qu’il lui racontait tout ça ? C’était littéralement donner le bâton pour se faire battre. La jeune blonde saisit son verre à nouveau plein.

- Et bien, le moins qu’on puisse dire, c’est que tu t’en sors à merveille.
- La ferme.

Elle rit. A ce moment là Reid n’avait plus qu’une seule issue, qu’une seule carte, et il décida de la tenter.

- Le seul truc c’est que maintenant si je m’en retourne à côté d’eux les mains vides, m’a réputation est faite.
- Ouais. Répondit-elle en buvant une gorgée de son cocktail, ne semblant pas le moins concernée du monde.
- Il va falloir que tu m’aides.

La blonde failli s’étouffer dans sa coupe de cristal. Spencer était lancé.

- J’te demande pardon ? !
- Oui il va falloir que tu les persuades que toi et moi on va finir la soirée ensemble.

Son ton sans équivoque lui fit perdre tout sens de l’humour.

- Non mais ça va pas ? !
- Au contraire, je vais très bien, dit Spencer. J’ai besoin de sauver ma réputation, de montrer à tous mes collègues que je ne suis pas gay, et tu vas m’y aider.

La blonde eu un rictus méprisant.

- Et pourquoi je te ferais cette faveur ?

C’était là que tout ce jouait. Sa dernière chance. S’il avait vu juste, il était sauvé. Sinon...
Il se pencha vers elle et lui murmura d’un air assez théâtral.

- Sinon je vais immédiatement voir Josh et je fais en sorte qu’il reparte en pleurant.

La jeune fille eu un mouvement de recul, mais garda son expression aussi méprisante que possible.

- Je doute que tu y parviennes, il n’est pas vraiment du genre tapette, lui.

L’accent prononcé sur le « lui » fit se rétrécir de colère contenue les paupières du profiler. Il continua.

- Peut-être, dit-il lentement, mais je ne suis pas sûr qu’il apprécierait de savoir que sa meilleur amie l’emmène dans des clubs hétéro pour ensuite dévoiler sa sexualité et sa vie sentimentale au premier venu juste parce qu’il a commandé une vodka canneberge.

Le rictus dédaigneux de la jeune fille s’effaça d’un coup.

- Tu n’oserais pas…
- Tu crois ça? Demanda Spencer d’une voix douce, sentant sa victoire approcher.

La jeune fille détourna la tête et siffla entre ses dents. Il avait gagné. Elle vida son verre sans le regarder – et de six – puis tourna ses yeux résignés sur lui.

- Bon…en gros, faut que je fasse quoi ?


---------------------------------

Voilà, la suite bientôt !
C'est à vous de parler !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lolOw
Schizophrène
avatar

Féminin Nombre de messages : 6388
Date de naissance : 29/05/1992
Age : 25
Localisation : *Perdue dans les méandres de ma conscience philosophique et désespérée*
Personnage préféré : Morgan, JJ, Emily et Garcia
Loisirs : Cette case est désormais trop petite pour tout énoncer x)
Date d'inscription : 12/11/2008

MessageSujet: Re: Tous les génies ne sont pas des geeks    Mer 28 Sep 2011 - 12:22

Je vais encore prouver mon statut d'illogique, mais j'imagine la scène autant que je n'arrive pas à voir Reid agir comme ça xD...

Bref, en conclusion générale, j'adore ^^ ... Comment la fille se fout de Reid, extra ! Mais comment il la coince à son propre jeu, encore mieux !

Vivement la suite pour voir la confrontation avec le reste de l'équipe applaud
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wawadji
Élève à Quantico
avatar

Féminin Nombre de messages : 63
Date de naissance : 22/07/1991
Age : 26
Localisation : France, dans un univers parrallèle...
Personnage préféré : Spencer Reid
Loisirs : Dormir, et dessiner mes rêves
Date d'inscription : 26/09/2011

MessageSujet: Re: Tous les génies ne sont pas des geeks    Ven 30 Sep 2011 - 11:37

Voilà la suite et fin du premier chapitre ! Bonne lecture !

--------------------------------------------------------

Partie 3

- Tu vois quelque chose toi ?
- Rien du tout. Répondit Morgan en plissant les yeux.

La foule s’était intensifiée sur la piste de danse en quelques minutes. On approchait de l’heure de pointe. Il était à présent impossible de distinguer le bar, et encore moins les personnes qui y discutaient. Morgan commençait toutefois à s’inquiéter : un râteau prenait rarement autant de temps. Mais en même temps, il doutait sérieusement qu’il arrive à quoi que ce soit avec la jeune fêtarde qu’il lui avait dégoté. Spencer avait beau avoir l’avantage de loin – belle gueule oblige – mais une fois qu’il ouvrait la bouche, s’en était généralement fini. A moins qu’il soit tombé sur une fan incontestée de Star Trek.

- De toute manière, c’est perdu d’avance, Garcia, fit Prentiss. Autant lui passer ses dix dollars dès maintenant.
- Je n’en suis pas si sûre. Répondit Garcia avec un grand sourire.

Devant l’air surprit de ses deux coéquipier, la geekette désigna du menton la foule de danseur de laquelle s’extirpa non sans peine le jeune prodige, suivit par l’incroyable jeune fille, agrippée à son bras pour rester dans son sillage, son autre main protégeant sa vodka. La mâchoire de Morgan manqua de s’écraser sur le sol. Garcia lui tendit la main sous le nez, satisfaite.

Il n’était pas difficile à Spencer de feindre l’enthousiasme : après tout, il avait gagné. Il ne lui avait pas fallu longtemps pour voir qu’elle devenait irrationnelle dès qu’il s’agissait de son ami. Sa voix changeait du tout au tout quand elle parlait de lui, et sa bouche avait ce tic inconscient de se mordre les lèvres pendant une fraction de seconde. Tout profiler avec un peu d’expérience aurait repéré ce point faible en deux minutes.
Pour la jeune fille, jouer la comédie était une autre paire de manche. Mais elle s’en sortait plutôt bien, et riait derrière lui alors qu’il l’amenait vers ses collègues.

- Je te présente mes amis, fit-il d’une voix joyeuse en désignant d’un large geste du bras ses coéquipiers : Derek, Penelope et Emily. Les gens, voici…

Il eut un trou. Merde, il s’était disputé avec elle pendant un bon quart d’heure, et il ne savait même pas comment elle s’appelait. Il eu un regard légèrement horrifié vers la blonde qui sourit comme si de rien n’était et dit :

- Manon. Enchantée.

Prentiss essaya de ne pas éclater de rire. S’imaginait-elle des choses où venait-il de douter sur le nom de sa conquête ? Reid était décidément un être plein de surprises. Ils s’assirent à côté d’un Morgan dépité sur la banquette en arc de cercle. Ce fut Manon qui entama la conversation.

- Alors, vous êtes les affreux collègues qui l’ont contraint à venir ici ?
- C’est nous, fit Prentiss en levant son verre.
- Si on n’était pas là, Reid n’aurait probablement pas de vie sociale. Ajouta Morgan.

Manon eut un regard attendrit vers Reid et posa sa main sur son bras en souriant.

- Je ne suis pas d’accord. Il sait si bien parler aux femmes.

Les yeux de Spencer lancèrent des éclairs amourachés. Elle sourit froidement. Morgan et Garcia échangèrent un regard, et Manon vit un billet échangé rapidement sous la table. Elle se mordit les lèvres pour ne pas rire. Prentiss s’intéressa à elle.

- Alors…Manon…ce n’est pas courant comme nom.

Elle allait répondre du tac au tac mais elle fut prise de vitesse.

- C’est français. Fit Reid en passant son bras autour de ses épaules.

Il tourna les yeux vers elle, attendant sa réaction. Elle eut besoin d’une seconde supplémentaire pour se remettre dans son personnage.

- C’est ça. En fait, je suis originaire de Brest, même si je suis née à New York.
- Double nationalité ? Présuma Garcia
- Oui.
- Bienvenue au club ! S’écria-t-elle en s’emparant se da main. Ma moitié cubaine n’est jamais bien loin.
- Enchantée. Répondit-elle avec un grand sourire. Au fait, j’adore tes lunettes.

Morgan et Reid échangèrent un regard : ces deux là allaient devenir meilleures amies en un rien de temps.

La soirée continua dans la convivialité, les verres s’enchaînant, les jeux stupides s’accumulant. Manon monta d’un cran dans l’estime de Prentiss lorsqu’elle pu énumérer sept villes américaines d’une population inférieure à cent mille habitants tout en avalant autant de shot de téquila et Morgan n’admit qu’elle était extraordinaire que lorsqu’elle réussit en moins de cinq minutes à convaincre un parfait inconnu de se mettre debout sur le bar, de chanter – approximativement certes – Amazing Grace avant de montrer son derrière à l’assistance sidérée. Apparemment elle lui avait promit une récompense dont Reid préférait ignorer la nature et alors que Manon s’éclipsait avec l’ivrogne dans les toilettes des filles, il résolu intérieurement de la mépriser jusqu’au jour de sa mort.

- Cette fille est incroyable ! Rit Morgan en donnant un coup de coude complice à Spencer. Un peu libertine sur les bords, mais incroyable.
- Sérieusement Reid, fit Prentiss en reposant son verre, comment tu l’as eue ?

Les trois agents se tournèrent vers Spencer qui soupira et, prenant une pause décontractée, un bras négligemment appuyé sur la banquette, le regard lointain, il dit d’une voix mystérieuse.

- Les filles m’adorent

Il y eu un moment de silence, puis il tourna la tête vers ses coéquipiers. Morgan fut le premier à relancer la conversation.

- Tu lui as fait le coup de la magie.
- Ouais.
- J’en étais sûr…
- Quoi d’autre ? Dit Garcia
- C’est sûr que c’est pas avec des statistiques…fit Prentiss d’une voix lourde.
- Hé ! Se plaignit-il.

Manon revint enfin des toilettes, seule. Morgan, dont l’œil commençait à se faire vitreux, se réjouit d’avance. De tous les agents, seul Reid, qui n’avait pas bu plus de trois verres, était encore lucide. La jeune fille se pencha sur lui, et lui murmura de la rejoindre dehors avant de partir la première. Morgan rit lourdement.

Spencer hésita un moment, puis, sentant là la fin du jeu, se leva à son tour. Morgan n’en rit que plus bruyamment.

- A demain Roméo !

Après un petit rire nerveux et un dernier regard à ses collègues, il sortit. A sa sortie, le groupe échangea des regards étonnés.

- Ce gamin est décidément plein de surprises !
- J’espère qu’il ne la fera pas s’enfuir en courant. S’exclama Garcia qui était de toute évidence tombée amoureuse de la jeune fille.
- Arrête ! Fit Prentiss. Elle va lui briser le cœur. Ce sera la deuxième blonde à le faire d’ailleurs.
- La troisième, rectifia Morgan. Si on compte Lila !

La façon dont sa langue avait tapé sur son palais en prononçant le nom de la starlette reflétait toute l’ironie de sa remarque. Tous ici pensaient que Spencer mettrait du temps à accepter le départ de JJ, plus que tous les autres. Pour eux la soirée continua jusque tard dans la nuit.

Reid, quant à lui, pestait tout le long de la route en rentrant chez lui. Ses deux mains agrippées fermement à son volant comme à un cou détesté, il grommelait seul un flot d’insultes en jetant un regard noir sur la route sans se rendre compte qu’il dépassait de loin la vitesse limite autorisée.



Lorsqu’il était sorti du club, la dénommée Manon l’attendait, adossée à une vitrine étincelante. Cette fille était attirée par les néons comme un papillon par une flamme, pensa Reid. Il s’avança vers elle.

- Alors ? Dit-il, pas encore partie ?
- Toi d’abord. Cracha-t-elle. Je voulais m’assurer que tu montes dans ta voiture.

Reid eu un rire dédaigneux. Elle avait un vrai problème cette gamine ! Ce jeu d’acteur devant ses collègues l’avait mis comme dans un état second, et il restait particulièrement calme. Se sentant toujours d’humeur rancunière, il s’approcha d’elle jusqu’à envahir son espace personnel, et lui lança d’un ton supérieur :

- Ton Joshua sait que tu es aussi possessive ? Parce que ça pourrait prêter à confusion, tu sais ?

Mais alors qu’il se surprenait à se voir si confortable dans cette agressivité, Spencer se vit assener une gifle colossale. Le choc le fit revenir dans son état normal en un instant. Encore sous le choc, il l’entendit hurler.

- Ne t’approche pas de lui !
- On se calme !!! Cria-t-il, presque paniqué.

Réaction viscérale, il n’aimait pas se voir hurler dessus en public. Cette fille avait un VRAI problème.

- Je plaisantais, c’est bon ! Dit-il en se rendant compte avec horreur que sa voix partait effectivement dans les aigues.
- Non tu ne plaisantais pas, connard !

La voyant lever le poing, Reid mit ses mains au dessus de sa tête et recula d’un pas, complètement désemparé.

- Wow ! WOW ! Du calme j’ai dis !

Il restait à une distance prudente de Manon, en l’observant se calmer peu à peu. Elle fini par passer une main dans ses cheveux, et soupira. Reid n’en revenait pas. Pendant un moment, il fut même tenté de l’arrêter pour violence sur un agent fédéral, mais il se ravisa : ce serait de l’abus de pouvoir.

- Faut que tu arrêtes de réagir au quart de tour comme ça.

En fait, il aurait préféré lui dire d’aller voire un psy, parce que de toute évidence elle avait besoin d’une bonne dose de thérapie, mais il avait ce pressentiment étrange et inexplicable qu’il n’en sortirait pas vivant s’il l’insultait à nouveau.

- Monte dans ta voiture. Lança-t-elle. Je veux te voir partir.

Il allait s’écraser et faire ce qu’elle disait pour avoir la paix, mais il fini – par il ne savait quel mystère – par dire :

- Tu veux que je te dépose ?

Il ne devrait pas être aussi gentil. Il devrait la laisser moisir dehors à la merci de tous les prédateurs. Mais il ne pouvait pas, physiquement. La jeune fille lui jeta un regard à la fois dédaigneux et étonné.

- Dégage. Fit-elle crument.
- Je t’appelle un taxi alors ?

Pourquoi insistait-il ? Elle avait dit non, son devoir de citoyen était fait, maintenant il fallait vraiment qu’il monte dans sa voiture et qu’il s’en aille avant que Prentiss ne s’aperçoive de la machinerie en sortant fumer. Manon haussa un sourcil d’un air septique.

- Je vais me débrouiller, va ! Fit-elle.

Sa réponse ressemblait tellement à un « va te faire voir » que Reid en bouillonna intérieurement. Résigné, il monta dans sa voiture, lui jeta un dernier regard courroucé, claqua la portière derrière lui et mis le moteur en marche.

Et tout le long du trajet, il fulminait et pestait contre elle, le regard noir sur la route, ses mains agrippée au volant, son pied appuyant sur l’accélérateur. Le rire moqueur de la jeune fille résonnait encore dans ses oreilles, et il se répétait à lui-même toute la conversation en remplaçant ses répliques par ce qu’il aurait aimé avoir le cran de dire pour lui fermer sa grande bouche pleine de gloss.

Enfin, c’est ce qu’il fit jusqu’à ce qu’il entende derrière lui la sirène d’une voiture de police lui ordonnant de se garer sur le bas-côté. Par réflexe il jeta un coup d’œil sur le compteur.

- Merde…

Il leva le pied et arrêta sa voiture sur le bord de la route. Alors que le policier sortait de son véhicule, Reid passa en revu tout ce qu’il avait fait durant la soirée en comptant les verres. Deux avec ses collègues, un au bar avec Manon, et encore deux à leur retour. En tout, il avait avalé cinq verres et trois étaient encore dans son système. Techniquement, il aurait du attendre deux ou trois heures avant de prendre le volant. Il était fichu. Cette gamine lui aura décidément tout fait, pensa-t-il. Il frappa son volant du plat de la main. Il réfléchi à une solution.

La torche de l’officier manqua de lui cramer les pupilles.

- Monsieur, je sais que je roulais trop vite.
- Hu-hum. Dit-il en sortant son calepin. Papiers du véhicule.

Le génie en lui cria de joie devant sa propre intelligence. Au lieu de sa carte grise, c’est son insigne d’agent fédéral qu’il plaça entre ses yeux et la lampe brûlante du policier. Spencer essaya de prendre un air grave.

- J’ai été appelé pour une affaire urgente, et je n’ai pas pris ma voiture de fonction.
- Il y a un problème agent….Reid ? Dit-il en déchiffrant la plaque avant de baisser sa lampe torche. Je n’ai pas été prévenu.
- C’est parce que…c’est une affaire strictement…confidentielle.

Tout génie qu’il était, son cerveau fonctionnait moins vite après quatre vodkas. Fort heureusement, le policier n’insista pas et retourna vers son véhicule, mais Spencer remarqua avec quel air suspicieux il s’éloigna et ses yeux descendirent vers la plaque d’immatriculation.
Spencer attendit de voir la voiture de police s’éloigner, puis lorsque les phares eurent totalement disparut, il mit le contact, appuya sur l’accélérateur…
Et calla.

- Et merde…


--------------------------------------------------------------------

Voilà, c'était le chpitre 1 : Nuit,
C'est à vous ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lolOw
Schizophrène
avatar

Féminin Nombre de messages : 6388
Date de naissance : 29/05/1992
Age : 25
Localisation : *Perdue dans les méandres de ma conscience philosophique et désespérée*
Personnage préféré : Morgan, JJ, Emily et Garcia
Loisirs : Cette case est désormais trop petite pour tout énoncer x)
Date d'inscription : 12/11/2008

MessageSujet: Re: Tous les génies ne sont pas des geeks    Ven 30 Sep 2011 - 15:46

Pas mal cette suite. Aaah, le coup du badge..Sauf que Reid est Docteur non? .. Breeeef, on s'en fou sourit0 Il a sûrement un badge aussi, je regarde pas j'avoue ^^

Bon, en tous cas, ça part très mal entre Reidounet et Manon ^^..j'adore le moment où il comprend qu'il ne sait même pas son prénom, excellent !

VLS sourit1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wawadji
Élève à Quantico
avatar

Féminin Nombre de messages : 63
Date de naissance : 22/07/1991
Age : 26
Localisation : France, dans un univers parrallèle...
Personnage préféré : Spencer Reid
Loisirs : Dormir, et dessiner mes rêves
Date d'inscription : 26/09/2011

MessageSujet: Re: Tous les génies ne sont pas des geeks    Ven 30 Sep 2011 - 17:52

C'est vrai qu'il est docteur, mais à la base c'était Gideon qui voulait absoluement qu'on l'appelle comme ça pour qu'on le respecte, mais sino tout le monde
l'appelle Agent, (voir l'épisode 1 de la saison 7 lol, LA réplique qui tue j'ai adoré). Donc je pense qu'il a une plaque....
Mais honnêtement, j'ai pas vériifié. ^^
La suite bientôt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wawadji
Élève à Quantico
avatar

Féminin Nombre de messages : 63
Date de naissance : 22/07/1991
Age : 26
Localisation : France, dans un univers parrallèle...
Personnage préféré : Spencer Reid
Loisirs : Dormir, et dessiner mes rêves
Date d'inscription : 26/09/2011

MessageSujet: Re: Tous les génies ne sont pas des geeks    Lun 3 Oct 2011 - 5:32

Voici la première partie du Chapitre 2 ! Bonne lecture !
------------------------------------------------------------------------------------------------

II L’Accueil

Part 1


C’est le cœur léger que Spencer Reid entra dans les locaux du FBI et qu’il prit l’ascenseur pour la énième fois, n’ayant plus besoin d’en calculer la vitesse – il la connaissait depuis longtemps et en vérifiait la constance tous les premiers jeudis du mois. Il sortit même au cinquième étage en sifflotant et poussa la porte de verre ornée du symbole de l’Unité des Sciences du Comportement d’un pas joyeux. Il avait bien dormi, et sa colère de la veille s’était totalement dissipée. A présent, il savait qu’il ne reverrait plus jamais – Dieu l’en garde – cette satanée blonde, et – plus important – que son nom et sa réputation étaient maintenant lavés de toute souillure. Son égo allait bien mieux : plus personne dans son unité ne le soupçonnerait plus jamais d’être gay.

C’est donc en faisant bondir ses grandes jambes maigres qu’il monta les quelques marches et traversa le couloir qui le séparaient de la salle de réunion, où ses collègues l’attendaient déjà. Il était très exactement dix heures, trois minutes, et vingt-quatre secondes. Il entra.

« Regardez qui voilà ! » Fit Garcia en souriant de toutes ses dents.
« Salut. » Répondit-il en lui rendant son sourire. Il balaya rapidement la salle du regard en posant son sac en bandoulière près d’une chaise. Sentant tous les regards tournés vers lui, il dit « Morgan, tu n’aurais pas la gueule de bois ? »
L’Hercule noir lui lança un regard vitreux, mais réussit à répliquer avec humour
« Sans commentaire, Roméo. »

La salle trembla d’un pouffement général. Reid savait qu’il y aurait un revers à sa médaille. Il s’y était préparé. Il resta calme et garda son sourire aux lèvres – bien vissé. Il se demanda qui allait parler le premier. Il avait parié pour Morgan, mais son état ne lui permettait pas grand-chose et la caféine n’avait pas encore fait effet. Alors il s’était rabattu pour son deuxième choix, Emily. Quelle ne fut pas sa surprise lorsque ce fut Rossi qui lança :

« J’ai entendu dire que tu t’étais…amusé, hier soir. »

Reid hocha la tête, et Prentiss rit ouvertement. Spencer sentit l’embarras lui monter aux joues, ce qui était très, très mauvais. Moins il assumerait, plus il se ferait charrier. Il allait lancer une réplique choquante qu’il aurait de toute façon regrettée la seconde qui aurait suivie quand Hotchner lui adressa un regard grave en disant :

« Reid, j’ignorais que tu participais à une enquête Top Secrète du FBI. »
« C’est vrai ?! » S’écria Prentiss.
« C’est en tout cas ce qu’a entendu l’officier Benford lorsqu’il l’a arrêté à cent vingt-sept kilomètres heures sur une route départementale à deux heures du matin la nuit dernière. »

Les yeux du chef d’équipe pétillaient de malice, et un léger, très léger sourire se dessina au coin de sa lèvre. Il était sûrement au paroxysme de la joie.

« Reid ! » S’exclama Morgan avec un grand sourire.

Reid s’enfonça un peu plus dans sa chaise alors que ses collègues ne se retenaient plus de rire.

«Mignon ET rebelle… » Fit Garcia en rajustant ses lunettes rose bonbon.

Il ne pouvait pas laisser son heure de gloire passer sur une telle bévue, il fallait qu’il se défende.

« Je n’ai pas dit ‘Top Secrète’ ! » S’écria-t-il. « J’ai dit…confidentielle… »

Et il plongea se cacher dans son sac pour en sortir un carnet de note, un mouchoir, un stylo…. Hotchner continua sur une note plus sérieuse.

« Je ferme les yeux pour cette fois, Reid, mais si ça se reproduit il te faudra payer ta contravention comme tout le monde. C’est compris ? »
« Oui Monsieur. » Répondit-il en s’écrasant.

Il y eu un moment de silence. Spencer se sentait affreusement gêné. Puis, avec cet air irrévocable qui signifiait « on se met au travail », il lança :

« Garcia ? »
« Oui, » Répondit-elle dans la seconde en se levant et en agrippant sa télécommande. Toute trace d’humour s’était évaporée, et elle semblait déjà perturbée. Il y avait cette tension dans la pièce, apparue comme par magie dans l’atmosphère et l’espace d’une seconde, tous se redressèrent. Spencer sut que ce qu’ils allaient voir n’allait pas être beau.
« Mesdames et messieurs, préparez vos parapluies, nous allons à Seattle. » Le logo du FBI sur l’écran mural fut en quelques secondes bombardé de photos et de document d’archive. « Trois femmes ont été retrouvées mortes à leur domicile ces deux dernières semaine : Linda McKay, 28 ans, Ashley O’Brien, 26 ans, et Meredith Taylor, 29 ans. »
« Comment on sait qu’il s’agit du même tueur ? » Demanda Morgan en regardant son iPad flambant neuf.
« Même mode opératoire, » Annonça Rossi «Elles ont toutes été violées puis tuées dans leur chambre entre un heure et deux heures du matin, et le tueur est toujours entré par la fenêtre s»
« La victimologie est aussi similaire : » Fit Hotchner « femmes brunes de 25 à 30ans, vivant seules dans la banlieue résidentielle de Seattle. »
« Et le tueur a poussé à cruauté jusqu’à tuer le chien de la maison à chaque fois. » Fit remarquer Reid avec une moue dégoûtée. La bête était dans un sale état. Il referma son dossier (il était encore le seul de l’équipe à utiliser la version papier, la technologie à son grand regret ayant pris le dessus et commençant à contrôler le monde, un iPad à la fois.) et attrapa la tasse de café la plus proche pour la porter à ses lèvres.
« Euh, Reid ? » Lança Morgan alors que son collègue en avalait une première gorgée. « C’est ma tasse. »
Spencer sursauta, soudain il eu l’impression d’être observé par toute la salle de réunion. Il allait reposer la tasse, mais Morgan tordit son visage en une moue dégoûtée et murmura un « Nan garde-la » pâteux. Malgré sa satisfaction de se voir offrir une tasse de café bien fort alors que son collègue en avait visiblement plus besoin que lui, Spencer ne pu s’empêcher de se sentir un tantinet blessé dans son égo. Il du se rappeler de baisser ses sourcils encore haussés et se concentra sur l’affaire qui débutait. Il allait avancer quelque chose d’extrêmement intelligent quand la porte de « l’aquarium » s’ouvrit derrière lui.

Toutes les têtes se levèrent et tous les regards se tournèrent vers la personne qui faisait intrusion. Cette personne se révéla être une grande et antipathique blonde d’une cinquantaine d’année aux cheveux courts au brushing impeccable. Reid réprima un gémissement : qu’est-ce qu’Erin Strauss, la directrice de l’Unité des Sciences du Comportement, pouvait bien encore vouloir ? En vision périphérique, Reid nota qu’une deuxième personne se tenait à l’extérieur de l’aquarium, mais à travers les stores, il était impossible de reconnaître autre choses que des cheveux blonds plaqués sur une tête de ce qui semble être une femme. Son cœur vécu un moment d’enthousiasme : serait-ce possible de JJ soit de retour ? Déglutissant nerveusement, il se redressa sur son siège, et alors que Strauss s’excusait de son intrusion avec un air condescendant, il dressa mentalement un tableau de toutes les raison qui pourrait pousser JJ à revenir dans l’équipe :

1 : Elle est en plein divorce, et veut qu’Hotch la représente comme avocat. Improbable, peu réaliste.
2 : Le pentagone l’a virée parce qu’elle était trop belle est empêchait les hommes de travailler correctement. Voilà qui était déjà plus plausible.
3 : Un tueur en série s’en prend à des hommes très influents et le gouvernement l’envoi demander l’aide du BAU. Mauvais exemple, ce ne serait qu’un retour temporaire, trop douloureux.
4 : Il lui manquait trop alors elle a démissionné pour revenir dans l’équipe. Pitié faites que ce soit ça !

« Je viens vous présenter le nouveau membre de votre équipe. »

Reid du laisser ses pensées de côté un moment pour analyser cette phrase. Les mots « présenter » et « nouveau » excluaient d’emblée un retour de JJ dans l’équipe – son cœur plongea dans les abysses de ses entrailles – et laissait plutôt croire qu’une nouvelle recrue, totalement inconnue au bataillon, allait rejoindre les rangs de l’équipe la plus soudée du FBI. Spencer n’avait pas besoin de se retourner pour savoir qu’aucun des membres présents n’avait de bon pressentiment à ce sujet.

Alors que la chef de l’Unité faisait signe à la blonde d’entrer, Spencer eut comme l’impression que quelque chose n’allait pas : pourquoi Strauss ferait-elle les présentations en personne ? Le bruit bien particulier de talons sur le sol ciré accompagna l’arrivé de la nouvelle venue.

Une nouvelle venue blonde aux yeux clairs.

Soudain les yeux de toutes les personnes présentes dans la pièce, à l’exception de Strauss, de Rossi et de Hotch, exprimèrent la même surprise horrifiée.

« Voici d’Agent Manon Devaux. » Dit Erin d’une voix neutre avant d’ajouter deux mots voués à hanter les pires cauchemars de Reid pour l’éternité : « Ma nièce. »


-------------------------------------
Voilà ! C'est à vous !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lolOw
Schizophrène
avatar

Féminin Nombre de messages : 6388
Date de naissance : 29/05/1992
Age : 25
Localisation : *Perdue dans les méandres de ma conscience philosophique et désespérée*
Personnage préféré : Morgan, JJ, Emily et Garcia
Loisirs : Cette case est désormais trop petite pour tout énoncer x)
Date d'inscription : 12/11/2008

MessageSujet: Re: Tous les génies ne sont pas des geeks    Lun 3 Oct 2011 - 13:06

Suite toujours aussi bien.

Pauvre Reid. Ce n'est pas mon personnages préféré mais là, je le plains xD applaud
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zabou
Mr Scratch
avatar

Féminin Nombre de messages : 12597
Date de naissance : 31/05/1965
Age : 52
Localisation : france
Personnage préféré : Hotch
Date d'inscription : 28/07/2010

MessageSujet: Re: Tous les génies ne sont pas des geeks    Lun 3 Oct 2011 - 18:47

Pas sympa pour REID, ça Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eelie
Élève à Quantico
avatar

Féminin Nombre de messages : 58
Date de naissance : 28/12/1997
Age : 19
Localisation : Canada
Personnage préféré : Dr Spencer Reid évidemment :)
Loisirs : natation, télé et lecture de fanfic
Date d'inscription : 15/06/2012

MessageSujet: Re: Tous les génies ne sont pas des geeks    Lun 2 Juil 2012 - 16:29

On non! Pauvre Reid, il a fallut que parmi toutes les filles du club, Morgan décide de lui faire séduire LA NIÈCE DE STRAUSS!!! hallu1 S'il te plaît, met une suite, je veux savoir comment il va (ou ne va pas) se sortir de ce pétrin. Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Tous les génies ne sont pas des geeks    Lun 2 Juil 2012 - 16:55

Revenir en haut Aller en bas
eelie
Élève à Quantico
avatar

Féminin Nombre de messages : 58
Date de naissance : 28/12/1997
Age : 19
Localisation : Canada
Personnage préféré : Dr Spencer Reid évidemment :)
Loisirs : natation, télé et lecture de fanfic
Date d'inscription : 15/06/2012

MessageSujet: Re: Tous les génies ne sont pas des geeks    Lun 2 Juil 2012 - 17:39

Merci beaucoup!!! Je le lis tout de suite à la vitesse de la lumière et je reviens donner mon avis sourit2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tous les génies ne sont pas des geeks    

Revenir en haut Aller en bas
 
Tous les génies ne sont pas des geeks
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vivons nous dans un pays où tous les citoyens sont égaux ?
» tous les seins euh... saints sont là pour 2011 !
» Dan Brown..?
» Filtre UV en 52 mm pour LUMIX G1
» Bonjour à tout le Forum

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Esprits Criminels ConceptForum - Le forum n°1 sur la série! :: Les créations des fans :: Fanfictions :: Fanfics en cours-
Sauter vers: