Esprits Criminels ConceptForum - Le forum n°1 sur la série!


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [CSI:NY] Deux Soeurs by Lagentillefan

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
Claire
Agent de Liaison
avatar

Féminin Nombre de messages : 612
Date de naissance : 04/12/1990
Age : 27
Personnage préféré : Aaron Hotchner
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Re: [CSI:NY] Deux Soeurs by Lagentillefan   Dim 5 Déc 2010 - 11:25

Very Happy De rien c'est avec plaisir que je te le dis ! Et je suis contente si ça te fait plaisir.

Nathalie/Mac, ce coup - ci ! C'est mignon de les voir avancer doucement, Mac essayant de redonner confiance en Nathalie, d'une façon très différente de celle de Jessie, qui trop protectrice, l'a un peu empêchée de se construire une personnalité plus forte après ce qui s'est passé avec Tommy... Mais comme l'a dit Mac, souvent les proches savent le moins s'y prendre et Jessie avait vraiment de bonnes intentions, en essayant de pousser un peu sa soeur à se révéler en la charriant devant ses collègues, pour que celle - ci réponde, mais couvrir les interrogatoires et confrontations à sa place n'était pas la meilleure chose à faire, ce que Mac semble avoir compris en laissant Nathalie affronter ses peurs sans mettre de pression : elle se remet en selle avec cet interrogatoire d'une très bonne façon, tout en sachant que si elle avait échoué, l'affaire n'était pas en jeu, donc il n'y aurait pas eu de quoi culpabiliser.

Les touches de ship où il la met en confiance, la rassure, lui tenant simplement la main sont adorables, il se montre patient avec la jeune femme et ça semble très bénéfique pour elle, qui prend doucement confiance en elle et aussi en lui. J'ai hâte de voir ce que le dîner va donner !

Sinon, j'adore l'humour avec laquelle il décrit Jessie, effectivement bien vivante et dont un seul modèle suffit ! (De toute façon, elle ne supporterait sans doute pas bien la concurrence ^^).

La suite !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lagentillefan
Incendiaire
avatar

Féminin Nombre de messages : 1321
Date de naissance : 10/02/1982
Age : 36
Localisation : A courir après mon inspiration
Personnage préféré : Reid
Loisirs : sériephage,mangavore, gamer et internetophile
Date d'inscription : 23/05/2008

MessageSujet: Re: [CSI:NY] Deux Soeurs by Lagentillefan   Lun 6 Déc 2010 - 5:21

Merci Claire pour ce super long com!! :calin:
Et hop,la suite!!
______________________________________________________________

25- Baiser volé

Toute la journée, Lindsay avait été très nerveuse, appréhendant son plus ou moins rendez-vous avec Danny et se posant des milliers de questions : et si Jessie avait tort ? Et si Danny lui riait au nez ? Et si Danny avait déjà une petite amie ? Danny ne la considérait-il pas juste comme une country girl ? Et si ? Et si ? Et si ? Et à force de ne penser qu’à ça, Lindsay avait bien failli percuter de plein fouet Adam, renverser son café sur Sheldon et louper quelques marches d’un petit escalier. Décidément, même quand il n’était pas là, Danny la perturbait…
Danny, quant à lui, était très inquiet pour sa collègue, totalement distraite. Ça ne lui arrivait jamais ! Alors, que lui arrivait-il donc ?
Leur service se termina enfin et les deux jeunes experts se dirigèrent vers le pub McGee’s pour le verre qu’ils s’étaient promis de partager. Ils s’installèrent dans des fauteuils confortables puis commandèrent chacun une bière. Pour le moment, tout se déroulait normalement…
Mais Lindsay était tellement nerveuse qu’elle avala sa chope d’un trait, sous le regard stupéfait de Danny.

Danny (surpris) : Putain, Montana, t’as une sacrée descente !
Lindsay (grimaçant) : Je ne sais pas si je dois bien le prendre… (au serveur) Une autre, s’il vous plaît !
Danny (un sourcil levé, buvant tranquillement sa bière) : Tu es sure que ça va ? Tu m’as l’air sur les nerfs…
Lindsay (un peu trop vite) : Oui, oui. Ça va. Je vais très bien.
Danny (pas convaincu du tout): Non. Tu es vraiment bizarre…Depuis l’arrivée de Jessie, en fait… (inquiet) Elle t’a fait quelque chose ?
Lindsay (remerciant le serveur quand il lui posa sa deuxième bière) : Quoi ? Non, non. Elle est gentille…
Danny (roulant des yeux) : Ce n’est peut-être pas l’adjectif qui la qualifie le mieux…

Lindsay pouffa en pensant à l’excentrique jeune femme puis vida sa deuxième chope, comme la première. Elle avait vraiment besoin de ça pour se donner du courage…
Danny la regardait, éberlué et de plus en plus inquiet, se demandant ce qui lui arrivait. A ce rythme, elle allait bientôt être ivre morte…

Danny : Montana, tu m’inquiètes…
Lindsay (se prenant une troisième bière) : Il n’y a vraiment pas de quoi…

Allez, une dernière et elle lui disait. Et hop ! Une troisième chope de bière cul sec.

Danny (pas rassuré) : Nom de Dieu, Montana. Je t’en prie, arrête…
Lindsay : Arrêter quoi ? (au serveur)Hé ! Une autre !
Danny (faisant un signe d’avertissement au barman) : Non, surtout pas ! (avec sérieux et sévérité) Montana, tu viens de te siffler trois bières en moins de dix minutes et moi, j’ai à peine entamé la mienne. Qu’est-ce que tu as ?
Lindsay (le regardant dans les yeux, un petit peu éméchée mais encore lucide) : Qu’est-ce que j’ai ? Mais rien, Danny…Je…Je…
Danny : Tu quoi ?
Lindsay : Je… Ça.

Lindsay se pencha soudain au-dessus de la table et embrassa Danny puis recula, paya ses bières et courut hors du pub, honteuse, avant de prendre un taxi.
Danny était sous le choc. Lindsay venait de l’embrasser ! Et elle avait ensuite pris ses jambes à son cou…Posant sa main sur ses lèvres, Danny resta figé pendant un bon moment, s’interrogeant : et maintenant, il faisait quoi ? Et demain ? Il avait toute la nuit pour y réfléchir…

_________________

Ava et ban by Ttelle.Merci flower !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claire
Agent de Liaison
avatar

Féminin Nombre de messages : 612
Date de naissance : 04/12/1990
Age : 27
Personnage préféré : Aaron Hotchner
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Re: [CSI:NY] Deux Soeurs by Lagentillefan   Lun 6 Déc 2010 - 21:48

Mdr, Lindsay, c'est moyen ça... D'abord, elle boit et ensuite au lieu de lui parler un peu elle n'explique pas ce qui se passe... Mais je crois que dans ce cas là, l'action reflète pas mal les pensées de Lindsay... En moins profond sans doute.

Mais on peut comprendre sa nervosité, pour avouer à Danny Messer qu'on l'a, un peu d'alcool peut aider.

Enfin, lui du coup, il n'a pas vu le coup venir, j'espère qu'il saura saisir l'occasion !

J'ai hate de voir la suite !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lagentillefan
Incendiaire
avatar

Féminin Nombre de messages : 1321
Date de naissance : 10/02/1982
Age : 36
Localisation : A courir après mon inspiration
Personnage préféré : Reid
Loisirs : sériephage,mangavore, gamer et internetophile
Date d'inscription : 23/05/2008

MessageSujet: Re: [CSI:NY] Deux Soeurs by Lagentillefan   Mar 7 Déc 2010 - 4:07

Merci Claire pour ton com!!
Je préfère te prévenir que je ne suis pas sûre de pouvoir te poster la suite du chapitre ci-dessous demain,étant donné que je vais m'absenter de mercredi à vendredi.Voilà!
Bon,allez,la suite!
_________________________________________________________________

26- La demande mystérieuse

Natalie (fermement) : Non !
Jessie (suppliant) : S’te plaît…Juste pour demain !
Natalie : Jessie, non !
Jessie (comme un enfant qui réclame une sucette) : Allez ! C’est pour les aider !
Natalie : Peut-être. Mais moi, je n’arriverai jamais à…
Jessie (trépignant et sautillant, insistant lourdement) : S’te plaît ! S’te plaît ! S’te plaîîîît !
Natalie (s’énervant) : Zut, Jessie ! J’ai rendez-vous avec Mac demain soir !

Jessie stoppa net ses récriminations en apprenant cette nouvelle et regarda sa sœur, stupéfaite.

Jessie (incrédule et ravie) : T’as un rencard ? Avec Mac ? Vraiment ?
Natalie (agacée et sarcastique) : Non, je l’ai inventé dans ma tête…Bien sûr que c’est vrai !

La jeune détective se jeta alors dans les bras de sa jumelle, riant de bonheur.

Jessie : J’suis si contente pour toi, Nat’ ! (s’écartant d’elle) Mais, est-ce que Mac sait pour…
Natalie (avec un regard rêveur plein de tendresse) : Oui. Et il a été tellement compréhensif… Il…est gentil et si doux…Il…
Jessie : J’veux bien t’croire…Mais si jamais il te fait du mal…
Natalie (levant les yeux) : Je sais…Tu lui feras regretter…

Natalie mit d’ailleurs dans un coin de sa tête qu’il faudrait qu’elle avertisse Mac du danger fraternel…Vu les résultats que ça avait donnés à chaque fois…

Jessie : Bien. Et si on en revenait où on en était ?
Natalie (soupirant, levant les yeux et se dirigeant vers la cuisine) : Jessie…Lis sur mes lèvres : non. N. O. N. Non.
Jessie : Au moins le matin. S’il te plaîîîîît.

La jeune femme lui fit alors ses yeux tout tristounets et sa petite moue enfantine qu’elle avait l’habitude d’utiliser pour la faire céder, la suppliant du regard. Natalie soupira et leva encore une fois les yeux au ciel, se demandant encore si Jessie avait vraiment 26 ans…

Natalie (vaincue) : D’accord… (Jessie la serra dans ses bras, toute joyeuse) Mais juste le matin…Et pas le string…
Jessie (malicieuse) : T’as pas trop le choix…
Natalie (grommelant) : Zut !

Natalie regretta d’avoir finalement accepté la demande incongrue de sa sœur. Dans quoi s’était-elle fourrée ?

_________________

Ava et ban by Ttelle.Merci flower !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claire
Agent de Liaison
avatar

Féminin Nombre de messages : 612
Date de naissance : 04/12/1990
Age : 27
Personnage préféré : Aaron Hotchner
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Re: [CSI:NY] Deux Soeurs by Lagentillefan   Mar 7 Déc 2010 - 21:11

Ok, à vendredi ou samedi (selon les heures où tu rentres ^^) !

C'est mignon, comment Nathalie décrit Mac avec ses qualités, sa patience, sa gentillesse... Elle lui fait confiance, c'est évident, il faut maintenant développer cette relation, ça promet d'être sympa à suivre ! J'adore Jessie protectrice, qui Mac ou pas, menace si on fait de la peine à sa soeur ^^ !

Sinon, en parlant de Jessie, je me demande ce qu'elle a prévu de faire faire à sa soeur (surtout le rapport avec les strings c'est bizarre...). Je suppose qu'elle veut aider Flack et Stella par contre... Pauvre Nathalie, depuis le temps qu'elle connait sa soeur, elle n'arrive toujours pas à lui résister quand celle - ci l'entraine dans ses délires... Mais ça promet d'être intéressant et très drôle à suivre pour nous ! Et oui, Jessie a 26 ans, ce n'est pas évident, mais on aime la suivre de cette façon là !

Vivement la suite !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lagentillefan
Incendiaire
avatar

Féminin Nombre de messages : 1321
Date de naissance : 10/02/1982
Age : 36
Localisation : A courir après mon inspiration
Personnage préféré : Reid
Loisirs : sériephage,mangavore, gamer et internetophile
Date d'inscription : 23/05/2008

MessageSujet: Re: [CSI:NY] Deux Soeurs by Lagentillefan   Mer 8 Déc 2010 - 3:14

Merci Claire pour ton com!!! merci2
Et comme tu peux voir,je passe sur le fofo donc je vais poster une suite.Et c'est une grande suite!!
Bonne lecture et à bientôt!!
_____________________________________________________________

27- Phase Deux : subterfuge

Stella n’arrêtait pas de penser à Flack depuis la petite séance soi-disant thérapeutique de la veille : son beau visage qui avait exprimé sa gêne et sa honte, ses magnifiques yeux bleus qui l’avait regardée intensément pendant qu’elle le touchait tout en le fixant, son torse ferme et musclé et sa cicatrice qu’il détestait tant, trace indélébile de sa faiblesse d’être humain. Il s’en voulait de s’être fait avoir ainsi…Et de continuer à avoir peur…Pourtant la scientifique ne le voyait pas du tout comme ça. Pour elle, Flack était fort. Il avait réussi à survivre à une explosion, à sortir du coma, à traverser toute la période dure de convalescence et à revenir travailler parmi eux…Gardant quelques séquelles…Mais comment pourrait-elle lui faire comprendre qu’il est quelqu’un de fort, à qui on confierait sa vie sans aucune hésitation ?
Soupirant en se demandant ce qu’elle pourrait faire pour aider le jeune détective, la scientifique aperçut alors Natalie qui arrivait vers elle, souriante. D’ailleurs, cela étonna Stella : Natalie souriait rarement. A moins que ce ne soit à cause de…

Stella : Bonjour Natalie.
Jessie (commençant un peu trop gaiement puis se reprenant, imitant le ton calme de sa jumelle) : Bonjour Stel’…la…

Aïe ! Les vieilles habitudes ont la vie dure ! Jessie devait faire attention à comment elle parlait et se comportait face aux experts sinon la Phase Deux risquait de tomber à l’eau. Espérons que ça commencerait mieux du côté de Natalie…

*

Natalie n’était vraiment pas à l’aise dans les vêtements de sa sœur. Elle se sentait…presque nue dans cette tenue : un jean taille basse_ Jessie n’avait que ça comme sorte de pantalon_ noir, un T-shirt cyan moulant _et le plus long que possédait sa jumelle, laissant tout de même apparaître un peu son ventre_ et une pauvre petite veste en jean cintrée. Sans oublier le string, très inconfortable pour quelqu’un habitué à des sous-vêtements plus… communs. Et on pouvait ajouter les baskets bleues. Heureusement, Natalie avait réussi à plus ou moins convaincre sa sœur de laisser ses cheveux tranquilles. Une queue de cheval suffisait…Mais Jessie avait tout de même donné un aspect rebelle et ébouriffé à la belle chevelure brune de l’experte…Pourquoi avait-elle accepté de se prêter à cet échange ?
Finissant par apercevoir Flack, la jeune femme s’avança vers lui, priant qu’il ne la reconnaisse pas. Sinon, Jessie serait invivable pendant des semaines…

*

Mac venait voir Clancy quand il remarqua Jessie et fronça immédiatement les sourcils en observant sa démarche. Quelque chose n’allait pas, ne collait pas. Mais qu’est-ce que… ?
Se dirigeant rapidement vers la jeune femme, l’expert vit un inspecteur mettre sa main sur les fesses de sa jeune collègue et l’aperçut se raidir. C’était bien ce qu’il pensait…Et le détective Stark allait passer un mauvais quart d’heure…

*

Quand Natalie sentit cette main grosse et masculine qui lui pelotait le postérieur, elle se pétrifia instantanément. Comment aurait réagi Jessie dans ce genre de cas ? « En lui tapant dessus, idiote ! » s’insurgea-t’elle. Mais la pauvre experte était totalement paralysée par la peur et l’homme en profita grandement, continuant son jeu pervers.

Stark : Je m’en doutais. Je savais que tu aimais ça, Marteens…

La malheureuse Natalie tremblait comme une feuille et commençait à pleurer doucement. Elle n’aurait jamais dû accepter…
Soudain, l’homme cessa enfin de la toucher lorsqu’elle entendit une voix. Sa voix…

Mac (la voix froide et dure, menaçant) : N’avez-vous jamais entendu parler de la loi sur le harcèlement sexuel, Stark ?
Stark (un peu effrayé) : Heu…Si, lieutenant. Mais…
Mac (haussant un sourcil) : Mais ? Vous avez une justification valable pour votre conduite déplorable et dégradante ?
Stark (montrant Natalie du doigt) : Regardez-la. Ne me faites pas croire qu’elle ne demande pas ça…

Natalie se sentit humiliée et avait l’impression qu’elle venait de ruiner la réputation de sa sœur en ne réagissant pas immédiatement. Et que cet homme pensait que Jessie était une aguicheuse…Provocante, d’accord, mais pas allumeuse…
Respirant à fond, la jeune experte se retourna vers Stark, son regard vert ambré furieux mais aussi un peu terrifié, et lui colla son poing dans la figure, surprenant Mac et se faisant mal à la main en passant. Comment Jessie faisait-elle pour aligner coup de poing sur coup de poing sans se faire mal ?

Natalie : Ne…Ne refaites plus jamais ça !

Le vouvoiement…Pas de doute possible, c’était bel et bien Natalie. Jessie tutoyait tout le monde, sauf lui et Clancy. Mais qu’est-ce qu’elle faisait là, vêtue comme sa jumelle ? Et d’ailleurs, où était-elle celle-ci ?
La jeune femme tourna les talons et fut rapidement suivie par Mac, qui s’était juré de s’occuper personnellement de Stark…Il n’allait pas s’en sortir comme ça…
La rattrapant enfin et lui saisissant doucement l’épaule pour la tourner vers lui, avant qu’elle n’atteigne Flack, Mac la traîna ensuite dans un coin discret du commissariat et la mit devant lui, la fixant avec sévérité.

Mac : Natalie ! A quoi jouez-vous ?
Natalie (surprise) : Comment avez-vous su que c’était moi ?
Mac : C’est évident : vous êtes plus gracieuse que votre sœur, vous avez une posture naturellement élégante et votre comportement face aux…mauvaises manières de Stark a confirmé mes derniers soupçons…Alors ?

Natalie était stupéfaite ! Mac avait réussi à les différencier ! Et il lui avait lancé un bouquet de compliments en passant…Mais elle était tellement heureuse ! Elle se croyait transparente…Mais pas pour lui…

Natalie (grimaçant) : Jessie…m’a demandée de lui rendre service : échanger nos rôles le temps d’une matinée…
Mac (interloqué par la nouvelle idée farfelue de Jessie) : Quoi ? Et Jessie est au labo, à votre place ?
Natalie (avec un tout petit sourire gêné et désolé) : Oui.
Mac : Mais pourquoi ?
Natalie : Elle veut les aider…
Mac (intrigué) : Aider qui ?

*

Voyant Stella lui sourire, semblant ravie pour elle, Jessie haussa un sourcil…Avait-elle loupé un épisode ? Enfin, l’air interrogateur de la scientifique allait lui permettre de l’aborder le plus naturellement possible…

Jessie : Qu’y a-t’il ?

Houlà ! Qu’est-ce que ça sonnait faux à ses oreilles ! La détective aurait plutôt balancé un « Quoi ? » assez brutal, mais pas sa jumelle, beaucoup plus correcte et polie. Elle devait faire vraiment attention…

Stella (souriant, complice) : Mac m’a mise au courant pour…
Jessie : Pour quoi ?

Stella fut surprise par le ton employé par la jeune femme. Oups ! Un peu trop brusque ici…

Stella : Votre dîner de ce soir…

Grommelant intérieurement, Jessie baissa la tête comme le ferait sa sœur embarrassée mais alors pour rougir…Impossible ! La détective s’empourprait rarement…Alors sur commande, ce n’était même pas la peine d’y penser…

Stella : Je suis heureuse qu’il vous ait trouvée…
Jessie (priant que sa réponse serait la bonne) : Et moi de l’avoir…
Stella : Oui, on dirait. Je ne vous avais jamais vue aussi souriante, Natalie. Tout comme Mac…

Argh ! Zut ! La bourde…C’était vrai que Natalie souriait peu…Heureusement que Stella n’avait passé que peu de temps avec sa jumelle…

Stella : Mais je ne vous demanderai qu’une seule chose…
Jessie (intriguée) : Quoi donc ?
Stella : Ne le faites pas souffrir…

Jessie regarda la scientifique, surprise. La détective savait bien que Natalie était incapable de faire le moindre mal à quelqu’un…Alors à Mac, c’était carrément inimaginable ! Mais la curiosité de détective de Jessie avait besoin d’être assouvie…

Jessie : Que voulez-vous dire ?

Ouh ! La jolie phrase interrogative bien construite que voilà ! Allez, Jessie, continue sur cette voie !

Stella (énigmatique) : Faites attention à vous, c’est tout. Mac a eu son compte de souffrances…

Jessie s’inquiéta. Et si elle s’était trompée dans son interprétation des signes ? Et si Stella était amoureuse de Mac ? Catastrophe !!

Jessie : Vous semblez très bien connaître Mac, Stella…
Stella (souriant, rassurante) : Je le connais depuis longtemps… C’est mon meilleur ami.

Faille ! Faille ! Faille !

Jessie (le plus innocemment possible) : Comme Flack ? (voyant le regard étonné de Stella) C’est Jessie qui me l’a dit…
Stella (rosissant un peu, hésitant) : Avec Flack, c’est…différent. Il m’a énormément aidée lorsque je…
Jessie (l’encourageant gentiment) : Vous… ?

Punaise ! Ça lui faisait bizarre d’agir avec une telle douceur…Elle qui avait l’habitude d’être incroyablement directe…

Stella : Je me suis fait agresser par mon ancien petit ami, il y a quelques mois. Et il est mort.
Jessie (se murmurant à elle-même) : Frankie… (revenant à Stella) J’suis…heu…Je suis désolée pour cette indiscrétion, Stella.
Stella (avec gentillesse) : Ce n’est pas grave, Natalie. Vous ne pouviez pas savoir.

Bon. La confiance était installée entre les deux femmes…Maintenant, à l’attaque !

Jessie : Excusez ma curiosité, Stella, mais en quoi vos liens amicaux avec Do…Flack diffèrent de ceux que vous avez avec Mac ?

Stella regarda alors la jeune femme et rougit, comme une adolescente. Mais sachant par Mac que Natalie était quelqu’un de très discret et de secret, elle pourrait sans aucun doute lui confier son secret…

*

Mac (surpris) : Flack et Stella ?

Pourquoi Jessie voulait-elle aider Flack et Stella ? Et les aider dans quel domaine ?

Natalie : Oui. Elle a découvert…heu…par hasard que Flack était amoureux de Stella.
Mac (abasourdi) : Quoi ?!
Natalie : Et Jessie pense que c’est réciproque… Mais elle veut d’abord vérifier…
Mac (levant les yeux) : Donc, elle a pris votre place pour l’approcher…
Natalie (grimaçant, s’excusant du regard) : Oui. Flack la surveillait de près…Mais, ne vous inquiétez pas, elle ne va pas causer de problèmes au labo. C’était une excellente CSI…
Mac (la prenant doucement par les épaules) : Je ne m’inquiète pas pour elle, ni pour le labo mais pour toi !

Natalie regarda Mac de ses yeux vert ambré, agrandis par la surprise face au tutoiement. Mais Mac ne semblait pas s’en être rendu compte…

Natalie (d’une toute petite voix) : C’est juste la matinée…
Mac (vraiment inquiet) : Il peut se passer beaucoup de choses en une matinée, Natalie. Et tu es trop fragile pour te faire passer pour ta sœur…

Le cœur de la jeune femme se remplissait de joie à chaque fois que Mac la tutoyait, se sentant étonnamment proche de lui. Comme un vrai couple…Mais elle n’oserait pas faire de même…

Natalie : Considérez ça comme un test que je m’impose, Mac…Je ne veux pas être éternellement prisonnière de cette vulnérabilité…Pour vous…

Et sans que l’expert ne s’y attende, Natalie lui déposa un baiser bref, léger et timide sur les lèvres et se recula rapidement, baissant les yeux, presque craintive.
Mac était sous le coup de la surprise, sentant une intense et si agréable chaleur l’envahir, puis fixa Natalie avec intensité, la voyant timide et rougissante et ne sachant pas trop quoi faire. Il aimerait l’embrasser mais…

Natalie : Mac ?
Mac (balbutiant) : Je…Vous…Tu n’étais pas obligée…
Natalie : J’en avais envie… (incertaine) Est-ce que…c’était bien ?
Mac (caressant sa joue) : Oui, Natalie…

L’expert se pencha doucement vers elle et, tout comme elle, il lui déposa un doux et tendre baiser sur les lèvres, la sentant frissonner à son contact. Doucement, il serra ses mains dans les siennes et la sentit répondre à son baiser, prenant peu à peu confiance en elle. Vraiment, cette jeune femme avait changé sa vie…

*

Jessie (très satisfaite mais ne le montrant pas) : Alors, vous êtes amoureuse de Flack…

Ouf ! Difficile de ne pas l’appeler Donnie Boy, comme à son habitude…

Stella (semblant embarrassée) : Je sais. C’est surprenant. Ça m’est tombé dessus sans crier gare…
Jessie : Et comptez-vous lui dire ?
Stella (fronçant les sourcils) : Lui dire quoi ?
Jessie (restant calme) : Que vous l’aimez…
Stella : Non.

Ouch ! Voilà une nouvelle difficulté qui pointait le bout de son nez. Pourquoi toute chose simple devenait compliquée ? C’était désespérant !

Jessie (jouant l’étonnement à la perfection) : Pourquoi ?
Stella (un sourire un peu triste sur les lèvres) : Notre différence d’âge…Il mérite une femme plus jeune, comme vous ou Jessie. Il a toute la vie devant lui…
Jessie (reprenant ses mauvaises habitudes) : Au cas où vous l’auriez pas r’marqué, Nat… heu…Mac et moi avons une sacrée différence d’âge : il a le double du mien…
Stella : S’il n’y avait que ça…Flack ne voit en moi qu’une grande sœur, vous savez…

« Là, Stel’, tu t’plantes en beauté ! Si tu savais… » pensa Jessie, amusée. Bien, elle avait les renseignements qu’elle voulait, quelques conseils à donner à Natalie au sujet de Mac et des nouveaux plans à élaborer : elle devait juste les mettre à un niveau supérieur…

_________________

Ava et ban by Ttelle.Merci flower !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claire
Agent de Liaison
avatar

Féminin Nombre de messages : 612
Date de naissance : 04/12/1990
Age : 27
Personnage préféré : Aaron Hotchner
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Re: [CSI:NY] Deux Soeurs by Lagentillefan   Mer 8 Déc 2010 - 22:38

J'ai bien ri en lisant ce chapitre, où on découvre le plan de Jessie auquel Nathalie n'a pas su dire non. Par contre, c'est long est vraiment super, alors je suis un peu embêtée pour tout commenter de mémoire, je vais le jouer ambiance commentaire linéaire, reprendre en gros par ligne en théorie, mais en paragraphe ici mdr ^^ !

On commence par les pensées de Stella quand à Flack, pas de doutes elle est accro, elle le décrit comme fort et à qui on peut faire absolument confiance et ça continue avec l'arrivée de, surprise, Jessie qui joue Nathalie, trop drôle dans sa façon d'appeler Stella Stel' et de devoir compléter et, surtout, de réaliser ses pics de vulgarité et ses mauvaises habitudes ont du mal à disparaître !

Ensuite, on arrive à Nathalie, qui se retrouve déguisée en Jessie et qui rencontre aussi des problèmes pour s'adapter au comportement de sa soeur, surtout avec ce Stark et ses mains baladeuses, non mais quel sal**d ! On est triste de savoir pourquoi elle se raidit, sachant qu'elle a peur de sentir ce genre de contact, mais, quand elle lui met finalement un coup de point, très bien mérité et se fait au passage mal, puis une réflexion sur "comment sa soeur peut en aligner autant sans se faire mal" est très bien amené, ça fait une touche d'humour qui glisse vraiment bien et contribue au côté très drôle de ce chapitre. Et le ship Nathalie/Mac, j'adore comme il remarque tout de suite à des petits signes qui est Nathalie alors que beaucoup seraient incapable de distinguer des jumelles quand elles s'empruntent leur look !
En plus du coup, il glisse de petits compléments, la décrivant comme gracieuse, c'est quasi unique, un homme qui dise ça en face à la femme et ça touche logiquement l'experte !

Ensuite, on passe à la conversation/confidence entre Stella et la fausse Nathalie qui est en fait Jessie qui tire les verres du nez de la scientifique pour essayer de savoir si elle aime Flack et la minute de peur où elle s'inquiète à l'idée que Stella puisse être amoureuse de Mac, alors que sa soeur l'aime aussi, ça aurait été mauvais, mais non, c'est bien Don qu'elle aime son rougissement le confirme... Et au passage, il y a des réflexions marrantes, surtout avec Jessie qui se félicite de faire de "jolies phrases", "bien construites" !

Le prochain paragraphe en revient à Mac et Nathalie et le ship évolue encore, j'adore ce rapprochement avec le petit baiser à la fin et les efforts que la jeune femme veut faire pour un Mac surpris d'apprendre que Flack et Stella s'aiment et tutoie de façon impulsive Nathalie, ce qui semble tout à fait naturel vu leur relation grandissante !

Et la suite est à nouveau Stella et Jessie, où cette dernière, enthousiaste de sa certitude quant à l'amour que se portent la scientifique et son équipier en oublie presque de surveiller son langage et a failli se trahir en parlant de sa soeur à la troisième personne.
En revanche, on est d'accord avec Jessie, les deux rendent leur amour compliqué pour une simple histoire d'âge et l'argument est réciproque...
Comme dit Jessie... Si elle savait !

En tous cas, j'ai vraiment hate de la voir mettre ses plans au point ça promet de l'action ! C'est de plus en plus prenant et addictif de voir ces couples évoluer, j'adore et je dévore les suites, amusantes, ships et portant le suspense !

La suite ^^ !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lagentillefan
Incendiaire
avatar

Féminin Nombre de messages : 1321
Date de naissance : 10/02/1982
Age : 36
Localisation : A courir après mon inspiration
Personnage préféré : Reid
Loisirs : sériephage,mangavore, gamer et internetophile
Date d'inscription : 23/05/2008

MessageSujet: Re: [CSI:NY] Deux Soeurs by Lagentillefan   Sam 11 Déc 2010 - 4:43

Merciiiiiiiiiiiiiiiii Claire pour ce super long et gentil commentaire!!! woo-ooh woo-ooh woo-ooh
Je suis plus que ravie que ce chapitre t'ait plu!!Et en effet,tu as raison,il va y avoir du sport se-marre !
Allez,sans plus attendre,voilà la suite!!
____________________________________________________________

28- Le chat et la souris

Danny avait réfléchi toute la nuit, se tournant et se retournant dans son lit, se levant, se recouchant, se remémorant ce baiser sans cesse, et au final, il n’avait pas réussi à dormir de la nuit. Mais il avait pris une décision. Il ne lui restait plus qu’à retrouver sa chère Montana…
Mais il y eut un petit problème : elle l’évitait, le fuyait comme la peste. Dès qu’il l’apercevait, le temps qu’il la rejoigne, elle avait disparu. Mais pour Danny, c’était clair : ce petit jeu du chat et de la souris avait suffisamment duré…

*

Pourquoi, mais pourquoi avait-elle écouté Jessie ? Cette question ne cessait de marteler l’esprit un peu embrumé de Lindsay, qui n’arrivait toujours pas à croire qu’elle avait fait ça : embrasser Danny Messer ! Et depuis, la jeune experte évitait consciencieusement Danny ou réussissait à se cacher un peu partout dans le laboratoire_ même sous une table ! _ quand le jeune homme était dans les parages.
Vraiment, quelle idiote ! L’embrasser comme ça, sans rien dire et presque ivre…Et en plus s’enfuir ainsi, comme une voleuse…Une voleuse de baiser, qui plus est…Et à ce souvenir, Lindsay s’empourpra, se rappelant de la texture douce et ferme des lèvres de son collègue. Mais que devait penser Danny d’elle maintenant ?
Lindsay se mit à réfléchir. Elle ne pourrait pas l’éviter éternellement…Mais que pouvait-elle faire pour se sortir de cette situation ?
Totalement plongée dans ses pensées, la jeune experte ne vit pas Jessie, toujours habillée comme Natalie, et la percuta de plein fouet, les faisant ainsi tomber toutes les deux.

Jessie (contrariée, oubliant son rôle) : Putain de bordel de… (voyant qui l’avait emboutie, grimaçant) Linds’…ay ?
Lindsay (fronçant les sourcils, amusée) : Je ne savais pas que tu pouvais jurer comme ta sœur, Natalie…
Jessie (toussotant) : Toujours quand je suis pressée…Tu…Vous fuyez quoi ? (voyant l’experte rougir, comprenant) Ou qui ?
Lindsay (faisant une petite moue contrite) : Heu…Danny…J’ai eu la bêtise de suivre les conseils de ta sœur…

Ouille ! Jessie craignait le pire…Cela s’était-il mal passé entre eux ?

Jessie : D’avancer vers Danny ? Je ne vois pas où est le mal ?

La jeune détective s’amusait quand même beaucoup. C’était incroyable à quel point sa sœur lui ouvrait des portes ! Tous avaient confiance en elle pour lui confier leurs petits secrets…

Lindsay : Et bien…
Jessie : Pourquoi le fuyez-vous d’ailleurs ?

Décidément, le vouvoiement n’était pas pour elle. Ça mettait un peu trop de distance…

Lindsay (rougissant) : Je l’ai embrassé…
Jessie (contenant sa joie) : Mais c’est excellent !
Lindsay (grimaçant) : Et je me suis enfuie, sans attendre sa réponse.

Jessie soupira. Décidément, elle devait tout faire !

Jessie (se levant et aidant Lindsay à faire de même) : Venez ! Vous n’allez pas passer votre temps à courir partout. Je sais où il ne vous trouvera jamais.

Prenant la main de la jeune experte, Jessie souriait de toutes ses dents, une expression à la fois rusée et machiavélique sur le visage. La détective conduisit alors Lindsay devant une petite salle après avoir fait beaucoup de détours.

Jessie : C’est ici. (tournant soudain la tête) Attention, le voilà !

Et la jeune femme poussa Lindsay dans la pièce puis s’échappa en vitesse, restant dans les parages. Elle mériterait un Oscar sur ce coup-là.
Déséquilibrée, la pauvre experte était à deux doigts de tomber quand deux bras musclés la retinrent. Lindsay leva alors ses yeux noisette pour rencontrer le regard bleu de… Danny, la personne qu’elle voulait à tout prix éviter. Mais qu’est-ce que c’était que ce traquenard ?!

Danny (haussant un sourcil, souriant) : Montana, tu tombes bien. Je te cherchais…
Lindsay (avec un sourire crispé) : Heu…Salut, Danny…

Holàlàlàlà ! Qu’est-ce qu’il avait de beaux yeux ! Et qu’est-ce qu’il était mignon ! Lindsay sentit son cœur s’accélérer et une chaleur l’envahir face au contact des bras de Danny autour de son corps. Misère…

Danny (ne la lâchant pas) : J’aimerais quelques explications…Pourquoi cherches-tu donc à m’éviter ? Tu ne veux pas connaître ma réponse ?

Sa réponse ?! Bien sûr qu’elle aimerait mais elle la craignait aussi ! Elle n’en avait presque pas dormi de la nuit_ la bière lui ayant donné quelques heures de sommeil…

Lindsay (balbutiant) : Je…J’avais…

Et soudain, des lèvres fermes l’interrompirent. Des lèvres qu’elle connaissait puisqu’elle y avait déjà goûté. Les lèvres de Danny…
Le jeune homme l’embrassa d’abord doucement puis, la sentant répondre à son baiser, y mit de plus en plus de passion.

Danny (s’écartant très légèrement d’elle, essoufflé) : Ça te va comme réponse, Montana ?
Lindsay (souriant, rayonnante, nouant ses bras autour de son cou) : Tu n’as pas idée…

Les deux jeunes experts se reprirent avidement les lèvres avec amour, heureux que cette chasse se soit enfin finie, tandis qu’une espionne écoutait attentivement.

Jessie (sautillant) : YES !

Et un couple ! Un ! Bon, il ne lui restait que le plus compliqué. Mais heureusement que Jessie avait de l’imagination à revendre…

_________________

Ava et ban by Ttelle.Merci flower !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claire
Agent de Liaison
avatar

Féminin Nombre de messages : 612
Date de naissance : 04/12/1990
Age : 27
Personnage préféré : Aaron Hotchner
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Re: [CSI:NY] Deux Soeurs by Lagentillefan   Sam 11 Déc 2010 - 15:10

De rien, le chapitre était bien long, avec beaucoup d'évènements, alors ça se prêtait bien à un long commentaire. Very Happy

Déjà pour le sport, il y a un petit échauffement dans ce chapitre sourit0 ! Pauvre Lindsay, inquiète de la réaction de Danny, elle se met à le fuir comme la peste... Ce qui, si ça ne tenait qu'à elle, aurait bien marché, mais malheureusement (ou heureusement en fait ^^), elle fonce sur la jumelle terrible, qui avait encore la parade ultime, se faire passer pour la douce Nathalie à qui tout le monde peut se confier sans crainte qu'elle ne révèle leurs secrets, ce dont Jessie se sert ici pour envoyer Miss Montana dans un traquenart de son cru... Ici, directement dans les bras de Danny, pour une heureuse conclusion adorable entre eux.

Mais ça laisse un aperçu alléchant des méthodes extrêmes de Jessie... Dont j'ai hate de voir ce qu'elles vont donner et lesquelles vont être utilisées !

La suite !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lagentillefan
Incendiaire
avatar

Féminin Nombre de messages : 1321
Date de naissance : 10/02/1982
Age : 36
Localisation : A courir après mon inspiration
Personnage préféré : Reid
Loisirs : sériephage,mangavore, gamer et internetophile
Date d'inscription : 23/05/2008

MessageSujet: Re: [CSI:NY] Deux Soeurs by Lagentillefan   Dim 12 Déc 2010 - 5:16

Merci Claire pour ton com!! :calin:
Et zou,la suite!!
_____________________________________________________________

29- Dans la peau de Jessie Marteens

Bien que très réticent, Mac avait fini par laisser Natalie jouer le rôle de sa sœur durant cette matinée mais l’expert comptait bien dire deux mots à Jessie…Non mais, vraiment ! Imposer ça à sa sœur jumelle si douce et fragile ! Lui demander de se faire passer pour elle, une espèce d’amazone incontrôlable, alors que Natalie était la gentillesse personnifiée ! Et puis, qu’est-ce que c’était ces manières, de s’occuper de la vie des autres, comme ça ?! Ainsi, tout le long du trajet jusqu’au laboratoire, Mac avait grommelé sa contrariété, se calmant peu à peu…Il avait rarement été si en colère…Sauf lors d’enquête révoltante mais ici, c’était différent…Il était vraiment amoureux…Lui qui pensait qu’il ne ressentirait plus jamais ce sentiment depuis la disparition de Claire…

*

Prenant une profonde inspiration et priant que Mac laisse sa sœur vivre encore quelque temps, Natalie avançait vers Flack, pensant à tout ce qu’elle devait faire pour pouvoir le tromper sur sa véritable identité durant toute cette matinée : tutoyer tout le monde, avoir le langage particulier et fleuri de Jessie, ne jamais baisser les yeux devant quiconque et surtout, appeler Flack Donnie Boy ! Elle allait vraiment avoir du mal…
Arrivée enfin devant le bureau de Don, la jeune femme réfléchit rapidement : que ferait sa sœur maintenant ?
Le détective leva ses yeux bleus vers elle et semblait agacé.

Don (râlant) : C’est pas trop tôt ! Tu es en retard…

Bon. Vite, une réplique cinglante. Ou n’importe quoi d’autre ! Tout ce qu’elle devait faire, c’était répondre…

Natalie (mal à l’aise en sautant sur le bureau de Don pour s’asseoir) : Mac devait me parler. Alors, du calme…

Hmm…Son ton n’était pas assez agressif…Par contre, le saut sur le bureau était parfait : Flack grommelait que son bureau n’était toujours pas le siège personnel de Jessie…
Natalie espérait par contre qu’elle ne rougissait pas…Sa sœur n’y était pas sujette…

Don (fronçant les sourcils) : Comment ça, Mac devait te parler ? (riant) Il a espéré avoir une conversation civilisée avec toi ?

Natalie, qui jurait rarement, le fit mentalement. Sa sœur n’en loupait pas une avec son comportement de brute…

Natalie : Je sais être très civilisée, vous…tu sais.
Don (avec une moue douteuse) : Mouais…De quoi voulait-il te parler ?

Bon, Jessie lui avait dit qu’elle ne cachait strictement rien à Flack, au sens propre comme au sens figuré d’ailleurs, excepté son « Opération Cupidon » et son secret. Tiens, ça serait une idée…

Natalie : De ma sœur.

Et zut ! Son langage était encore trop correcte…Jessie aurait dit : « D’ma frangine » pas un gentillet « De ma sœur »…

Don (concerné) : Au sujet de sa timidité ?

Tiens ? Le jeune détective avait l’air sincèrement inquiet pour elle…

Natalie : Heu…Oui…Ouais…
Don : Et tu ne me diras toujours pas pourquoi elle est ainsi, n’est-ce pas ?

Natalie le fixa, surprise. Flack voulait la connaître, elle, la jumelle introvertie et inintéressante ? C’était si différent de Los Angeles…

Natalie : Non, j’ai…
Don (l’interrompant, souriant de cette loyauté) : T’as promis, je sais…Peut-être nous le dira-t’elle un jour ? C’est un peu triste et dommage qu’elle ne nous fasse pas confiance…
Natalie (émue) : Ne vous…T’inquiètes pas… (hésitant) Donnie Boy, il lui faut juste un peu de temps. Mais c’est gentil. Elle aurait été heureuse d’entendre ça…

Flack fronça les sourcils et regarda Natalie, qu’il croyait être Jessie, intrigué. Il trouvait sa partenaire plutôt polie, aujourd’hui…et aussi étonnamment calme. Ce comportement ressemblait plus à celui de Natalie…Et un doute l’assaillit…Et si c’était… ?
L’observant avec minutie mais avec discrétion, Don vérifia chaque détail puis secoua la tête, se sentant totalement idiot : pourquoi les deux sœurs auraient échangé leurs rôles ? Et puis, il voyait mal la timide experte se glissait dans les…baskets de sa sœur. En plus, elle baissait les yeux constamment quand elle était en présence d’hommes et rougissait beaucoup. Non, Jessie était…tranquille aujourd’hui. Et Flack comptait bien en profiter. Ça serait une superbe journée : avoir une Jessie calme, c’était carrément inespéré !
Le portable du détective sonna soudain, le sortant de ses pensées. Don répondit puis, au fur et à mesure de la conversation, se leva et prit sa veste avant de raccrocher.

Don : On a une affaire !

Alors qu’elle suivait Flack, Natalie grimaça. Ça commençait à mal tourner cette histoire…C’était une scientifique, pas une détective ! Elle allait tuer Jessie !

*

La matinée se déroula sans trop d’incidents. Flack et Natalie avaient dû procéder à trois arrestations, dont une plutôt musclée, obligeant la jeune experte à assommer le suspect_ comme l’aurait fait sa sœur, se blessant les phalanges au passage. Alors qu’on lui bandait la main, Natalie en profita pour avertir sa sœur qu’il faudrait qu’elle se présente avec un bandage à la main quand elle reprendrait son rôle l’après-midi. Par contre, la pauvre experte n’avait pas la moindre idée de ce qu’elle raconterait aux autres à son retour dans le laboratoire…
Heureusement, pour les interrogatoires, Natalie n’eut pas à intervenir. Après le coup qu’avait fait Jessie la veille, Flack refusait qu’elle interroge le moindre suspect. Il ne voulait pas revoir l’interrogatoire de Catler…
Mac ne cessa pas de passer et repasser à la brigade criminelle, inquiet pour Natalie, ce qui intrigua Flack. Mac ne venait jamais pour rien…Par contre, Natalie en était ravie…En plus, quand l’expert avait remarqué son bandage, il s’inquiéta immédiatement, pensant qu’un suspect ou un autre policier du genre de Stark avait malmené sa douce collègue, mais elle le rassura prestement, lui expliquant qu’elle n’était vraiment pas faite pour donner des coups de poing…Mais cette si tendre sollicitude la faisait littéralement fondre et elle se jeta, timidement et poliment comme à son habitude, dans les bras de Mac, se délectant de sa présence chaleureuse et réconfortante. Mais ils durent s’écarter quand Flack débarqua, la cherchant partout pour une nouvelle affaire, pestant qu’il n’était pas là pour la chercher constamment. Mais ce qui intrigua le jeune détective, c’était la rougeur des deux experts. Il avait dit quelque chose d’embarrassant ou quoi ? Haussant les épaules, il tourna les talons, ordonnant à Natalie de se presser. La jeune femme, contrite, dut alors laisser Mac, qui embrassa délicatement sa joue avant qu’elle ne parte. Il avait toujours un peu peur pour elle, malgré la présence de Flack à ses côtés…Mais la matinée allait bientôt se terminer…
Mais comment les choses se passaient-elles du côté de Jessie ?

*

Pour Jessie, la matinée s’était déroulée beaucoup mieux. Elle avait réussi à se tenir, évitant ainsi les soupçons, et s’entendait à merveille avec tous les autres experts. Même Lindsay ne lui en voulait pas pour le piège qu’elle lui avait tendu. Natalie serait surprise de ce changement…
Par contre, la jeune détective eut droit à une confrontation avec Mac, qui était plutôt très contrarié par sa dernière invention. L’expert lui raconta d’ailleurs ce qui s’était passé avec Stark, et Jessie, toute son impulsivité de nouveau de sortie, voulut se précipiter pour lui casser la figure ! Mais Mac, raisonnable et lui rappelant qu’elle tenait encore un rôle, la raisonna. Mais la jeune femme jura qu’elle s’occuperait du cas de Stark…

*

Lors de la pause de midi, où les deux sœurs purent reprendre leur place et échanger leurs différentes informations_ la relation de Danny et Lindsay, les arrestations de la matinée, la discussion avec Flack et Stella, le fait que Natalie soit devenue la confidente de Stella, Jessie remercia une nouvelle fois sa jumelle et partit en direction du bureau de Stark.
Ce gros malin, croyant avoir affaire à la même Jessie de ce matin, celle qui tardait à réagir, recommença ses obscénités. Et Jessie, vraiment ravie, ne laissa pas passer ça. Elle lui donna une correction à faire pâlir le plus grand bourreau du Moyen-âge et des plus humiliantes de surcroît. Et oui, se faire lamentablement écraser par une petite nana de 1m65 toute fine alors qu’on était un homme corpulent de 1m86 et qui pesait 95 bons kilos, ce n’était pas bon pour la réputation…Et Stark dut dire au revoir à sa virilité pour les quatre mois qui allaient suivre…
Quand Jessie rejoignit enfin Flack et qu’elle se comporta comme à son habitude, le jeune détective se retrouva plongé dans un grand désespoir. C’était trop beau !

Jessie (le voyant abattu) : Qu’est-ce t’as, Donnie Boy ?
Don : Rien. Tu ne serais pas sujette à la schizophrénie, par hasard ?

Aïe ! Natalie avait plus ou moins réussi à donner le change mais pas suffisamment manifestement. Quoique…Elle aussi…
Enfin, elle allait pouvoir passer à la Phase Trois…

_________________

Ava et ban by Ttelle.Merci flower !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claire
Agent de Liaison
avatar

Féminin Nombre de messages : 612
Date de naissance : 04/12/1990
Age : 27
Personnage préféré : Aaron Hotchner
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Re: [CSI:NY] Deux Soeurs by Lagentillefan   Dim 12 Déc 2010 - 15:51

Le chapitre pourrait se diviser en deux, entre Nathalie jouant Jessie et Jessie reprenant son rôle mais je me refuse à faire un énième plan en 2 parties et 2 sous - partie, alors je vais refaire par paragraphes plutôt ^^ !

Je commence par le premier, il n'y a pas beaucoup à dire, si ce n'est que c'est mignon de lire combien Mac aime Nathalie ^^ !

Le suivant avec la malheureuse qui se retrouve à jouer sa forte tête de soeur, qui s'exprime avec des expressions bien trop gentillettes pour être celles de Jessie et ce pauvre Flack qui ne découvre pas le pot - aux - roses est plus drôle, on retrouve l'humour que tu arrives à glisser dans cette fic... Même si Nathalie est visiblement désarçonnée par le fait qu'à NY, ils s'inquiètent d'elle, c'est super qu'elle le sache, peut - être va - t'- elle plus leur faire confiance et apprendre à s'ouvrir doucement ?

Ensuite, Mac le retour, qui vient prendre des nouvelles de sa petite - amie, disons au nez et à la barbe de Flack est à la fois attendrissant et osé, s'il les surprenait, ce qui a failli arriver, le plan tomberait à l'eau... Mais le voir protecteur envers la jeune femme pendant que celle - ci s'efforce de le rassurer et fond de plus en plus pour lui est romantique à lire mais reste drôle avec la petite touche de Don qui rate tous les signes de ce qui s'est passé avec Nat et Jessie et l'échange d'identité ^^ (certes, il se pose quand même la question à un moment) !

Sinon l'échange d'infos entre les soeurs au moment de reprendre leur identité est plutôt une bonne idée, pour brouiller les pistes.... Et j'adore Flack désespéré qui s'aperçoit que Jessie ne peut pas tenir calme plus d'une matinée... Comment avait - il pu se laisser aller à penser et espérer le contraire, ce ne serait pas drôle du tout ! Et le coup de la correction à faire pâlir de jalousie un bourreau du MA était non seulement bien mérité et franchement hilarant, comme comparaison...

J'ai hate de voir la phase 3 Wink !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lagentillefan
Incendiaire
avatar

Féminin Nombre de messages : 1321
Date de naissance : 10/02/1982
Age : 36
Localisation : A courir après mon inspiration
Personnage préféré : Reid
Loisirs : sériephage,mangavore, gamer et internetophile
Date d'inscription : 23/05/2008

MessageSujet: Re: [CSI:NY] Deux Soeurs by Lagentillefan   Lun 13 Déc 2010 - 5:45

Merci Claire pour ce com bien détaillé!!!J'adore!! :calin: merci2 merci1 :calin: merci2 merci1
Allez,voilà la suite!!La phase Trois d'ailleurs Wink
_______________________________________________________________

30- Phase Trois : à poil !

Jessie avait tout préparé minutieusement. De A à Z, de 0 à 9. Tout était prêt et aucune erreur n’était possible ! Tout ce qu’il fallait pour la Phase Trois y était. Sauf une chose…La détective avait besoin d’un complice… Bon, il était déjà inutile de demander ce service à sa sœur, connaissant d’avance sa réponse : « NON ! ». Mais alors, qui ?
Jessie aperçut alors Kaile Maka et se rappela de leur première rencontre : une complicité s’était formée entre elles ce jour-là…Parfait…

Jessie (lui faisant un signe de la main) : Hé ! Kaile !
Kaile (la rejoignant) : Salut, Jessie !
Jessie (sur le ton de la confidence) : Tu pourrais m’aider pour…

Puis la jeune femme finit sa phrase en lui chuchotant à l’oreille, continuant sur le même ton pour lui expliquer son plan point par point. Au fur et à mesure que Jessie parlait, un sourire malicieux se dessina sur les lèvres de Kaile.

Jessie (haussant un sourcil interrogateur) : Alors ?
Kaile (tapant dans la main de sa collègue) : J’en suis ! On commence quand ?
Jessie (avec un grand sourire lumineux) : Maintenant…

Et les deux jeunes femmes partirent chacune dans une direction. L’étape Une de la Phase Trois était en marche…

*

Quelques instants plus tard, les agents de la brigade criminelle virent débarquer le lieutenant Flack furieux…et couvert de peinture blanche, suivi de près par un lieutenant Marteens hilare.

Don (râlant) : Mais c’est pas vrai ! Tu amènes la poisse avec toi !
Jessie (riant et râlant à la fois) : C’est pas d’ma faute si tu t’es pris un pot d’peinture sur la tête !
Don (grommelant) : Bien sûr…C’est pourquoi tu m’as poussé dessous !
Jessie (levant les yeux) : T’aurais préféré te faire écrabouiller ?

« Par ma voiture imaginaire » termina la pensée de Jessie. En tout cas, la jeune détective était impressionnée : Kaile avait sacrément bien visé ! Pas une miette de Flack n’avait été épargnée par la peinture…

Jessie : Ecoute, Donnie Boy. J’vais aller sur le lieu de notre nouvelle affaire pendant qu’tu t’laves, ok ?
Don (hésitant à la laisser mener une enquête seule, craintif) : Heu…
Jessie (avec une moue dubitative) : Tu vas pas y aller couvert de peinture de la tête aux pieds, quand même ! (souriant, amusée) Ça fait pas très sérieux…
Don (grommelant, la menaçant du doigt) : Toi…Ferme-la !

Jessie le regarda alors, attendant qu’il prenne enfin une décision…

Don (vaincu) : Ok, tu peux y aller…
Jessie : Enfin ! Allez, file te doucher avant que ça ne sèche ! J’m’occupe de l’enquête…

« Qui est tout aussi imaginaire, d’ailleurs » pensa-t’elle, riant mentalement. S’assurant que Flack était entré dans les vestiaires et avait filé aux douches communes, Jessie composa un numéro sur son portable, un grand sourire aux lèvres.

Jessie : Kaile ? Etape Une terminée. L’étape Deux peut commencer…

*

Stella avait été appelée par Kaile pour une ancienne affaire commune et s’était installée à son bureau pour l’attendre. L’experte était inquiète car ce dossier avait été complexe à clore après des semaines d’investigations intensives. Y avait-il eu un nouvel élément qui risquerait de disculper leur suspect ?
Kaile finit par arriver, deux gobelets à la main, et sembla soudain trébucher, lâchant les gobelets en question, qui finirent leur vol plané sur la scientifique. Non seulement cette dernière cria de douleur, brûlée par le café, mais elle eut la surprise de sentir une matière gluante lui dégouliner dans les cheveux.

Kaile (avec une grimace contrite) : Oups ! Désolée…
Stella (regardant la matière poisseuse sur ses doigts, dégoûtée) : Mais qu’est-ce que… ?
Kaile : Heu…Du sirop d’érable. C’est pour Jessie…
Stella (grimaçant) : Et bien, elle s’en passera aujourd’hui…Sauf si elle veut le manger sur mon crâne.

Kaile se mit à rire. Malgré cet incident, l’experte gardait son humour.

Stella : Je vais revenir pour notre affaire. D’abord, une douche s’impose. (bas) Je sens que je vais avoir du mal…
Kaile : Stella ! Les douches des femmes sont actuellement hors service…Une histoire de fuite…
Stella (commençant à être contrariée) : Formidable…Je vais pas me garder ça dans les cheveux…
Kaile : Vous pouvez utiliser les douches des hommes. Jessie y est déjà…Elle s’est pris un pot de peinture…

Stella fronça les sourcils. De la peinture ? Elle ne se rappelait pas qu’il y avait un chantier dans les parages…À moins que ce ne soit durant une enquête ou une poursuite. D’après Danny, Jessie faisait un peu n’importe quoi quand elle coursait un suspect…
Finissant par hausser les épaules, l’experte se dirigea enfin vers les vestiaires des hommes, sous le regard satisfait de Kaile, qui prit discrètement son portable.

Kaile : Jessie. L’étape Deux est faite. A toi de jouer pour l’étape Trois…

*

Jessie, bien cachée, vit Stella entrer à son tour dans les vestiaires et la suivit avec la rapidité d’un chat, se planquant rapidement derrière un casier. Elle la vit ensuite se déshabiller, prendre une serviette pour se couvrir le corps et des produits de bain et entrer enfin dans la salle des douches communes. La jeune détective avança un peu pour voir où Stella s’installait. La scientifique choisit la cabine voisine à celle actuellement utilisée, ravissant Jessie. La chance !
Avec la discrétion d’un sioux, Jessie entra dans la salle d’eau et subtilisa toutes les serviettes qu’elle trouva sans se faire voir par les deux occupants actuels pour les poser ensuite sur le banc des vestiaires. Puis elle se plaça une nouvelle fois derrière un casier et posa un petit radiocassette à ses pieds. Maintenant, elle n’avait plus qu’à attendre un peu…

*

Stella se frictionnait vigoureusement les cheveux, espérant faire partir toute trace de sirop d’érable de sa longue chevelure bouclée, et entendit des grommellements provenant de la cabine voisine. Si Jessie avait de la peinture sur les cheveux, elle devait avoir autant de mal qu’elle avec le sirop d’érable pour les nettoyer…

Stella (avec sollicitude) : Vous voulez mon shampoing ? Il est très efficace contre les substances…heu…inattendues.

Les grommellements cessèrent immédiatement et furent suivis d’un long silence… gêné ?! Stella fronça les sourcils, inquiète, et finit par passer la tête dans la cabine voisine pour vérifier que tout allait bien. Qu’elle ne fut sa surprise de voir qui était avec elle, dans le plus simple appareil…

Stella (surprise) : Flack ?!
Don (les mains dans ses cheveux mi-noirs, mi-blancs, le visage rougissant et un sourire très embarrassé aux lèvres) : Salut, Stella…

Stella retourna dans sa cabine, rouge de confusion, se demandant pourquoi Flack était là…

Stella : Mais…Mais qu’est-ce que vous faites ici ?
Don (restant concentré, continuant à se laver les cheveux) : Heu…Nous sommes chez les hommes, vous savez…

Et merde ! Et merde ! Et merde ! Stella était là, juste à côté, aussi nue que lui et il ne savait plus trop quoi faire. Mais le sarcasme, c’était une très bonne idée, vraiment ! Elle devait être embarrassée…Alors que lui se l’imaginait déjà sans rien sur elle, juste de la mousse…Il se détestait de ne penser qu’à ça !

Stella : Merci, je suis au courant. Mais on m’a dit que Jessie était là…

Qu’est-ce que c’était que cette excuse bidon ? Ce n’était pas parce qu’une autre femme était là que ça justifiait sa présence ici. Et l’idée d’avoir le jeune homme sans rien sur lui juste à côté lui donnait chaud. Après la séance particulière thérapeutique de la veille, elle avait droit à ça maintenant…Maudite ou chanceuse ?

Don (surpris) : Jessie ? Mais elle est à Time Square, sur une affaire de meurtre.
Stella (stupéfaite) : Quoi ? Mais qu’est-ce que Kaile m’a racontée ?
Don (intrigué) : Kaile ?
Stella : Oui. Elle m’a dit que Jessie s’était pris un pot de peinture…
Don : Heu…C’est à peu près ça…Sauf que c’est moi qui l’ai reçu, ce pot…

Puis un silence embarrassé s’installa de nouveau. Les deux policiers avaient la tête remplie d’images plus ou moins déconseillées aux moins de dix-huit ans, s’imaginant le corps de l’autre. Mais, en même temps, Don fulminait intérieurement : c’était quoi encore cette embrouille ? Et soudain, un éclair de génie lui traversa l’esprit. Ça ne pouvait être qu’elle…

Don (grommelant entre ses dents) : Jessie…Je vais te descendre…
Stella (le faisant sursauter) : Heu…Flack ? Vous avez réussi à enlever la peinture ?
Don (sortant de ses pensées) : Hein ? Heu…Pas tout à fait…

Le détective avait réussi à enlever toute la peinture qui se trouvait sur son corps mais pour ses cheveux, c’était une autre affaire…

Stella (tendant son bras vers la cabine de Don, son shampoing à la main) : Prenez ça. Vous n’aurez plus une seule goutte de peinture comme ça…
Don (le prenant, frôlant ses doigts, ce qui les fit frissonner tous les deux) : Merci… Mais dites-moi Stella, pourquoi êtes-vous là ?
Stella : Kaile m’a accidentellement renversé son café et du sirop d’érable dessus et elle m’a informée que les douches des femmes étaient hors service.

La scientifique entendit soudain Flack jurer comme jamais.

Stella (inquiète) : Flack, ça va ?
Don (respirant à fond pour se calmer) : Oui, oui…

Nom de…Jessie et Kaile ! Les deux femmes étaient de mèche ! Toute cette situation ne pouvait être le résultat de coïncidences…Mais à quoi jouaient-elles, toutes les deux ?

*

Kaile, qui avait rejoint Jessie dans le vestiaire, et cette dernière, étaient mortes de rire en écoutant la conversation de leurs deux collègues, imaginant leurs têtes mais sachant pourtant qu’après ça, ça allait chauffer pour leur matricule…Mais c’était pour une bonne cause !

Jessie (avec un sourire machiavélique, se frottant les mains) : Et maintenant, l’étape Quatre. J’en connais deux qui vont avoir des rêves plus croustillants et criants de réalisme après ça…

Kaile se mit à rire tandis que Jessie appuya enfin sur le bouton ‘lecture’ de son radiocassette…

*

L’alarme incendie se fit soudain entendre, faisant sursauter Don et Stella. Qu’est-ce qui se passait encore ?

Stella : Une alerte ?
Don (avec une moue dubitative) : Je me le demande…
Stella (interrogatrice) : Vous avez un dou…

La jeune femme fut interrompue par la voix du capitaine Clancy qui semblait sortir des haut-parleurs.

Clancy : Alerte ! On nous signale un incendie dans le central ! Tout le personnel est prié de sortir le plus vite possible. Evitez la panique !

Bon. Jessie n’avait pas pu mettre le capitaine dans le coup…C’était une véritable alerte. Décidément, c’était pas son jour…Don chercha alors sa serviette. Mais…

Don (stupéfait) : Que… (sortant la tête de sa cabine pour vérifier)Ma serviette ?
Stella (intriguée) : Flack ?
Don (embarrassé) : Stella…Vous auriez pas une serviette en surplus à me prêter ?
Stella (vérifiant) : Si, en principe. Attendez… (soudain paniquée) Je n’en ai plus !
Don : Quoi ?!

Et maintenant, qu’est-ce qu’ils allaient faire ? Et l’alarme qui continuait à retentir, parfois ponctuée par la voix de Clancy…

Don (prenant une profonde inspiration) : Bon, Stella, on n’a plus trop le choix. Il faut qu’on sorte. Aux vestiaires, on aura de quoi s’habiller. Mais pour le moment…

Jessie pouvait déjà creuser sa tombe et acheter la pierre tombale et les couronnes de fleurs qui allaient avec ! Piquer les serviettes ! On n’avait pas idée de faire ce genre de plaisanteries idiotes !
Flack finit par sortir de sa cabine de douche, regardant droit devant lui, avança un peu pour arriver devant celle de Stella, à laquelle il tendit la main tout en détournant la tête. Adieu sa décence à lui…

Don : Je ne vous regarde pas, Stella. Promis…
Stella (rougissant violemment) : Heu…

Avoir ainsi Flack devant elle, complètement nu, avait quelque peu court-circuité le cerveau de la scientifique, qui ne put empêcher son regard émeraude de se balader sur le corps musclé et humide du jeune homme : le cou puissant, les épaules solides, où perlaient doucement et lentement des gouttes d’eau, les bras musclés, les mains fortes, les pectoraux fermes, parsemés eux aussi de longs filets d’eau, les abdominaux bien dessinés, tout aussi trempés, les fesses fermes à croquer et les jambes bien sculptées. Un désir, voire un fantasme vivant ! Stella allait avoir des problèmes lors de leurs futures enquêtes après cette vision…de rêve. Elle savait qu’elle allait le déshabiller du regard sans y prendre garde ou en rêvasser durant la journée et en rêver la nuit ! Comme si le jeune détective ne peuplait pas assez ses pensées et ses rêves…
Sans vraiment y penser, Stella finit par prendre la main de Flack, appréciant le contact très agréable de sa poigne très douce sur sa main, et le suivit, finissant enfin par poser son regard sur son visage…qui était très beau, ça elle le savait déjà. Mais là… Ses beaux cheveux noirs de jais trempés, le faisant ressembler à un de ses mannequins qui représentait une marque de parfum, ses sourcils noirs bien dessinés et très expressifs, ses magnifiques yeux bleus dans lesquels elle se noyait, son joli nez, ses lèvres fermes et qu’elle savait tendres après le léger baiser qu’il lui avait déposé sur la joue après l’affaire sur Frankie…Et son visage était très expressif. Le jeune homme cachait rarement ses émotions, surtout avec elle, depuis son agression…Stella avait trouvé ça adorable…
Flack fixait son regard bleu droit devant lui, s’exhortant sans cesse mentalement « Ne pas regarder Stella. Ne pas regarder Stella. Ne pas regarder Stella… ». Et dès qu’ils seraient sortis de là, le jeune détective en connaissait une qui allait voir du pays…
Soudain, Stella trébucha et entraîna Don dans sa chute. Les deux policiers se retrouvèrent alors sur le sol carrelé des douches, l’experte sur le détective, et tous deux rougirent violemment.

Stella (se relevant, suivie rapidement par Don) : Dé…Désolée…
Don (troublé) : Je…Pas grave. Dépêchons-nous !

Après ça, il aurait besoin d’une douche froide. Heureusement, Stella n’avait pas vu son état…actuel. Elle l’aurait pris pour le dernier des obsédés. Mais putain, qu’est-ce qu’elle était belle ! Et sa peau avait été si douce contre la sienne ! Concentration, concentration, concentration ! D’abord, sortir du bâtiment, un peu plus habillé, et ensuite rêver…
Stella était aussi troublée que Flack. Elle ne s’attendait pas du tout à ce qu’elle réagisse comme ça à son contact. Elle brûlait littéralement de l’intérieur et avait chaud à chaque parcelle de peau qui avait touchée celle du jeune détective. La peau de ce dernier était si chaude, si douce aussi et cela l’avait surprise…Finissant par secouer la tête pour se remettre les idées en place, elle finit par se concentrer sur ce qu’ils devaient faire en tout premier lieu : sortir du commissariat.
Les deux policiers atteignirent enfin les vestiaires et trouvèrent des serviettes pour se couvrir quand ils se rendirent compte que l’alarme ne sonnait plus.

Stella (intriguée) : Mais qu’est-ce que c’est que cette histoire ?
Don : Une blague…Et je sais qui en est l’auteur…

Le jeune homme aperçut alors Jessie qui passait innocemment devant les vestiaires.

Don (grommelant) : A nous deux…

*

Jessie avait retiré toute trace de son petit stratagème : le radiocassette avec la bande sur laquelle Adam avait travaillée pour lui rendre service, mettant ainsi l’exacte réplique du son de l’alarme incendie et de la voix de Clancy, et elle, marchant comme si de rien n’était. Elle savait déjà comment réagirait Flack…
Vraiment très contrarié, Don se précipita vers elle et lui saisit le bras pour la tourner vers lui, tandis que Stella observait de loin.

Don (fulminant) : Ça t’amuse, ce genre de vannes ?
Jessie (la stupéfaction incarnée) : Comment tu sais ?
Don (grimaçant) : C’est assez évident…
Jessie : T’arrives à deviner quand un crime signalé au téléphone est un canular avant même de mettre les pieds sur le lieu de ce soi-disant crime ?
Don (ne saisissant pas) : Hein ?
Jessie (fronçant les sourcils) : Le meurtre sur Time Square…C’était du flan. Certainement un gosse…

Jessie s’éclatait intérieurement, pensant qu’elle méritait une pluie d’Oscars pour son actuelle interprétation. Et puis voir l’expression superbement stupéfaite de Flack valait son pesant de cacahuètes !

Jessie (prenant l’air intrigué) : Quoi ?
Don (ne sachant plus que penser) : Heu…Non, rien…

Sur ce coup-là, Flack était incroyablement perplexe. Si ce n’était pas Jessie qui les avait piégés, lui et Stella, qui était-ce alors ? Attends une seconde…

Don (entre ses dents) : Kaile…

Grimaçant discrètement, Jessie était désolée pour sa collègue et amie, qui avait décidé de prendre la responsabilité de la Phase Trois, la faisant passer pour une farce. Mais Kaile risquait moins qu’elle…
Observant un moment les deux policiers vêtus de simples serviettes, Jessie vit que son plan avait parfaitement fonctionné : leur trouble l’un envers l’autre était des plus visibles. Elle en connaissait deux qui allaient avoir des rêves intéressants…Mais maintenant, elle devait penser à la Phase Quatre de l’opération Cupidon…

_________________

Ava et ban by Ttelle.Merci flower !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claire
Agent de Liaison
avatar

Féminin Nombre de messages : 612
Date de naissance : 04/12/1990
Age : 27
Personnage préféré : Aaron Hotchner
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Re: [CSI:NY] Deux Soeurs by Lagentillefan   Lun 13 Déc 2010 - 18:23

De rien !

sourit0 C'est terrible, une chance que Jessie bénéficie d'un complice vraiment pas difficile à convaincre pour cette phase !

Là, on se doit de saluer un tel effort d'imagination dans le montage de plan pour rapprocher deux personnes... Certes, c'est carrément extrême de les confronter, nus, l'un à l'autre mais tous les efforts déployés pour en arriver à ce moment sont vraiment louables, entre une Jessie déchainée qui parvient à pousser Flack de la trajectoire d'une voiture imaginaire et Kaile qui vise à merveille avant de prendre Stella pour cible à coup de sirop d'érable, bien dans les cheveux de la scientifique, qui, vu leur épaisseur, sont sans doute hard à laver... Vraiment très bien huilé, sans compter la subtilisation de serviettes et l'alerte à incendie plus vraie que nature, grâce à Adam, qui obligent Flack et Stella à se voir un peu plus longtemps que désiré dans des tenues proches de celle du ver... Terriblement efficace, il faut espérer qu'avec ça et le trouble qu'ils ressentent, ils vont réagir et se déclarer leur flamme mais pourquoi j'ai comme l'impression qu'il va falloir que Jessie fasse encore plus ingénieux pour en arriver là ?
En tous cas, pas de soucis, je veux bien lire le prochain de ses plans tordus avec plaisir, sachant que c'est très drôle, bien qu'immature au possible !

Sinon, en parlant de drôle, l'humour reste, avec tous les moments où on voit Flack et Stella profondément gênés, tous ceux où Don maudit Jessie (Hé ! Si elle fait ça c'est pour toi ^^) et surtout celle - ci qui s'amuse comme une folle à les entendre réagir et à faire l'innocente, genre "oh le crime c'était du flan, je ne vois pas du tout pourquoi tu pourrais être en rogne contre moi, vraiment" !

Vraiment, j'adore, la suite ^^ !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lagentillefan
Incendiaire
avatar

Féminin Nombre de messages : 1321
Date de naissance : 10/02/1982
Age : 36
Localisation : A courir après mon inspiration
Personnage préféré : Reid
Loisirs : sériephage,mangavore, gamer et internetophile
Date d'inscription : 23/05/2008

MessageSujet: Re: [CSI:NY] Deux Soeurs by Lagentillefan   Mar 14 Déc 2010 - 5:22

Merci Claire pour ton super com!!
Et tu n'as pas tort:Jessie a encore du pain sur la planche lol!
Allez,hop,nouveau chapitre!!
________________________________________________________________

31- Premier rendez-vous

19 heures 25 minutes. Natalie se préparait encore, avec une immense nervosité. Mac allait bientôt arriver_ dans cinq minutes en fait_ et elle n’avait plus eu de rendez-vous avec un garçon…heu…un homme depuis neuf ans ! Elle ne savait pas du tout comment se déroulait un rendez-vous d’habitude…Et malgré Jessie qui avait essayé de lui raconter comment s’étaient déroulés les siens_ ceux qui s’étaient bien terminés, Natalie avait peur de tout mettre par terre…
La jeune femme se regarda encore une fois dans le miroir, s’assurant pour la trentième fois que son chignon était correct. Jessie, voyant l’angoisse de sa jumelle augmenter au fur et à mesure que l’heure du rendez-vous approchait, décida d’y mettre son grain de sel pour l’aider et la calmer un peu.

Jessie (gentiment) : Tu devrais t’maquiller un peu plus.
Natalie (sèchement) : Non. C’est bien comme ça.
Jessie : Enlève au moins ton chignon. T’es plus jolie les ch’veux détachés.
Natalie (s’énervant) : Merde, Jessie !

La jeune détective grimaça et préféra s’éloigner. Quand sa sœur devenait grossière, il valait mieux ne pas rester dans les parages. Et quand elle était vraiment très énervée…
La sonnette retentit à 19 heures 30 piles et Jessie se précipita pour ouvrir la porte à leur visiteur. « On peut dire qu’il est ponctuel. Bon point. » pensa Jessie avec satisfaction avant d’accueillir l’expert venu chercher Natalie.

Jessie : Bonsoir, Mac. Entrez, Nat’ est bientôt prê…
Natalie (surgissant dans le salon) : Je suis prête.

Jessie regarda sa sœur, amusée par son empressement, puis tourna son regard vers Mac et vit son expression charmée. Parfait, ça commençait très bien…
Mac fixa Natalie avec admiration. La jeune femme portait une belle robe chinoise rouge, longue et sans manche, fendue d’un seul côté à partir du genou, dévoilant un joli mollet, et avait de jolies chaussures fines rouges à hauts talons, retenues par une petite lanière autour des chevilles. Le maquillage de la jeune experte était aussi très subtil mais mettait sa beauté en valeur : un rouge à lèvres rouge, un mascara noir léger et un fard à paupière doré, faisant ressortir ses yeux vert ambré. Quant à sa coiffure, la jeune femme s’était fait un élégant chignon, maintenu par deux belles baguettes japonaises aux jolies ornementations. Mais Mac la préférait autrement…
L’expert s’avança lentement vers elle, souriant et oubliant totalement la présence de Jessie, qui était à la fois vexée et amusée par l’effet que produisait sa jumelle sur Mac, et il retira délicatement les deux baguettes, libérant ainsi la belle chevelure brune de Natalie.

Natalie (intriguée et inquiète) : Heu…Mac ?
Mac (avec un sourire tendre, caressant sa joue) : Tu es beaucoup plus jolie avec les cheveux détachés…

Qu’est-ce qu’elle avait dit ? Pourquoi sa sœur ne l’écoutait-elle pas un peu ? Elle ne disait pas que des conneries… Enfin, Jessie ne fut absolument pas surprise de voir sa jumelle devenir aussi rouge que sa robe aux paroles de Mac et finit par soupirer, partant lui chercher une courte veste noire.

Jessie (revenant) : Tiens. (les poussant gentiment vers la sortie de l’appartement) Allez, filez tous les deux ou vous allez être en retard au restau.

« Et moi, je pourrais travailler tranquillement sur la Phase Quatre sans avoir quelqu’un qui me poserait un tas de question sur ce que je trafique avec un chalumeau… » finit-elle mentalement. Mais d’un autre côté, Jessie aimerait bien voir comment allait se dérouler ce premier rendez-vous…

*

Mac avait réservé une table dans le restaurant japonais le plus coté de New York, le « Kinryu » , ravissant Natalie. Elle n’arrivait pas à croire qu’il se rappelait ce qu’elle lui avait dit dans la boutique « Le Japon à votre Porte »… Décidément, Mac l’étonnait de plus en plus. Il était si différent des hommes qu’elle avait connus et côtoyés à LA…
La serveuse les mena ensuite à leur table, qui était devant une immense vitre, ayant ainsi une vue imprenable sur New York et ses gratte-ciel illuminés. Natalie trouvait ça si merveilleux…Vraiment, cette soirée commençait sous les meilleurs auspices…
Mac était ravi. Natalie semblait heureuse et se détendait totalement avec lui et la voir sourire et rire sans aucune peur était pour lui un véritable cadeau. Quand il pensait à l’homme qui avait détruit ce si beau trésor… Mais Mac comptait bien arranger ça…
La soirée continuait alors avec gaieté quand un imprévu de taille arriva…

Jane : Mac ? Bonsoir !!

*

Natalie regarda cette femme blonde qu’elle ne connaissait pas sourire à Mac comme s’il lui appartenait. Mais qui était-ce ?

Jane (se plaçant devant Mac, avec un ton étonné) : Je suis surprise de vous voir ici…
Mac (visiblement embêté) : Tout comme moi…

Mais que faisait-elle donc ici ? Vraiment…
Jane fit un sourire éclatant et mielleux à l’expert, ignorant ostensiblement Natalie, et sembla vouloir s’installer à leur table. La jeune experte ne savait plus quoi faire et, voyant l’expression conquérante de Jane, son cœur se mit à saigner. Elle était si insignifiante…Elle perdrait Mac à coup sûr…
Mac, voyant les manigances de la technicienne ADN, lui lança un regard très noir avant de reporter ses yeux verts sur Natalie et remarqua la tristesse qui se dessinait sur son doux visage. L’expert saisit alors doucement sa main pour la rassurer, comptant bien se débarrasser de l’élément perturbateur.

Mac (contrarié) : Jane, je suis entrain de dîner avec…
Jane (l’interrompant, finissant par se tourner, observant la timide Natalie qui baissait les yeux avec tristesse mais qui tenait toujours fermement la main de Mac, puis la toisant avec mépris) : Qui êtes-vous ?
Natalie (surprise que Jane lui parle, se redressant) : Natalie Marteens. Je suis la nouvelle C…
Jane : Une nouvelle !
Mac (commençant à s’énerver) : Jane, je vous prierai de nous laisser tranquilles…
Jane (minaudant) : Oh, bien sûr, Mac. C’est si gentil à vous de donner un peu de votre temps au nouveau personnel…

A cette insulte sous-entendue envers Natalie, Mac serra les dents et s’apprêta à se lever pour dire ses quatre vérités à Jane quand il vit Natalie se lever brusquement. L’expert craignit alors qu’elle ne quitte la table, blessée. Mais il se trompait lourdement…

Natalie (les poings serrés à s’en faire blanchir les phalanges) : Et bien, le « personnel » aimerait pouvoir dîner tranquille, espèce de sale blondasse !

Sur ce coup-là, Mac fixa Natalie avec des yeux ronds comme des billes, surpris, et Jane sembla choquée par les paroles de la jeune femme.

Jane (outrée) : Co…Comment osez-vous ?
Natalie (la fusillant du regard) : Et vous ? Vous vous invitez à notre table ! Vous interrompez notre dîner ! (insistant sur le terme suivant) Notre tête-à-tête ! Alors, question politesse, vous n’avez aucune leçon à me donner !
Jane (surprise, les regardant tous les deux) : Votre tête à… ? Ne rêvez-vous pas un peu, jeune fille ?
Natalie : Et vous, vieille peau, à quand date votre dernier lifting ?
Jane (suffocant, outrée) : Que…Que ?

Mac regardait la scène en riant discrètement. Jane passait un mauvais quart d’heure…

Natalie : Et maintenant, virez vos fesses de là avant que je ne vous les botte…Et surtout, ne me tentez pas !

Alors que Jane était sous le choc, scandalisée et vexée, Mac observait Natalie, admiratif…et aussi un peu inquiet. Ça ressemblait un peu à Jessie…Mais la voir se défendre ainsi, avec juste la force des mots…

Jane (le suppliant du regard) : Mac ! Vous n’allez pas la laisser m’insulter ainsi !
Mac (haussant un sourcil) : Pourquoi devrais-je vous défendre, Jane ?
Jane : Enfin, Mac, ça me paraît évident…
Mac : Peut-être pour vous. Mais pour moi et ma… (regardant tendrement Natalie) petite amie, pas du tout…

A ces mots, le cœur de Natalie explosa de joie et la jeune femme ne put s’empêcher de sourire de bonheur.

Jane (fixant Natalie, sous le choc) : Votre pe…pe…
Natalie (reprenant du poil de la bête) : Petite amie, oui ! Et si vous ne voulez pas vous ramasser une baffe, je vous conseille vivement de nous laisser en paix !

Mac s’amusait beaucoup. Malgré sa colère évidente, Natalie avait toujours un langage parfait et bien structuré et la tête de Jane à ce moment valait vraiment le détour. D’ailleurs, cette dernière lui lança un dernier regard plein d’espoir mais Mac ne fit rien, lui faisant bien comprendre la situation.

Natalie : Vous n’avez toujours pas compris ? Dehors !
Jane (finissant par partir, lançant un regard assassin à Natalie) : Vous me paierez ça…
Natalie (croisant les bras avec défi) : Je vous attends…

Dès que Jane fut enfin hors de vue, Natalie s’écroula sur sa chaise, tremblant de tous ses membres, amenant ainsi Mac rapidement à ses côtés.

Mac (inquiet, serrant sa main dans la sienne et caressant sa joue) : Natalie ?
Natalie (le regardant, ses yeux vert ambré grands ouverts) : Je n’arrive pas à croire que j’ai fait ça.
Mac (souriant, la rapprochant doucement de lui) : Tu as été formidable.
Natalie (étonnée) : Vraiment ? Vous…
Mac (avec gentillesse, encourageant) : Tu.
Natalie (rougissante et timide) : Tu…ne m’as pas trouvée trop…jalouse ? Possessive ?
Mac (amusée) : Combative plutôt. (embrassant son front avant de retourner à sa place) On continue notre dîner ?
Natalie (avec un immense sourire aux lèvres) : J’en serai ravie.

Et les deux experts reprirent leur dîner romantique, leurs visages exprimant leur bonheur et leurs regards ne se lâchant plus. Avec cet incident, leur lien s’était encore renforcé un peu plus…

*

Mac ramena Natalie chez elle, après une balade le long de l’Hudson River, et l’accompagna jusqu’à sa porte.

Natalie : J’ai passé une merveilleuse soirée, Mac.
Mac (souriant) : Moi aussi…
Natalie (taquine) : Malgré l’épisode Jane ?
Mac : Oui. (grimaçant) J’espère juste qu’elle restera professionnelle au labo.
Natalie (surprise) : Elle travaille avec nous ?
Mac : Oui. A la section ADN.
Natalie (avec un sourire comique) : Alors, je préparerai des munitions.

Les deux experts se mirent à rire puis devinrent soudain silencieux, se regardant droit dans les yeux avec intensité. Mac se pencha alors doucement vers elle et prit ses douces lèvres avec délicatesse. Instinctivement, Natalie noua ses bras autour du cou de l’expert et répondit à son baiser avec passion, celle qu’elle avait retenue depuis toutes ces années. Elle adorait quand Mac l’embrassait…
La sentant répondre à son baiser avec ardeur, l’expert s’enhardit un peu et la serra fermement contre lui, sentant chaque courbe de son corps contre le sien. Et la jeune femme ne semblait plus vouloir arrêter de l’embrasser. Pourtant, elle s’écarta, l’incertitude se dessinant sur son visage.

Natalie (timidement) : Est-ce que…je le fais bien ?
Mac (souriant avec gentillesse malgré la surprise) : M’embrasser ? (se penchant une nouvelle fois vers elle) Oh, oui, merveilleusement bien…

Et Mac embrassa une Natalie souriante, la serrant plus étroitement contre lui, la sentant s’agripper à sa veste, et il profita de chaque baiser que tous deux partageaient, échangeaient avec amour et passion.
Natalie se délectait de la sensation du corps de Mac contre le sien, sentant chaque muscle à travers sa chemise, et était ravie de ne pas en avoir peur. En fait, elle aimait son corps…
Mac était surpris de ressentir une nouvelle fois de l’amour et du désir pour une autre femme après la perte tragique de Claire tandis que Natalie était étonnée de ressentir un tel sentiment, si différent de celui qu’elle avait eu pour Tommy, et elle ne savait pas exactement ce que c’était…Mais c’était si bon, si agréable…
Mac avait fini par coincer Natalie entre lui et la porte et ne semblait plus pouvoir lâcher ses lèvres tendres et fruitées, tout comme elle ne semblait plus vouloir le quitter. Mais, d’un commun accord silencieux, les deux experts finirent par s’écarter, leurs deux fronts toujours en contact.

Natalie (s’excusant du regard) : Mac, je…
Mac (souriant) : Je sais. Je ne te le demandais pas. (lui déposant un dernier baiser) Bonne nuit, Natalie.
Natalie (l’étreignant encore une fois) : Bonne nuit, Mac.

Mac répondit doucement à son étreinte, caressant ses cheveux puis sa joue, et la laissa enfin. Dès que Mac ne fut plus dans son champ de vision, Natalie entra enfin dans son appartement puis s’appuya contre sa porte, un sourire extatique aux lèvres.

Jessie (venant l’accueillir, un paquet de chips à la main et vêtue seulement d’un long T-shirt et d’un pantie) : Alors ?
Natalie (heureuse et ravie) : Merveilleux…
Jessie (avec un grand sourire curieux) : Raconte…

Et les deux jumelles s’installèrent sur le sofa de leur salon, l’une ayant hâte de savoir tout ce qui s’était passé pour l’autre. Et Jessie espérait que sa sœur lui pose quelques questions, se préparant à y répondre avec une totale honnêteté. Peut-être que cette fois-ci, Natalie l’écouterait…

______________________________

Kinryu -->Traduction très approximative: dragon d'or

_________________

Ava et ban by Ttelle.Merci flower !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claire
Agent de Liaison
avatar

Féminin Nombre de messages : 612
Date de naissance : 04/12/1990
Age : 27
Personnage préféré : Aaron Hotchner
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Re: [CSI:NY] Deux Soeurs by Lagentillefan   Mar 14 Déc 2010 - 20:54

Un rendez - vous très sympa à lire !

On voit d'abord Nathalie se préparer nerveusement et refuser de suivre un conseil de sa soeur, qui avait pourtant raison à propos de la coiffure ^^ !

L'idée de Jessie et d'un chalumeau est très inquiétante, je me demande ce que ça va réserver à Flack et Stella et ça promet !

Sinon, voir Mac complétement hypnotisé par Nathalie quand il vient la chercher puis quand celle - ci trouve le courage de, tout en restant plutôt courtoise, virer l'autre espèce de **** qui vient essayer de gâcher leur dîner ! C'est super de la voir réagir, se défendre et finir par se débarasser de l'intruse, laissant son rendez - vous admettre par la même occasion qu'il la considère comme sa petite amie.

De plus, elle semble être moins effrayée par les contacts physiques, ce dont on s'aperçoit quand Mac la raccompagne !

Un chapitre plus calme que le précédent mais super à suivre !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lagentillefan
Incendiaire
avatar

Féminin Nombre de messages : 1321
Date de naissance : 10/02/1982
Age : 36
Localisation : A courir après mon inspiration
Personnage préféré : Reid
Loisirs : sériephage,mangavore, gamer et internetophile
Date d'inscription : 23/05/2008

MessageSujet: Re: [CSI:NY] Deux Soeurs by Lagentillefan   Mer 15 Déc 2010 - 5:53

Merci Claire pour ton com!!! merci2
Allez,zouplà,la suite!!

ATTENTION!!CHAPITRE PAS POUR LES MINEURS!!VEUX PAS DE PROBLEME!!
______________________________________________________________

32- Première nuit

Danny et Lindsay avaient décidé de passer la soirée ensemble chez le jeune expert à regarder un match de football américain, Redskins contre Dolphins. La jeune femme savait pertinemment qu’elle était entrée dans l’antre du loup, mais elle contrôlait parfaitement la situation…Elle s’était blottie tout contre lui, la tête posée sur son épaule et la main caressant avec légèreté son torse ferme à travers son polo, et elle le sentait frissonner sous ses doigts. Elle le menait par le bout du nez, là où elle voulait…
Le corps tiède de Lindsay tout contre le sien troublait plus que fortement Danny, qui essayait vainement de se concentrer sur le match. Pas évident quand la fille de vos rêves vous caressait voluptueusement…Et si elle continuait à le toucher comme ça encore longtemps, le jeune expert n’allait pas réussir à se tenir. Mais n’était-ce pas ce qu’elle cherchait ?
Plus vraiment attentive au match, Lindsay leva la tête pour observer intensément Danny, se mordant la lèvre inférieure. Il était tellement…beau ? Mignon ? Lindsay n’arrivait pas à trouver l’adjectif qui lui correspondait parfaitement…Mais elle savait ce qu’elle appréciait le plus chez lui : son caractère inimitable et parfois irritant, son sourire à faire fondre n’importe quelle fille, de la ville ou de la campagne, et ses beaux yeux bleus, un peu cachés par ses lunettes. Elle l’attendait depuis si longtemps…La jeune experte finit par accentuer la sensualité de ses caresses sur son torse et se dressa enfin pour embrasser tendrement son cou, passant un bras sur son épaule pour glisser ensuite l’une de ses mains dans ses courts cheveux châtains. Elle l’aurait ce soir…
Quand Danny sentit les lèvres de Lindsay se poser au creux de son cou avec douceur et ses doigts se mêler à ses cheveux, tout son corps tressaillit et le jeune homme dit adieu à son self-contrôle. Il prit la jeune femme dans ses bras pour la faire asseoir sur ses cuisses et s’empara de ses lèvres avec passion, mêlant doucement sa langue à la sienne. Daniel Messer était connu pour son caractère impulsif et enflammé et il comptait bien le lui prouver !
Et lorsqu’il la sentit répondre à son baiser avec autant d’ardeur que lui et ses petites mains fines se glisser dans ses cheveux, les agrippant presque pour approfondir leurs baisers, Danny la serra plus étroitement contre lui, se disant qu’il ne connaissait pas cette Montana-ci, ardente et passionnée, et qu’il avait hâte de la découvrir, et se mit à glisser ses mains sous son chemisier vert, touchant enfin sa peau très douce. Il se rendit soudain compte que ses mains avaient quitté ses cheveux pour déboutonner son polo pour ensuite se glisser doucement dessous, caressant ses pectoraux fermes avec volupté tout en continuant à l’embrasser avec fièvre, passant de ses lèvres à son cou.

Danny (soupirant d’aise) : Montana…On…La chambre…
Lindsay (coquine) : Bonne idée… Ça sera plus confortable…

Le jeune homme la souleva alors dans ses bras, lui faisant pousser un petit cri de surprise, et l’amena jusqu’à sa chambre, se délectant des baisers qu’elle recommençait à déposer le long de son cou, lui faisant aussi quelques suçons au passage. Lindsay le rendait totalement dingue…
Avec une surprenante délicatesse, Danny déposa enfin Lindsay sur son lit puis se plaça immédiatement au-dessus d’elle pour l’embrasser avidement tout en se débarrassant de ses chaussures tandis que la jeune femme s’attaquait à son polo, découvrant ainsi les abdominaux bien dessinés de son futur amant, les caressant sensuellement. Danny poussa alors un long soupir de contentement à ce contact et se redressa pour déboutonner le chemisier vert de sa si mignonne collègue d’une main experte, après avoir retiré son propre polo en un seul geste, puis se mit à embrasser et à lécher délicatement la peau mise à nu. Lindsay glissa ses doigts dans les cheveux de Danny, se cambrant sous les caresses de ses lèvres et de sa langue, murmurant son nom avec douceur et envie, le réclamant encore un peu plus avec son corps. Et l’expert comptait bien répondre fiévreusement à sa demande. Il avait tellement envie d’elle…
Danny les débarrassa rapidement de leurs derniers vêtements et se retrouva soudain prisonnier des bras de Lindsay, passés sous ses bras pour entourer chacune de ses épaules musclées, le serrant ainsi tout contre elle, peau contre peau, aussi brûlante l’une que l’autre, tout en ondulant sous lui.

Danny (d’une voix étonnamment grave) : Montana…Arrête ça…
Lindsay (amusée) : Tu n’aimes pas…
Danny (embrassant le coin de ses lèvres) : Si…Mais, continue comme ça et je ne réponds plus de moi…
Lindsay (une lueur taquine dans les yeux) : Ok…

Et l’experte, malicieuse, accentua ses caresses sensuelles sur le corps ferme de Danny et l’invita silencieusement à aller plus loin, l’attendant avec impatience.

Danny (amusé, un sourire carnassier aux lèvres) : Qu’est-ce que c’est que ces manières, Montana ? Pas celles d’une country girl, en tout cas…
Lindsay (du tac au tac) : Et toi ? Tu es bien prude pour un city boy…
Danny (la voix rauque et pleine de désir) : Tu vas voir si je suis prude…

Et Danny, plongeant son beau regard bleu dans les yeux noisette de Lindsay, entra en elle avec force et passion et l’entendit pousser un long et fort gémissement avec satisfaction, la sentant s’agripper à lui avec force.

Danny (haletant) : Alors ? Qui… c’est… le prude, maintenant ?
Lindsay (agrippée à ses épaules, s’arc-boutant contre lui pour l’inciter à se mouvoir) : C’est…peut-être pas…le moment d’en…débattre, non ? (suppliante, se mordant les lèvres) S’il te plaît, Danny…

Et Danny répondit sensuellement à sa douce demande, se mouvant enfin doucement en elle et nouant ses doigts aux siens, et l’embrassa avec une faim presque incontrôlable. Il avait rêvé de ce moment depuis tellement longtemps…
Leurs deux corps liés bougèrent à un rythme affamé et endiablé, comme s’ils s’étaient enfin trouvés après une longue période de recherche. Leurs gémissements devinrent de plus en plus bruyants au fur et à mesure que leur plaisir augmentait et leurs mains jointes se serrèrent un peu plus fort à chaque vague d’extase. Soudain, les deux amants se cambrèrent avec violence l’un contre l’autre lorsqu’ils atteignirent les sommets délicieux de l’orgasme, criant le nom de l’autre puissamment. Peu après, Danny se détendit peu à peu, son corps toujours sur celui de Lindsay, et sentit celle-ci l’entourer de ses bras et lui caresser tendrement le dos.

Lindsay (à son oreille, taquine) : Heureusement que tu as dit Lindsay…
Danny (se redressant pour la regarder, haussant un sourcil interrogateur tout en repoussant une mèche humide du front de Lindsay) : Hein ?
Lindsay : Quand tu as… (rougissant, disant le mot suivant d’une toute petite voix) joui…Tu m’as appelée Lindsay…
Danny (amusé) : T’aurais préféré Montana ?
Lindsay : Non ! Mais j’avais fini par croire que tu ne connaissais plus mon prénom…
Danny (riant) : Comme si je pouvais !

Le jeune homme l’embrassa avec une incroyable tendresse quand il sentit les jambes de son amante se nouer autour de ses hanches, apercevant alors son regard noisette assombri par le désir, un immense sourire coquin aux lèvres.

Lindsay : Prêt pour la deuxième mi-temps, City Boy ?
Danny (souriant, amusé par la référence) : Et comment !

Les deux amants s’embrassèrent alors avec passion avant de repartir dans une nouvelle exploration du plaisir amoureux. Ils avaient toute la nuit pour découvrir une partie de ses secrets…



_________________

Ava et ban by Ttelle.Merci flower !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claire
Agent de Liaison
avatar

Féminin Nombre de messages : 612
Date de naissance : 04/12/1990
Age : 27
Personnage préféré : Aaron Hotchner
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Re: [CSI:NY] Deux Soeurs by Lagentillefan   Mer 15 Déc 2010 - 16:22

Un chapitre beaucoup plus hot que les précédents avec Danny et Lindsay qui restent cependant bien fidèles à leur caractère, prenant le temps de se taquiner même à ses moments - là !
Ces petites touches sont amusantes, dans ce chapitre sensuel... Il y avait au moins deux personnes à qui il était complètement égal cette nuit là de savoir qui des Redskins ou des Dolphins avait gagné le match !

J'ai hate de voir la suite, aussi bien pour ce couple (déjà bien formé) et de voir les autres relations évoluer, le cas le plus désespéré pour le moment semblant être Flack et Stella ^^ !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lagentillefan
Incendiaire
avatar

Féminin Nombre de messages : 1321
Date de naissance : 10/02/1982
Age : 36
Localisation : A courir après mon inspiration
Personnage préféré : Reid
Loisirs : sériephage,mangavore, gamer et internetophile
Date d'inscription : 23/05/2008

MessageSujet: Re: [CSI:NY] Deux Soeurs by Lagentillefan   Jeu 16 Déc 2010 - 4:56

Tu n'as pas tort... lol!
Merci Claire pour ton com!! flower
Et hop,la suite!!
_____________________________________________________________

33- Deux zombies

Jessie était à sa place habituelle, c'est-à-dire assise sur le bureau de Flack, et attendait d’ailleurs ce dernier, tout en se demandant si elle devait mettre la Phase Quatre à exécution aujourd’hui ou attendre un peu. Il lui restait encore quelques points à régler…
La jeune femme vit enfin son partenaire arriver et remarqua avec satisfaction sa tête de déterré. Youhou ! Sa nuit a dû être peuplée de rêves très perturbants…et plutôt intéressants…

Jessie (lui mettant une grande claque dans le dos à son arrivée) : Salut, Donnie Boy !
Don (grommelant) : Tu t’es toujours pas trouvée une chaise, Jessie ?

Ouch ! En tout cas, Flack était de très mauvais poil quand il n’avait pas fait sa nuit…

Jessie (avec humour, voulant le détendre) : Mais j’aime bien ton bureau. Il est confortable…

Don leva ses yeux bleus cernés vers elle, visiblement irrité, et grogna. Bon, manifestement il ne lui dirait rien tant qu’elle ne lui tirerait pas les vers du nez… Ça tombait bien, c’était sa spécialité !

Jessie (se donnant un air concerné) : Qu’est-ce qui t’arrives, Donnie Boy ? T’as pas l’air en forme.
Don : J’ai eu quelques soucis pour dormir.
Jessie : Cauchemars ?
Don (rougissant) : Heu…

Bingo ! Elle avait réussi son coup !

Jessie (jouant l’intriguée) : Non ? Quoi alors ?

Et Flack se referma comme une huître, à la grande déception de Jessie. Non, il ne pouvait pas lui en parler. Surtout pas de ça et surtout pas à elle !
Voyant qu’elle n’avait plus le choix, la jeune détective abattit sa dernière carte et son seul atout.

Jessie (croisant les bras) : T’as rêvé de Stella, c’est ça ?

Flack releva alors la tête, surpris. Comment pouvait-elle le savoir ? Comment savait-elle pour ses sentiments envers Stella ?

Don (sous le choc, balbutiant) : Que… ? Comment tu… ?
Jessie (avec un sourire malin) : Tu t’rappelles de notre sortie au ciné ?
Don (grommelant, lui montrant son œil encore un peu bleui) : Mon œil en a encore un souvenir…
Jessie : Ben…T’as fait une jolie et très intéressante déclaration…d’amour…
Don (stupéfait) : Quoi ?
Jessie (l’imitant) : « Stella…Je vous aime, Stella… ». C’est sûr que ça m’a pas trop plu…Tu t’en rappelles ?
Don (inquiet) : Je…J’ai vraiment dit ça ?
Jessie : Ouais. Dans ton sommeil et en m’serrant dans tes bras. Ça fait toujours plaisir d’entendre le nom d’une autre…
Don (la saisissant par les épaules avec force en se levant de sa chaise) : Tu lui as pas dit ? Dis-moi que tu lui as rien dit !
Jessie (levant les mains, étonnée par sa réaction) : J’ai rien dit, juré.

« Mais j’ai prévu quelques plans pour vous réunir » pensa Jessie, amusée.

Jessie (reprenant la conversation en dégageant ses épaules de la poigne de Don) : Alors ? Tes rêves ? Stella ?

Flack soupira bruyamment, finalement vaincu. Peut-être qu’en parler avec quelqu’un l’aiderait un peu et lui permettrait de se concentrer sur son travail…

Don (soupirant une nouvelle fois) : T’as gagné…J’ai bien rêvé de Stella…Toute la nuit…
Jessie : Et elle faisait quoi dans tes rêves ?
Don (suppliant) : Jessie…
Jessie (persuasive) : Donnie Boy…
Don (soupirant encore, vaincu) : Pas elle…Nous…
Jessie (plaisantant) : Tous les trois ? Wow !
Don (lui donnant une tape sur le crâne) : Mais non, andouille ! Moi et Stella !
Jessie (faussement dépitée) : J’me disais aussi… (malicieuse) T’es un mec bien sage, toi, bien comme il faut…
Don (grommelant) : Je me passerais volontiers de tes commentaires…
Jessie : Pour c’que j’en disais…Alors, que faisiez-vous dans tes rêves ?
Don (rougissant violemment) : Heu…
Jessie (sur un ton de confidence) : Tu peux m’le dire. Peu d’choses me choquent, tu sais…
Don : C’est bien là le problème. Et t’avoir pour confidente ne m’enchante guère…
Jessie : J’ai gardé ton secret jusque-là. Pourquoi j’en parlerai maintenant ?

Flack devait s’avouer que la jeune femme disait vrai : elle avait tenu sa langue jusqu’ici. Mais parler de ce genre de sujet à une femme, même aussi masculine que Jessie, c’était plutôt gênant et inhabituel…Pourquoi n’en avait-il pas parlé à Danny ? Parce qu’il le chambrerait jusqu’à la fin de ses jours…

Jessie (l’encourageant) : Allez, Donnie Boy ! J’veux des détails !

Aïe, aïe, aïe ! La jeune femme était partie dans sa danse du scalp, ce qui voulait dire qu’elle n’allait plus le lâcher…

Don (hésitant) : On…On était entrain de…
Jessie (buvant ses paroles) : De ?
Don (bas) : Faire l’amour…
Jessie : De quelle manière ?
Don (haussant un sourcil, interrogateur) : Comment ça, de quelle manière ?
Jessie : C’était doux ? Pornographique ? Tendre ? Sauvage ? Amoureux ? Passionné ? J’peux encore continuer, si tu veux…
Don : Non, j’ai compris. Et tu peux déjà oublier pornographique…
Jessie : En effet…T’as utilisé le terme « faire l’amour » et pas « coucher ensemble », « s’envoyer en l’air », « bais… »
Don (l’interrompant vivement) : Stop ! N’en dis pas plus !

Mais c’est pas vrai ! Cette fille n’avait donc aucune limite, aucune pudeur !

Jessie : Alors ? C’était comment ?
Don : Quelle fois ?
Jessie (amusée) : Ho ? Y a eu plusieurs fois ?
Don : Oui. Et c’était différent à chaque fois…Mais il y avait toujours de…
Jessie (terminant à sa place) : De l’Amour ?
Don (s’empourprant) : Oui…

Ho…C’était si mignon…Jessie le trouvait adorable ! Ce grand détective tout intimidé par ce qu’il ressentait le rendait encore plus attachant et accentua son envie de réussir à les réunir.

Jessie : C’était plutôt agréable comme rêves, non ? Alors pourquoi ça t’a empêché de dormir ?
Don : Avec la farce idiote de Kaile d’hier, mes rêves sont devenus…criants de réalisme. J’avais vraiment l’impression de la toucher, de la sentir et je la voyais telle qu’elle est…Et je me réveillais en sueur…et…heu…
Jessie (le voyant baisser les yeux, embarrassé) : Très en forme…Je vois…Mais, je ne comprends toujours pas…
Don : Stella est ma collègue et surtout mon amie. Et elle ne sera sans aucun doute pas autre chose…Je suis un gosse pour elle…
Jessie : Donnie Boy…
Don : Tu sais, j’ai déjà rêvé d’elle…Même, je rêve tout le temps d’elle…Mais jamais comme ça. C’était pas aussi fort, aussi intense, aussi…
Jessie : Vivant ?
Don (étonné qu’elle comprenne) : Heu…Oui…Et maintenant, j’arrête pas d’y penser…Et je m’en veux de…
Jessie : De penser à Stella comme ça ? De la voir comme une femme ? Tu sais, la mettre sur un piédestal ne t’aidera pas à avancer avec elle…
Don : Laisse tomber, Jessie. C’est à sens unique…Il n’y aura jamais rien…
Jessie (posant une main compatissante sur son épaule) : Don…
Don (avec un sourire triste) : Inutile de me bercer d’illusions, Jessie…Faut juste que je m’adapte à ces nouveaux rêves. Ça prendra un peu de… (interrompu par son portable) Flack.

Alors que le détective commençait une conversation téléphonique, Jessie l’observa, peinée, remarquant pour la première fois la tristesse présente au fond de ses beaux yeux bleus malgré sa fatigue visible. Cela ne l’avait même pas effleurée que son partenaire en souffrait autant. Pourquoi hésitait-il ? A cause de cette sacro-sainte amitié ? De son âge ? Vraiment… Ok, elle allait forcer la dose ! Et la Phase Quatre devait se faire aujourd’hui par n’importe quel moyen !

*

Natalie était dans la salle de repos à siroter tranquillement un café, attendant qu’on l’appelle pour une enquête, un immense sourire heureux aux lèvres en se remémorant son rendez-vous avec Mac, quand Stella débarqua, visiblement épuisée.

Natalie : Bonjour, Stella ! (remarquant ses cernes) Vous allez bien ?
Stella (semblant seulement la remarquer maintenant) : Ho, Natalie…Bonjour… Ça va, merci… Enfin…

Voyant la demande silencieuse de Stella, Natalie se rappela que sa jumelle avait fait d’elle la confidente de sa supérieure et finit donc par s’asseoir sur le sofa, l’invitant à la rejoindre, prête à l’écouter.

Natalie (un peu mal à l’aise) : Que vous arrive-t’il ? Vous avez l’air tellement fatigué…
Stella (souriant faiblement) : C’est parce que je le suis…J’ai fait des rêves assez… perturbants.
Natalie (innocente et intriguée) : Perturbants ?

Stella fixa sa jeune collègue, surprise. Elle lui avait pourtant semblé plus mature, la veille…Là, on aurait dit une adolescente candide…Mais visiblement inquiète pour elle.

Stella : Oui. J’ai rêvé…De Flack. Toute la nuit…

Natalie commença à voir où était le problème et maudit sa sœur et ses plans idiots, n’osant même pas imaginer dans quel état devait être Flack… Stella semblait si bouleversée… Mais peut-être était-ce une bonne occasion pour lui poser des questions qui la travaillaient, elle aussi…Mais pas tout de suite…D’abord, Stella…

Natalie : Et…Qu’est-ce qu’il faisait ?
Stella (sachant par Mac à quel point Natalie était sensible à ce sujet) : Disons qu’on pourrait interdire mes rêves aux moins de dix-huit ans… (voyant l’air effaré de la jeune femme, se défendant) Il n’y avait rien de répréhensible ! C’était très…amoureux et tendre…Et surtout, très vivant. (avec tristesse) A mon âge, après Frankie, je me berce encore d’illusions…
Natalie : Pourquoi penser que ce ne serait pas possible entre vous ? Regardez-moi. Je croyais que je ne serais plus capable de toucher un homme et pourtant…
Stella (souriant) : Et je suis heureuse pour vous, Natalie. Mais ici, c’est différent…Flack et moi nous connaissons depuis longtemps…L’amitié est maintenant trop fortement ancrée entre nous…

Natalie soupira, ne sachant quoi lui répondre, totalement désolée pour sa collègue et maudissant son inexpérience. Elle ne pouvait pas l’aider ! Natalie se rappela alors la conversation qu’elle avait eue avec sa jumelle la veille, justement au sujet de Flack et Stella et de son « opération Cupidon ». Vraiment, elle ne comprenait pas sa sœur…

_________________

Ava et ban by Ttelle.Merci flower !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claire
Agent de Liaison
avatar

Féminin Nombre de messages : 612
Date de naissance : 04/12/1990
Age : 27
Personnage préféré : Aaron Hotchner
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Re: [CSI:NY] Deux Soeurs by Lagentillefan   Jeu 16 Déc 2010 - 19:22

Pauvre Flack, obligé de se confier à Jessie en dernier ressort, mais c'est vrai que parler de ça à Danny serait risqué ^^ !

Enfin, cela dit, ça marque un peu un début d'amitié entre eux, plus que de partenariat forcé (encore qu'avec la phase 4, j'ai l'impression que ça poser des soucis pour l'amitié mdr ^^) !

Jessie, n'empêche, sait comment insister (lourdement) pour avoir les réponses à ses questions, mais dernière son côté "brute", on se rend compte qu'elle est quand même assez sensible, voulant aider Flack et Stella et attendrie par l'amour que porte ce dernier à la scientifique...

Au moins, la phase précédente de son plan à eu l'effet de réveiller plus que jamais les désirs de l'un et de l'autre, on dirait qu'ils ont partagé le même type de rêves ^^ !

La détermination de Jessie, vu la pelle d'arguments de Flack pour ne pas se lancer avec Stella ne sera définitivement pas de trop, si elle ne veut pas que son partenaire reste désespéré ^^ !

Et sinon, la scientifique, elle, semble avoir choisi Nathalie pour se confier, c'est beaucoup moins cru que quand on a Jessie pour confidente mais elle est amicale aussi... Et en plus, ça pourrait permettre à la jumelle turbulante d'obtenir des infos facilement quant aux sentiments des uns et des autres au fur et à mesure que son plan va avancer !!

J'ai hâte de lire la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lagentillefan
Incendiaire
avatar

Féminin Nombre de messages : 1321
Date de naissance : 10/02/1982
Age : 36
Localisation : A courir après mon inspiration
Personnage préféré : Reid
Loisirs : sériephage,mangavore, gamer et internetophile
Date d'inscription : 23/05/2008

MessageSujet: Re: [CSI:NY] Deux Soeurs by Lagentillefan   Ven 17 Déc 2010 - 4:12

Merci Claire pour ton chouette com!! merci1
Et zou,la suite!!
________________________________________________________________

34- Pourquoi ?

La veille, 17 heures. Appartement des jumelles Marteens.
Natalie avait remarqué l’expression de Stella après son retour de la section criminelle et ce trouble ne l’avait pas lâchée jusqu’à la fin de la journée. Deux ou trois fois, la jeune experte avait vu sa collègue rougir violemment et elle s’était encore plus inquiétée quand elle vit sa supérieure presque lâcher une éprouvette contenant un échantillon important à l’arrivée de Flack, virant lui aussi au cramoisi quand il l’avait aperçue. Natalie avait donc décidé d’aller voir Stella et cette dernière avait fini par lui raconter l’incident de la douche, expliquant ainsi son attitude plus qu’étrange. La jeune experte avait soupiré discrètement, se doutant bien que cet évènement embarrassant avait été encore une des idées farfelues de sa jumelle. Et dès que les deux sœurs étaient revenues chez elle après le travail, Natalie avait voulu avoir une discussion sérieuse avec Jessie avant que Mac n’arrive.

Natalie (mécontente) : Tu es allée trop loin, Jessie !
Jessie : J’trouve pas…J’veux juste qu’ils se sentent plus proches, tellement proches qu’ils se décident enfin à s’déclarer.
Natalie (levant les yeux) : C’est un peu violent comme façon de faire, non ?
Jessie : Après ça, ils vont pas arrêter d’penser l’un à l’autre, ils finiront bien par s’avouer leurs sentiments réciproques…

Vraiment, sa sœur était vraiment têtue…Une vraie bourrique quand elle s’y mettait !

Natalie : Pourquoi ?
Jessie (fronçant les sourcils, intriguée) : Pourquoi quoi ?
Natalie : Pourquoi fais-tu ça ?
Jessie : Pour les aider, les réunir, qu’ils soient enfin heureux…
Natalie : Alors pourquoi ne pas simplement leur dire alors ? Tu connais leurs sentiments l’un envers l’autre…
Jessie (avec un sourire malicieux) : Ça serait moins amusant.
Natalie (choquée) : Jessie !
Jessie (levant les mains) : Je plaisante. Non, c’est mieux s’ils se l’avouent eux-mêmes… Ça serait plus…romantique, beau et beaucoup plus fort et intense…Et puis, je n’crois pas que Donnie Boy soit ravi que j’fasse l’intermédiaire. Il a sa fierté…
Natalie (peinée) : Mais Stella en souffre, tu le sais…
Jessie : Oui. Mais elle nie ses sentiments envers lui. C’est pourquoi j’suis obligée d’y aller fort…Elle est tellement sure de savoir ce que ressent Don pour elle…Et j’pense que c’est pareil chez lui…Alors, à force de les rapprocher, certes de façon originale, j’vais bien finir par arriver à les faire craquer, à détruire leurs maudites carapaces…
Natalie : J’espère juste que tu sais vraiment ce que tu fais…
Jessie : Mais oui ! (finissant par détourner la conversation) Et toi, tu dois pas t’préparer pour un rencard ? Un certain Mac Taylor doit venir t’chercher à 19 heures 30, tu t’rappelles ?
Natalie (avec un sourire agacé) : Oui, merci. Comme si je pouvais oublier. Je voulais juste m’assurer que tu savais où tu allais…
Jessie : Maintenant, tu sais. Alors, file te préparer pour lui faire perdre la tête !

Suivant le conseil de sa sœur, Natalie avait fini par entrer dans la salle de bain pour se préparer tandis que Jessie avait pensé aux paroles de sa jumelle. Elle savait qu’elle devait y aller prudemment car elle savait que le cœur de l’être humain était délicat. Mais, dans leur cas, il fallait mettre la dose…

_________________

Ava et ban by Ttelle.Merci flower !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claire
Agent de Liaison
avatar

Féminin Nombre de messages : 612
Date de naissance : 04/12/1990
Age : 27
Personnage préféré : Aaron Hotchner
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Re: [CSI:NY] Deux Soeurs by Lagentillefan   Ven 17 Déc 2010 - 14:29

C'est sympa de voir un peu d'interaction entre ces deux soeurs si différentes en terme de caractère et de voir Nathalie faire un peu la "maman" tentant de rappeler en l'enfant terrible d'y aller doucement avec les sentiments des gens car c'est intime et sensible... Apparemment, Jessie avait conscience de cela avant quand même mais tente simplement d'aider, de manière forte certes, mais aux grands maux les grands remèdes ^^ !

En tous cas, apparemment on va pouvoir lire un autre rendez - vous entre Mac et Nathalie (super ^^) et la suite des plans farfelus de Jessie (c'est qui sera sans très rythmé ^^) !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lagentillefan
Incendiaire
avatar

Féminin Nombre de messages : 1321
Date de naissance : 10/02/1982
Age : 36
Localisation : A courir après mon inspiration
Personnage préféré : Reid
Loisirs : sériephage,mangavore, gamer et internetophile
Date d'inscription : 23/05/2008

MessageSujet: Re: [CSI:NY] Deux Soeurs by Lagentillefan   Sam 18 Déc 2010 - 5:59

Merci Claire pour ce nouveau com!! :calin:
Allez,zouplà,la suite!!
________________________________________________________________

35- Innocence

Natalie sortit de ses pensées lorsque Lindsay entra, un sourire ravi aux lèvres. Stella et elle observèrent un moment leur collègue, qui semblait se trouver dans son petit monde et donc ne pas les avoir remarquées.

Natalie : Bonjour, Lindsay.
Lindsay (sursautant et se rendant compte de la présence des deux scientifiques) : Ho ! Bonjour !
Stella (amusée) : Et bien, tu me sembles bien joyeuse, Lindsay…
Lindsay (un sourire plaqué sur le visage) : Il y a de quoi ! J’ai passé une excellente soirée…
Natalie (remarquant que son air extatique ressemblait au sien…en plus accentué) : Avec Danny ?
Stella (haussant un sourcil) : Danny ?
Lindsay (rougissant) : Heu…Oui.
Stella (riant légèrement) : J’en connais deux qui vont me devoir 10 dollars…En tout cas, je suis contente pour toi !

Natalie put sentir une pointe d’envie dans la voix de sa supérieure. Elle devait se sentir encore plus seule en sachant que ses deux collègues, elle et Lindsay, étaient maintenant en couple. La jeune femme avait vraiment de la peine pour Stella…

Lindsay (souriant, un peu gênée) : Merci.
Stella : Essaye de nous le mettre tout le temps de bonne humeur tous les jours, maintenant…
Lindsay (levant les yeux) : Comme si c’était possible…
Stella : J’aurais cru que tu le trouverais parfait…
Lindsay : Pas Danny !

Natalie observa les deux femmes rieuses et envia un peu leur complicité. Mais, en y réfléchissant un peu, ne l’avaient-elles pas acceptée dans leur cercle en lui parlant _ même si ce n’était pas elle à ce moment-là_ de leur secret ? Et Flack ne lui avait-il pas dit que tous trouvaient dommage qu’elle ne leur fasse pas suffisamment confiance pour réellement leur parler ? Et si…

Natalie (avec timidité) : Excusez-moi…Est-ce que je peux vous poser une question ?
Stella (intriguée) : Bien sûr, Natalie…
Natalie (hésitant et rougissant) : C’est…C’est comment ?

Stella la fixa quelques instants, surprise. Il lui semblait avoir en face d’elle une jeune fille totalement innocente et naïve, semblant ne rien connaître de la vie. Très étrange de la part d’une experte, déjà, et d’une jeune femme qui lui avait parue très mature la veille…

Lindsay (haussant un sourcil interrogateur) : Quoi donc ?
Natalie : L’amour…heu…charnel…Enfin, le faire…
Lindsay (surprise) : Tu ne l’as jamais fait ?
Natalie (très rouge) : Heu…Si. Une fois…Plus ou moins…
Stella (fronçant les sourcils) : Plus ou moins ?

Natalie était morte de honte. Hésitant encore un peu mais sachant qu’elle était allée trop loin pour se rétracter, elle finit par leur parler de son expérience avec Tommy et tout ce qui en avait découlé par la suite. Les deux expertes firent alors asseoir leur jeune collègue sur le sofa tout en la réconfortant avec compassion et gentillesse.

Stella : Je suis désolée, Natalie.
Natalie (étonnée) : Pourquoi ? Ce n’est pas votre faute à ce que je sache…
Stella : Je sais, mais si j’avais su, je ne vous aurais pas ennuyée avec mes…
Natalie : Vous ne m’avez jamais ennuyée ! Je suis contente que vous me parliez avec confiance. Et je vous invite d’ailleurs à continuer, bien que je ne pourrais peut-être pas vous aider…Mais je serai toujours à l’écoute…
Stella (souriant légèrement) : Merci, Natalie.

Lindsay observa les deux femmes, intriguée, sentant bien que quelque chose lui était cachée, mais elle ne s’en n’offusqua pas. Par contre, Stella avait de plus en plus l’impression d’être en face d’une adolescente en pleine crise d’identité en observant Natalie. Mais elle comprenait mieux ce que Mac voulait dire par « grande sensibilité ». Cette jeune femme, après un évènement traumatique, s’était bloquée à un stade de développement qui la faisait ressembler davantage à une toute jeune fille innocente qu’à une femme évoluant dans un milieu tel que la police…

Lindsay : Bien. Et si on répondait à sa question ? Mais…heu…Je peux savoir pourquoi tu aimerais savoir comment c’est de…

Natalie grimaça légèrement. Elle ne savait pas si Mac voulait que ses collègues sachent pour eux. Pour le moment, seules Stella et Jessie étaient au courant…Et Jane aussi ! Misère…
La jeune experte appela Stella à l’aide de son regard vert ambré et vit que sa supérieure comprit le message. Cette dernière opina d’ailleurs de la tête, l’invitant à répondre honnêtement à Lindsay. Si tu veux qu’on te fasse confiance, fais confiance aux autres…

Natalie : Je…Je sors avec quelqu’un…Avec Mac, en fait. Et…
Lindsay (surprise) : Avec Mac ?
Natalie (s’empourprant violemment) : Oui…Je sais, je ne devrais pas. C’est mon supérieur. Mais…
Lindsay (posant sa main sur son épaule pour l’interrompre) : Ce n’est pas un reproche. C’est juste…surprenant…

Pour Lindsay, imaginer son patron si sérieux sortir avec quelqu’un lui paraissait difficile à percevoir…Et que quelqu’un d’aussi vulnérable que Natalie ait une relation avec un homme l’était tout autant…Mais au final, ils s’étaient bien trouvés…

Lindsay : Bref…Continue.
Natalie : J’aimerais savoir comment ça se passe…vraiment…Quand il y a deux participants, consentants bien sûr…Je ne veux pas le décevoir quand on franchira cette étape…
Stella : Mac est au courant pour Tommy ?
Natalie : Oui. (tendrement) Et malgré ça, il a voulu de moi…
Stella : Ce n’est pas ce que vous avez fait ou pas qui fait votre personnalité. Vous avez fait un choix qui s’est avéré mauvais et traumatisant pour vous…Mais ça n’a pas changé qui vous êtes vraiment…
Lindsay : Tu as juste besoin de plus de douceur, de plus de certitude…
Natalie : C’est quand même gênant…
Stella : Vous, vous le pensez. Mais Mac ?
Natalie : Mac m’encourage à chacun de mes progrès et ne veut pas que j’aille trop vite. Il est très…doux et attentionné avec moi…
Stella : Donc, ne vous inquiétez pas…Il sait comment gérer la situation…Sinon, pour votre question, ça dépends de vous, certes, mais aussi de votre partenaire. Vu ce que vous venez de me dire au sujet de Mac et tel que je le connais, il va faire très attention. Il ne voudra surtout pas vous blesser et je pense qu’il se montrera très doux…
Lindsay : Je suis de l’avis de Stella. Mac n’est pas du tout comme Danny…
Natalie (riant) : Que vient faire Danny là-dedans ?
Lindsay (rougissant) : Heu…

Et zut ! Ça lui avait échappé…Aïe, aïe, aïe !

Stella (amusée) : Et puisqu’on en parle, comment il est ?

Lindsay s’insulta mentalement. Elle s’était piégée toute seule et se mit alors à rougir violemment, provoquant ainsi le rire de ses deux collègues.

Lindsay (balbutiant) : Il…Il est tel que vous le connaissez. Passionné par ce qu’il fait…
Stella (riant) : Je vois… (redevenant sérieuse) Et ça sera certainement le cas pour vous aussi, Natalie. Pas maintenant, bien sûr, mais quand vous aurez plus d’expérience, que vous serez plus habituée à lui…Mais je peux vous jurer que Mac ne vous fera pas le moindre mal. En connaissant votre histoire, il s’en voudrait d’agir sans retenue… (sur un ton plus léger) Sinon, il embrasse bien ?
Natalie (rougissant) : Stella ! C’est votre chef quand même !
Lindsay : Justement…On aimerait bien savoir…
Natalie (amusée) : Vraiment ? Ok…Et Danny ? Qu’est-ce que ça donne ?
Lindsay (protestant) : Hé !

Les trois femmes se mirent alors à rire, continuant joyeusement leur conversation avant d’être appelées pour leurs enquêtes, nouvelles ou en cours. Quand Natalie les quitta, elle se sentit plus légère. Elle appréciait de plus en plus la vie à New York…

_________________

Ava et ban by Ttelle.Merci flower !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claire
Agent de Liaison
avatar

Féminin Nombre de messages : 612
Date de naissance : 04/12/1990
Age : 27
Personnage préféré : Aaron Hotchner
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Re: [CSI:NY] Deux Soeurs by Lagentillefan   Sam 18 Déc 2010 - 11:11

Très féminin ce chapitre sourit0 ! Non c'est bien de les voir discuter, se rapprocher un peu avec la timide Nathalie et d'avoir droit à ces quelques confidences, avec la maladresse de Lindsay qui se trahit toute seule et se retrouve à devoir évoquer ses relations charnelles avec Danny ^^ ! En même temps, vu le caractère du personnage, on s'attendait à ce qu'il soit passionné !

Et Nathalie, qui en toute innocence leur demande comment ça se passe et ses collègues qui la rassurent et compatissent pour ce qui lui est arrivé avec Tommy, c'est bien qu'elle constate, qu'ici, les gens s'inquiètent et s'intéressent à elle et qu'en plus, des personnes connaissant très bien Mac tâchent de la rassurer quant au fait qu'il ne lui fera aucun mal et saura être patient (ce dont on s'était déjà bien aperçu et Nathalie aussi, quand même ^^) ! La surprise de Lindsay a l'idée que Mac ait une vie privée peut se concevoir, aussi (surtout que vu la situation de ta fic dans le temps par rapport à la série, l'épisode Payton n'a pas encore lieu).

Enfin, l'ambiance chez les femmes de la scientifique est légère pour une fois dans ce chapitre ^^ !

La suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lagentillefan
Incendiaire
avatar

Féminin Nombre de messages : 1321
Date de naissance : 10/02/1982
Age : 36
Localisation : A courir après mon inspiration
Personnage préféré : Reid
Loisirs : sériephage,mangavore, gamer et internetophile
Date d'inscription : 23/05/2008

MessageSujet: Re: [CSI:NY] Deux Soeurs by Lagentillefan   Dim 19 Déc 2010 - 7:46

Merci Claire pour ton com!!
Et hop,la suite!
________________________________________________________________

36- Phase Quatre : attache-moi

Jessie avait laissé Flack dans la salle de repos le temps d’aller voir Adam pour connaître les résultats sur les empreintes prélevées sur la bombe qu’elle avait désamorcée il y avait quelques jours et revint finalement bredouille. Quand elle arriva enfin dans la salle de repos pour retrouver son partenaire, elle le découvrit endormi sur le sofa, un sourire heureux flottant sur ses lèvres. En s’approchant un peu, la jeune femme put l’entendre murmurer distinctement « Stella » mais avec une inflexion tellement douce que cela renforça sa détermination de les réunir…
Ne pouvant rien faire pour le moment, Jessie préféra le laisser se reposer un peu et partit trouver Stella pour lui faire part des résultats de l’analyse digitale. Arrivée au laboratoire que la scientifique occupait, la détective la trouva elle aussi endormie sur sa paillasse. Et elle aussi, elle murmurait très tendrement le prénom de Flack. Jessie trouva cela adorable lorsqu’elle aperçut soudain Hawkes. Elle n’allait pas laisser échapper une pareille occasion…

Jessie (l’invitant à la rejoindre, lui faisant signe d’être silencieux tout en chuchotant) : Hé, Sheld’ ! Tu peux venir m’aider, s’te plaît.
Sheldon : Bien sûr. Que puis-je faire ?
Jessie : Il faudrait amener Stella à la salle de repos. Elle y sera mieux pour dormir… J’l’aurais bien fait moi-même, mais j’risque de la réveiller plus qu’autre chose…Et elle est tellement fatiguée…
Sheldon (compatissant) : En effet…Il vaut mieux qu’elle se repose un peu…

L’ancien légiste souleva donc délicatement Stella dans ses bras et l’amena dans la salle de repos, suivi de près par Jessie, puis la déposa tout en douceur sur le sofa, à côté de Flack, toujours endormi, et tout ça, sans la réveiller ! Jessie le remercia et attendit que Hawkes quitte la salle avant de se mettre à sourire avec une immense satisfaction. La détective sortit alors quelque chose de sa poche.

Jessie : Bien. A moi de jouer…

*

Flack se sentait bien. Une agréable chaleur l’entourait, un doux parfum flottait autour de lui et la vision d’une Stella qui venait vers lui tel un Ange le faisait s’envoler vers le Paradis. Et quand la jeune femme posa ses lèvres délicates sur les siennes avant de partir dans une exploration minutieuse de son corps, le corps entier du détective frémit de désir. Il tendit alors la main pour toucher sa peau parfaite…Quand il se réveilla brusquement, le cœur battant à tout rompre. Encore ces rêves ! Bon, celui-ci, il avait réussi à l’interrompre à temps mais ça n’était pas passé loin…Le jeune homme sentit alors un poids sur lui et baissa les yeux pour voir Stella, la tête confortablement posée sur son torse et son corps lové contre lui. Elle avait aussi son bras qui l’entourait et sa main posée sur la sienne, entrelaçant ses doigts aux siens. A cette vision bien réelle, Flack sentit son cœur s’affoler, sa respiration s’accélérer et son désir l’envahir aussi vite qu’il était parti. D’abord les rêves et maintenant ça…Son cœur allait lâcher à ce rythme…
Avec une extrême délicatesse, le jeune détective se dégagea de l’étreinte de la scientifique et se leva rapidement pour quitter ensuite précipitamment la pièce pour se balancer un peu d’eau froide sur le visage, histoire de le réveiller déjà et de le calmer ensuite. Mais il fut retenu dans sa course par son poignet droit et tomba lourdement sur le sol, entraînant mystérieusement Stella dans sa chute. Pour la deuxième fois en deux jours, il avait la scientifique tout contre lui…Elle était habillée, certes, mais une telle proximité le troublait plus que tout…Puis, mettant de côté son trouble juste quelques instants, il se posa une question : pourquoi était-elle tombée avec lui ?

Stella (à moitié réveillée, surprise de le trouver sous elle) : Flack ? (levant sa main gauche pour dégager des mèches bouclées de son visage, apercevant un détail plus qu’étrange à son poignet) Mais… ?

Au ton très étonné de Stella, Flack porta son regard vers ce qu’elle fixait et écarquilla les yeux à son tour.

Don : Mais c’est quoi ça encore ?!

*

Natalie travaillait tranquillement sur la chemise d’un suspect qu’elle avait arrêté la veille avec Flack quand elle le vit soudain débarquer en trombe dans son laboratoire, suivi de très près par Stella. Voyant l’expression de fureur dessinée sur les traits du jeune détective, la jeune femme comprit rapidement que sa jumelle avait encore fait des siennes…Qu’est-ce qu’elle avait inventé cette fois ?

Don (autoritaire) : Où est ta frangine ?
Stella (raisonnable, essayant de le calmer) : Flack, ne criez pas sur Natalie, elle n’a rien fait…Et puis, ce n’est peut-être pas Jessie qui nous a…
Don (la coupant, avec une moue dubitative sur le visage) : Mais bien sûr ! (revenant à Natalie) Alors ?
Natalie (essayant de le regarder droit dans les yeux, levant les mains en signe de défense) : Je n’en sais rien…Pourquoi ? Qu’est-ce qu’elle a fait ?
Don : Ça !

Et le jeune homme abattit son poignet droit lié au poignet gauche de Stella par des menottes pas très réglementaires sur la table de travail de Natalie. La jeune experte grimaça et les examina minutieusement. Les bracelets des menottes n’avaient aucune chaîne qui les reliait entre eux, ils avaient été soudés presque l’un sur l’autre, de telle façon que Flack et Stella se touchaient ou se frôlaient constamment les mains. Quant aux serrures, elles avaient été trafiquées…Aïe, aïe, aïe ! C’était du Jessie tout craché ! Natalie regarda de plus près la forme étrange des serrures…Ouh, misère…

Don (voyant Natalie grimacer) : Quoi ?
Natalie (avec un petit sourire navré) : Je ne vais pas pouvoir vous séparer…
Stella (intriguée) : Pourquoi ?
Natalie (fuyant le regard noir de Don, prenant une profonde inspiration) : Et bien…Déjà, je ne vais pas pouvoir les couper ou les dessouder…Enfin, si, je pourrais, mais…

Flack l’écoutait avec attention, impatient, et finit par croiser les bras, entraînant accidentellement Stella contre lui. A ce contact soudain, les deux policiers se mirent à rougir violemment et s’écartèrent vivement, obligeant Flack à laisser son bras le long de son corps. Dans quelle situation saugrenue Jessie les avait-elle encore fourrés ?

Don : Mais ?
Natalie (se faisant toute petite) : Les bracelets de ces menottes sont soudés de telle manière que si j’essaye de vous en délivrer, je risque soit de vous trancher la main ou quelques doigts soit de vous brûler au troisième degré…Et encore, c’est optimiste…Parce qu’avec un chalumeau…
Don (grognant et levant les yeux) : Et pour les serrures ?
Natalie : Les serrures ne sont pas du tout conventionnelles pour des menottes. Elles ressemblent à celles qu’on trouve sur les coffres-forts des banques…Il faut la clé.
Stella (fronçant les sourcils) : Vous ne pouvez pas les crocheter ?
Natalie (prenant une fibre optique) : Non. (glissant la fibre dans l’une des serrures, les invitant à regarder l’écran qui montrait un mécanisme complexe) Regardez. Le système d’ouverture est beaucoup trop complexe. Je peux essayer de mettre une petite charge…
Don et Stella (levant les mains en même temps, en chœur) : Non !
Natalie : Il vaut mieux…La seule solution pour vous libérer, c’est soit la clé, soit trouver qui est le concepteur de ces serrures…

« Et m’est avis que c’est une seule et même personne » pensa Natalie. Vraiment, sa sœur la mettait dans une position délicate mais elle plaignait Flack et Stella, qui étaient les malheureuses victimes de ses idées bizarroïdes pour les réunir. Mais d’un autre côté, elle trouvait ça plutôt drôle…

Don : Il faut qu’on retrouve Jessie…
Stella : Ce n’est peut-être pas elle…
Natalie (ayant pitié d’eux) : J’ai bien peur que si…Elle a déjà fait ce genre de blagues…

Bon, là, c’était un très gros mensonge et Natalie détestait mentir. Mais elle avait promis à sa sœur de ne rien dire sur sa maudite opération Cupidon et ces menottes devaient sans aucun doute en faire partie…Vraiment, Jessie…
Flack fulminait de rage alors que Stella grimaçait, ne voulant pas être à la place de Jessie dans les prochaines heures. Elle allait avoir de sacrés problèmes…
Kaile arriva au laboratoire, suivie de Danny, et aperçut Flack et Stella de dos, soulagée de les avoir enfin trouvés.

Kaile : Hé, Flack ! Clancy te cherche partout. C’est au sujet de ton suspect sur ton affaire actuelle. Tu sais, la bombe…
Don (de mauvaise humeur) : Vois ça avec Jessie ! Je suis…heu…indisponible pour le moment.
Kaile : Je l’aurais déjà fait si elle avait été là. Elle a pris sa journée.
Don (se tournant brusquement vers elle, entraînant Stella à sa suite, visiblement abasourdi) : Quoi ?!
Stella (embêtée) : C’est pas vrai ?!
Kaile (fronçant les sourcils, intriguée) : Je ne vois pas où est le pro… (remarquant soudain les menottes) Mais qu’est-ce que… ?

Quand Danny vit leurs poignets liés, il éclata de rire, le communiquant à Kaile et aussi à Natalie, qui se retint quand Flack tourna son regard bleu assombri par la colère sur elle. Il ne fallait pas oublier qu’elle était la reproduction exacte de l’instigatrice de toute cette pagaille…

Danny (hoquetant, hilare) : Tu…Tu t’es menotté toi-même ?
Don (avec un sourire pincé) : Non. C’est la dernière invention de Jessie pour me rendre dingue !
Danny (riant à s’en tenir les côtes) : C’est trop fort !
Kaile (essayant de reprendre son sérieux) : Et vous ne pouvez pas les détacher ?
Stella (soupirant) : Non. Les serrures sont trop spécifiques et les bracelets sont soudés de telle façon qu’on ne peut les couper…
Danny : Qu’est-ce que vous comptez faire ?
Stella (haussant les épaules) : Je n’en sais rien…
Kaile (essuyant ses quelques larmes de rire) : Il va pourtant falloir que tu t’occupes de ton suspect, Flack. C’est ton enquête…Et aussi celle de Stella. Elle peut t’accompagner.
Stella (avec humour) : Comme si j’avais le choix…
Don : Bon. Et bien, allons-y.

Le jeune détective soupira, remercia tout de même Natalie pour son travail et finit par quitter le laboratoire pour se diriger vers les salles d’interrogatoires, un étage plus bas, prenant la main gauche de Stella sans y prendre garde. L’experte se mit à rougir mais renforça sa poigne sur la main du détective, profitant de ce contact agréable.
Les trois autres policiers les regardèrent partir puis Danny finit par se tourner vers les deux jeunes femmes.

Danny (avec un air interrogateur) : Pourquoi Jessie a fait ça ? Si elle n’est pas là pour profiter de sa blague, vraiment, je ne comprends pas…

Natalie et Kaile se regardèrent, hésitantes. Elles, elles le savaient. Mais en parler à Danny n’était peut-être pas la meilleure des idées…

*

Bill Ramilson, le suspect mais aussi le gérant de l’immeuble piégé, patientait depuis un moment quand il vit arriver deux personnes, un jeune homme et une femme. Sans doute des policiers…Quoique…L’homme aperçut alors les menottes qui les reliaient l’un à l’autre et les regarda, très intrigué.

Ramilson : Heu…Vous êtes des prévenus ?

Flack jura intérieurement, maudissant Jessie de mille morts et autres sévices. Quand elle reviendrait…Avec ses âneries, les suspects le croyaient suspect lui-même ! C’était carrément la quatrième dimension !

Don (restant calme mais grognant) : Non. Une blague qui a mal tourné. Je suis le lieutenant Flack et voici le lieutenant Bonasera. (voyant le regard de Ramilson toujours fixé sur leurs menottes, Don abattit sa main libre sur la table) Bien. Maintenant, vous allez vous concentrer et répondre à mes questions, ok ?
Ramilson (attentif) : Heu…Oui, bien sûr.
Don (s’installant après avoir fait asseoir Stella) : Bon. Allons-y.

Flack commença son interrogatoire, accentuant sur le fait que Ramilson avait pris une assurance tout risque pour son immeuble et que, si son immeuble avait sauté, l’homme aurait gagné beaucoup d’argent. Ramilson nia, bien entendu, et le détective continua à mettre la pression. Pourtant, le jeune homme dut hausser plusieurs fois la voix et frapper la table de son poing libre pour ramener l’attention de son suspect sur lui et pas sur leurs poignets attachés.
Au final, les deux policiers n’avaient pas réellement avancé : Ramilson avait une très grave tendinite au pouce, l’empêchant de faire des activités trop minutieuses, alors fabriquer une bombe… Ça lui était physiquement impossible. De plus, ses empreintes ne correspondaient pas à celles trouvées sur l’engin…
Les deux enquêteurs finirent par quitter la salle, frustrés de n’avoir toujours rien pour avancer, quand le téléphone de Stella sonna.

Stella (décrochant) : Bonasera. (écoutant son interlocuteur) Oui, Mac. J’arrive immédiatement.

Oubliant sa situation actuelle, Stella partit dans le sens opposé à Flack et tous deux finirent par s’étaler comme des crêpes, leurs têtes côte à côte.

Don (pestant) : J’en ai marre ! Ça fait deux fois aujourd’hui !
Stella (plus calme mais quand même légèrement agacée) : Je peux dire la même chose. On est dans le même bateau…Bon…Mac doit me voir.
Don (se relevant puis aidant Stella à se remettre debout) : Je vous accompagne…
Stella (voulant se montrer drôle, mais une pointe de tristesse dans la voix) : Désolée de vous imposer ma présence…
Don (serrant sa main instinctivement, sans faire attention, lui souriant) : Stella…Je ne pouvais pas rêver de meilleure compagnie.
Stella (malicieuse) : Pas trop déçu d’être attaché à moi alors ?
Don (déglutissant discrètement) : Pas du tout…

Ravie, Stella lui sourit alors, le sourire qui le faisait fondre, et caressa doucement sa main du bout des doigts pour le remercier pour ses paroles si galantes. Flack frissonna à ce léger contact et une pensée traversa son esprit : finalement, avoir Stella accrochée à lui n’était pas si mal…

*

Quand Mac vit ses deux collègues arriver et aperçut leurs poignets liés, il se mit à les fixer, totalement interloqué.

Mac (montrant les menottes) : Vous m’expliquez…
Stella : Nous avons été victimes d’une blague.
Mac (haussant un sourcil, intrigué) : D’une blague ? De qui ?
Don : D’après nos diverses théories et autres hypothèses, c’est Jessie… (anticipant la question de l’expert) Et non, on ne peut pas les retirer.

Mac soupira, se frottant les tempes des doigts. Il avait déjà Danny comme chien fou mais avec Jessie, c’était carrément une meute…Elle ne faisait même pas partie de son service et elle arrivait quand même à y installer le chaos !
Par contre, contrairement à ses deux collègues, il n’avait aucun doute : Jessie était la responsable de ce dernier coup tordu…Certainement un nouveau plan pour réunir Flack et Stella…Natalie lui avait parlé de leur échange et de l’histoire des douches. Mais elle n’avait pas l’air au courant de cette dernière manigance…

Mac (respirant un bon coup pour revenir au sujet de son appel) : Bon. Je vous ai appelés au sujet de votre affaire actuelle. Nous avons trouvé une autre bombe dans un vieil immeuble de la 7th Avenue. Heureusement, l’équipe de déminage est arrivée à temps et l’a désamorcée.
Stella (fronçant les sourcils) : Quel est le rapport avec notre affaire ?
Mac : C’est le même modèle de bombe et les empreintes sont les mêmes que dans la première affaire. Mais pas de nouvel indice en plus…
Stella : Aucun ?
Mac : Aucun. J’ai mis toute l’équipe sur le coup. Par contre, on a appris au moins une chose : notre poseur de bombes choisit des immeubles assez fragiles pour qu’une aussi petite bombe fasse un maximum de dégâts.
Stella : Pourrait-elle détruire un immeuble entier ?
Mac : Tout dépend de la puissance qu’il met dans sa bombe et de la vulnérabilité du bâtiment sélectionné…
Don (levant les yeux, soupirant) : Génial…On avait bien besoin de ça…

Décidément, c’était la journée…Encore une affaire sur un poseur de bombes…Flack les évitait comme la peste depuis son…
Comme si elle sentait la peur et les réticences du jeune détective, Stella lui prit doucement la main dans un geste rassurant, la serrant étroitement dans la sienne pour lui montrer qu’il n’était pas seul.

Mac (inquiet) : Vous allez y arriver, Flack ?
Don (serrant malgré lui la main de Stella avec force pour se donner du courage) : Oui, Mac. Je ne lâcherais pas.

Le détective savait qu’il devait un jour repasser par-là, qu’il devait dépasser ses peurs. Et ils savaient que ses amis étaient là pour l’aider s’ils le sentaient flancher. D’ailleurs, Jessie ne lui avait-elle pas dit ? Pour une fois qu’elle disait quelque chose de sensé…

Mac : Bien… (mi-sérieux, mi-moqueur) Et trouvez un moyen de vous libérer… Ça ne fait pas très sérieux…
Don : Très drôle, Mac…Il faudrait déjà qu’on arrive à mettre la main sur Jessie, mais elle s’est volatilisée et Natalie ignore où elle peut bien se trouver…
Mac : Essayez de les cacher alors…

Flack se mit à rougir à cette proposition. Le seul moyen de cacher ces foutues menottes, c’était de placer son poignet dans son dos. Le petit détail, c’est que ça rapprocherait irrémédiablement Stella de lui, même contre lui, et donc ça mettrait son self-contrôle déjà fortement éprouvé à rude épreuve. Le coup de la douche l’avait déjà sérieusement secoué mais, dans ce cas-là, cette proximité constante faisait augmenter son trouble pour la scientifique crescendo. Alors, collée à lui toute la journée…Il n’était pas très sûr de ses réactions, autant mentales que corporelles… Et Stella allait le détester s’il n’arrivait pas à se tenir un peu…Ho, putain ! La journée allait être longue…et dure…

*

Stella et Flack avaient fini par s’habituer à être attachés l’un à l’autre et complétaient maintenant leurs mouvements instinctivement, en particulier quand la scientifique travaillait au laboratoire. Quand la jeune femme avait besoin d’un tube ou d’un produit spécifique, le détective lui amenait rapidement, sans geste brusque, et après lui avoir donné, il l’observait faire ses analyses et autres expériences, admirant la précision de ses gestes et aimant le mouvement délicat de ses mains et de ses doigts fins, souhaitant être à la place des tubes à essai qu’elle manipulait avec une incroyable douceur. Holàlà ! Il était gravement atteint. Et cette proximité forcée avec l’experte n’arrangeait pas les choses… Ça les accentuait surtout…
Par contre, lorsque Don fut appelé pour une nouvelle affaire, ils furent obligés de cacher leurs poignets, se retrouvant ainsi collés l’un contre l’autre, et tous deux se mettaient à rougir, regardant tout sauf eux et essayant de calmer les battements affolés de leur cœur respectif. Bien sûr, cette attitude plutôt déplacée sur un lieu du crime interpella les agents présents et ceux-ci ne pouvaient s’empêcher de fixer les deux enquêteurs avec curiosité et interrogation. Surtout que la scientifique n’avait pas été appelée…Cette histoire arriva aux oreilles du capitaine Clancy, qui convoqua immédiatement Flack à son retour de la scène de crime. Et quand il vit le jeune homme débarquer avec Stella accrochée à son bras, Clancy fronça les sourcils et fixa son subalterne avec un regard dur.

Clancy : Flack ! Je n’ai convoqué que vous ! Que fait-elle ici ?
Don : Heu…Je n’ai pas pu faire autrement, monsieur.
Clancy (incrédule) : Quoi ? Vous vous affichez avec votre petite amie sur une scène de crime puis dans mon bureau et vous me dites que vous ne pouvez pas faire autrement ? Vous vous foutez de moi ?!
Don : Non, monsieur. Déjà, Stella…

Il ne voulait pas le dire… Ça le faisait déjà souffrir de le savoir mais de l’avouer tout fort…

Stella (la voix un peu tremblante) : Nous ne sommes pas ensemble, capitaine…
Clancy : Vraiment ?
Don : Nous avons été victimes d’une mauvaise blague, monsieur…
Clancy : Quel genre de blague ?
Don (finissant par montrer son poignet attaché à celui de Stella) : Cette blague…

Clancy les regarda, les yeux exorbités. Mais qui avait bien pu faire une farce pareille ?

Stella : Et on ne peut les retirer sans la clé. On a juste essayé de les cacher, ce qui fait qu’on est…l’un contre l’autre.
Clancy (soupirant) : Heu…Vous avez une idée de qui est l’auteur de cette bêtise ?
Don : Oui. Et je vais m’en occuper, monsieur.
Clancy : Si vous voulez…Mais s’il fait une autre blague de ce genre, il aura droit à un blâme, qui que ce soit.
Don : Bien, chef.
Clancy : Et vous n’allez plus sur le terrain tant que vous aurez ces menottes.
Don (suppliant) : Capitaine…
Clancy : Ce n’est pas négociable, Flack. Allez rédiger vos rapports.
Don (grommelant) : Bien…

Flack jura intérieurement. Maudite Jessie ! Avec ses conneries, elle l’empêchait de faire son boulot et il se retrouvait à faire de la paperasse ! Quand elle reviendrait, elle le regretterait…

*

Ce ne fut pas leur seul souci. La réputation de Flack fut aussi la malheureuse victime de la Phase Quatre de Jessie…Explications…
Bien que parfaitement accordés maintenant, les deux policiers oubliaient parfois la présence des menottes et chutèrent une bonne demi-douzaine de fois durant cette journée. Mais ce n’était pas vraiment un réel problème. Là où ils eurent quelques difficultés, ce fut pour les activités intimes, c'est-à-dire les toilettes…Pour Flack, ce n’était pas trop compliqué : Stella était dos à lui et fusillait du regard tous les hommes qui la fixaient, surpris de la trouver là et aussi proche du jeune détective, qui était particulièrement gêné par cette proximité à ce genre de moment. Mais du côté des femmes…Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais les femmes sont parfois_ souvent même_ moins indulgentes que les hommes sur ce type de sujet… Alors, quand elles voyaient Flack débarquer avec Stella dans les toilettes des dames et entrer dans la cabine avec elle, elles ne pouvaient s’empêcher de persifler et le pauvre jeune homme eut droit à pas mal de noms d’oiseaux et autres sobriquets : obsédé, satyre, pervers, vicieux et d’autres nettement moins corrects…Cette journée avait été un véritable enfer pour sa réputation, surtout chez les femmes…Pourtant, Stella l’avait vaillamment défendu…
Bon sang, Jessie allait avoir la correction de sa vie !

*

La fin de la journée, et donc de leur service, arriva et ils n’avaient toujours aucune nouvelle de Jessie. Qu’allaient-ils faire si elle ne venait pas pour les délivrer ?

Don (une expression peinée sur le visage) : Stella, je suis tellement désolé…
Stella (rassurante) : Ce n’est pas votre faute, Flack. Vous ne pouviez pas deviner…
Don : Avec Jessie, je dois m’attendre à tout !
Stella : Allons…Enfin, malgré tout, j’ai passé une très agréable journée à vos côtés, Flack.
Don (la fixant de son regard bleu intensément) : Moi aussi, Stella…

Les deux policiers plongèrent leur regard dans celui de l’autre, se délectant de ce moment étrangement spécial. Quelque chose les liait, mais ils n’arrivaient pas à voir quoi…
Don porta son regard sur les lèvres roses de Stella et se reprit immédiatement, s’injuriant mentalement de son comportement et de ses pensées déplacés. Il voulait tellement l’embrasser et elle était là, si proche de lui…Soudain, une pensée traversa son esprit : si Jessie ne revenait pas, Stella et lui devraient passer la nuit ensemble…Mais devait-il se sentir heureux ou maudit ?
Un livreur débarqua au central et demanda un renseignement à un agent qui lui désigna Flack. Voyant le très jeune homme approcher, le détective fronça les sourcils, intrigué. Qu’est-ce que c’était encore ? Venait-il pour une de ses enquêtes ?

Livreur : Lieutenant Donald Flack Jr ?
Don : C’est moi.
Livreur (lui tendant une enveloppe) : C’est pour vous. (lui tendant son bon de réception) Signez là.

Flack signa et donna un pourboire au livreur avant d’ouvrir la mystérieuse enveloppe. A l’intérieur se trouvaient une clé et un petit feuillet, que Don saisit.

Don (lisant) : « Bonne nuit et à demain, Donnie Boy ! » (grognant) Jessie…

Pas sûr qu’elle survivrait d’ici-là…

Stella (examinant la petite clé) : J’espère que ce n’est pas une autre de ses blagues…

La scientifique inséra alors la clé dans la serrure de sa menotte, qui s’ouvrit enfin ! Rapidement, Stella délivra Flack, qui frotta son poignet endolori et quelque peu irrité, avant de lui sauter dans les bras juste après, soulagée.

Don (ne sachant que faire, les bras ballants, déglutissant, rougissant et surpris) : Stella ?
Stella (se rendant compte de ce qu’elle était entrain de faire, s’écartant de lui en rougissant) : Excusez-moi, Flack. L’euphorie du moment…Bien que vous soyez de très agréable compagnie…

« Et que vous avez un physique à tomber par terre » continua sa pensée que la scientifique essaya de faire disparaître de sa tête.

Stella : … je me voyais mal rester accrochée à vous toute la vie. (apercevant un éclair de tristesse et de déception dans les yeux bleus de Don, se rattrapant) Enfin, je veux dire…Sans qu’on ne puisse se changer ou se laver…
Don : Ah ! En effet, ça aurait été gênant… (avec humour) Et puis, continuer de me faire traiter d’obsédé par toutes les femmes de la brigade n’est pas vraiment une vie…
Stella (riant) : C’est vrai…Je vous aiderais à arranger les choses.
Don (levant les yeux) : Merci, je vais vraiment avoir besoin d’aide pour avoir un semblant de dignité…
Stella : Pas de problème ! Sinon…À part si vous ne pouvez plus me supporter, ça vous dit un verre ?
Don (souriant) : Volontiers.

Ravie, Stella lui offrit son sourire le plus éblouissant, qui lui faisaient flageoler les jambes à chaque fois qu’elle lui donnait ce sourire, et tous deux partirent enfin vers le McGee’s pour terminer en beauté cette journée surprenante et assez épuisante. Mais Flack se jura de s’occuper du cas de Jessie…

_________________

Ava et ban by Ttelle.Merci flower !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claire
Agent de Liaison
avatar

Féminin Nombre de messages : 612
Date de naissance : 04/12/1990
Age : 27
Personnage préféré : Aaron Hotchner
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Re: [CSI:NY] Deux Soeurs by Lagentillefan   Dim 19 Déc 2010 - 13:42

Waow, le chapitre est à nouveau très long ! Super ^^ ! Du coup je vais refaire paragraphe par paragraphe.

Jessie qui commence par utiliser Hawkes qui n'a aucune conscience de ce que aider celle - ci quand elle a l'air de vouloir faire une B.A peut entrainer comme conséquence, le pauvre en toute innocence l'aide à déplacer Stella ce qui permet à la jumelle définitivement très (très) créative de mettre en place un nouveau plan vraiment très fort, qui explique ses soudures d'un autre chapitre.

Ensuite, on arrive à Flack et Stella qui se découvrent menottés et cherchent désespéremment une aide auprès de Nathalie qui leur apprend qu'elle ne pourra pas les séparer, bien joué Jessie, elle ne fait pas les chose à moitié ! mais sa pauvre soeur est embarassée de devoi mentir aux deux policiers ! Ensuite la confrontation avec Danny et Kaile que ça amuse beaucoup (surtout cette dernière qui est courant du l'opération Cupidon ^^).

Mdr pour l'interrogatoire, menottés, ça fait très sérieux ^^ ! Mais la scène où Flack dit à Stella qu'il ne pouvait pas avoir meilleure compagnie est mignonne et pourrait les faire réagir, mais non ! Puis la conversation avec Mac pour parler de l'affaire de bombe où celle - ci prend la main du détective pour le rassurer !

Puis la confontation Flack/Clancy, c'est sur que ça ne le fait pas, de se retrouver menotter à une collègue sur le terrain et du coup, forcé à faire de la paperasse ^^ ! J'adore la colère de Flack à cette idée, puis les petits tracas du quotidien avec les toilettes et tout, quelle horreur pour eux, heureusement, Stella défend Don !

Enfin, la conclusion du chapitre où les deux s'avouent qu'ils ont passé une bonne journée ensemble, mais Jessie ne pousse pas le vice jusqu'à les pousser à dormir ensemble... Le début d'une réalisation pour eux ? J'aimerai ^^ !

La suite !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [CSI:NY] Deux Soeurs by Lagentillefan   

Revenir en haut Aller en bas
 
[CSI:NY] Deux Soeurs by Lagentillefan
Revenir en haut 
Page 3 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Esprits Criminels ConceptForum - Le forum n°1 sur la série! :: Off topic :: Vos autres créations :: Fanfics-
Sauter vers: