Esprits Criminels ConceptForum - Le forum n°1 sur la série!


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [CSI:NY]Behind the Blue Eyes by Lagentillefan

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
lagentillefan
Incendiaire
avatar

Féminin Nombre de messages : 1321
Date de naissance : 10/02/1982
Age : 36
Localisation : A courir après mon inspiration
Personnage préféré : Reid
Loisirs : sériephage,mangavore, gamer et internetophile
Date d'inscription : 23/05/2008

MessageSujet: [CSI:NY]Behind the Blue Eyes by Lagentillefan   Ven 11 Juin 2010 - 23:52

Et voilà une autre fic!!!
Disclaimer:Rien à moi,tout à CBS,excepté les vilains et certains gentils.
__________________________________________

BEHIND THE BLUE EYES



Prologue

Maudits flics ! Maudit Don Flack ! Comment a-t’il fait pour me trouver ? C’est le seul qui y soit arrivé… Enfin, pour le moment, il ne connaît pas mon nom, ni mon visage… Que… ?

1- La protéger avant tout

Don : NYPD ! Lâchez votre arme, vous êtes foutu !

Le coupable grogna et s’enfuit malgré les avertissements du jeune lieutenant Don Flack Jr, tirant quelques coups de feu dans la direction du détective. Don, s’assurant que son suspect numéro un avait cessé de le canarder, se mit à le poursuivre rapidement. Il n’allait pas lui échapper ! Pas cette fois !
L’homme courut aussi vite qu’il pouvait, entendant le jeune détective derrière lui, quand il s’arrêta soudain. Un bruit. Devant lui. Un autre poulet ?
L’homme se cacha précipitamment derrière une benne à ordures et put enfin voir une femme aux cheveux incroyablement bouclés mais armée qui scrutait attentivement les environs. Elle le cherchait…
Attendant qu’elle passe devant sa cachette de fortune, l’homme se précipita ensuite sur elle à la vitesse de l’éclair et l’assomma avant qu’elle ne puisse le voir. Il prit ensuite le corps inanimé de la femme d’un seul bras, l’autre main toujours serrée sur son pistolet, la traînant avec lui quand il aperçut Flack arriver rapidement vers lui. L’homme pointa alors son arme sur la tempe de son otage inconsciente.

Coupable : Arrêtes-toi, Flack, ou je la descends !
Don (inquiet) : Stella ! (le fixant, furieux) Si tu la touches…
Coupable : Tout ce que tu dois faire, c’est être sage et obéissant, d’accord ? Alors, jette ton flingue.

Flack s’exécuta et leva les mains, ne lâchant pas Stella Bonasera de son regard bleu acier. Rien ne devait lui arriver. Surtout pas à elle…C’était une amie bien trop précieuse pour lui…

Don : Voilà. Maintenant, lâche-la !

Don observa intensément l’homme. Il avait enfin un visage à mettre sur le terrible monstre qui avait tué tous ces gens…Et d’une manière tellement atroce…Cela faisait des jours que lui, Stella et Mac Taylor le recherchaient. Malgré les empreintes et l’ADN trouvés sur les différentes scènes de crime, ils n’avaient eu aucune identité, aucune photo. Cet homme était un vrai mystère.
Et là, Don l’avait en face de lui. Mais il menaçait une personne à qui il tenait énormément. Peut-être trop d’ailleurs…

Don (impatient et agacé) : Je suis à ta merci ! Lâche-la !
Coupable : Hmm…J’hésite…

Voyant l’expression sadique et amusée de cet homme, Flack ne put résister plus longtemps. Il finit par agir…inconsidérément. Avec la rapidité d’un félin, le jeune détective se rapprocha du coupable et lui arracha Stella de son emprise. Et quand il vit le pistolet de l’homme se dirigeait vers la scientifique, Don s’interposa…

*

Quelques minutes après, Stella revint à elle, encore un peu sonnée. Elle sentit un poids sur elle. Un corps. Et du liquide chaud coulait sur son chemisier. La scientifique finit par ouvrir les yeux et reconnut le jeune Flack. Et elle identifia enfin le liquide. Du sang. Beaucoup de sang…Comme elle n’était pas blessée, elle releva délicatement la tête du jeune détective posée sur son buste et ses yeux s’agrandirent d’effroi.

Stella : Flack !

_________________

Ava et ban by Ttelle.Merci flower !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dexash
Agent rattaché au BAU
avatar

Nombre de messages : 527
Date de naissance : 16/03/1985
Age : 33
Date d'inscription : 16/10/2007

MessageSujet: Re: [CSI:NY]Behind the Blue Eyes by Lagentillefan   Sam 12 Juin 2010 - 2:50

Hééééé!
Mais je m'insurge contre ce prologue trop court et horrifiant. Je vais en faire des cauchemars maintenant!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claire
Agent de Liaison
avatar

Féminin Nombre de messages : 612
Date de naissance : 04/12/1990
Age : 28
Personnage préféré : Aaron Hotchner
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Re: [CSI:NY]Behind the Blue Eyes by Lagentillefan   Sam 12 Juin 2010 - 10:29

Eh ben, sauf twist, ça démarre fort ! La suite !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lagentillefan
Incendiaire
avatar

Féminin Nombre de messages : 1321
Date de naissance : 10/02/1982
Age : 36
Localisation : A courir après mon inspiration
Personnage préféré : Reid
Loisirs : sériephage,mangavore, gamer et internetophile
Date d'inscription : 23/05/2008

MessageSujet: Re: [CSI:NY]Behind the Blue Eyes by Lagentillefan   Dim 13 Juin 2010 - 4:24

Merci pour vos coms,les filles!! :calin: :calin:
Et la voilà la suite!!
___________________________________________

2- Vivant ?

Mac courait à travers les couloirs du Mount Sinai Hospital. Stella l’avait appelé, totalement affolée et presque incohérente, et l’avait averti que Flack était aux urgences. Mac n’avait pas réussi à obtenir plus d’informations étant donné l’état total de panique de son bras droit et cela l’avait vraiment surpris. Stella était pourtant si forte d’habitude…
Quand l’expert aperçut Stella, il se précipita vers elle pour la réconforter et vit avec stupeur qu’elle pleurait. Son visage était inondé de larmes…Mac était de plus en plus inquiet…

Mac : Stella ! Que s’est-il passé ? Pourquoi Flack est-il ici ?
Stella (sanglotant, complètement paniquée) : Il était sur moi ! Et il y avait du sang ! Son sang ! Partout ! Et il…Sa tête…Il y avait tellement de sang, Mac !
Mac (la prenant par les épaules pour la secouer fermement afin de la calmer) : Stella ! Calmez-vous ! Que s’est-il passé ?
Stella (pleurant toujours et hoquetant) : Je…Je n’en sais rien…J’ai été assommée et…quand je…me suis réveillée…Flack…Il…Ho, Mac, il perdait tant de sang !
Mac (la serrant dans ses bras dans un geste de consolation) : Ça va aller, Stella. Flack est solide. Il va s’en sortir…

Mac continua d’enlacer sa collègue en larmes, caressant gentiment son dos pour la détendre et aussi calmer ses tremblements dus à ses sanglots plutôt forts. Il était surpris par la violence de sa réaction mais il pouvait comprendre le choc qu’elle avait dû avoir en voyant le jeune détective en sang. Que s’était-il donc passé pour que Flack se retrouve aux urgences ?
Plus tard, un médecin, le docteur David Nelson, se dirigeait vers eux pour leur donner des nouvelles de leur collègue. L’apercevant, Mac se leva et le salua d’une poignée de main, suivi de Stella.

Mac : Je suis le lieutenant Taylor et voici le lieutenant…
Nelson : Bonasera, je sais. On s’est vu tout à l’heure quand on a admis votre ami. Je suis le docteur Nelson, neurochirurgien.
Mac (inquiet) : Neurochirurgien. Il…
Nelson (rassurant) : Ne vous inquiétez pas. Le lieutenant Flack est vivant. On peut dire qu’il a la tête dure, malgré la puissance des coups qu’il a reçus.
Stella (intriguée) : Des coups ? Mais notre suspect avait un 9 mm….
Nelson : Je peux vous assurer qu’il n’a aucune blessure par balle. Juste des traces profondes de coups. Sans doute avec quelque chose de métallique.
Stella (reniflant et essuyant ses larmes) : Une crosse de pistolet ?
Nelson (haussant les épaules) : Possible…
Mac : Il me faudra ses radios. Je ferai des clichés plus tard.
Nelson : Bien. Mais laissez-le se reposer. Votre ami a un traumatisme crânien très sévère et je préfère le garder en observation quelques heures. Il y aura peut-être des conséquences…
Mac : De quel gen…
Stella (l’interrompant) : Peut-on le voir ?
Nelson (souriant, légèrement amusé par son empressement) : Oui. Il est en réanimation, chambre 421, couloir de gauche.
Stella : Merci.

Et sans demander son reste, la scientifique partit précipitamment, à la surprise de Mac et au grand amusement du médecin. L’expert se tourna alors vers ce dernier, voulant excuser l’impolitesse de sa collègue.

Mac : Merci beaucoup, docteur. (montrant la direction où était partie Stella) Désolé pour…
Nelson (levant la main, compréhensif) : Pas grave. Je comprends. Moi aussi, j’ai été amoureux.
Mac : Heu…Doc…
Nelson (continuant) : Elle était vraiment affolée quand elle nous l’a amené ici. Vraiment, l’amour nous rend parfois excessif et incroyablement inquiet. Alors, quand on travaille dans la police…
Mac : Docteur, ils ne sont pas…

Cette fois, ce fut le biper du médecin qui interrompit l’expert. Décidément ! Nelson salua poliment Mac avant de se précipiter vers une nouvelle urgence.
Pensif, le chef de la scientifique finit par rejoindre Stella dans la chambre de Flack et stoppa net face à ce qu’il voyait : la jeune femme pleurait doucement et caressait avec une immense tendresse les cheveux noirs de jais du jeune détective, tout en serrant étroitement sa main dans la sienne. Et elle le regardait avec une telle douceur…

Stella (chuchotant) : Flack, s’il vous plaît, réveillez-vous…

Mac finit par entrer et se trouva une chaise pour s’installer aux côtés du jeune homme. Stella leva à peine les yeux sur lui, ne lâchant pas Flack de ses yeux émeraude, inquiète. Pourquoi ne se réveillait-il pas ?
Comme s’il avait entendu ses pensées, le détective se mit à remuer doucement et gémit de douleur. Sa tête ! Il avait l’impression qu’elle pulsait et qu’elle était à deux doigts d’exploser. Il sentit enfin une main douce qui caressait tendrement son front et une autre main, qui appartenait manifestement à la même personne, serrait fortement la sienne. Puis il entendit une voix. Sa voix.

Don : Stella ?
Stella (se rapprochant de lui sans faire attention) : Oui, je suis là, Flack. Et…
Don (une pointe d’inquiétude dans la voix) : Il ne vous a pas touchée ?
Stella (caressant encore plus gentiment son front et ses cheveux courts) : Non.
Don (souriant, rassuré) : Très bien. (bas à lui-même) J’ai réussi…
Mac : Flack, qu’est-ce qui s’est passé ?

Flack tourna la tête vers Mac et se décida à ouvrir les yeux, espérant que les néons n’étaient pas trop puissants. A chaque fois qu’il se retrouvait à l’hosto et qu’il se réveillait, il avait droit aux petites lumières devant ses yeux. Et ce n’était pas très agréable…
Le jeune détective ouvrit donc lentement ses paupières. Mais…

Don (de la panique dans la voix) : Mac…Stella…Je ne vois rien…

_________________

Ava et ban by Ttelle.Merci flower !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dexash
Agent rattaché au BAU
avatar

Nombre de messages : 527
Date de naissance : 16/03/1985
Age : 33
Date d'inscription : 16/10/2007

MessageSujet: Re: [CSI:NY]Behind the Blue Eyes by Lagentillefan   Dim 13 Juin 2010 - 9:50

Ca y est... je comprends le pourquoi du comment du titre...OMG
Mon pauvre Donnie!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claire
Agent de Liaison
avatar

Féminin Nombre de messages : 612
Date de naissance : 04/12/1990
Age : 28
Personnage préféré : Aaron Hotchner
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Re: [CSI:NY]Behind the Blue Eyes by Lagentillefan   Dim 13 Juin 2010 - 11:18

Ah l'angoisse ! Donc il échappe à la balle dans la tête, mais les coups l'ont rendu aveugle ?! Hâte de voir la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lagentillefan
Incendiaire
avatar

Féminin Nombre de messages : 1321
Date de naissance : 10/02/1982
Age : 36
Localisation : A courir après mon inspiration
Personnage préféré : Reid
Loisirs : sériephage,mangavore, gamer et internetophile
Date d'inscription : 23/05/2008

MessageSujet: Re: [CSI:NY]Behind the Blue Eyes by Lagentillefan   Lun 14 Juin 2010 - 2:17

Merci pour vos coms!! flower flower
et tadaa!la suite!!
____________________________________

3- Aveugle

Mac et Stella se figèrent de stupeur aux dernières paroles de Flack. Le traumatisme l’aurait rendu…Mais ses yeux avaient gardé la même teinte bleue. Ils semblaient normaux… Pourquoi ?
Flack, croyant d’abord à un effet secondaire de ces maudits anesthésiants ou autres trucs qu’on lui avait injectés dans les veines, referma les paupières et respira à fond, histoire de bien se réveiller. Le jeune détective rouvrit délicatement les yeux pour voir…rien. Que du noir. Le noir total. Affolé, il tourna la tête en tout sens et remua les bras à la recherche d’un point rassurant où s’accrocher.

Don : Stella, Mac…Je…Je suis aveugle…Je…

Une main douce et fine saisit tendrement l’une de ses mains pour ensuite la poser sur quelque chose de doux. De la peau…Une joue…

Stella (frottant sa joue contre la main de Don) : Mac est parti chercher le médecin, Flack. Ne vous inquiétez pas, je suis sure que ça va s’arranger.

Le jeune homme sentit pourtant une larme couler sur sa main. Stella était inquiète ? Lui mentait-elle sur son état de santé ?

Don : Alors, pourquoi pleurez-vous, Stella ?
Stella (protestant) : Je…Je ne pleure pas…
Don (essayant de faire de l’humour) : Je suis peut-être aveugle, mais mes quatre autres sens sont excellents. J’ai bien senti vos larmes sur ma main…
Stella (essuyant ses yeux) : Je…Je suis tellement désolée, Flack…
Don (surpris) : Pourquoi ? Ce n’est pas votre faute.
Stella (avec véhémence) : Si ! Si j’avais été plus prudente dans cette maudite ruelle, vous…
Don (l’interrompant, prenant son visage entre ses mains pour le rapprocher du sien) : J’ai fait ce qu’il fallait, Stella. Il allait vous tuer si je ne lui obéissais pas. Et je ne veux surtout pas vous perdre ! Vous m’êtes bien trop précieuse…

Le détective préféra éviter d’ajouter que sa vue était un prix bien faible pour la vie de Stella. Et il s’était rendu compte qu’il ne ressentait pas que de l’amitié envers la scientifique, mais quelque chose de beaucoup plus fort…Seulement, il valait mieux qu’il le garde pour lui. Elle ne le voyait que comme un ami voire un petit frère intrépide…

Stella : Flack…Je…

Flack ne s’en rendait pas vraiment compte mais leurs visages n’étaient séparés que par quelques centimètres. Stella trouva d’ailleurs cette soudaine proximité très…troublante. Et sans qu’elle sache pourquoi, son regard émeraude se fixa sur les lèvres fermes du jeune détective. Une subite envie, vraiment irrésistible, de les goûter, de les embrasser traversa son esprit. Une envie qu’elle voulait assouvir, qu’elle décida d’assouvir…Stella approcha lentement son visage pour réduire l’écart qu’il y avait entre eux quand Mac et le docteur Nelson débarquèrent dans la chambre. La scientifique se recula avec une telle brusquerie qu’elle tomba de sa chaise, son postérieur heurtant brutalement le sol. Elle allait avoir un bel hématome…

Don (inquiet, ayant perdu le contact tactile) : Stella ?
Nelson : Lieutenant Flack. Je suis le docteur Nelson. Votre collègue m’a dit que vous ne voyez pas.
Don (se tournant vers la voix, sarcastique) : En effet. Je ne serai pas entrain de chercher ma collègue à tâtons sinon…
Mac (sévèrement) : Flack !
Don (avec une moue boudeuse) : Désolé…

Vraiment, c’était plus fort que lui. Flack détestait les hostos, les toubibs, les piqûres… Bref tout ce qui concernait le milieu médical…Enfin, actuellement, il devait les laisser le soigner…

Nelson : Pas de problème. Ecoutez, lieutenant, votre cécité ne devrait qu’être temporaire.

Flack haussa les sourcils au verbe « devrait »…Mauvais ça…

Stella (s’étant relevée et réinstallée sur sa chaise, reprenant la main de Flack, le surprenant) : Comment ça « devrait » ?

Tiens, la scientifique disait tout haut ce qu’il pensait. Marrant…

Nelson : Les chocs qu’a reçus votre ami ont été vraiment violents, créant sans aucun doute des hématomes sub-crâniens et compressant ainsi les zones concernant sa vue.
Don (soupirant et faisant une moue agacée) : Heu…Et en termes simples…

Ça aussi, ça l’agaçait. Les médecins et leur jargon incompréhensible qu’ils sortaient à tout bout de champ, certainement pour montrer leur intelligence supérieure…

Stella (souriant, caressant sans y prendre garde son front) : Disons que vous avez des bosses dans la tête qui vous empêchent de voir. Il faut attendre qu’elles se résorbent.
Don : Merci. Et ça va prendre combien de temps ?
Nelson : Je l’ignore. Quelques jours ou quelques semaines. Le cerveau humain est encore un mystère pour nous…

« Tiens donc ? » pensa ironiquement Flack. « Il y a quelque chose que vous ignorez… » Le détective entendit Stella rire.
En voyant le regard bleu de Flack exprimait son exaspération, la scientifique n’avait pas pu s’empêcher de rire. Elle avait une vague idée de ce qu’il devait penser…

Don (reprenant la discussion): Vous avez sous-entendu que je pourrais rester aveugle. Pourquoi ?
Nelson : Vos lésions seront peut-être trop graves…Seul le temps nous le dira…
Don (soupirant) : Génial…

Flack était sous le choc. Aveugle ! Comment allait-il pouvoir exercer son métier ? Et protéger Stella ? Et puis, même les choses simples allaient se compliquer…Et lui qui préférait se débrouiller seul…
Le détective sentit soudain un bras entourer ses épaules et l’attirer contre un corps… féminin. Des lèvres douces se posèrent sur sa tempe brièvement mais avec tendresse et une main caressa les cheveux présents sur sa nuque avec gentillesse.

Stella : Je vais vous aider, Flack…Je serai vos yeux…
Don (essayant de s’écarter d’elle, troublé) : Stella, vous n’êtes pas…
Stella (fermement) : J’y tiens…

Vaincu, Don se laissa aller dans l’étreinte chaleureuse de Stella. Il était si bien contre elle, comme s’il était revenu à bon port. Et si…
Mac observa ses deux collègues, un sourcil levé, avec étonnement puis haussa les épaules. Ce n’était pas à lui de s’occuper de ça, sauf si ça se ressentait dans leur travail… Travail. Un fait revint à l’esprit de Mac.

Mac : Flack, avez-vous vu notre coupable ?
Don (toujours contre Stella, ne voulant pas quitter la chaleur réconfortante de ses bras, se délectant de sa présence) : Heu…Oui…Mais je pense qu’on va avoir un problème…

*

Aveugle… Ça arrange bien mes affaires. Mais si c’est provisoire, il va falloir que je me débarrasse de cette menace. Don Flack, tu es ma prochaine proie…

_________________

Ava et ban by Ttelle.Merci flower !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claire
Agent de Liaison
avatar

Féminin Nombre de messages : 612
Date de naissance : 04/12/1990
Age : 28
Personnage préféré : Aaron Hotchner
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Re: [CSI:NY]Behind the Blue Eyes by Lagentillefan   Lun 14 Juin 2010 - 10:37

Argh pauvre Don, ça promet ! J'espère pour lui que ça ne sera que temporaire, car sinon, il ne pourra sans doute pas continuer son travail ! Il sera certainement toujours the "knight in shining armour" de Stella mais quand même ^^ ! Hâte de voir la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dexash
Agent rattaché au BAU
avatar

Nombre de messages : 527
Date de naissance : 16/03/1985
Age : 33
Date d'inscription : 16/10/2007

MessageSujet: Re: [CSI:NY]Behind the Blue Eyes by Lagentillefan   Lun 14 Juin 2010 - 18:17

la vue... voilà bien un sens dont j'aurais du mal a accepter la privation...Stella serait-elle prête à devenir infirmière? angel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lagentillefan
Incendiaire
avatar

Féminin Nombre de messages : 1321
Date de naissance : 10/02/1982
Age : 36
Localisation : A courir après mon inspiration
Personnage préféré : Reid
Loisirs : sériephage,mangavore, gamer et internetophile
Date d'inscription : 23/05/2008

MessageSujet: Re: [CSI:NY]Behind the Blue Eyes by Lagentillefan   Mar 15 Juin 2010 - 1:31

lol! Dexash!
Merci pour vos coms!! merci1 merci1
Et sans plus attendre,la suite!!
______________________________________________

4- Un rapide bilan

Mac revint au laboratoire après son passage à l’hôpital et une conversation avec Flack sur les derniers évènements. Il interpella Danny Messer afin que ce dernier l’assiste pour résoudre cette enquête. Le jeune expert, sentant l’empressement de son patron, le rejoignit rapidement et le suivit dans son bureau.

Danny (inquiet) : Comment va Don ?
Mac (hésitant) : Bien…Si on peut dire…Il est aveugle…
Danny (atterré) : Aveugle ?!
Mac (se voulant rassurant) : C’est probablement provisoire, d’après le médecin. Le tueur a frappé vraiment fort…

Les paroles de Mac ne rassurèrent pas vraiment Danny. Et le « probablement » encore moins…Si Don restait aveugle, il ne pourrait plus exercer son métier…Du moins, sur le terrain.

Danny : Pourquoi notre coupable s’est-il déchaîné sur lui ?
Mac : Flack a protégé Stella…Et il l’a vu.
Danny (ravi, souriant) : Il l’a vu ?! Mais c’est génial !
Mac (grimaçant) : Pas vraiment…Flack ne peut pas nous aider à faire un portrait-robot précis…
Danny (intrigué) : Co… (soupirant en roulant des yeux, comprenant) Ah oui…Il ne pourra pas voir s’il faut faire des rectifications… Alors, qu’est-ce qu’on a au final ?
Mac : Une vague description. Homme blanc de corpulence moyenne, entre 1m80 et 1m90, cheveux châtain clair et yeux gris. Visage plutôt carré…
Danny : Et Stella ? Elle…
Mac : Elle ne l’a pas vu. Elle s’occupe de Flack…Et va le protéger aussi…
Danny (surpris) : Le protéger ?
Mac : Si notre meurtrier apprend que le seul homme à pouvoir l’identifier est encore en vie…
Danny (soupirant) : Il va essayer de s’en débarrasser…Ok…Don le sait ?
Mac (haussant un sourcil, avec un petit sourire) : Tel que je le connais, il doit s’en douter…
Danny (levant les yeux) : En effet…Mais Stella seule ne suffira pas…
Mac : Je sais. C’est pourquoi j’ai envoyé Kaile Maka, Hawkes et deux agents dans l’appartement voisin de celui de Flack. Il est inoccupé actuellement.
Danny : Ça tombe bien. Mais pourquoi Sheldon est-il assigné à la surveillance ?
Mac : Il est médecin. Si l’état de santé de Flack se dégrade…
Danny : Je comprends…
Mac : Bon. Appelez Lindsay. Nous, nous allons inspecter la ruelle où on a retrouvé Flack et Stella et elle va examiner leurs vêtements. Si le tueur a été si proche d’eux, il a peut-être laissé des traces…
Danny : C’est comme si c’était fait.

En voyant son subalterne sortir aussi rapidement de son bureau, Mac se mit à sourire : Danny n’allait rien laisser lui échapper…Son meilleur ami était concerné et le jeune expert avait déjà perdu trop de gens auxquels il tenait. Flack n’en ferait pas parti…

_________________

Ava et ban by Ttelle.Merci flower !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claire
Agent de Liaison
avatar

Féminin Nombre de messages : 612
Date de naissance : 04/12/1990
Age : 28
Personnage préféré : Aaron Hotchner
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Re: [CSI:NY]Behind the Blue Eyes by Lagentillefan   Mar 15 Juin 2010 - 11:31

Ah, le labo est sur le sentier de la guerre lol ^^ ! Hâte d'en apprendre plus sur l'homme qui a blessé Flack.
Sinon, je vois très bien Danny doubler les efforts pour trouver qui s'en est pris à son ami et collègue !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dexash
Agent rattaché au BAU
avatar

Nombre de messages : 527
Date de naissance : 16/03/1985
Age : 33
Date d'inscription : 16/10/2007

MessageSujet: Re: [CSI:NY]Behind the Blue Eyes by Lagentillefan   Mar 15 Juin 2010 - 18:10

+1 Claire!
On touche pas à la familia! Grrrrrr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lagentillefan
Incendiaire
avatar

Féminin Nombre de messages : 1321
Date de naissance : 10/02/1982
Age : 36
Localisation : A courir après mon inspiration
Personnage préféré : Reid
Loisirs : sériephage,mangavore, gamer et internetophile
Date d'inscription : 23/05/2008

MessageSujet: Re: [CSI:NY]Behind the Blue Eyes by Lagentillefan   Mer 16 Juin 2010 - 1:26

Merci pour vos reviews les filles!!
Allez,zou,la suite!!
_______________________________________

5- Maladresse et réactions…déplacées ?

Stella et Flack étaient enfin arrivés chez le détective. La scientifique le guida puis le fit asseoir sur le canapé avant de se diriger vers la cuisine pour chercher de quoi faire pour dîner. Elle vit soudain Don se lever du coin de l’œil et fronça les sourcils, intriguée et inquiète.

Stella : Flack ? Qu’est-ce que vous… ?
Don (soupirant) : Je veux juste prendre une douche…
Stella (s’apprêtant à le rejoindre) : Attendez. Je vais vous y ame…
Don (exaspéré) : Non. Je peux me débrouiller seul. C’est chez moi, je sais où je vais…
Stella (la voix pleine de sollicitude) : Flack…
Don (déterminé) : N’insistez pas, Stella…S’il vous plaît…
Stella (soupirant, vaincue) : D’accord…

Flack soupira lui aussi. Il n’aimait pas être aussi dépendant à quelqu’un. Avec cette cécité soudaine, il avait l’impression d’être un poids. Et il ne voulait surtout pas en être un… Surtout pour Stella. Elle n’avait pas à supporter ça. Le détective se targuait d’être indépendant et fonctionnel, s’étant débrouiller seul pour sa carrière dans la police, se trouver des petits boulots quand il était plus jeune ou se payer ce qu’il voulait. Il ne voulait être à la charge de personne. Mais ce handicap, s’il subsistait, allait changer sa vie…Et il ne voulait pas y mêler Stella.
La scientifique garda un œil sur le jeune homme, le voyant évoluer prudemment dans son salon, les mains tendues vers l’avant pour sentir le moindre obstacle qui pourrait se trouver sur son chemin, et Flack finit par atteindre sa chambre.
Stella entendit l’eau de la douche couler cinq minutes après et se mit à préparer le repas, rassurée. Dix minutes plus tard, elle entendit un bruit sourd puis Flack se lancer dans une flopée de jurons plus fleuris les uns que les autres. Alarmée, la scientifique se précipita dans la salle de bain et y trouva le jeune détective trempé, assis sur le sol carrelé…et totalement nu ! Stella sentit ses joues s’enflammer et rougir et une chaleur intense l’envahir, n’oubliant pas une seule miette de son organisme. Elle savait qu’elle aurait dû détourner le regard pour ménager la pudeur de son jeune collègue mais sa raison et son cœur étaient actuellement en conflit. Et c’est ce dernier qui gagna…
La scientifique ne put donc s’empêcher de détailler le corps musclé de Flack, se mordant la lèvre. Vraiment, Stella, ce n’était pas bien. Pas bien du tout…
Le regard émeraude de la scientifique vagabonda avec envie et gourmandise sur le corps nu et offert bien malgré lui. En effet, Flack ne l’avait pas entendu arriver et continuer à jurer, tentant de se relever mais ne trouvant pas de prise…Il était maudit !
Stella commença son examen minutieux par le beau visage du détective. Elle le voyait tous les jours, mais là, comme ça, les cheveux trempés, elle le trouvait…des plus désirables. Ses beaux et doux cheveux noirs de jais, ses sourcils bien dessinés, son nez parfait, ses lèvres qui semblaient fermes et tendres et surtout ses magnifiques yeux bleus…Même s’ils ne voyaient plus, ils avaient gardé leur jolie couleur et exprimaient parfaitement les sentiments de Flack_ ici, l’agacement et l’exaspération. La scientifique s’attaqua ensuite à l’observation précise de son corps. Son cou puissant, ses épaules solides, certainement délicieux à embrasser et à mordiller, ses bras musclés qui l’entoureraient sans aucun doute avec force mais aussi avec une certaine tendresse, elle en était sure, et ses mains, qu’elle voulait sur son visage, sur son corps entier, caressantes et fortes. Elle reporta son attention sur son torse : ses pectoraux fermes et ses abdominaux bien dessinés. Elle voudrait tant les toucher, vérifier s’ils étaient comme elle avait l’impression de les voir, durs et musclés. Elle continua sur les longues jambes, les cuisses parfaites et les mollets joliment sculptés. Le détective avait vraiment de jolies jambes… Puis Stella termina son inspection sur une certaine partie de l’anatomie du détective et poussa une petite exclamation de…surprise ou de satisfaction. Et là, Flack l’entendit.

Don : Il y a quelqu’un ?
Stella (rougissant de son audace) : Heu…Oui…
Don (s’empourprant, embarrassé) : Stella ? Vous êtes là depuis…Oh, merde !

Le détective chercha désespérément de quoi se couvrir mais ne réussit qu’à se cogner la main sur le coin de son lavabo, se remettant à jurer.
Stella s’approcha de lui, ne pouvant s’empêcher de rire de son vocabulaire argotique original, et prit une serviette.

Stella (pouffant) : Attendez, je vais vous rendre plus…décent.
Don (virant au rouge vif, plaintif) : C’est pas vrai…
Stella (taquine et malicieuse) : Vous êtes très beau, Flack. Ne soyez pas complexé…Surtout pas…
Don (comprenant le sous-entendu, virant carrément au cramoisi) : Ce…Ce n’est pas ce que je… (l’entendant rire) Vous vous moquez de moi ?
Stella (du ton le plus innocent possible, finissant par le couvrir après un dernier coup d’oeil) : Moi ? Noooon…
Don (grommelant) : Stella…

Stella continua de rire alors que le détective finit par se relever, enroulant la serviette autour de sa taille, et fonça ensuite en direction de sa chambre…Du moins, c’est ce qu’il voulait faire…Flack rentra dans Stella et tous deux s’étalèrent sur le sol.

Don (râlant de sa maladresse) : Putain, j’en ai marre !

Stella n’aurait pas dit ça sur le moment…Elle se retrouvait sous le détective, encore mouillé et toujours très excitant, et put sentir son corps ferme contre le sien. Flack était vraiment parfait et la scientifique s’en délecta, glissant sans y prendre garde ses mains sur le dos du jeune homme. Hmm, il avait un dos puissant…Elle s’interrogea sur la dernière partie de son corps qu’elle n’avait pas encore vu…Oserait-elle vérifier ?

Don (troublé par ce contact, essayant de garder une certaine contenance) : Heu…Stella, ça va ? Je ne vous ai pas fait mal ?
Stella (se reprenant, un peu à regret) : Heu…Non, non. Tout va bien. (sentant un détail qui n’était pas là quelques instants plus tôt, haussant les sourcils, surprise et amusée, sur un ton malicieux) Vous aussi, on dirait…

A ces mots, Flack se redressa brusquement, rougissant de honte, et perdit sa serviette, restée accrochée à la ceinture de Stella. La scientifique poussa une exclamation de surprise et se cacha les yeux, voulant préserver le peu de pudeur qui restait au jeune détective, puis écarta un peu les doigts pour regarder un petit peu, taquine. « Détective Flaaack » pensa-t’elle, amusée et impressionnée. Mais qu’est-ce qu’elle faisait ?

Don (se sentant maudit) : Mais c’est pas vrai !

Le détective chercha à tâtons sa serviette et toucha accidentellement la poitrine de Stella. Il l’avait juste frôlée mais le corps entier de la scientifique se mit à tressaillir à ce léger contact.

Stella (surprise et embarrassée) : Flack !
Don (retirant sa main, rougissant) : Pardon !
Stella (se redressant un peu) : Laissez-moi faire…

Flack grommela, disant adieu à sa décence, pendant que la scientifique décrocha la serviette de la boucle de sa ceinture et lui remit autour de la taille, sentant son odeur masculine au passage et détaillant encore un peu son corps viril et musclé. Elle voulait le toucher…Mon Dieu, elle perdait la tête…Flack lui faisait perdre la tête…

Stella (inspirant à fond pour se reprendre, se levant enfin) : Allez, Flack, debout. Le repas va être vraiment froid. Vous devez manger.
Don : Je dois surtout m’habiller…
Stella (ne pouvant s’empêcher d’exprimer sa déception) : Vraiment ?

Puis la jeune femme porta la main à sa bouche. Non, elle n’avait pas osé dire ça…
Flack la fixa de son regard bleu, stupéfait. Avait-elle vraiment dit ce qu’il venait d’entendre ? Voulait-elle… ?

Don : Pardon ? (hésitant et balbutiant) Stella, vous…vous plaisantiez ?

Excellente question…Stella se mit à réfléchir quelques instants, l’observant minutieusement. Elle pouvait voir de l’espoir dans ses beaux yeux bleus, mais aussi de la peur. Flack craignait sa réponse. Mais au final, que ressentait-elle pour lui ? De l’amitié ? Non…C’était autre chose. Quelque chose de beaucoup plus fort. Un sentiment qu’elle ne s’attendait pas à ressentir envers le jeune détective : de l’amour…
Stella se sentait vraiment idiote…Dire qu’il avait fallu attendre que Flack la protège et se retrouve aveugle pour qu’elle s’en rende compte…

Don (s’inquiétant de ne plus entendre la scientifique) : Stella ?

Le jeune détective sentit soudain deux mains douces et fines prendre délicatement son visage et le mener vers…des lèvres. Des lèvres tendres et fruitées. Des lèvres qui appartenaient à Stella…
Leur premier baiser fut chaste et bref mais ô combien délicieux pour Don. Tout son corps avait été parcouru par un long frisson et le désir, qu’il avait réprimé, se rappela à lui. Le jeune homme sentit un front se poser sur le sien et l’une des mains se glisser sur son cou.

Stella (avec une pointe d’impatience et de désir dans la voix) : Don ? Est-ce que tu as faim ?

Ha ? Il y avait du changement…Stella le tutoyait et l’appelait par son prénom, maintenant. C’était de très bon augure…

Don (sensuellement, sa voix devenue grave) : Pas de nourriture…
Stella (souriant, caressant sa joue avec tendresse) : Parfait…

*

J’ai trouvé où tu vis, Donald Flack Jr. Profites bien de ton dernier jour…Le temps que je grimpe à ton étage…

_________________

Ava et ban by Ttelle.Merci flower !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dexash
Agent rattaché au BAU
avatar

Nombre de messages : 527
Date de naissance : 16/03/1985
Age : 33
Date d'inscription : 16/10/2007

MessageSujet: Re: [CSI:NY]Behind the Blue Eyes by Lagentillefan   Mer 16 Juin 2010 - 7:10

Naon! Ils ont été suivis?M'enfin?!?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claire
Agent de Liaison
avatar

Féminin Nombre de messages : 612
Date de naissance : 04/12/1990
Age : 28
Personnage préféré : Aaron Hotchner
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Re: [CSI:NY]Behind the Blue Eyes by Lagentillefan   Mer 16 Juin 2010 - 10:57

Mdr ! Juste au moment où ils réalisent qu'ils sont très intéressés l'un par l'autre, on apprend que le type qui a blessé Flack va le trouver ? Suspense !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lagentillefan
Incendiaire
avatar

Féminin Nombre de messages : 1321
Date de naissance : 10/02/1982
Age : 36
Localisation : A courir après mon inspiration
Personnage préféré : Reid
Loisirs : sériephage,mangavore, gamer et internetophile
Date d'inscription : 23/05/2008

MessageSujet: Re: [CSI:NY]Behind the Blue Eyes by Lagentillefan   Jeu 17 Juin 2010 - 1:59

Merci pour vos coms,les filles!! :calin: :calin:
Voilà la suite!!
ATTENTION!!!CHAPITRE PAS POUR LES MINEURS!!!
________________________________

6- Le jeu de l’amour et du toucher

Stella avait guidé Flack jusqu’à son lit et l’avait fait s’y asseoir, lui ayant retiré sa serviette au préalable. Don se sentait à la fois gêné et vulnérable ainsi, nu et aveugle, ignorant ce que préparait Stella. Il entendit juste de doux froissements puis des pas légers qui semblaient s’approcher vers lui. Soudain, il la sentit lui prendre les mains avec délicatesse pour ensuite les poser sur son visage. Un visage qu’il aurait aimé voir…

Don : Stella ?
Stella : Comme tu ne vois pas actuellement, je veux que tu me découvres…autrement. Touche-moi…Caresse-moi…N’oublie pas une seule parcelle de mon corps…

A ces mots, Flack sentit son désir augmenter en flèche et finit par faire ce que lui demandait Stella. Il ferma les yeux et fit doucement glisser ses mains sur son front. Mais deux doigts vinrent caresser doucement ses paupières puis ses sourcils.

Stella : Ouvre les yeux, Don. Je veux voir tes si beaux yeux bleus…

Don s’exécuta, restant toujours dans le noir total, et explora lentement le visage de Stella du bout des doigts, donnant une sensation sensuelle à sa caresse pourtant innocente. Il sentit ses sourcils fins, puis ses paupières et ses longs cils, arriva sur son nez fin et droit_ un nez très grec_ et atteignit ses lèvres douces, si douces…

Don : Stella, je veux t’embrasser…
Stella : Pas encore…Finis mon visage au moins…
Don : D’accord…

Le détective caressa doucement les contours de son beau visage et trouva enfin sa belle chevelure bouclée. Puis il descendit voluptueusement sur son cou et ses épaules, qu’il massa un peu, la relaxant et lui faisant pousser un petit soupir de contentement, et continua ensuite à faire glisser ses mains le long de ses bras pour atteindre ses mains fines, qu’il se mit à serrer tendrement et qu’il porta à ses lèvres pour les embrasser, tout en douceur. Don fit remonter ses mains pour prendre délicatement le visage de la femme qu’il aimait tant et l’amena doucement vers le sien pour s’emparer délicatement de ses lèvres, douces et tendres sous les siennes, et qui avaient un léger goût de cerise, tout en mêlant ses doigts dans la jolie crinière bouclée de sa scientifique.

Stella (s’écartant légèrement de lui, une pointe d’impatience dans sa voix) : Explore-moi… Explore-moi toute entière…

Le jeune détective ne se fit pas prier. Il fit tendrement glisser une nouvelle fois ses mains le long du cou de la scientifique, frôla avec légèreté ses deltoïdes et atteignit sa poitrine menue. Il la caressa tendrement mais avec une main experte, se délectant de la douceur de la peau de Stella. Face à ce geste infiniment tendre et doux, la scientifique poussa une petite plainte et ne put s’empêcher d’enfouir ses doigts dans les cheveux noirs de jais de Don, approchant peu à peu son corps du sien. La scientifique ne pensait pas qu’il pouvait être aussi doux…
Le jeune homme continua sa sensuelle exploration tactile sur le ventre plat et la taille fine de la scientifique, la faisant se rapprocher de lui, descendit sur la jolie courbe de ses hanches et termina sur ses jambes fuselées.

Don : Je peux te voir…

Stella lui sourit amoureusement et frissonna quand Flack fit remonter voluptueusement ses mains tout le long de son corps, se levant en même temps, et les mêla dans ses cheveux incroyablement bouclés. Il rapprocha le corps svelte de la scientifique contre le sien et se pencha prudemment vers elle pour déposer une multitude de baisers sur son visage. La serrant dans ses bras, Don repartit dans une nouvelle exploration du corps aimé de Stella avec ses lèvres et sa langue et la sentit tressaillir sous ses nouvelles caresses plus audacieuses, l’entendant gémir doucement son nom avec satisfaction. Puis il sentit qu’elle le remontait vers son visage et il en profita pour l’embrasser passionnément, encore et encore.

Stella (s’écartant gentiment, les doigts toujours enfouis dans ses cheveux noirs) : Don…A mon tour…

Stella le poussa sur le lit, l’invitant à s’y installer complètement, et le rejoignit rapidement, commençant ses premières caresses sur ses chevilles. La jeune femme caressa sensuellement ce corps qu’elle désirait tant toucher avec légèreté, le faisant frémir de la tête aux pieds, et ses mains furent rapidement suivies de ses lèvres. Elle voulait le rendre fou…
Flack ne savait jamais où Stella prodiguerait ses prochaines caresses et soupirait à chacune d’elle, sentant son désir augmenter de plus en plus et poussant des soupirs de plus en plus forts. La jeune femme finit par se coucher à ses côtés puis le tira doucement pour qu’il se retrouve au-dessus d’elle, caressant son visage avec amour et regardant ses yeux bleus, ses si beaux yeux bleus qui ne voyaient plus…

Stella (la voix pleine de désir et d’envie) : Don…Prends-moi…

Mais Stella lut de l’hésitation dans les yeux bleus intenses de son amant…et aussi de la peur. Pourquoi ?

Stella (inquiète) : Don ?
Don (d’une voix sombre) : Et si je restais aveugle, Stella ? Si je ne pouvais plus jamais voir ? Je ne serais qu’un boulet pour toi…Une charge…Je devrais dépendre de toi et je ne le veux pas…C’est trop à su…
Stella (caressant sa joue avec douceur) : Non, Don. Même aveugle, tu es et tu resteras le même. Tu seras toujours Don Flack Jr, l’homme dont je suis tombée amoureuse…
Don (surpris) : Amour… ?
Stella (riant tristement) : Oui. Et il a fallu que tu perdes la vue pour que je m’en rende compte…C’est tellement stupide…
Don (caressant ses lèvres avant de l’embrasser) : Non…C’est humain…Nous avons bloqué et enfoui ce sentiment en nous par crainte depuis si longtemps…Quand je l’ai vu te menacer puis prêt à te tuer, je n’ai pas hésité. Je n’aurais pas supporté de te perdre, Stella…Mais là, c’est…
Stella : Temporaire. Tu vas voir de nouveau, j’en suis certaine. Et si tu restes aveugle, ce n’est pas grave. Je resterai avec toi quoiqu’il advienne…
Don (ému) : Stella…

Le détective l’embrassa alors passionnément, amoureusement, mêlant sa langue à la sienne avec ardeur, et sentit la scientifique raviver son désir plus intensément avec de subtiles et audacieuses caresses.

Stella : Don…Fais-moi tienne…Totalement, complètement…Et maintenant…

Et Flack s’exécuta. Il entra en elle avec douceur et ne put retenir un gémissement rauque à cette sensation. Il l’entendit pousser une longue et douce plainte à sa manœuvre et la sentit frissonner sous lui, pantelante, nouant ses longues jambes autour de ses hanches et caressant son dos puissant d’une main tandis que l’autre était enfouie dans ses cheveux noirs de jais, rapprochant son visage du sien pour l’embrasser avec faim. C’était une étreinte parfaite…
Don commença à se mouvoir en elle lentement puis le rythme de leurs deux corps liés augmenta crescendo. Les gémissements devinrent des cris. Les cris se transformèrent en purs hurlements de plaisir. Leurs prénoms s’échappaient de plus en plus de leurs lèvres, leurs corps brillaient de sueur sous la lumière de la Lune et leurs mains qui se cherchaient finirent par se trouver. Les doigts se nouèrent et se serrèrent avec force à chaque puissante vague de plaisir qui les submergeait. Leur amour s’exprimait…
Sentant l’arrivée imminente de l’orgasme, Flack enfouit son visage dans le creux du cou de Stella mais celle-ci lui chuchota à l’oreille.

Stella (haletante) : Je veux te voir…
Don (relevant la tête, ne contrôlant plus vraiment sa respiration) : Moi…aussi…Je voudrais…tellement…
Stella (s’arc-boutant contre lui à cause d’un nouveau spasme de plaisir) : Imagine…moi…

Et sans qu’il sache comment, Don y parvint. Il la voyait : son beau visage exprimant son plaisir, ses yeux émeraude brillants emplis de désir et d’amour qui le regardaient, son corps svelte vibrant, humide et impatient…La Stella à laquelle il rêvait si souvent…
Ils atteignirent enfin l’orgasme et hurlèrent une nouvelle fois, se cambrant l’un contre l’autre, leurs deux corps se tendant avec force avant de se relâcher peu à peu. Don s’effondra sur Stella, épuisé, et la sentit le serrer dans ses bras, embrassant tendrement son visage, essuyant les gouttes de sueur qui coulaient le long de ses tempes. Mais l’incertitude était toujours là, dans son cœur…

Don : Pas de regret ?
Stella (avant de l’embrasser) : Pas le moindre…C’était…merveilleux…
Don (taquin) : Attends de voir quand je vais recouvrer la vue…

Stella se mit à rire puis le garda fermement tout contre elle, toujours en elle…Elle aimait cette sensation d’unification…Et justement…

Don (hésitant) : Heu…Un deuxième tour, ça te dit ?
Stella (commençant à onduler sous lui) : D’après toi…

Très satisfait par sa réponse, Flack se mit à l’embrasser avec ferveur. La nuit allait être longue…et très agréable…

*

Cher Flack, tu es bientôt à moi…

_________________

Ava et ban by Ttelle.Merci flower !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dexash
Agent rattaché au BAU
avatar

Nombre de messages : 527
Date de naissance : 16/03/1985
Age : 33
Date d'inscription : 16/10/2007

MessageSujet: Re: [CSI:NY]Behind the Blue Eyes by Lagentillefan   Jeu 17 Juin 2010 - 6:57

Ah, tiens, je crois qu'il vient de trouver le seul "avantage" à ne rien voir : ça exacerbe les autres sens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claire
Agent de Liaison
avatar

Féminin Nombre de messages : 612
Date de naissance : 04/12/1990
Age : 28
Personnage préféré : Aaron Hotchner
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Re: [CSI:NY]Behind the Blue Eyes by Lagentillefan   Jeu 17 Juin 2010 - 10:42

Xd oui, ça l'incite à utiliser d'autres sens ^^ ! Et au moins, ça leur a permis de découvrir qu'ils s'aiment, cette soudaine épreuve... Mais le coupable est toujours dans la nature.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lagentillefan
Incendiaire
avatar

Féminin Nombre de messages : 1321
Date de naissance : 10/02/1982
Age : 36
Localisation : A courir après mon inspiration
Personnage préféré : Reid
Loisirs : sériephage,mangavore, gamer et internetophile
Date d'inscription : 23/05/2008

MessageSujet: Re: [CSI:NY]Behind the Blue Eyes by Lagentillefan   Ven 18 Juin 2010 - 1:16

sourit_vert
Merci pour vos coms,les filles!!Et voilou la suite!!
____________________________________________________

7- Et les voisins ?

Appartement de Madame Jane Higgins.
Jane Higgins était ce qu’on pouvait communément appeler une vieille fille. Agée de 63 ans, elle n’avait jamais été mariée et n’avait jamais rien attendu des hommes. De plus, c’était une femme carrément acariâtre et désagréable qui avait du mal à supporter le bruit. Et son jeune voisin policier, Don Flack, en avait déjà fait les frais…La vie dans un immeuble modeste…
Et justement, alors qu’elle regardait une émission de variétés, la vieille femme entendit des bruits étranges provenant de chez son voisin. Fronçant les sourcils, Jane tendit l’oreille et entendit des voix. Bon. Il devait regarder un film…La vieille dame retourna à son émission quand des cris poussés par une femme arriva à ses oreilles. Intriguée, Jane baissa le son de sa télévision et entendit alors d’autres cris, d’une femme…et d’un homme ! Puis des hurlements…
Se levant d’un bond, Jane se dirigea vers sa porte pour aller dire deux mots à son jeune voisin en grommelant :

Jane : Les jeunes n’ont plus aucun respect…

Alors qu’elle s’apprêtait à tourner la poignée de sa porte, un silence soudain s’abattit. Jane haussa un sourcil et finit par retourner dans son fauteuil pour reprendre tranquillement son émission. Cette tranquillité dura une dizaine de minutes quand un coup violent porté sur le mur mitoyen à celui du jeune policier la fit sursauter et fut suivi d’un retentissant « Oh, putain, Stella ! ». Et les cris reprirent, recouvrant même le son de sa télévision. Furieuse, Jane déboula dans le couloir, fonça sur le seuil de l’appartement de son voisin et frappa à la porte. Elle attendit un bon quart d’heure avant qu’on vienne lui ouvrir. Madame Higgins se trouva alors face à une jeune femme aux cheveux bouclés et enroulée dans un drap.

Stella (un peu essoufflée) : Oui ?
Jane (de mauvaise humeur) : Pourriez-vous cesser ce vacarme ? Sinon, j’appelle la police pour tapage nocturne !
Stella (fronçant les sourcils) : Mais qui êtes-vous ?
Jane : La voisine !

Et Flack arriva, marchant prudemment, nu comme un ver.

Don : Qui était-ce ?
Jane (scandalisée en le voyant déambuler dans le plus simple appareil) : Jeune homme !

Stella, grimaçant, recouvrit rapidement le détective, tout en le plaçant derrière elle, et fit un sourire d’excuse à la vieille dame outrée.

Stella (aimable) : Excusez-le. Il…Il est aveugle…
Jane (vraiment pas contente) : Il doit être sourd aussi. En tout cas, j’appelle la police !
Don : Pour quelles raisons ?
Jane : Tapage nocturne et exhibitionnisme.

Madame Higgins…Décidément, Don commençait à en avoir assez de cette vieille bigote. Il s’était toujours montré gentil et poli jusqu’à maintenant. Mais là, y en avait marre. L’interrompre alors qu’il avait Stella enfin dans les bras…

Don (sachant où elle se trouvait grâce à sa voix nasillarde) : Ecoutez, vieille pie ! Déjà un, si j’ai envie de me balader à poil dans mon appart’, c’est mon droit. Vous n’avez pas à y regarder. Et deux, le tapage nocturne, c’est…Quelle heure est-il, Stella ?
Stella (regardant sur le four) : Heu… 21h30.
Don (embrassant sa joue) : Merci… (revenant à sa voisine) Je disais, le tapage nocturne, c’est à partir de 23 heures. Alors, si j’ai envie de m’envoyer en l’air bruyamment, ça ne vous concerne pas, ok ? Et j’espère que vous avez bien profité de la vue. Je serai le seul homme nu que vous aurez vu de toute votre vie !

Et le détective lui claqua la porte au nez et la vieille dame entendit la jeune femme éclater de rire. Jane était sous le choc. Comment ce freluquet osait-il ?
Furieuse, elle retourna dans son appartement et se rassit rageusement dans son fauteuil. Pauvre d’elle ! Même la loi était contre elle…

*

Appartement inoccupé. Planque de la police de New York.
Alors que Kaile Maka et Sheldon Hawkes mangeaient un peu, les deux agents Cynthia Gables et Michael Redmore étaient chargés de la surveillance. La jeune femme s’occupait de l’écoute tandis que son collègue observait les écrans de surveillance. En effet, plusieurs caméras avaient été placées dans le couloir, le hall d’entrée, l’escalier et la sortie de secours au cas où le coupable tenterait une entrée discrète.
Cynthia entendit soudain un cri, suivi par un autre et encore un autre. Qu’est-ce qui se passait ?

Cynthia (inquiète) : Michael, avertis le lieutenant Maka et le docteur Hawkes. Ils se passent quelque chose chez le lieutenant Flack…
Michael : Ok.

Tout en attendant la détective et l’expert, la jeune femme entendit de nouveaux cris. Mais quelque chose la tracassait : ça ne ressemblait pas à des cris de terreur ou de douleur…
Ça devint silencieux et Kaile la rejoignit enfin, Sheldon sur les talons.

Kaile (sur le qui-vive) : Que se passe-t’il ?
Cynthia (percevant d’autres bruits étouffés et des plaintes, lui tendant les écouteurs) : Ecoutez.

Kaile prit les écouteurs, en passa un à Hawkes et écouta attentivement, les sourcils froncés. Ils entendirent d’abord Stella gémir bruyamment : « Don ! » puis un bruit mat_ un poing frappant une surface dure avec force sans aucun doute_ et enfin Flack crier : « Oh, putain, Stella ! ». Les deux enquêteurs se regardèrent, surpris et amusés à la fois, et tentèrent de se retenir de rire. Manifestement leurs deux collègues et amis avaient trouvé…une occupation des plus agréables…

Cynthia (réellement inquiète) : Est-ce qu’on doit intervenir ?
Kaile (riant aux éclats, les larmes aux yeux) : Oh non ! Surtout pas !
Cynthia (ne comprenant pas) : Mais…

La jeune policière et son collègue ne comprirent vraiment pas. Et puis, pourquoi leurs deux supérieurs étaient-ils en pleine crise d’hilarité ?
Plus tard, alors que Kaile et Hawkes essayaient de reprendre leur sérieux, Michael remarqua de l’activité dans le couloir et réussit à faire cesser net les rires. Intrigués les quatre policiers regardèrent ce qui se passait et Redmore augmenta le son. Ils entendirent alors la conversation conflictuelle entre Flack et sa vieille voisine, faisant repartir Kaile et Sheldon dans leur fou rire. Quelle soirée !
Cynthia était à la fois atterrée et très gênée…d’avoir entendu quelque chose qu’elle n’aurait pas dû entendre…Ni voulu. Et quand elle vit son jeune collègue se foutre d’elle, elle lui balança une gifle retentissante, vraiment contrariée, puis finit par retourner à son travail d’écoute, tout comme son collègue à la joue maintenant douloureuse, et pria que les lieutenants Flack et Bonasera aient fini leurs activités amoureuses…
Sheldon et Kaile finirent par se calmer, essuyant leurs yeux humides de larmes, et reprirent doucement leurs respirations. Ça faisait du bien de rire comme ça. Sacré Flack !

Sheldon (avec un immense sourire) : Danny a manqué quelque chose…
Kaile (pouffant encore) : En effet…Mais tant mieux pour nous. On va pouvoir s’amuser un peu…
Sheldon (comprenant où elle voulait en venir, faisant un sourire plein de malice) : Oh oui !

*

Appartement de Monsieur et Madame Tim Carthrow.
Le jeune couple Tim et Kylie Carthrow fêtaient leur premier anniversaire de mariage en toute intimité et entendirent soudain de l’activité chez leur voisin du dessus. Comprenant ce qui se passait_ ce qui n’était guère difficile avec le bruit que les deux amants faisaient, tous deux se mirent à sourire, amusés et nostalgiques.

Tim : Don s’est enfin trouvé une copine…
Kylie (haussant un sourcil) : Qu’est-ce que tu racontes ? Il en a déjà eu avant…
Tim (riant légèrement) : Non. Je voulais dire une vraie copine. Une petite amie, une relation sérieuse…Il n’est pas si bruyant d’habitude…
Kylie (riant) : C’est vrai. (soupirant) Ça me rappelle comment c’était pour nous, au début…
Tim (surpris) : Au début ? Tu…On…
Kylie (grimaçant gentiment, posant sa main sur la sienne) : J’ai l’impression qu’on s’est installé dans une sorte de routine…
Tim (se levant, avec gourmandise) : Et bien, ça va changer…

Tim s’approcha de son épouse rieuse quand quelqu’un frappa à leur porte. Le jeune homme, grommelant sur cet invité inopportun, ouvrit et sentit des frissons glacials lui parcourir tout le corps. Cet homme qui se trouvait juste en face de lui, sur son seuil, lui faisait vraiment peur. Ce type était vraiment inquiétant…

Tim (déglutissant) : Oui ?
Homme : Don Flack vit ici ?
Tim : Non, c’est au-dessus…
Homme : Ho… (avec un sourire sadique) Désolé pour vous…

*

Et merde ! Je me suis trompé d’étage. Et maintenant, il est trop tard pour agir. Demain…Je t’aurais demain, Don Flack. Mais d’abord, je dois m’occuper de ces témoins gênants…Et t’offrir un beau cadeau…

_________________

Ava et ban by Ttelle.Merci flower !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dexash
Agent rattaché au BAU
avatar

Nombre de messages : 527
Date de naissance : 16/03/1985
Age : 33
Date d'inscription : 16/10/2007

MessageSujet: Re: [CSI:NY]Behind the Blue Eyes by Lagentillefan   Ven 18 Juin 2010 - 7:15

Ho! Nan?
Purée, Don va s'en vouloir à mort...

Sinon, c'est toujours aussi agréable de te lire Very Happy Je suis jalouse Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claire
Agent de Liaison
avatar

Féminin Nombre de messages : 612
Date de naissance : 04/12/1990
Age : 28
Personnage préféré : Aaron Hotchner
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Re: [CSI:NY]Behind the Blue Eyes by Lagentillefan   Ven 18 Juin 2010 - 10:43

Trop drôle la partie où Don et Stella se font griller par Hawkes et Kaile !

En revanche, pour le petit couple de voisin, ça craint beaucoup plus ! Les pauvres, mauvais endroit, mauvais moment (j'imagine qu'ils sont les témoins gênants) !

Et quand je dis "ça craint", rassure - toi, ce n'est pas contre ton écriture ou ton histoire qui sont très agréables à lire ! C'est juste comme quand on regarde une série policière et que les gentilles personnes innocentes du début du zod se font tuer, c'est triste mais ça nous permet de voir nos flics préférés ^^ !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lagentillefan
Incendiaire
avatar

Féminin Nombre de messages : 1321
Date de naissance : 10/02/1982
Age : 36
Localisation : A courir après mon inspiration
Personnage préféré : Reid
Loisirs : sériephage,mangavore, gamer et internetophile
Date d'inscription : 23/05/2008

MessageSujet: Re: [CSI:NY]Behind the Blue Eyes by Lagentillefan   Sam 19 Juin 2010 - 1:28

Merci pour vos gentils coms,les filles merci2 merci2 !!
et zou,la suite!!
ATTENTION!!CHAPITRE PAS POUR LES MINEURS!!Veux pas d'ennuis...
_______________________________________

8- Un doux réveil

Flack fut réveillé par une sonnette. Sa sonnette. Qui ça pouvait être à cette…Et au fait, quelle heure était-il ? Soupirant, le jeune détective finit par ouvrir les yeux et vit qu’il était encore dans le noir complet. Bon, soyons positif, son hématome ne s’était pas encore résorbé…
Puis Don se mit à sourire en sentant un corps chaud et féminin contre le sien, un parfum des plus délicieux qui lui chatouillait les narines et il entendit la respiration calme et apaisée de son amante passionnée. Le jeune détective se mit alors à caresser doucement ses cheveux bouclés et resserra légèrement son étreinte autour de son corps. Stella était à lui, comme il était à elle…
La scientifique avait la tête posée sur son torse ferme et l’entourait fermement de ses bras, comme si elle craignait qu’il ne s’envole…Chose pour le moment fortement improbable avec sa cécité…temporaire. C’était tem-po-rai-re. Il devait s’en convaincre…
Stella poussa un petit soupir heureux en sentant la main du détective caresser sa chevelure et frotta alors son visage contre ses pectoraux. Flack aurait tellement voulu voir son visage à cet instant précis, voir et ainsi savoir si elle était heureuse. Mais sa vue en avait décidé autrement…
Comme si cette pensée s’était insinuée dans la tête de la scientifique, celle-ci se réveilla peu à peu, leva son regard émeraude vers lui et lui sourit avec amour et bonheur. Mais se rendant compte qu’il ne la voyait pas encore, elle se mit à déposer des baisers légers comme des papillons sur son torse, le faisant frissonner.

Don (surpris) : Stella ?
Stella (levant les yeux, moqueuse) : Non, c’est Danny.
Don (riant, jouant un peu avec elle) : Ho, salut Poussin. J’ai fait un rêve in… (Stella lui frappa l’épaule) Je plaisante, je plaisante !
Stella (riant) : Idiot… (l’embrassant avec douceur) Bonjour, Don…
Don (posant prudemment sa main sur sa joue) : Bonjour, Stella… (son regard bleu exprimant une certaine crainte) Tu…heu…
Stella (déposant des baisers sur son visage, les deux mains posées sur sa nuque) : Je vais très bien…Un peu courbaturée mais ça en valait vraiment la peine… (taquine) Vraiment vraiment…

Le jeune détective se mit à rougir, amusant Stella qui se mit à l’embrasser tendrement, caressant voluptueusement son cou et ses épaules. Elle sentit les bras musclés de Flack la serrer contre lui et l’une de ses mains partir dans une nouvelle exploration de son corps. La scientifique ne put s’empêcher de rire doucement contre ses lèvres devant son désir renouvelé.

Stella (taquine) : Cinq fois ne te suffisent pas ? Espèce de gourmand insatiable…
Don (malicieux, trouvant et embrassant son cou avec délicatesse) : Ça n’avait pas l’air de te déranger cette nuit…
Stella (se mettant à califourchon sur lui, le faisant se redresser pour pouvoir l’embrasser avec aisance) : Comment aurais-je pu l’être ? J’avais le plus sexy des détectives new yorkais dans les bras…
Don (avec une petite moue boudeuse amusée) : Seulement de New York ?
Stella (gentiment moqueuse) : Je dois vérifier les autres villes… (étouffant sa protestation avec ses lèvres) Je plaisante…Tu es unique…
Don (embrassant toujours son cou et caressant son dos avec sensualité) : Merci…Toi aussi… Tu es la personne la plus précieuse pour moi. Celle à qui j’ai offert mon cœur…
Stella (vraiment émue, caressant tendrement sa joue) : C’est la plus belle chose que l’on ne m’ait jamais dite !
Don (grimaçant) : Ça sonne un peu faux avec moi, non ?
Stella (avant de s’emparer encore une fois de ses lèvres) : Pas du tout…Je découvre un autre Don Flack Jr…Et je l’aime, comme j’aimais l’autre…

Alors que Stella prenait ses lèvres avec amour, Don avait les yeux grands ouverts à ses derniers mots, toujours surpris de savoir qu’elle l’aimait, même diminué…Il avait vraiment du mal à croire en sa chance…
La scientifique s’écarta un peu de lui et caressa la morsure qu’elle lui avait faite durant les ébats de la nuit, navrée.

Stella (avec une petite voix, caressant la morsure du bout des doigts) : Désolée pour…
Don (posant sa tête contre son épaule et caressant son dos) : Ce n’est pas grave. (souriant) Il a bien fallu trouver un moyen pour éviter que ma vieille bique de voisine ne rameute les collègues…
Stella (riant, mêlant ses doigts dans les cheveux noirs de Don, posant son visage sur sa tête) : En tout cas, on peut dire que tu lui as rabattu le caquet…La pauvre…
Don (ses mains se mettant à vagabonder sur les courbes gracieuses des hanches de Stella, ses intentions évidentes) : Ne la plains surtout pas. Tu n’en seras jamais remerciée…J’ai essayé…
Stella (sentant et voyant ce qu’il faisait, souriant, amusée) : Et tu essayes autre chose, là…
Don (levant la tête vers sa voix, son regard bleu plein de désir et d’amour) : S’il te plaît…
Stella (avec un grand sourire) : Comme si je pouvais te résister…

Flack se mit à sourire, posa sa main sur la nuque de la scientifique pour amener son visage vers le sien et l’embrassa ardemment, approfondissant chaque nouveau baiser, jouant avec la langue de la scientifique. Cette dernière se positionna d’ailleurs et, le sentant enfin plus que prêt, le fit lentement entrer en elle, le faisant gémir contre sa bouche. Elle sentit ses mains glisser sensuellement de ses épaules jusqu’à ses hanches et le détective la fit lentement bouger sur lui, dans un rythme tendre et passionné, tout en calquant le mouvement avec ses propres hanches.
Stella pencha la tête en arrière, gardant ses mains enfouies dans les cheveux noirs de jais du jeune homme, et se mordit la lèvre : comment arrivait-il à rendre chacune de leur étreinte aussi passionnée et différente ?
Flack remonta une de ses mains vers le visage de la jeune femme pour caresser ses lèvres et sentit qu’elle se les mordait avec force. Il ne voulait pas qu’elle se fasse mal…

Don (haletant) : Stel…Stella…Ne…Ne te retiens pas…
Stella (dans le même état que lui) : Et…taaa…voisine… ? Hmm…
Don (la fixant sans la voir avec ses yeux bleus pleins d’envie et d’amour) : J’en…n’ai rien…à foutre…Je veux…t’entendre…

Comme il ne pouvait la voir, Don voulait savoir comment réagissait Stella à leur étreinte actuelle, à lui. Il sentait son corps vibrer contre le sien, ses doigts s’enfoncer dans sa chair mais il voulait entendre sa voix, l’entendre prononcer son nom, encore et encore… Comme cette nuit…
Devinant les raisons de Don, Stella finit par relâcher la pression exercée sur ses lèvres, ayant tout de même vérifié l’heure au préalable, et elle laissa échapper des plaintes de plaisir de plus en plus bruyantes. La scientifique se serra tout contre Flack lorsque le rythme de leurs deux corps unis s’accéléra. Et une nouvelle fois, ils répétèrent avec force le prénom de l’autre, encore et encore, s’embrassèrent sauvagement et se caressèrent avec passion. Ils ne pouvaient plus se passer l’un de l’autre…
Quand les deux amants atteignirent l’orgasme, ce fut une explosion de joie et d’extase qui semblait provenir du fond de leurs corps. Leurs cris de plaisir résonnèrent alors dans la chambre silencieuse et leurs corps se tendirent brutalement pour se relaxer ensuite peu à peu. Essoufflée, Stella s’appuya sur Flack, posant sa tête sur son épaule, et entoura son dos humide de sueur de ses bras tout aussi humides, cherchant à reprendre un vague contrôle de sa respiration, tout comme son beau partenaire.
Flack était scié ! Il n’avait jamais été comme ça…Aussi amoureux et passionné. Et peut-être un peu obsédé aussi…Et toutes ces sensations qu’il avait ressenties…Seule Stella semblait pouvoir les réveiller…Il était vraiment amoureux. Très amoureux…
Le jeune détective réussit à calmer sa respiration saccadée et les battements rapides de son cœur et caressa doucement le dos et la nuque trempés de Stella, dans un geste tendre et amoureux.

Don (amusé) : Je pense qu’une douche s’impose.
Stella (riant dans son cou) : Ainsi qu’une lessive pour tes draps…
Don (sentant en effet l’état plus qu’humide de ses draps) : Heu…Ouais…

Les deux amants finirent par se lever et se dirigèrent vers la salle de bain, Stella guidant Flack. Et quand elle vit son sourire coquin, elle savait qu’elle n’allait pas lui échapper…Encore…

_________________

Ava et ban by Ttelle.Merci flower !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claire
Agent de Liaison
avatar

Féminin Nombre de messages : 612
Date de naissance : 04/12/1990
Age : 28
Personnage préféré : Aaron Hotchner
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Re: [CSI:NY]Behind the Blue Eyes by Lagentillefan   Sam 19 Juin 2010 - 11:01

sourit0 Ils avaient du temps à rattraper, dans ce petit couple, mais ils sont déjà grillés alors Don, ce n'est plus la peine de t'inquiéter pour ce point : "Il a bien fallu trouver un moyen pour éviter que ma vieille bique de voisine ne rameute les collègues…" !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lagentillefan
Incendiaire
avatar

Féminin Nombre de messages : 1321
Date de naissance : 10/02/1982
Age : 36
Localisation : A courir après mon inspiration
Personnage préféré : Reid
Loisirs : sériephage,mangavore, gamer et internetophile
Date d'inscription : 23/05/2008

MessageSujet: Re: [CSI:NY]Behind the Blue Eyes by Lagentillefan   Dim 20 Juin 2010 - 3:26

lol!
Merci Claire!! flower
Et zouplà,la suite!!
_________________________________________

9- Mais qui a sonné ?

Après une douche qui leur avait pris une bonne trentaine de minutes et leur avait valu des coups dans le mur de la part d’une voisine très agacée_ d’ailleurs, Don était parti pour la rabrouer une nouvelle fois à moitié nu dans le couloir mais Stella le retint en utilisant un très agréable subterfuge, les deux amoureux s’habillèrent pour pouvoir déjeuner. Stella ne se vêtit d’ailleurs que d’une chemise de Flack et aida le jeune homme à trouver de quoi se couvrir, choisissant une tenue qu’il portait rarement c'est-à-dire un jean délavé et un T-shirt… intéressant, dessinant parfaitement les muscles du torse du détective.

Don (se tâtant) : Espèce de profiteuse…
Stella : Je suis sure que tu adorerais savoir ce que je porte…
Don (se passant la langue sur les lèvres) : Oh oui…

Le détective se rapprocha en se guidant du rire cristallin de Stella quand son estomac émit un bruyant gargouillis, accentuant l’amusement de la scientifique.

Stella : Mange d’abord, tu sauras après…

Après l’avoir installé à sa table, Stella commença à préparer le petit déjeuner alors que Flack se rappela de ce qui l’avait réveillé tout à l’heure.

Don : Au fait, Stella. Quelqu’un a sonné ce matin mais je n’ai pas pu vérifier qui c’était… Mais il a peut-être laissé quelque chose.
Stella (souriant, finissant avec le café) : Je vais aller voir.

En passant derrière lui, la scientifique caressa tendrement la joue, le cou et l’épaule de Flack et ouvrit enfin la porte pour trouver un paquet sur le seuil. Stella le ramassa et lut la carte où il était écrit : « De la part des Carthrow ».

Stella (intriguée) : Don, tu connais des Carthrow ?
Don (essayant de la rejoindre sans se cogner, en se guidant avec sa voix) : Oui. Ce sont mes voisins du dessous. Je m’entends très bien avec eux. Pourquoi ?
Stella : Ils t’ont laissé un paquet…

Cela interpella le détective. Un paquet ? Pour lui ? Pourquoi Tim et Kylie lui auraient déposé un paquet ?

Don : Tu peux l’ouvrir ?
Stella : C’est ce que je fais…

La jeune femme ouvrit le paquet avec précaution et poussa une exclamation d’horreur.

Don (enfin arrivé à ses côtés) : Stella ? Que se passe-t’il ? Qu’y a-t’il à l’intérieur ?
Stella (posant le paquet sur la table, ramenant Don près d’elle et prenant son téléphone) : Je crois que le tueur vient de te laisser un message…
Don : Quoi ? Stella, qu’y a-t’il dans ce paquet ?
Stella (commençant à composer le numéro de Mac, se blottissant contre Flack) : Deux mains tranchées…

_________________

Ava et ban by Ttelle.Merci flower !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claire
Agent de Liaison
avatar

Féminin Nombre de messages : 612
Date de naissance : 04/12/1990
Age : 28
Personnage préféré : Aaron Hotchner
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Re: [CSI:NY]Behind the Blue Eyes by Lagentillefan   Dim 20 Juin 2010 - 10:34

pale Beurk, les mains coupées ! Espérons qu'ils avancent pour trouver le meurtrier, avant qu'il y ait d'autres victimes !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [CSI:NY]Behind the Blue Eyes by Lagentillefan   

Revenir en haut Aller en bas
 
[CSI:NY]Behind the Blue Eyes by Lagentillefan
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les yeux bleus (A pair of blue eyes)
» Les meilleurs moments musicaux du Whedonverse
» Il va falloir agrandir l'auberge !
» [Figurine] Yu-Gi-Oh
» Yuuya [CP EL] Behind Blue Eyes (one-shot) P.14

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Esprits Criminels ConceptForum - Le forum n°1 sur la série! :: Off topic :: Vos autres créations :: Fanfics-
Sauter vers: