Esprits Criminels ConceptForum - Le forum n°1 sur la série!


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 ECHEC ET MAT (Cold Case)

Aller en bas 
AuteurMessage
NTACvic
Incendiaire
avatar

Féminin Nombre de messages : 1309
Date de naissance : 01/07/1989
Age : 29
Localisation : paris
Personnage préféré : emily prentiss
Date d'inscription : 06/05/2010

MessageSujet: ECHEC ET MAT (Cold Case)   Mar 24 Aoû 2010 - 5:06

-Titre: ECHEC ET MAT
-Auteur: NTACvic
-Notes : J’ai utilise un clavier US, ou les accents ne fonctionnaient pas. Ceux présents viennent du correcteur orthographique. Cependant, il en manque. Désolée pour la gêne occasionnée.


BONNE LECTURE


Université de Pennsylvanie, après-midi, 20 Octobre 1994 :

https://www.youtube.com/watch?v=ATWnH-yb6-o
Blur, “Girls and Boys”

Une quarantaine d’étudiants s’étaient rassembles dans une grande salle. Ils faisaient tous partis du club d’échec de la faculté, ce qui expliquait la présence d’une banderole « Penn Chess Club », accrochée sur un mur. Les étudiants s’étaient réunis autour d’un pot pour souhaiter la bienvenue aux nouveaux membres du club. L’ambiance était festive, avec des boissons à volonté et de la musique. Un jeune homme, la vingtaine, entra dans la pièce. Il scruta l’horizon et trouva la personne qu’il cherchait. Il se rapprocha du bar ou trois étudiantes du même âge que lui discutaient. L’une d’elles le vit et le salua.
-Fille : Eh, salut, Ian ! Je me demandais ou tu étais passe…
-Ian : Je devais terminer une dissertation. Il y en a qui travaillent, ici. Alors, ou sont les nouveaux, Victoria ?
-Victoria : Tu en as deux devant toi. Je te présente Tatiana et Alexandra. Les filles, voici Ian.
-Ian, serrant la main des filles : Ravi de faire votre connaissance. Vous êtes en première année ?
-Tatiana : Non. Nous avons été transférées de l’université de Blenton (nom fictif). Nous sommes en troisième année, en économie.
-Victoria : Elles sont dans le même groupe que moi. Ian est dans notre promotion.
-Ian : C’est génial ! Nous allons pouvoir faire plein de parties d’échecs, si vous êtes partantes. Je vous déconseille de commencer avec Vicky, elle a remporte le tournoi d’échecs l’année dernière… Elle vous dégouterait de ce jeu…
-Tatiana : Malheureusement, j’en ai déjà fait les frais…
-Ian : Dans ce cas, je pourrais peut être t’entrainer pour prendre ta revanche, si tu veux…
-Tatiana : Pourquoi pas ? J’accepte !
-Ian : Mais c’est parfait !
Ian sourit. Tatiana répondit à son sourire par un sourire encore plus éblouissant. Les deux étudiants restèrent immobiles, à se regarder. Victoria comprit que l’alchimie était en train de naitre entre ces deux jeunes gens et décida d’entrainer Alexandra ailleurs.
-Victoria : Bon, allez, je vais vous laisser. Alexandra et moi devons parler à Ryan. Salut !


Dans le local du Penn Chess Club, la nuit. Tatiana est allongée sur le sol. Elle vient d’être gravement blessée au ventre et perd énormément de sang. Elle regarde Victoria qui est penchée sur elle. Cette dernière essaye de stopper l’hémorragie en exerçant avec ses mains une pression sur la blessure. Elle est totalement paniquée et hurle :
-Victoria : A L’AIDE !! EST-CE QU’IL Y A QUELQU’UN ??!!?! A L’AIDE !!!!


Dans la salle des archives. Un inspecteur range un carton sur l’étagère. Sur la boite, on peut lire : « JARROWS. T » et en dessous du nom, « A94 612 », et l’inscription CLOSED.



Poste de police, Philadelphie, de nos jours, Lundi matin :

Kat buvait un café. Lilly rédigeait un rapport, tandis que Nick était absorbe par la lecture d’un magazine.
Il tenait dans sa main droite un stylo et griffonnait de temps à autre sur le magazine. Soudain, il leva la tête et demanda à ses collègues :
-Nick : Est-ce que vous me trouvez sensuel ?
Lilly stoppa net ce qu’elle était en train d’écrire et regarda Nick avec une étrange expression. Kat avala de travers, ce qui la fit tousser. Une fois calmée, elle questionna son collègue :
-Kat : C’est quoi, cette question ???
-Nick : Je suis en train de remplir un questionnaire, intitule « Cernez votre personnalité ». J’en suis a la question : « Diriez-vous que vous êtes sensuel ? » et je bute. Alors, qu’en pensez-vous ?
Kat et Lilly furent gênées. Kat trouva la stratégie pour fuir.
-Kat : Il faut que j’aille laver mon mug.
Elle se leva et partit. Nick regarda Lilly. Elle était coincée.
-Lilly : Je… Euh… (Apercevant un homme, la soixantaine, qui venait d’arriver) Bonjour, monsieur ! Je peux vous aider ?
Elle se leva et se dirigea vers l’homme. Nick regarda la question. Il haussa les épaules et cocha la case « NO » avant de rejoindre sa coéquipière. Lilly venait d’inviter l’homme à s’assoir.
-Homme : Il parait que ce service s’occupe des affaires classées…
-Lilly : Oui. Je suis Lilly Rush et voici Nick Vera. Vous voulez nous parler d’une de ces affaires, monsieur… ?
-Homme : Tim Jarrows. Ma fille, Tatiana, a été assassinée dans le campus de l’université de Pennsylvanie, en Avril 1994. La police a rapidement classe l’affaire. Mon épouse est décédée il y a quelques semaines.
-Lilly : Toutes nos condoléances, monsieur Jarrows.
-Tim : Merci. Le notaire a ouvert son testament, et trouver le meurtrier de notre fille figure parmi ses dernières volontés. Je voudrais respecter ses dernières volontés, et surtout celle-ci. Je voudrais que vous rouvriez l’enquête sur le meurtre de Tatiana, inspecteurs.
-Nick : Je crains que cela ne soit difficile, monsieur Jarrows… Sans nouvel élément, nous ne pouvons pas rouvrir une enquête…
-Lilly : Mais nous allons quand même le faire.
Nick regarda sa collègue.
-Lilly : D’après monsieur Jarrows, l’enquête a été classée rapidement. Nous pouvons donc la reprendre, en lui accordant tout le temps qu’il faudra. (Posant sa main droite sur l’épaule de Tim). Je vous promets de tout faire pour que le souhait de votre femme soit exauce.
-Tim : Merci infiniment, inspecteur Rush.


GENERIQUE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
manu29
Agent de Liaison
avatar

Féminin Nombre de messages : 903
Date de naissance : 22/01/1987
Age : 31
Localisation : Finistère
Personnage préféré : Emily PRENTISS
Loisirs : séries TV / musique / animaux/ traduire les fics!
Date d'inscription : 19/07/2010

MessageSujet: Re: ECHEC ET MAT (Cold Case)   Mar 24 Aoû 2010 - 9:40

"Me trouvez vous sensuel" Mdr on reconaît bien Nick!!! lol!

Pour l'instant cette histoire ne me dit rien, je ne l'ai peut être pas lue, on verra avec la suite!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sheperd
S.S.A.
avatar

Féminin Nombre de messages : 2033
Date de naissance : 15/01/1988
Age : 30
Localisation : QuanticOOOO
Personnage préféré : Emily prentiss et David Rossi
Date d'inscription : 26/07/2009

MessageSujet: Re: ECHEC ET MAT (Cold Case)   Mar 24 Aoû 2010 - 16:51

OMG j'adore cette série Cold Case et tu viens de la faire renaitre.
Bon début, j'ai envie d'en savoir plus sur ce meurtre.
Comme manu, la réplique de Nick, excellente! C'est bien Nick! Puis la réaction des filles!
Vivement un suite!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://agentsheperd.deviantart.com/
NTACvic
Incendiaire
avatar

Féminin Nombre de messages : 1309
Date de naissance : 01/07/1989
Age : 29
Localisation : paris
Personnage préféré : emily prentiss
Date d'inscription : 06/05/2010

MessageSujet: Re: ECHEC ET MAT (Cold Case)   Jeu 26 Aoû 2010 - 3:33

Et voila une suite !



Poste de police, heure du déjeuner :

Scotty et Kat dégustaient un sandwich à leur bureau quand Lilly arriva avec un carton qu’elle posa sur son bureau, a gauche d’un sandwich qui l’attendait. Elle déplaça le sandwich un peu plus loin.
-Scotty : Je t’ai pris un jambon/ fromage/ crudités… Dis, il t’arrive parfois de déjeuner… A l’heure du déjeuner ?
-Lilly, sortant les rapports du carton : J’ai enfin trouvé le dossier de Tatiana Jarrows… Meurtre de 1994 rangé avec les meurtres de 1989… Bref, le voila.
-Scotty : Bon, eh bien, de quoi il s’agit ?
-Lilly : D’une étudiante tuée à la fac de Pennsylvanie en 1994.


Un peu plus tard. Les trois détectives étaient autour du carton, debout. Chacun tenait une partie des
rapports.
-Kat : C’est vraiment maigre, tout ca…
-Scotty : L’affaire a été classée après deux semaines seulement.
-Lilly : Tatiana est morte la mi-avril 94. On m’a raconté qu’a cette période, il y avait eu une grande vague de crimes…
-Kat : Oui… Mon ancien chef m’avait dit que de nouveaux gangs venaient de faire leur apparition. Les agents étaient débordés.
-Scotty : Ce qui explique pourquoi on ne s’est pas soucié de cette affaire… Les histoires de gangs représentaient un plus grand enjeu qu’un meurtre dans le local du club d’échecs d’une fac…
-Lilly : On a aussi laissé tomber l’affaire a cause du manque d’indices. Tatiana a été tuée par arme à feu. La balle lui a traversé le corps, mais l’inspecteur de l’époque n’a retrouvé ni arme, ni douille.
-Kat : Et c’était quelqu’un de calme… Pas de petit ami connu ?
-Scotty : Si. Ian Bloomsdale. Ils étaient dans la même promo.
-Kat : On devrait le revoir…
-Scotty : Ou plutôt d’abord celle qui a trouvé Tatiana cette nuit la. Victoria Tomkins. Elle était son amie.
-Kat, regardant une photo de la victime : Pauvre fille, elle n’avait que vingt et un ans… Elle était censée préparer son avenir…


Dans une bibliothèque, Lundi après-midi :

Lilly marchait dans le rayon des romans policiers avec Nick.
-Lilly : Alors, c’était comment, ce resto ?
-Nick : Une pure merveille. Vous avez raté un truc. Will et moi avons mangé les meilleures moules-frites de notre vie…
-Lilly : Tu m’as convaincue, j’essaierai demain… Tiens, voila Victoria Tomkins.
-Nick : Mademoiselle Tomkins ?
Victoria s’arrêta de ranger des livres et se retourna. Bien qu’âgée de trente six maintenant, elle paraissait avoir dix ans de plus.
-Victoria : Oui. Vous désirez ?
-Lilly, montrant sa plaque : Inspecteurs Rush et Vera de la criminelle. Nous voudrions vous parler de votre amie, Tatiana.
-Victoria : Elle est morte il y a des années…
-Nick : Son père voudrait qu’on découvre le meurtrier.
-Lilly : D’après les rapports, c’est vous qui avez découvert son corps…
-Victoria : Plus exactement, je l’ai vue mourir. Pour être franche, je n’ai pas tellement envie de m’en souvenir…
-Lilly : Je comprends, mais je vais vous demander de faire un petit effort, s’il vous plait. Pourquoi vous
rendiez-vous dans le local du Penn Chess Club a presque onze heures du soir, heure ou il n’y a plus personne ?
-Victoria : J’avais oublié mon classeur de compta. Quand j’avais du temps, il m’arrivait de réviser dans le local.
-Nick : Et vous n’avez vu personne roder dans le secteur ? Je veux dire, quelqu’un qui n’aurait pas du être la…
-Victoria : Je regrette, non. L’endroit était désert…
-Lilly : A part ca, est-ce que Tatiana avait des ennemis ?
-Victoria : Si vous acceptez le terme de concurrent comme synonyme d’ennemi, alors oui, elle en avait…

Jann Arden, « Could I be your girl »
https://www.youtube.com/watch?v=7-zFJ4Uk-WU

Dans un restaurant de l’université. Tatiana, Ian, Victoria et Alexandra sont assis à une table et dégustent un café. Ian est a cote de Tatiana et son bras gauche entoure la taille de la jeune femme.
Tatiana montre à Alexandra et Victoria une chaine.
-Victoria : Elle est magnifique… Tu en as, de la chance…
-Tatiana : Ian a beaucoup de gout…
-Ian : Toi aussi, ma chérie… Regardez ce qu’elle m’a offert, à Noel.
Il montre son poignet droit. Tatiana lui a offert un bracelet en argent.
-Ian : Elle a fait graver mon nom dessus. Il est joli, n’est-ce pas ? Merci, mon amour…
Il embrasse Tatiana. Victoria, faussement choquée :
-Victoria : Vous savez qu’il y a des chambres pour ca ??
Les quatre amis rigolent. Tatiana regarde alors Alexandra, qui a l’air d’être ailleurs.
-Tatiana : Alex, tout va bien ? Tu as une drôle de tête.
-Alexandra : T’inquiète… J’ai trop bossé hier, du coup la nuit a été courte…
-Victoria : Ton patron devrait de donner des horaires plus adaptés… Pourquoi tu ne viens pas travailler dans l’entreprise du père de Ian ? Il est sympa, le rythme est cool et il paye bien… Fais comme moi.
-Alexandra : C’est bon, je demanderai à mon patron d’alléger le rythme… Et…
Un garçon du même âge que les quatre étudiants interrompt Alexandra.
-Garçon : Salut, Tatiana… Alors, contente d’aller au Japon, cet été ??
-Ian, antipathique : Matthew ? Qu’est-ce que tu fais ici ?
-Matthew : C’est un endroit public, que je sache ? Je m’adressais à ta copine. Super sympa, de débarquer de New York et de voler les places de ceux qui sont dans cette fac depuis le début et qui avaient vraiment envie d’aller au Japon.
-Tatiana : Je n’y peux rien, Matthew. Je suis navrée pour toi, mais si tu veux des explications, il faut que tu ailles demander au jury…
-Matthew : Ouais, c’est cela… Désolée… Eh bien moi, je dis que c’est pas juste. Mon dossier était aussi bien que le tien… C’est facile de coucher, pétasse…
Ian se lève brusquement et plaque Matthew sur la table. Tatiana lui demande de se calmer, mais Ian l’interrompt et dit à Matthew :
-Ian : Qu’est-ce que t’as dit a ma copine, connard ? Excuse-toi !!
-Matthew : Aie !! OK !! Pardon !!
Ian lâche Matthew et celui-ci s’en va, énervé.


-Nick : C’était quoi, cette histoire de Japon ?
-Victoria : La fac a sélectionné trois candidats sur huit pour un programme de cours de Japonais de cinq semaines à Tokyo, agrémenté d’une visite de la ville et de ses environs. Tatiana a battu Matthew grâce a ses activités extra scolaires : le Penn Chess Club, la photographie et le soutien scolaire. De toute façon, elle méritait cette place. Matthew n’était qu’un prétentieux imbu de lui-même…
-Lilly : Je suppose qu’une fois Tatiana hors course, sa place est revenue a Matthew ?
-Victoria : Vous avez vu juste.


Société d’import export, Mardi matin :

Scotty et Will attendaient devant le bureau de Matthew quand celui-ci sortit avec deux Japonais. Matthew serra la main des deux hommes et fit une révérence en disant :
-Matthew : Sayonara, monsieur Takahashi, monsieur Kobe.
Il les accompagna dans le couloir. Une fois partis, il vint à la rencontre de Will et Scotty.
-Matthew : Bonjour, inspecteur Valens, inspecteur Jeffries. Je vous en prie, entrez.
Les trois hommes entrèrent dans le bureau.
-Matthew : Au téléphone, vous avez dit que vous enquêtiez sur la mort de Tatiana Jarrows. Je ne sais pas comment je pourrai vous aider, nous n’étions pas proches…
-Will : On vous croit… Cependant, vous l’avez insultée, après que vous ayez appris qu’elle partait au Japon, et pas vous.
-Scotty : Et quand elle meurt, on vous donne sa place.
-Will : Vous avez une explication ?
-Matthew : Oh la, on se calme… Ok, c’est vrai, j’ai pété les plombs, mais je ne l’ai pas tuée… C’était ridicule, je pouvais toujours retenter ma chance l’année d’après… Que puis-je faire pour que vous me croyiez ?
-Will : Ou étiez-vous le 14 Avril 1994 ?
Matthew parut gêné.
-Scotty : Matthew ? On attend une réponse.
-Matthew: Je sais… Je, euh… Cela restera entre nous?
-Will: Dites-nous et on verra.
-Matthew : J’étais… Sur Kensington avenue… Je, euh, vous voyez…
-Will : Oui, on voit. Son nom ?
-Matthew : Je la connaissais sous le nom de Purple. Elle devrait se rappeler de moi… Je venais souvent la voir…
-Scotty : Très bien. Restez disponible, au cas où.

Une fois sortis :
-Will : Je comprends mieux pourquoi il n’a pas mentionné cette activité dans la rubrique « Activités Extra scolaires »…
-Scotty : Peut-être qu’il voulait aller au Japon pour les geishas…
Will regarda Scotty et les deux hommes sourirent.


Kensington avenue, Mardi après-midi :

Plusieurs femmes attendaient des clients sur le trottoir. Scotty et Will furent approchés par quelques femmes qui s’étaient portées volontaires pour leur faire une « séance ». Les deux détectives déclinèrent l’invitation. Ils trouvèrent une femme, environ la quarantaine, qui fumait, assise sur un banc.
-Will : Purple ?
-Purple: Ouais, qui la demande ?
Will montra sa plaque. La femme se leva brusquement et la cacha avec sa main.
-Purple : Vous êtes fous ?? Si on me voit avec vous, c’est fini pour moi !
-Will : Désolé de vous importuner dans vos affaires. Je suis l’inspecteur Jeffries et voici l’inspecteur Valens. On voudrait vous poser des questions sur un client qui venait souvent vous voir en 1994.
-Purple : Oh la… Si je devais me rappeler de tous mes clients…
Scotty montra une photo de Matthew, quand il avait vingt deux ans.
-Scotty : Matthew Sark. Vous vous en souvenez ?
-Purple : Vous avez de la chance, oui. Il trainait souvent ici… Et c’est moi qui m’en suis occupé. Pourquoi ? Qu’est-ce qu’il a fait ?
-Scotty : Est-ce qu’il était du genre violent ?
-Purple : Lui ? Violent ?? Pfff, pas du tout ! C’était juste un gamin qui voulait jouer les durs, c’est tout.
-Will : Pendant vos séances, il ne vous a jamais d’une fille dénommée Tatiana Jarrows ? Tenez, voici sa photo.
Nick montra une photo. Purple eut une réaction.
-Purple : Il ne m’a jamais parle d’elle, mais je l’ai vue ici même, un jour…

Tori Amos, « Cornflake Girl »
http://www.lyricsfreak.com/t/tori+amos/cornflake+girl_20139520.html

Purple fume une cigarette. Elle se dirige vers Tatiana, qui est assise sur un banc. Cette dernière est habillée de façon normale, pas comme les prostituées. Elle regarde fixement l’entrée d’un bar, qui se trouve sur le trottoir d’en face. Une voiture arrive et le conducteur interpelle Tatiana, qui le renvoie sur les roses. Une fois la voiture partie, Purple entame la conversation :
-Purple : Sois pas trop exigeante, ma belle. Peu importe le type, s’il a l’air normal, tu le prends et ca te fait du fric… Tu débutes, n’est-ce pas ?
-Tatiana : Euh… Oui…
-Purple : Je vois. Ecoute, je sais que c’est pas facile au début, je veux dire, monter dans la voiture du premier venu, mais tu t’y habitueras… Et mets des vêtements plus tape à l’ œil ou sinon les mecs vont croire que t’es une coincée grave…
Soudain, Tatiana se lève et part à droite, tout en gardant un œil sur un homme d’une trentaine d’années qui vient de sortir du bar du trottoir d’en face. Purple regarde Tatiana d’un air déconcerté.


-Purple : Une fille qui choisi un mec, j’avais jamais vu ca… Peut-être qu’elle voulait innover…
-Will : Ce gars, il avait quelque chose de spécial ?
-Purple : Pas que je sache.
-Scotty : Ok, merci pour votre aide.


Domicile de Tim Jarrows :

Le père de Tatiana montrait la chambre de sa fille à Lilly et Nick. La chambre était impeccablement rangée.
-Tim : Ma femme et moi avons laissé la chambre de Tatiana telle qu’elle était. Je ne sais pas si vous pourrez en tirer quelque chose, inspecteurs.
-Lilly : Cela pourrait nous aider à mieux connaitre votre fille, monsieur Jarrows. Tatiana était très ordonnée, a l’évidence…
-Tim : Elle détestait le désordre… Elle était intraitable sur le sujet…
-Nick : Pouvons-nous ouvrir ses placards ?
-Tim : Oui, bien sur, puisque vous êtes la pour en savoir plus sur elle… Si vous pouviez remettre les choses à sa place, ce serait gentil de votre part.
-Nick : Naturellement…
Les deux inspecteurs se mirent à ouvrir les tiroirs et placards. Nick trouva un petit tournevis dans le tiroir du bureau de Tatiana. Il le montra à Lilly. Tim fut étonné de voir cet objet dans la chambre.
-Tim : C’est étrange que Tatiana ait gardé cet outil dans sa chambre. Elle n’était pas une grande fan du bricolage…
Tandis que Lilly regardait le tournevis, Nick aperçut, au dessus du lit, près du plafond, une bouche d’aération. Il fit signe à sa collègue.
-Nick : Regarde en haut. On peut dévisser la plaque avec ca. Ca vaut le coup d’essayer.
Il grimpa sur le lit et ouvrit la bouche d’aération. Il vit, a l’intérieur, une enveloppe épaisse. Il la prit et descendit. Nick l’ouvrit. Les inspecteurs sortirent des photos de jeunes filles, de temps en temps accompagnées d’un homme. Tim était très surpris.
-Tim : Je n’ai jamais vu ces photos… Qu’est-ce que c’est ?
-Lilly : C’est ce que nous allons découvrir…


Poste de police:

Stillman s’arrêta devant le tableau sur lequel avait été accroché des photos de la scène du crime. Kat venait de dessiner un carré au centre.
-Stillman : Joli carré…
-Kat : Cela représente le local du Penn Chess Club. Je me suis renseignée. Cette nuit la, la confrérie gamma omega a organisé une soirée étudiante qui a eu énormément de succès…
-Stillman : Ce qui explique que personne n’ait entendu le coup de feu. Les étudiants étaient tous en train de se saouler…
-Kat : Oui et non. Le meurtrier a utilisé un coussin, pour étouffer le coup de feu.
-Stillman : Intelligent… Victoria Tomkins est arrivée alors que Tatiana était toujours en vie. Elle aurait du voir quelque chose…
-Kat : Pas forcement.
Kat effaça une portion de la base du carré et du coté droit.
-Kat : Elle arrivée a l’entrée qui se trouve a la base du carré. Donc on peut en conclure que l’assassin était en train de s’enfuir par le couloir qui donnait sur l’autre entrée. Malheureusement pour nous, il n’y avait ni concierge, ni camera de surveillance dans cette aile.
Will et Scotty arrivèrent a ce moment la. Ils firent un débriefing. A la fin, Kat et Stillman étaient stupéfaits.
-Kat : Quoi ? Tatiana se prostituait ?? Pourquoi ??
-Scotty : Pour payer ses études…
-Stillman, devenu plus perplexe : Ce n’est pas très logique… Son père était directeur commercial et sa mère était médecin… Tatiana n’était pas le genre de fille qui devait se prostituer pour payer ses études… Peut-être que Ian Bloomsdale pourra nous en dire plus.


Société BDale, Mercredi après-midi :

Lilly et Kat se trouvaient dans le bureau de Ian. Il n’avait pas beaucoup changé. Cependant, son visage était comme paralysé : on avait l’impression qu’il n’avait pas rit, voire sourit de puis des années, et on sentait qu’il souffrait encore de la perte d’un être cher, à savoir Tatiana. Il portait encore le bracelet qu’elle lui avait offert.
-Lilly : Vous avez gardé le bracelet qu’elle vous avait offert…
-Ian : Oui… Comment savez-vous que c’est elle qui me l’a donné ?
-Lilly : C’est Victoria Tomkins qui nous en a parlé.
-Ian : Vicky ? Cela fait des années que je ne l’ai pas revue. Comment va-t-elle ? Qu’est-ce qu’elle fait ?
-Lilly : Elle va bien. Elle travaille dans une bibliothèque.
Ian parut choqué de l’apprendre.
-Ian : Dans une bibliothèque ?? Incroyable… Moi qui la voyais PDG de sa propre boite… L’avenir réserve bien des surprises…
-Kat : Tatiana et vous étiez très amoureux, n’est-ce pas ?
-Ian : Elle était la femme de ma vie… Mon premier et seul amour…

Big Mountain, « Baby I love your way »
https://www.youtube.com/watch?v=GgBVKk0XFso&feature=related

Dans un parc, le jour. Tatiana et Ian sont assis à une table d’échecs en pierre. Ils viennent de terminer une partie que Tatiana a gagnée puisqu’elle agite les bras en signe de victoire.
-Tatiana : He hé !! Qui a parie 20 dollars que je perdrais?? Allez, allonge le fric, mon grand !
Ian lui donne 20 dollars. Tatiana les prend et les range dans son portefeuille.
-Ian : Je retiens la leçon, je ne parierai plus jamais sur quoique ce soit… Tu es la meilleure… Je t’aime.
Tatiana s’arrête brusquement et regarde Ian. Elle est émue par ce qu’il vient de dire.
-Tatiana : Ian, c’est la plus belle chose qu’on ait pu me dire…
Ian prend la main gauche de Tatiana avec sa main droite.
-Ian : C’est ce que je ressens. Je n’ai jamais été aussi heureux de toute ma vie… Tu es la femme de ma vie… Je ne veux pas qu’on se quitte.
-Tatiana : Il n’y a aucune raison pour qu’on se quitte, parce que moi aussi, je suis amoureuse de toi, Ian.
Les deux jeunes gens se rapprochent et s’embrassent tendrement et passionnément.


-Ian : Je voulais me marier avec elle après nos études et diriger avec elle ensemble l’entreprise familiale, mais le sort en a décidé autrement. Aucune autre femme n’a réussi à me rendre aussi heureux qu’elle ne l’a fait.
-Kat : On voudrait vous parler d’un sujet un peu délicat, Ian. Un témoin a vu Tatiana sur Kensington avenue… Vous savez ce qu’elle pouvait faire la ?
-Ian : Kensington avenue ?? Non, pourquoi elle aurait trainé dans ce genre d’endroit ??
-Lilly : C’est la question que nous nous posons.
-Ian : En tout cas, si vous pensez qu’elle se prostituait, ce n’est pas le cas. Elle n’avait pas de problèmes d’argent, et si elle en avait eus, elle m’en aurait parlé. On ne se cachait rien…
-Kat : Il y a certaines choses qu’une femme ne dit pas a son petit ami…
-Ian : Surement… Dans ce cas, peut-être que vous feriez mieux d’aller voir Alexandra Call. Elles se connaissaient depuis le collège. Alex est retournée chez ses parents, a Baltimore, après la mort de Tatiana. Je ne l’ai plus revue depuis…
Un homme, la soixantaine, entra dans la pièce, a ce moment. Voyant les deux femmes, il s’excusa d’avoir interrompu l’entretien, puis dit a Ian :
-Homme : Si tu veux, on peut t’attendre…
-Ian : C’est bon, papa, enfin, je pense, inspecteurs ?
Le père devint perplexe.
-Père : Que se passe-t-il, Ian ?
-Ian : Papa, voici les inspecteurs Rush et Miller. Elles m’interrogeaient au sujet de Tatiana. Inspecteurs, voici mon père, Patrick Bloomsdale.
-Patrick : Tatiana est morte depuis longtemps…
-Kat : Nous rouvrons l’enquête. Nous allons vous laisser. Ian, si vous vous rappelez de quoi que ce soit, appelez-nous.
Ian acquiesça et Kat lui donna sa carte, puis Lilly et elle partirent, laissant les Bloomsdale.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sheperd
S.S.A.
avatar

Féminin Nombre de messages : 2033
Date de naissance : 15/01/1988
Age : 30
Localisation : QuanticOOOO
Personnage préféré : Emily prentiss et David Rossi
Date d'inscription : 26/07/2009

MessageSujet: Re: ECHEC ET MAT (Cold Case)   Jeu 26 Aoû 2010 - 12:26

Toujours aussi passionnant!
Ils m'ont l'air tous suspects! Mais je ne sais pas, mais je sens que le père de Ian est au courant de quelque chose!
Vivement cette suite!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://agentsheperd.deviantart.com/
NTACvic
Incendiaire
avatar

Féminin Nombre de messages : 1309
Date de naissance : 01/07/1989
Age : 29
Localisation : paris
Personnage préféré : emily prentiss
Date d'inscription : 06/05/2010

MessageSujet: Re: ECHEC ET MAT (Cold Case)   Dim 5 Sep 2010 - 22:48

Domicile d’Alexandra Call, Baltimore, Samedi matin :

Nick et Scotty étaient dans le salon d’Alexandra. Celle-ci leur apporta une tasse de café.
-Alexandra : Tatiana et moi avons fréquenté les mêmes collèges et universités. Nous sommes devenues inséparables.
-Nick : Nous avons vu votre dossier d’inscription à l’université de Pennsylvanie. Vous viviez hors du campus.
-Alexandra : Oui. Cette fac faisait partie de l’Ivy League. Par conséquent, les frais de scolarité étaient élevés. Manque de chance, je n’ai pas obtenu de bourse, donc j’ai du louer un appartement.
-Scotty : Vous deviez donc travailler…
-Alexandra : Dans un fast food. Que vouliez-vous savoir au sujet de Tatiana, messieurs ?
-Nick : Un témoin a vu votre amie sur Kensington avenue, et elle ne faisait pas du tourisme…
-Scotty : Notre première hypothèse était qu’elle se prostituait, mais cela ne collait pas. Tatiana n’était pas dans le besoin… Par contre, vous… Le salaire offert par un fast food n’est, en général, pas très élevé…
Alexandra vit que Scotty la regardait attentivement. Son sourire s’évanouit. Elle regarda les deux détectives.
-Alexandra : Tatiana ne se prostituait pas, c’était moi… Vous devez être en train de me juger…
-Scotty : Rassurez-vous, nous pouvons comprendre. Vous n’arriviez plus à joindre les deux bouts…
-Alexandra : Au début, si… Mais c’est devenu de plus en plus difficile de jongler entre petit boulot, études, club d’échec… Et puis un jour, je suis tombée sur une annonce, dans une laverie, pour être danseuse dans un club de strip tease. Je croyais que cela allait être temporaire, mais non. Je m’y suis habituée. Je gagnais pas mal d’argent…
-Nick : Puis Tatiana a découvert votre secret.
-Alexandra : Oui…

Soundgarden, « Fell on black days »
https://www.youtube.com/watch?v=So0OwM_84qE

Dans le local du Penn Chess Club. Alexandra et Tatiana sont réunies autour d’une partie d’échecs. Cependant, les filles ne jouent plus. Alexandra a le regard triste.
-Tatiana : Cela dure depuis quand ?
-Alexandra : Depuis Décembre. Tu sais, maintenant, je n’ai plus de problèmes. Cela rapporte assez pour payer mon loyer. Et j’ai même des réserves… C’est plutôt rentable…
-Tatiana : Certainement… Mais a quel prix ?
Alexandra baisse alors la tête, la réponse étant que cette situation la fait souffrir physiquement et psychologiquement.
-Alexandra : Comment l’as-tu découvert ?
-Tatiana : Je t’ai observée, Alex. Ta mine de déterrée… J’ai compris que cela n’avait rien à voir avec le fast food. Alors je t’ai suivie un jour… Enfin, une nuit. Et je t’ai vue sur cette avenue. Cela va finir par te détruire. Tu dois arrêter, Alex.
-Alexandra : Ce n’est pas aussi simple. Il ne me laissera pas… Je dois continuer.
-Tatiana : Non.
-Alexandra : Et comment je vais me débrouiller ??
-Tatiana : On trouvera une solution


-Nick : Revenons un peu a ce « il » dont vous disiez qu’il ne vous laisserait pas. Qui était-ce ?
Alexandra fut apeurée. Nick lui prit la main :
-Nick : N’ayez crainte. Nous vous protègerons.
-Alexandra : C’était mon patron, Julian. Au départ, je n’étais qu’une danseuse, puis il m’a obligée à aller plus loin avec ses clients…
-Scotty : C’était peut-être lui, l’homme que Tatiana suivait…
-Alexandra : Oh mon Dieu…
-Nick : Qu’y a-t-il ?
-Alexandra : Un jour, Tatiana m’a dit qu’elle avait réglé la situation et qu’il était d’accord pour me laisser… Oh non, si ca se trouve, c’est moi qui l’ait tuée…
Des larmes coulèrent sur ses joues. Scotty la rassura.
-Scotty : Vous n’avez tue personne, Alexandra. Vous entendez ? Vous n’êtes pour rien dans la mort de votre amie… Mais vous pouvez nous aider en nous disant le nom du club ou vous travailliez…


Poste de police, bureau de Stillman, Lundi après-midi :

Nick pénétra dans le bureau de Stillman.
-Nick : Chef, j’ai trouve des choses intéressantes sur Julian Kowalski, du Harbour Club. Regardez.
Il remit une feuille à Stillman qui la parcourut.
-Stillman : Intéressant. Comme ca, deux danseuses ont porte plainte contre notre homme, pour maltraitance, mais elles ont été retirées.
-Nick : Oui. Et j’ai mieux. L’une des victimes, Caroline Dawson, a été retrouvée morte, tuée d’une balle dans la tête huit mois plus tard. Mais il n’y avait aucune preuve incriminant Kowalski, alors il est sorti de la liste des suspects.
-Stillman : Je ne pense pas que cela ait été une coïncidence… Résumons. Tatiana vient le voir, lui demande de laisser tomber Alexandra. Il refuse et finit par la tuer. On le convoque.
-Nick : Si on lui parle de Tatiana, il va sans doute se rappeler d’Alexandra. Elle pourrait courir un grand danger. Il faudra la protéger…
Stillman hocha la tête, signe qu’il partageait le même avis que Nick.


Un peu plus tard, toujours dans le bureau de Stillman. Julian Kowalski était confortablement installe sur une chaise. Stillman et Nick gravitaient autour de lui.
-Julian : C’est toujours un plaisir de venir en aide à la police…
Nick posa une photo de Tatiana sur le bureau de John. Kowalski la regarda.
-Julian : Je suis suppose la connaitre ?
-Stillman : Oui. Elle vous a suivie sur Kensington avenue. Elle vous a demande de laisser son amie quitter votre établissement. Devinez quoi ? Tatiana a été assassinée quelques semaines après.
-Julian : Et vous pensez que j’y suis pour quelque chose ?
-Nick : Tout comme on pense que vous avez un lien avec la mort de Caroline Dawson.
-Julian : Cette fille a raconte des bobards sur mon compte… Sa plainte, c’était du bidon… Vous savez ce que je pense ? Vous n’avez rien contre moi, à part de maigres suppositions qui ne tiendront pas longtemps devant un jury… D’ailleurs, si vous m’inculpiez de meurtre, vous deviendriez la risée de la police… Alors cette discussion est terminée, messieurs.
Julian se leva. Stillman le poussa pour qu’il se rasseye.
-Stillman : Non, la discussion se terminera quand je l’aurai décidé. Je peux faire venir un témoin qui vous identifiera comme l’homme que Tatiana suivait… Alors vous allez me dire ce que vous lui avez fait.
-Julian : Je ne lui ai rien fait !! Vous devriez plutôt vous intéresser à sa perfectionniste obsédée de copine !!
-Nick : Développez.
-Julian : Cette Tatiana m’a suivi jusqu’au bar ou j’avais l’habitude de boire, mais je n’étais pas le seul à avoir été suivi…

Sweet (artiste original), Def Leppard (repris en 1994), « Action »
https://www.youtube.com/watch?v=-wsDO2fY09U

En sortant d’un bar, qui se trouve dans un quartier sensible, Julian tombe nez à nez avec Tatiana. Celle-ci tient une épaisse enveloppe, qu’elle tend à Julian.
-Tatiana : Je veux qu’Alexandra Call arrête de travailler dans votre club. Voici cinq mille dollars en liquide,
en compensation…
-Julian : C’est une bonne, tu sais ? Pourquoi je la lâcherai ?
-Tatiana : Vous en voulez plus, c’est ca ? Le double ? Alexandra est mon amie, et je ne la laisserai pas détruire sa vie à cause de vous…
-Julian : D’accord, mais j’en veux cinq mille de plus.
-Tatiana : Pas de problèmes. Je vous reverrai.
-Julian : Je ne lâcherai pas ta copine avant d’avoir eu tout le fric.
Il prend l’enveloppe. A ce moment, Victoria fait son apparition, devant une Tatiana totalement médusée de la voir dans un tel endroit.
-Tatiana : Victoria ??!!?? Qu’est-ce que tu fabriques ici ?? Je croyais que tu étais à la bibliothèque, comme toujours, lorsqu’on n’a pas cours…
-Victoria : Je t’attendais. Notre dossier. L’aurais-tu oublie ?
-Tatiana : Mince !! Oui, c’est vrai !! J’ai complètement oublie, je suis désolée, Vicky.
-Victoria : Je te signale qu’on a pris du retard, par rapport a notre planning. Il faut qu’on avance ou sinon, on aura une mauvaise note…
-Tatiana : Relax, Vic…
-Victoria : NON !! Pas relax !! Ce dossier a un fort coefficient, en d’autres termes, il est ABSOLUMENT HORS de question que je le rate !! Il est totalement exclu qu’un C figure dans mon bulletin, parce que sinon c’est goodbye Harvard et ma bourse !! Je ne travaille pas avec acharnement pour me taper des misérables notes !! Alors, soit tu te remues, Tatiana, soit je me débrouille toute seule !!


-Julian : Cette fille avait vraiment besoin de décompresser… Votre Tatiana avait de drôles d’amies…
-Nick : Alors comme ca, vous avez pris l’argent de Tatiana ?
-Julian : Cette fille n’avait pas hésité à s’aventurer dans un quartier mal famé. J’ai tout de suite compris qu’il valait mieux que j’accepte son offre ou sinon elle allait me poser des problèmes, d’autant plus que des passants nous ont entendus… Et puis surtout, je n’allais pas refuser du fric…
-Stillman : Alexandra nous a dit qu’elle s’est enfuit en Juin, que vous ne vous lui avez jamais propose de partir.
-Julian : Je l’ai entendu raconter à ses copines que son amie avait été tuée. Alors du coup, j’ai profite de l’avantage et j’ai garde le silence.
-Nick, dégoûté : Oui, vous aviez le fric et la fille…


Poste de police, Mardi, heure du déjeuner :

Lilly s’apprêtait à entrer dans le bâtiment quand elle vit Victoria qui marchait en direction de l’entrée. Lilly la rejoignit.
-Lilly : Bonjour, Victoria.
-Victoria : Bonjour, inspecteur. Vous m’avez dit de passer.
-Lilly : Oui, merci d’être venue. Venez, je vous accompagne.


Dans le service des homicides. John parlait avec Ian, qui était venu s’informer de l’avancée de l’investigation.
-John : Je ne peux pas vous parler de l’enquête avec précision, mais elle avance.
-Ian : Et pour cette histoire de Kensington avenue… ?
-John : Rassurez-vous, Tatiana n’en était pas une.
Ian fut soulagé.
-Ian : Je le savais. Merci de m’avoir accordé du temps, lieutenant…
Ian s’arrêta car il venait de voir Victoria entrer avec Lilly. Victoria aperçut l’homme d’affaires.
-Victoria : Ian ??
-Ian : Vicky ?? Ca fait un bail…
-Victoria : Oui… Tu as bonne mine…
Ian voulut lui faire le même compliment, mais cela était impossible. Vicky n’avait pas bonne mine.
-Ian : Et toi… Que deviens-tu ?
-Victoria : Je bosse dans une bibliothèque… Et toi ? Dans la société de ton père ?
-Ian : Oui. Tu m’a manqué… Il faudrait qu’on se revoie… Passe dans nos bureaux.
-Victoria : Euh… Oui, a un de ces jours, Ian. Ravie de t’avoir revu.
Ian serra son amie dans ses bras, puis s’en alla, car il avait des affaires à régler. John le suivit, tandis que Lilly guida Victoria en salle d’interrogatoire. Victoria s’assit.
-Lilly : Je sais que vous avez suivi Tatiana sur Kensington avenue, et que vous étiez très en colère car elle avait oublie votre rendez-vous pour votre dossier.
-Victoria : J’étais perfectionniste…
-Lilly : Je l’ai compris…
-Victoria : Une seconde, pourquoi je suis dans cette salle ? Suis-je un suspect ?
-Lilly : Pourquoi pas ?
-Victoria, nerveuse : Quel aurait été mon mobile ?
-Lilly, tournant autour d’elle : Je ne sais pas… Ah, si, peut-être que Tatiana a encore négligé votre dossier ? Vous ne l’avez pas supporté et vous l’avez tuée, puis vous vous faites passer pour celle qui a découvert son corps dans le local de votre club.
Victoria devint de plus en plus nerveuse. Elle tapait du pied. Lilly profita de cet avantage. Elle se mit a sa droite et lui murmura a l’oreille.
-Lilly : Vous savez, quand j’ai débuté, j’ai été appelée un jour, sur les lieux d’un meurtre. Un lycéen avait été poignardé a mort par son camarade. Vous savez pourquoi ? Ce camarade n’avait pas supporté avoir eu une moins bonne note que lui. On peut tuer pour n’importe quoi. Et vous, Victoria, pourquoi avez-vous tue Tatiana ? Pourquoi l’avoir regardée se vider de son sang ?
Au mot « sang », Victoria se tourna vers Lilly et commença à blêmir. En effet, Victoria venait de remarquer une grosse tache rouge, semblable à du sang, sur le chemisier blanc de Lilly, au niveau du ventre.
-Victoria : Non… Non… Pas ca… Pas de sang…
Lilly ne comprenait pas la raison de cette soudaine frayeur. Elle-même commençait à s’inquiéter.
-Lilly : Qu’est-ce qu’il y a, Victoria ?
Soudain, Victoria se leva brusquement, bouscula Lilly puis la frappa violemment à plusieurs reprises au visage. Victoria ressemblait à une furie, et tout en battant Lilly, elle dit :
-Victoria : Laissez-moi tranquille !! Je ne veux plus voir tout ce sang !!
Lilly ne put se défendre, tant Victoria était enragée. Le détective finit par s’évanouir. Victoria s’arrêta. Elle regarda Lilly, étendue sur le sol, puis entrouvrit la porte. Le bureau était vide car tout le monde était parti déjeuner. Victoria sortit de la salle d’interrogatoire et ferma la porte.


Poste de police, un peu plus tard :

John Stillman retourna à son service. Arrivé dans le bureau, il chercha Lilly du regard, sans succès. Elle était surement encore en train d’interroger Victoria. Stillman se dirigea vers la salle d’interrogatoire. A peine avait-il ouvert la porte qu’il cria : « Lilly !! »


Lilly était assise à son bureau, la main droite apposée sur un pack de glace qui soulageait sa joue gauche et son nez. Stillman la regardait, inquiet. Lilly le rassura. Kat, qui était avec eux, était encore étonnée
par ce qui s’était déroulé.
-Kat : Qu’est-ce que tu as fait pour que Victoria t’agresse ??
-Lilly : Rien du tout ! Tout allait bien quand elle s’est mise à me regarder bizarrement et à dire qu’il y avait du sang, puis elle s’est jetée sur moi…
Will arriva. Il tenait un document dans sa main.
-Will : Le juge Garson nous a donné un mandat pour fouiller l’appart de Victoria. Un flic agressé au poste est un argument de choc…
-Stillman : Il faut aussi qu’on poste une équipe de surveillance, au cas où elle reviendrait chez elle demain. Il ne faut pas non plus oublier de surveiller son portable. Est-ce qu’elle a de la famille ici ?
-Will : Oui. Un frère, Francis. Il vit avec elle. Scotty et moi allons lui parler.
-Stillman : Parfait. Allez-y. Quant à vous, Lilly, je vous accompagne à l’hôpital…
-Lilly : Pourquoi ?? Je vais bien !!
-Stillman : Victoria vient de vous refaire le portrait. Je veux que vous passiez un scanner pour être sur que vous n’avez rien de casse. Et puis, vous n’avez pas le choix.


Domicile de Victoria Tomkins :

Will et Scotty fouillaient le domicile de Victoria, sous l’œil réprobateur de son frère, Francis. Will et Francis étaient dans le salon, tandis que Scotty se trouvait dans une autre pièce.
-Francis : Ma sœur n’aurait jamais fait de mal à qui que ce soit.
-Will : Pourtant, elle a agressé ma collègue.
-Francis : Dans ce cas la, c’est votre collègue qui l’a poussée a bout…
Will regarda férocement Francis, qui ne fléchit pas.
-Francis : Est-ce que le fait d’avoir frappé votre collègue constitue la preuve que ma sœur a tué Tatiana Jarrows ?
-Will : En tout cas, ce genre de réaction nous amène à nous poser des questions…
Scotty arriva à ce moment. Il tenait des boites de médicaments.
-Scotty : J’ai trouvé des médicaments prescrits pour votre sœur, monsieur Tomkins. Il y en avait plusieurs boites. Des antis dépresseurs. Victoria avait des problèmes ?
-Francis : Comment ne pas en avoir quand vous voyez votre meilleure amie agoniser dans vos bras, avec du sang jaillissant de partout ?
-Will : Victoria suivait un traitement pour troubles post-traumatiques ?
-Francis : Depuis quinze ans. La mort de Tatiana l’a grandement perturbée. Elle a fait plusieurs séjours dans un centre de repos a cause de cela… Cela a détruit sa vie… Est-ce que vous avez fini ?
-Scotty : Pour le moment, oui. Si jamais Victoria revient, vous devez nous appeler, sinon vous seriez complice d’une fugitive.
-Francis, de mauvaise foi : Certainement, inspecteurs…
-Will : Oh, une dernière question. Lors de ses dépressions, est-ce que votre sœur souffrait d’hallucinations ?
-Francis, déconcerté : Euh… Oui… Elle n’arrêtait pas de faire des cauchemars, pendant les quatre années qui ont suivi le meurtre… Elle revoyait Tatiana ensanglantée dans ses bras, et parfois, elle voyait des taches de sang… D’ailleurs, elle ne supporte plus la vision de vêtements rouges…
Scotty et Will se regardèrent.


Poste de police, Mercredi matin :

Scotty vit Lilly arriver au bureau. Elle avait l’air d’aller bien, hormis le fait qu’elle avait un œil au beurre
noir et un sparadrap sur le nez. Scotty lui demanda de ses nouvelles.
-Lilly : T’en fais pas, je vais bien. A-t-on retrouvé Victoria ?
-Scotty : Pas du tout. J’ai épluché ses antécédents médicaux. Elle a effectué quatre séjours a la clinique Roxon pendant les quinze dernières années. Ce qui est étrange, c’est que les tarifs de cette clinique étaient beaucoup trop élevés par rapport au revenu de la famille Tomkins. Le père de Victoria est décédé quand elle était jeune, et sa mère était caissière…
-Lilly : Donc un bienfaiteur lui a payé ses soins…
Nick fit son apparition, avec des dossiers. Quand il vit Lilly, il la regarda avec un air étrange.
-Lilly : Quoi ? Je suis si horrible que cela ??
-Nick : Non… Pas du tout… Tu es sure que ca va ?
-Lilly : Nick, on m’a frappée, pas torturée…
-Nick : Si tu le dis… Au fait, tu te souviens des photos qu’on a retrouvées dans la chambre de Tatiana ?
[Lilly acquiesça.] J’ai fouiné du coté de Kowalski et il s’avère que toutes ces filles ont travaillé, certaines travaillent encore, dans son club. J’ai demandé au labo de retrouver leur identité. Certaines d’entre elles étaient encore mineures en 1994. Tatiana avait flairé le bon filon…
-Scotty : Si Kowalski l’avait découvert, cela aurait été la cata pour son business. Un meurtre et tout serait réglé.


Poste de police, salle d’interrogatoire :

Julian Kowalski regardait les photos trouvées chez Tatiana, que John avait posées sur la table.
-John : Vous avez enfreint la loi, Julian. Vous avez utilise des mineures. Haley Dubbs, 16 ans. Martina Jorgevski, 17 ans. Lola Hicks, 17 ans. Andrea Sparrof, 15 ans. Tatiana Jarrows a pris ces photos, vous l’avez su et vous l’avez éliminée. Dommage pour vous, nous avons retrouve les photos. Vous les avez obligées à ce prostituer… Ce genre de choses passe très mal devant un juge…
-Julian, panique: Ok!! J’avoue !! J’ai menti sur l’âge des filles, mais je n’ai jamais tué cette Jarrows !! D’ailleurs, apparemment, je n’étais pas le seul qu’elle espionnait…

Masterboy, « Feel the heat of the night »
https://www.youtube.com/watch?v=CZZeRQhxniM

Un soir, devant le club de Julian. Celui-ci sort prendre l’air et en profite pour faire une pause cigarette. Apres avoir allume une cigarette, il aperçoit Tatiana dans sa voiture. Bien que celle-ci soit garée non loin du club, elle ne pas remarque la présence de Julian. Elle semble fixer quelqu’un qui vient de monter dans une voiture noire, assez distinguée, avec une fille travaillant dans le club. La voiture de l’inconnu démarre, et Tatiana se met à la suivre.

-Nick : C’est tout ce que tu as trouvé pour sauver ta peau ?
-Julian : C’est la vérité. J’ai revu cette scène se répéter quatre ou cinq fois…


Devant le poste de police, au même moment :

Lilly et Scotty prenaient un café.
-Scotty : Toujours aucune piste de Victoria ?
-Lilly : En effet… Pour une fugitive, elle se débrouille pas mal, pour l’instant…
Lilly fut intriguée par une voiture marron qui roulait en faisant des zigzag dangereux. Elle eut raison de s’inquiéter car la voiture s’encastra dans l’un des poteaux situés devant l’entrée du poste de police.
-Scotty : C’est pas vrai…
Les deux détectives coururent vers la voiture. Lilly vint en aide au conducteur et constata que c’était Victoria. Lilly comprit pourquoi Victoria roulait bizarrement : elle était blessée. De toute évidence, une personne lui avait tiré dessus, au niveau du flanc gauche. Lilly ne perdit pas une seconde pour stopper l’hémorragie avec ses mains. Scotty se dépêcha d’appeler les secours. Victoria, les larmes aux yeux, marmonna à Lilly :
-Victoria : Je suis… Je suis désolée… Inspecteur… De vous avoir frappée…
-Lilly : C’est oublié… Ne parlez pas, vous allez vous fatiguer… Tenez bon, les secours arrivent…
-Victoria : Je croyais qu’il allait m’aider… Mais… Il a voulu me tuer…
-Lilly : Qui a voulu vous tuer ?
-Victoria : Je l’ai fait pour lui… Il avait dit que si je parlais, il s’en prendrait à ma mère et a mon frère…
Victoria sortit une douille de sa poche droite.
-Lilly : Est-ce que c’est la balle qui a tué Tatiana ??
-Victoria : Oui…
-Lilly : Victoria, vous connaissiez l’assassin de Tatiana ? Qui était-ce ?
-Victoria : Je… Vous savez… Quand on a l’argent, on a le pouvoir…
Victoria ferma les yeux.
-Lilly : Victoria ?? Victoria !! Allez, je vous en prie, restez avec nous…
-Scotty, posant sa main sur l’épaule de Lilly : C’est fini, Lilly. On ne peut plus rien pour elle…
Lilly était bouleversée.
-Lilly : Mais on peut arrêter son meurtrier. Je vois clair. Le meurtrier de Tatiana a fait pression sur Victoria pour qu’elle garde le silence, ce qu’elle a fait, jusqu'à aujourd’hui. Il a su que nous avions parlé a Victoria, alors il s’est débarrassé d’elle. Mais Victoria a eu le temps de nous apporter un précieux indice.
Lilly prit la douille et la montra à Scotty.


Domicile de Victoria et Francis Tomkins, Jeudi matin :

Francis ouvrit la porte et découvrit Lilly et Will. Il voulut la refermer mais Lilly l’en empêcha.
-Lilly : S’il vous plait, Francis, nous devons vous parler…
-Francis, en rage : Ma sœur est morte cause de vous !! Si vous croyez que je vais vous parler, vous vous mettez le doigt dans l’œil !! Partez !!
-Lilly : Francis, nous sommes navrés pour ce qui est arrivé… Nous voulons arrêter le meurtrier de Victoria… Et nous avons besoin de vous…
-Will : Votre sœur souffrait de troubles post-traumatiques parce qu’elle avait vu son amie agoniser et parce qu’elle connaissait le meurtrier…
-Francis : Alors maintenant, elle est passée au rang de complice ??
-Will : Non, nous n’avons jamais dit cela…
-Lilly : Elle connaissait le coupable, mais celui-ci a fait pression sur elle pour qu’elle ne parle pas… Il l’avait menacé de s’en prendre a vous et a votre mère… Elle a voulu vous protéger… Je vous en prie, Victoria s’est détruite pour vous protéger… Vous pouvez nous aider à lui rendre justice… Ainsi qu’a Tatiana.
-Francis, plus calme : Je… Je ne sais pas comment je peux vous aider…
-Will : Qui a payé le suivi médical de Victoria, Francis ? Vous veniez d’un milieu modeste, or votre sœur a bénéficié des meilleurs psychiatres et cliniques… Nous pensons que c’est quelqu’un qui était proche de vous et qui a profité de sa bonne position financière pour étouffer l’affaire…
-Francis, atterré : Oh mon Dieu… Non… C’est impossible Patrick Bloomsdale s’est occupé de notre famille… Il s’est toujours occupé de notre famille depuis la mort de mon père. Victoria était amie avec son fils, et monsieur Bloomsdale répétait sans cesse a ma mère que Victoria avait le potentiel pour devenir quelqu’un d’exceptionnel, et qu’il allait tout faire pour qu’elle le devienne. Il a payé en grande partie nos études. Il était devenu comme un deuxième père pour nous…
-Lilly : Merci beaucoup, Francis… Merci beaucoup…


Poste de police, Jeudi après-midi :

Kat et John sortaient du bureau de John quand ils virent Lilly et Will arriver.
-Stillman : Lilly, Will, vous tombez bien. Le labo a des résultats pour la douille donnée par Victoria et celle trouvée dans son corps. Elle a été tirée par un revolver Smith&Wesson, modèle 27.
-Kat : Et devinez qui parmi l’entourage de Victoria possède ce type de revolver ?
-Will : Un des Bloomsdale ?
-Kat : Plus précisément a Patrick Bloomsdale, le père de Ian.
-Lilly, repensant à la dernière phrase de Victoria et à la position sociale de Patrick Bloomsdale : Victoria avait raison… Quand on a l’argent, on a le pouvoir…
Le portable de Kat sonna.
-Kat : Inspecteur Miller a l’appareil… Vous êtes sure ??!? Non ! Evacuez le bâtiment, nous arrivons…
Elle raccrocha, puis dit à ses collègues :
-Kat : C’était Jean Keller, la secrétaire de Patrick Bloomsdale. Ian vient de se pointer dans la salle de réunion et a pris son père et le conseil d’administration en otage…
-Stillman : Alors ne perdons pas de temps…


Siege social de BDale, un peu plus tard :

John, Lilly, Kat et Will, en tenue d’intervention, venaient d’arriver et furent accueillis par le chef de la brigade d’intervention, Harry Cross, qui leur expliqua la situation.
-Cross : Le conseil d’administration s’était réuni, et Ian Bloomsdale a interrompu la réunion. Il a relâché tous les membres du conseil, excepte son père.
-Kat : Il va le tuer…
-Cross : C’est ce que je redoute, depuis votre coup de fil… Mais Ian n’a encore rien fait, du moins pour l’instant.
-Lilly : Chef, on doit lui parler…
-Stillman : Lieutenant Cross, a-t-on un moyen de communiquer avec Ian ?
-Cross : Il a débranché tous les téléphones…
-Lilly : Je peux essayer…
-Stillman : C’est trop risqué…
-Will : Nous n’avons pas d’autre choix, chef.
-Cross : Votre équipe a raison. De toute façon, nous avons installé une camera optique dans un conduit d’aération. On pourra voir tout ce qui s’y passe et intervenir au moindre pépin.
-Stillman : D’accord. Vous pouvez y aller, Lilly. Mais d’abord, prévenons Ian par mégaphone.
Cross donna un megaphone a Lilly.
-Lilly : Ian ? Ici Lilly Rush. Nous avons discuté dans votre bureau, il y a quelques jours. Je voudrais vous parler. Je ne suis pas armée. S’il vous plait, laissez-moi vous rejoindre.
Le silence suivit, puis quelques secondes plus tard, la porte de la salle de réunion s’entrouvrit. Lilly avança, les mains en l’air pour prouver ses intentions non belliqueuses. Elle pénétra dans la pièce et vit Patrick Bloomsdale assis sur sa chaise, terrifie, et Ian qui pointait un pistolet, un Smith&Wesson, sur lui. Il dit à Lilly :
-Ian : Fermez la porte, s’il vous plait.
Lilly s’exécuta.
-Ian: Pourquoi êtes-vous venue?
-Lilly : Pour vous empêcher de commettre un meurtre, Ian.
-Ian : Mon père n’aura que ce qu’il mérite… Mais d’abord, je veux qu’il avoue…
-Patrick : Je… Je n’ai rien fait…
-Ian, en colère : ARRETE DE MENTIR !! JE SAIS TOUT !! COMMENT AS-TU PU TUER LA FEMME QUE J’AIMAIS ?? J’ai vu le mail que Vicky t’a envoyé !! [A Lilly] Oui… Vicky lui a envoyé un mail il y a quelques jours mais mon père ne l’a pas effacé. Je posais des dossiers sur son bureau quand je l’ai vu ce matin. Cela m’a intrigué parce que Vicky ne nous a pas contactés depuis des lustres. Je l’ai lu. Elle lui a donné rendez-vous quelque part, pour discuter au sujet de Tatiana… Je suis allé voir Francis, son frère, pour avoir des détails, quand il m’a appris qu’elle avait été assassinée… Du coup, ca a fait tilt… Et je sais que mon père est mêlé à cette histoire. [A son père] As-tu également tué Victoria ?
-Patrick : Non…
-Ian : Tu mens !!
-Lilly : Ian, je vous en prie, ne tirez pas, cela ne servirait a rien… Ne devenez pas un meurtrier. Je comprends votre réaction, mais je vous en supplie, ne faites pas cette bêtise… Faites-le pour Tatiana et Victoria… La place de votre père est dans une cellule, la votre est ailleurs…
-Ian : Mais comment prouverez-vous sa culpabilité ?? Il se payera les meilleurs avocats qui le sortiront d’affaire et il mènera la belle vie…
-Lilly : Nous avons des preuves, Ian. Et l’arme que vous tenez en est une. [Ian parut déconcerté] Oui. Victoria a conservé la balle qui a tué Tatiana. Elle avait traversé son corps, et la balle provient de ce pistolet. D’ailleurs, c’est cette même arme qui a tué Victoria.
-Ian, interloque : Mais pourquoi Victoria a-t-elle fait cela ??
-Lilly : C’est à votre père de nous l’expliquer. Patrick, je sais que Victoria vous a vu sur les lieux du crime. Ensuite, vous l’avez fait chanter. Soit elle vous aidait et vous continuiez à subvenir aux besoins de sa famille, soit elle vous dénonçait et vous arrêtiez de payer ses études, et ceux de son frère… Vos deux familles étaient très proches…
-Ian : Oui… On se considérait comme des membres de la même famille… Oh mon dieu, je m’en souviens… Ce jour la, tu étais allé a ton club de tir… Et ensuite, tu es venu passer un peu de temps avec moi à la fac…
-Lilly : Vous aviez donc l’occasion de passer par le local du Penn Chess Club… Peut-être étiez-vous l’homme que Tatiana suivait au Harbour Club, Patrick… Vous étiez un habitué du club ? Vous avez payé pour des séances ? Vous savez, on pourra demander… C’est le moment de parler… Des preuves accablantes pèsent contre vous.
-Patrick : Tout ce qui est arrivé est de sa faute !!
-Ian : Tu accuses Tatiana ??!!?!
Lilly se rapprocha de Ian pour le calmer.
-Patrick : Elle aurait jamais du me suivre !! Elle allait parlé… Et elle aurait tout détruit…

Patrick longe le couloir et voit de la lumière venant du Penn Chess Club. Il frappe et entre, puis ferme la porte. A l’intérieur, Tatiana est assise dans un canapé, et lit un livre. Un coussin se trouve à sa gauche. Elle sursaute en voyant Patrick.
-Tatiana : Monsieur Bloomsdale ?? Que faites-vous ici à une heure pareille ??
-Patrick : Je suis venu voir mon fils, et j’allais partir quand j’ai vu la lumière. Ian m’a dit que tu ne voulais pas aller à la soirée organisée par gamma omega.
-Tatiana : Je n’en avais pas très envie…
-Patrick : Tu m’as l’air préoccupée. D’ailleurs, tu l’es depuis plusieurs jours… Ian m’en a parlé et cela l’inquiète. Tout va bien ?
-Tatiana : Non, pas vraiment.
-Patrick : Qu’est-ce qui se passe ?
-Tatiana : Ian vous admire beaucoup, et je sais que si je le lui disais, je lui briserai le cœur… [Patrick est étonné] Ne prenez pas cet air étonné, monsieur Bloomsdale, parce qu’il s’agit de vous. Je vous ai vu avec ces strip-teaseuses, dans ce club. Je doute que votre femme soit au courant…
-Patrick : Tu m’espionnes ??
-Tatiana : Je suis tombée sur vous par hasard…
-Patrick : Je vois… C’est en essayant de voler au secours d’Alexandra que tu as découvert mes activités… J’ai vu ton amie à l’œuvre, et je dois admettre qu’elle bouge bien…
-Tatiana, se levant : Il vaut mieux que nous en restions la…
-Patrick, lui barrant le passage de la porte : Oh, non… On ne va pas en rester la, ma petite. Ou crois-tu aller comme ca ? Tu crois que je vais te laisser répandre ca en public ?? Je pourrai faire de même avec Alexandra… Cela passerait très mal auprès de vos camarades… Alex la pute…
-Tatiana : Alexandra n’est pas une pute !!
-Patrick : Quand on est une pute, on le reste pour toujours…
Tatiana se retourne pour sortir par l’autre porte de la pièce. Patrick la rattrape par le bras.
-Tatiana : Mais Lâchez-moi !!
-Patrick : Tu crois vraiment que je vais te laisser m’humilier ?? Tu te trompes…
Patrick pose ses mains sur le cou de Tatiana et commence à l’étrangler. Cette dernière lui donne un coup avec le genou dans l’entre-deux-jambes. Patrick se tord de douleur et lache Tatiana qui tombe. Avant la chute, elle arrache la médaille de Patrick. Celui-ci, voit le coussin. Il le prend et alors que Tatiana essaye de se relever, il le plaque contre elle, sort son pistolet et tire. Tatiana s’écroule. Avant de s’enfuir, Patrick regarde Tatiana et dit :
-Patrick : Echec et mat, ma belle…


Dans le couloir, alors qu’il s’apprête à sortir du bâtiment, Patrick remarque que sa médaille n’est plus autour de son cou. Il rebrousse chemin. Il ouvre la porte du Penn Chess Club et voit Victoria tentant de stopper l’hémorragie.
En le voyant, elle devient soulagée.
-Victoria : Monsieur Bloomsdale, dieu merci vous êtes la. Il faut appeler les secours, Tatiana est…
Elle s’arrête, apercevant le pistolet que Patrick a accroché à sa ceinture. Victoria devient blême, et regarde successivement Patrick puis Tatiana.
Patrick la regarde avec un air menaçant et dit :
-Patrick : Tu dis un seul mot, et toute ta famille se retrouve à la rue. Plus de maison, plus d’assurance, plus d’études.
Il se penche et ramasse la médaille perdu pendant la lutte, et sort.



Epilogue :

Toni Braxton, “Breathe Again”
https://www.youtube.com/watch?v=y_rF38BzdKI

Ian sort de la salle de réunion, accompagné par Lilly, qui tient à présent le pistolet. Des hommes de la brigade d’intervention pénètrent, avec Kat et Will. Ils ressortent un peu plus tard avec Patrick, menotté et escorté par Kat et Will. Patrick regarde son fils. Ian le fusille du regard, puis détourne son regard de celui de son père. Kat et Will font avancer Patrick tandis que Lilly donne l’arme du crime à John et accompagne Ian.

Au poste de police, Nick positionne Julian Kowalski dos contre le mur, et lui fait tenir une ardoise d’identification, puis s’éloigne, pour laisser un policier en uniforme photographier Julian.

Pendant ce temps, au Harbour Club, des policiers en uniforme menottent des hommes et les amènent dans leur voiture de patrouille, tandis que d’autres rassurent et prennent les dépositions de plusieurs jeunes danseuses, surement des mineures pour certaines, sous l’œil de Scotty et Will.

Dans la salle des archives. Lilly et Kat viennent déposer les cartons contenant les rapports sur les meurtres de Tatiana Jarrows et Victoria Tomkins. Kat tient celui de Tatiana et Lilly, celui de Victoria. Apres avoir range le carton, Lilly aperçoit Victoria, au bout de la rangée. Lilly la regarde, se sentant coupable de ne pas avoir pu empêcher son meurtre, puis l’image de Victoria s’évanouit.

Dans un restaurant. Ian, assis à une table, voit Alexandra arriver. Il se lève, lui sourit et les deux amis se prennent dans leurs bras, heureux de se retrouver après tant d’années de séparation. Ensuite, ils s’assoient a la table, et aperçoivent un groupe de quatre étudiants installes a la terrasse, un garçon et trois filles, en train de rigoler. Cette vision leur rappelle les bons moments ou Tatiana, Victoria et eux étaient à la place de ces quatre étudiants.

Domicile de Tim Jarrows. Lilly et Nick sont assis dans le salon de Tim, et lui expliquent ce qui est arrivé a sa fille, et que grâce a elle, la police a pu mettre fin aux activités d’un mac.

Dans un jardin. Ian passe près de plusieurs tables en pierre sur lesquelles des joueurs d’échecs s’affrontent. Il voit soudain, assise a l’une d’elles, Tatiana, qui lui fait signe de la rejoindre. Ian s’approche et s’installe en face de Tatiana. Cette fois-ci, c’est Tatiana qui pose sa main droite sur la main gauche de Ian, et lui sourit. Pour la première fois depuis des années, Ian arbore un visage radieux.


FIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sheperd
S.S.A.
avatar

Féminin Nombre de messages : 2033
Date de naissance : 15/01/1988
Age : 30
Localisation : QuanticOOOO
Personnage préféré : Emily prentiss et David Rossi
Date d'inscription : 26/07/2009

MessageSujet: Re: ECHEC ET MAT (Cold Case)   Lun 6 Sep 2010 - 0:44

Très belle suite! J'ai su que le père de Ian était le suspect! Magnifique fic! Très bien menée! Je suis fan de ton écriture! Alors là, je suis sous le charme. C'est très fidèle à la série, puis on se laisse aller au fil des mots.
Vivement d'autres fics NTACvic, pour moi, tu as du talents. Même beaucoup de talents.
Maintenant, je vais lire l'autre fic de Cold case. sourit1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://agentsheperd.deviantart.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ECHEC ET MAT (Cold Case)   

Revenir en haut Aller en bas
 
ECHEC ET MAT (Cold Case)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Esprits Criminels ConceptForum - Le forum n°1 sur la série! :: Off topic :: Vos autres créations :: Fanfics-
Sauter vers: