Esprits Criminels ConceptForum - Le forum n°1 sur la série!


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'antre du diable

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
aillysienne
Agent Fédéral


Féminin Nombre de messages : 100
Date de naissance : 25/09/1985
Age : 32
Personnage préféré : tous!!
Date d'inscription : 07/08/2009

MessageSujet: Re: L'antre du diable   Ven 25 Sep 2009 - 22:33

alors là ça va pas tu peux t'arrêter là, faut que tu mettes la suite rapidement, je peux pas attendre des plombs pour connaître lequel de martin ou dannt emily connait!! en plus je suis fan de FBI portés disparus!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'antre du diable   Ven 25 Sep 2009 - 22:36

SUITEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE merci1 faim1

Franchement, bravo !!! applaud applaud applaud
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'antre du diable   Lun 28 Sep 2009 - 21:20

merci bcp les filles
j'ai plein de suites en retard ici alors je vais essayer de poster plusr apidement
moi aussi je suis fan addict de WAt surtout du couple danny/Martin donc j'ai pas pu m'empêcher de les faire venir avec mon équipe favorite !! langue

--

CHAPITRE 9

Hotchner s’impatientait. Il essayait de ne rien laisser paraître devant la mauvaise volonté dont faisait preuve le Marshall à accepter leur présence dans les lieux, mais son regard suffisait à parler de lui-même et sa posture raidie prévenait déjà qu’il allait bientôt s’emporter face à l’obstination de leur hôte.

Jamais il n’avait rencontré un tel mur de mauvaise volonté dans son travail. Il reprit essayant de garder son ton calme et posé, mais ceux qui le connaissaient bien pouvaient aisément deviner qu’il allait passer à l’étape plus rude dans quelques minutes.

« Ecoutez, comme nous vous l’avons déjà expliqué, nous ne sommes pas là pour faire de l’ombre à votre équipe mais pour travailler main dans la main , en collaboration parfaite avec vos hommes… »

« Et tout ce matériel là, c’est pour quoi faire ! si vous pensez que je vais vous laisser fouiner dans tous nos dossiers… »


Hotchner soupira bruyamment, passa ses mains devant ses yeux puis se recula un peu vers le fond du bureau en faisant signe à J.J de continuer. Il savait que rien en servirait d’entamer les hostilités, d’une part parce que cela ne les aiderait pas pour leur collaboration avec la police locale, et d’autre part parce qu’ils savaient bien que ce genre d’hommes finirait par devoir se plier aux exigences de la police fédérale Il ne voulait pas jouer de ce titre mais s’il le fallait…

J.J. était bien plus parfaite dans ce genre de négociation que lui. Il s’appuya contre le mur aux côtés de Spencer Reid qui suivait tout cela d’un œil pensif.

« A quoi tu penses, Reid ? »

« Le légiste ne va jamais nous laisser voir les victimes si on y va à 22 heures… »

Hotch sourit. Son jeune expert était déjà lancé dans l’enquête, ca lui fit plaisir.

Jennifer Jarreau se fixa alors devant l’homme à la carrure plus qu’imposante qui se tenait derrière son bureau, les poings prenant appui sur ce pauvre bureau en bois qui semblait plier sous le poids de l’homme en question et lui sourit calmement.

« Monsieur Hanson… »

« MARCHALL Hanson… »

« Oui, Marchall Hanson, nous n’aurions besoin que d’une petite pièce où pouvoir installer quelques tableaux, une table et le matériel nécessaire à nos recherches… »

« Oui et vous allez vous enfermer là dedans et mener votre petite enquête à votre manière…putain, c’est quoi ca, on m’envoie des gosses et des bonnes femmes pour m’aider, vous vous foutez de ma gueule ? »

Tout en disant cela, il avait pointé d’un geste nerveux les jeunes agents féminins et lancer un regard moqueur vers le pauvre Spencer qui baissa rapidement le sien vers le sol. Quelle horreur, des sortes de petites punaises se baladaient tranquillement sur le plancher, il grimaça. Non franchement, ca ne le gênerait pas plus que cela devoir fuir au plus vite cet endroit…et puis merde à la fin, il n’était plus un gosse, ressemblait il tant à un gamin attardé ou quoi ? il s’ébourriffa un peu les cheveux pour leur donner une allure plus rebelle et prit un air plus…plus…il ne savait pas comment se donner 10 ans de plus assurément…

« Je ne pense pas que ce soit le débat de maintenant…nous sommes venues vous proposer notre aide et établir avec vous un profil qui pourrait vous aider à mettre la main sur cet unsub… »

« Uns…quoi ? «

Spencer comme à son habitude, le cerveau allant plus rapidement que sa volonté de ne pas se faire remarquer leva les doigts devant lui et commença sa théorie.

« Unsub est le terme que nous utilisons pour désigner un sujet anonyme, un suspect…souvent ils sont investis d’une mission que… »

L’homme se déplaça face à lui. Il était à peu près de la même taille que le pauvre docteur Reid mais sa corpulence devait tripler celle du jeune homme. Spencer hoqueta de frayeur en le voyant ainsi devant lui et si il n’avait pas rassembler tout son courage en focalisant son esprit sur autre chose que cette pièce, il serait certainement déjà tombé, raide mort de peur au sol.

« Unsub , tu dis gamin…moi chez moi je dis FILS DE PUTE…voilà comment ca s’appelle chez nous ce genre de connards capable de s’en prendre à des personnes faibles… mais qu’il vienne donc ici un peu nous parler de ses motivations, tout le monde est prêt à le recevoir…»

Il repartit encore plus en colère vers son bureau et dans un mouvement brusque, attrapa une sorte de fusil puis l’arma d’un seul mouvement de bras.

« C’est avec cela qu’on va lui établir son profil à ce connard… »

Morgan attrapa immédiatement J.J. par le bras pour la placer derrière lui et se mit en protection devant Garcia tandis que Hotch d’un bras protecteur repoussait Spencer derrière lui.

Rossi et Prentiss sursautèrent.

J.J. remercia Morgan et se replaça face au Marshall Hanson, non sans une certaine appréhension.

« J’espère bien que vous l’attraperez rapidement, c’est pour le moment un des points communs de notre enquête, non ? »

Elle lui sourit gentiment puis posa une main sur le bureau du Marshall. Wahou elle devait bien avouer qu’il ne la mettait pas à l’aise avec ses manches de veste relevées laissant apparaitre des tatouages aussi épais que ses muscles mais elle connaissait ce genre d’hommes. Et il finirait par mettre le bien de l’enquête au devant de ses appréhensions…

«si vous pouviez reposer cette arme… »

« maouis, Ecoutez, Ma belle demoiselle, vous êtes toute mignonnnette, mais votre place est derrière un bureau, sans vous offenser plus, cette enquête est la mienne, ce fils ou ces fils de putes qui sévissent dans MA région, me pourrissent mes nuits depuis la découverte des corps. Mon équipe et moi travaillons jours et nuits sur cette affaire et vous pensez arriver là et d’un claquement de doigt me dire qui je dois trouver…foutaise, dégagez de mon bureau, je ne veux pas que les fédéraux se mêlent de cette affaire, c’est MA VILLE… »

Il poussa un cri fort et rauque qui tétanisa de nouveau Spencer et fit sursauter dans un petit cri bien plus féminin la jeune technicienne qui se tenait depuis le début aux côtés de Morgan.

Celui-ci lui posa une main réconfortant sur l’épaule.

« souvent ils aboient plus qu’ils ne mordent…. »

Personne d’autre de l’équipe n’intervenait dans les discussions. Cela était toujours ainsi. J.J. ou Hotchner préparait le terrain et ensuite l’équipe se mettait au travail.

J.J.n’avait pas bougé bien que son cœur est battu deux fois plus vite lorsque cet homme l’avait foudroyé du regard. Il devait avoir dans la 50ène bien passée mais le physique de bucheron laissait amplement supposer qu’il était encore en pleines capacités de ses forces. Il était le chef et se posait en tant que tel.

J.J le savait et devait jouer avec cela.

« Nous avons besoin de votre aide, Marshall, pour nous diriger vers la chemin qui nous mènera à ce uns…fils de pute… »

Rossi sourit. Dans la bouche de la jeune J.J. l’effet en aurait été presque comique. Hotchner aussi ne put s’empêcher un léger sourire puis avança d’un pas certain près d’elle.

Spencer fronça les sourcils. La pauvre punaise qui pensait rejoindre sa famille dans le creux du mur venait de mourir écrasée par le pied de son patron…

« Nous vous avons appelé pour vous prévenir de notre venue… »

« Je sais et je ne vous ai jamais dit que j’accepte que vous posiez vos fesses dans mon bureau…VOUS , là, touchez pas à cela… »

Prentiss se figea et reposa délicatement la coupe qu’elle venait de caresser du bout des doigts.

« Excusez moi… »

Rossi sourit. Les femmes n’étaient réellement pas les bienvenues ici…En attendant, ce dernier avait observé un peu le bureau. Des médailles , des lettres de félicitations pour service rendus accrochés au mur, des coupes de championnat, quelques photos d’équipe anciennes de base ball, et des cadres posés sur une sorte de commode représentant des militaires …c’est homme était un vétéran du vietnam. Il ne lâcherait pas son territoire si facilement …

J.J.reprit, tout de même plus rassurée de sentir la présence de son patron à ses côtés.

« Marshall Hanson, laissez nous au moins commencer à regarder les dossiers que vous avez monté sur cette affaire…il nous faut travailler vite ensemble avant que dernier ne recommence à laisser un corps sur le bord d’un chemin… »

La porte d’entrée du bureau s’ouvrit. LeMarshall fronça les sourcils.

« Qu’est ce que vous venez me déranger, là ? vous voyez pas que je suis déjà occupé… »

Vivian Johnson pénétra calmement, nullement impressionnée par le regard meurtrier du Marshall et sourit. Elle tendit sa main au Marshall.

« Vivian Johnson, bureau fédéral d’investigation de New York. Nous vous avons eu au téléphone il y a quelques jours pour essayer de mettre un nom sur les victimes de ces meurtres…bonjour»

« Il ne manquait plus que vous pour la fête…bordel…et je peux savoir combien vous êtes… »

« 3, d’ailleurs laissez moi vous présenter… »

« Je m’en fous…laissez la porte ouverte, vous allez tous repartir vers vos bureaux parfaitement rangés et nous laissez faire notre boulot… »

Hotchner soupira. Il regarda les agents nouveaux venus entrer et se poster vers le fond de la pièce.

Emily Prentiss écarquilla les yeux , se sentit d’un coup plus gênée et se cacha un peu derrière Rossi. Vraiment cette enquête n’allait pas être de tout repos.

Vivian n’insista pas et laissa la discussion reprendre.

« S’il vous plait, juste une pièce pour que nous puissions commencer à travailler… »

« Vous savez quoi, ma petite dame, vous allez prendre vos dossiers, votre punk là… »

Il désigna Garcia qui sourit nerveusement.

« Eh… »

«prendre votre monsieur muscle et aller inscrire le petit là bas à l’école primaire du coin, et nous laissez tranquillement continuer nos recherches… »

J.J. allait rentamer la discussion quand une voix colérique et qu’elle ne connaissait pas se fit entendre derrière elle.

« Et vous, vous savez quoi…vous allez faire preuve d’un peu plus de déférence envers les femmes de cette pièce, assoir votre cul sur cette chaise, regardez avec intérêt l’ensemble des photos de ces victimes, et me dire combien il en faut d’autres pour qu’on puisse enfin commencer à bouger, parce que ca me fait autant chier que devoir collaborer avec vous que vous de le faire avec nous… »

Les deux mains posées sur le bureau du Marshall, Danny Taylor le fusillait du regard.

Vivian n’avait pas eu le temps de le retenir. Elle se passa la main sur le front. Danny sortait d’une affaire très compliquée et qui s’était achevé dans une marre de sang malheureusement. Jack l’avait prévenu qu’il serait certainement ingérable pendant quelques jours…la preuve ne était faite. Elle s’avança légèrement elle aussi.

L’homme fit le tour du bureau, se planta très menaçant face à ce jeune blanc bec qui venait de l’apostropher ainsi et plongea un regard des plus froids dans son regard.
Hotchner secoua la tête. Les négocations étaient bel et bien tombées à l’eau.

Mais avant même qu’il ait eu le temps de reprendre les choses en main, le jeune agent se mit à rétorquer encore plus fort

« Quoi, vous voulez m’en foutre sur la geule…allez y, outrage à agent fédéral vous savez ce que ca coute, on vous retirera ce beau insigne rutilant… »

Vivian posa sa main sur le bras de son jeune agent.

« Danny ! »

Il ne bougea pas, affrontant toujours sans une once de peur le regard du Marshall mais la tension retombait doucement. Il avait promis à Vivian de contrôler son caractère, il tiendrait sa promesse. Mais l'autre ne voulait pas avoir le dernier mot et relança les hostilités

« Tu sais, mon gars, que je pourrais t’écraser comme une mouche.. »

Spencer Reid n’en revenait pas. Jamais, oh dieu jamais, il n’avait assisté à un tel spectacle entre force de l’ordre…la bouche ouverte, il ne respirait plus tellement l’angoisse d’un affrontement dans cette pièce le tétanisait.

Morgan s’approcha doucement de lui et lui pinça la joue.

« tu peux bouger tu sais… »

Il tourna un œil impressionné vers son ami et begaya quelques mots.

« Promettez moi de ne pas me laisser seul avec le Marshall ou ce gars là… »

« Promis, de toute manière tu as entendu, tu vas passer ton séjour à l’école primaire… »

Spencer se pinça les lèvres.

« Très marrant… »

Morgan jeta un œil rapide vers le second agent qui se tenait près de la porte. A le voir ainsi attendre, désolé, il comprit que son fougueux collègue devait souvent avoir le sang chaud et se comporter avec autant d’emportement. Et bien ca promettait…

Martin tourna la tête vers lui au même moment et haussa les épaules en guise d’excuses. Morgan lui sourit tranquillement. Le contact était pris. Celui-ci avait l’air sympa…

Hotchner s’avança et repoussa l’agent Taylor.

« Ca suffit, on est pas ici pour s’affronter. Comme vous le dites tous les deux, il y a plus urgent dehors à appréhender…alors si vous voulez bien cessez tout cela… »

Danny renifla puis se recula d’un pas.

« Vous avez de la chance qu’il y ait de si belles demoiselles ici, ca me laisse d’humeur plus que charmante, hein vivian… »

Cette dernière leva les yeux au ciel tandis qu’une petite voix toute joyeuse s’élevait dans la salle.

« Merci… »

Pénéloppe Garcia poussa un peu le groupe et s’avança vers Danny .

« si belles demoiselles »…ce garçon était parfait…elle lui tendit la main.

« Je suis pénéloppe Garcia, Garcia pour mes collègues et ma belle pour les intimes… »

Danny sourit avec amusement.

« Danny, Danny Taylor…ou chéri pour les intimes… »

« GARCIA ! »

« Désolée… monsieur…»

La jeune femme repartit aussitôt vers son matériel mais ravi d’avoir été la première belle demoiselle à se présenter à ce dieu vivant, venu tous droits des abîmes de l’indécence physique…elle sourit à Morgan qui se pinçait les lèvres, lui peu amusé par cet intérêt soudain de sa collègue pour ce …ce…merde !

Spencer lui donna un petit coup de coude.

« tu sais que tu es et seras toujours son seul amour »

Le regard noir que lança Morgan sur le pauvre Docteur lui valut qu’il replonge dans sa contemplation du plancher.

Vivian s’approcha calmement, se présenta rapidement à Hotchner et déposa avec tout le calme possible des dossiers sur le bureau du Marshall. Celui-ci la regarda faire. Le calme de cette femme le stupéfia.

« Nous avons 15 dossiers ici d’affaires de disparitions non résolues. Tout laisse à supposer que ces jeunes personnes, tous étudiants, seraient passé par votre région avant leur disparition, selon les témoignages de la famille ou des amis des disparus. Cela s’est passé entre l’été et la reprise des cours… La première disparition remontre à 4 ans, la dernière disparition que nous avons recoupé à votre région remonte à moins d’un an. D’après nos fichiers, il ne s’agirait cependant peut être pas des 8 victimes que vous avez retrouvés… nous avons aussi quelques dossiers ici qui pourraient peut être ceux des corps que vous avez malheureusement découverts…»

Tous écoutaient même le Marchall qui ne voyait pas où cette femme noire voulait en venir.

« Ce qui signifierait que nous n’avons malheureusement peut être pas seulement 8 victimes dans la région mais 24… je pense qu’il va falloir que chacun prenne conscience de l’ampleur de la situation…notre équipe veut retrouver ces personnes ou au moins pouvoir donner ne serait ce qu’un semblant de réponses aux familles, aux mères, aux frère et sœurs qui pleurent leurs disparus, c’est mon métier de la faire, celui de mon équipe et je ne peux pas accepter, Marshall Hanson que vous leur refusiez ce droit… »

Danny aurait applaudi si la situation n’était pas si tendue.

J.J. écarquillait les yeux . Cette femme était extraordinaire, un puits de communication, elle fixait chacun avec ce regard si tendre et si déterminé à la fois que le respect s’était imposé sans contexte.

« agent spécial Hotchner, nous sommes à vos ordres… »

Hotchner hocha la tête.

« Il est nécessaire que nous allions identifier les victimes, que nous établissions comment elles ont été tuées et quand…Marshall, donnez nous ce que vous savez de cette enquête, vous devez arrêter ces tueurs ou ce tueur rapidement…avant qu’ils ne s’en prennent aux habitants de cette région, je vous en conjure, votre aide est devenue prioritaire et notre collaboration indispensable… »

LeMarshall s’était assis à son bureau et feuilletait avec effroi l’ensemble des dossiers. Pas ca, pas dans sa ville, sa région, le seul endroit où il avait reussi à établir une havre de paix…et ce ou ces salauds n’allaient pas lui enlever tout ce travail…c’était sa vie, sa ville…
Il se leva d’un bond et attrapa une paire de clé.

« Je peux vous proposer une des cellules pour installer votre matériel, nous n’avons pas d’autres places ici. Je veux que vous puissiez travailler en collaboration avec mes deux autres bras droits, ils sont en patrouille et ne vont pas tarder à arriver…Je mettrai à votre disposition autant d’hommes qu’il vous sera nécessaire mais ne vous attendez pas à ce qu’il voit votre intrusion d’un bon œil, c’est ainsi, faudra vous y faire… »

L’homme refixa les dossiers puis sortit les dossiers des 8 dernières victimes.

« *quand on a trouvé ces cadavres, on n’aurait jamais pensé que la nature humaine pouvait être aussi perverse. Vous savez j’en ai vu des morts, mais pas de telles choses…qu’attendez vous de nous au juste, agent Hotchner ? »

Aaron Hotchner sourit.

« Peut être pourrions nous commencer par les présentations de nos équipes mutuelles… »
Revenir en haut Aller en bas
aillysienne
Agent Fédéral


Féminin Nombre de messages : 100
Date de naissance : 25/09/1985
Age : 32
Personnage préféré : tous!!
Date d'inscription : 07/08/2009

MessageSujet: Re: L'antre du diable   Lun 28 Sep 2009 - 22:17

oh mais eh oh tu fais durer le suspens doit dis donc!!! tu sais le faire durer que dis je??!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'antre du diable   Mar 29 Sep 2009 - 21:06

Que dire à part...

LA SUITEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE !? merci1

:pas_taper:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'antre du diable   Mar 29 Sep 2009 - 22:10

la suite les filles merci encore de me suivre !!

attention je commence à tomber dans l'enquête !!

---

CHAPITRE 10

Elle se mit à hurler, enfin ce qui ressemblait le plus à un cri, plutôt un son amoindri par la fatigue, par l’épuisement, par le désespoir, quand le maître avait refermé la porte derrière elle, la laissant seule dans le noir de sa cellule. Elle le suppliait désormais alors qu’elle savait, elle savait , oh mon dieu, elle savait trop bien qu’il détestait cela…mais rien n’aurait pu l’empêcher de le supplier, rien…c’était le propre de l’homme de quémander la pitié, peut être une manière d’espérer être entendue, le supplier parce que justement il ne lui restait plus que cela…

« Laissez moi sortir, je vous en prie, je ne dirais rien, je vous le jure, maître….maître… …pitié, maître, je ferais tout, tout ce que vous voulez…maître, pitié… je serais à la hauteur, maître, pitié, pitié, …écoutez moi, maître, écoutez moi…je le sais, je le sais…laissez moi une chance de vous le réciter, MAITREEEEE …»

Puis elle se tut guettant chaque bruit, chaque soupir…il fallait qu’elle réfléchisse, qu’elle l’atteigne, qu’elle lui prouve qu’elle méritait sa place auprès de lui, parce qu’elle savait que ce serait sa seule façon de sortir de cet enfer…de s’éloigner à jamais d’eux…oohhh mon dieu, … elle se rendait compte qu’elle n’avait pas encore perdu tout espoir, qu’il restait en elle encore une part de la jeune Lucie…22 ans, étudiante brillante, sans souci, une bonne fille comme disait sa famille et ses professeurs, une jeune fille qui avait tant de belles choses à découvrir…elle pensa alors à son chat Gaspard, seul, abandonné dans le bois, il ne lui avait pas laissé l’emmener, il ne lui avait pas laissé Gaspard…

Elle devait se concentrer, rester encore lucide…elle sentait le sang qui coulait de nouveau entre ses jambes, le long de ses cuisses…il était si violent et elle si fragile…puis les douleurs sur son corps bleui par les coups…

Elle ferma les yeux, tout son corps se mit à trembler, elle avait si froid ici et lui, qui lui avait ôté tout, pour la punir parce qu’elle n’avait pas su lui donner ce qu’il souhaitait…nue, comme un animal pris au pièce, nue…elle ne pouvait même plus se cacher derrière cette pudeur qui la protégeait tellement de tout…

Elle serra ses bras contre sa poitrine dénudée et se mit à balancer d’avant en arrière tout en priant. Elle avait si froid là…il la maintenait en vie pourtant…pourquoi…elle devait prier pour cela, il la maintenait en vie, il avait besoin d’elle, peut être, peut être l’aimait il un peu, prendrait il alors pitié…elle avait tellement besoin de chaleur, là tout de suite, qu’on la prenne dans les bras, qu’on la recouvre de chaleur, juste un peu, quelques mots doux et rassurants à entendre, un seul…elle ferma les yeux puis reprit ses plaintes.

« Maître, sortez moi d’ici, pitié…maman, maman, viens me chercher, maman…00033 22 …22…22 » Elle gémit…00033 22…22 …elle ne se souvenait plus, elle ne se souvenait plus comment l’appeler, un numéro qu’elle avait pourtant tellement composé tous les jours depuis son entrée en université, juste pour la rassurer que tout allait bien, qu’elle s’était fait de nouvelles amies, que les cours étaient faciles…qu’elle était heureuse…mais elle ne saurait jamais qu’elle était ici, un mensonge, il lui avait obligée à lui mentir…elle se souvenait des mots si terribles qu’elle avait du prononcer « c’est moi, maman , Lucie, je pars avec des amis quelques jours en vacances, pas de réseau, ne t’inquiètes pas, je t’appelle à mon retour à la fac… »

La jeune étudiante se mit à hocqueter. La frayeur était trop palpable à chaque mouvement de ses membres, il allait revenir, il revenait toujours et exigeait tellement d’elle.

« aidez moi…y’a quelqu’un ? aidez moi… »

Puis sa voix s’était affaiblie jusqu’à s’éteindre dans un sanglot. Il n’y avait plus de bruit et pourtant elle était certaine d’avoir entendue des cris, des pleurs, il y a quelques jours, quelques heures, elle ne se rendait même plus compte du temps qui courait.

Ses yeux s’écarquillèrent, comme lorsque la folie s’empare d’un coup de l’esprit, elle se leva d’un bond et hurla, hurla, hurla de nouveau…Puis elle tira fortement sur ses chaînes qui la gardaient prisonnière dans cette pièce si sombre. Elle s’élança de nouveau pour les arracher du mur, tirer, tirer encore plus fort et s’écrouler encore au sol, dans les déchets d’urine et de matières fécales, pas les siennes, peut être que si, elle ne savait plus. Elle s’était habituée à cette odeur fétide qui l’accompagnait toutes les secondes de sa captivité.

Elle se mit à pleurer encore plus, désespérée. Il allait de nouveau la punir, elle s’était salie en tombant, elle avait tâché son corps qu’il venait de purifier en la brossant avec force. Elle vomit…sur elle, sur ses jambes…son corps ne lui appartenait plus, il lui appartenait à lui, à cet homme qui avait posé ses mains lourdes sur son ventre, sur ses seins, sur ses hanches, qui l’avait salie, là dedans, dedans…

Si fortement, avec tous ses bruits qu’il faisait quand il la prenait et ce liquide qu’il aimait laissé couler sur son ventre après l’acte de pureté, qu’il disait, l’acte de pureté…il ne lui offrait pas sa semence, pas encore, elle ne le méritait pas…et il la relavait pour la purifier de nouveau, sous une eau bouillante, prenant le temps de lui laver les cheveux, de lui passer ‘éponge humide sur son corps tremblant et meurtri…elle ne se défendait plus, se laissait faire ..et eux, autour qui regardaient le maître accomplir sa jouissance…il était fou…et elle n’était plus rien, un pantin…non, non, non, c’est faux, elle représente quelque chose pour lui, il lui dit toujours qu’elle est celle par qui le nom du puissant reprend vie…

Elle ne comprenait rien, disait oui, disait non, en fonction de ses désirs…elle lui murmurait qu’elle aimait quand il lui faisait l’amour, quand il pénétrait son corps à jamais sali, meurtri…il voulait entendre cela, elle lui donnait tout alors pourquoi…pourquoi ne la laissait il pas partir maintenant…

Et tous les jours, les soirs ou les nuits, comment le serait-elle, tout recommençait avec le même rythme, la même habitude…devoir répondre à ses questions, rester des heures assis à ses côtés, répéter ses mots, ses paroles, faire les mêmes gestes que lui, devenir lui, et surtout se soumettre à sa folie…

Elle savait qu’elle avait quelques heures de répit lorsque elle avait entendu la sonnerie du téléphone résonner. Il l’avait alors maîtrisé d’une main, appuyé ses doigts sur sa bouche pour l’empêcher de crier puis répondu tranquillement…

Et la descente dans cet endroit sordide avait commencé, et elle était là à attendre, à l’attendre, presque espérant qu’il revienne, lui son maître…

Il lui avait dit à ce soir…ce soir, ce soir…elle sourit légèrement, plus un rictus d’effroi que l’enfermement avec cet homme commençait à transformer en folie et commença à réciter ce qu’il lui demandait de lui répéter jour après jour…

---

Elle l’a déçu, il est en colère. Il sent bien que sa colère devient plus intense chaque jour, chaque mois, chaque année où il a échoué dans sa mission. Il ne veut plus devoir encore chercher, toujours chercher…tous ces corps qu’il doit abandonné, c’est trop difficile à chaque fois pour lui de leur dire adieu, ils les aiment, tous…tous…mais il ne sont pas à la hauteur, aucun n’a compris, n’a su qu’il leur donnait la vie qu’il méritait…

Il va falloir qu’il soit plus dur avec elle, elle doit réussir, elle n’a pas le droit de sombrer comme les autres…il sait qu’elle peut devenir son archange, sa muse, son autre, ils vont former une belle famille, et elle deviendra sa lignée, son héritage…ils sont d’accord avec lui, eux aussi on été brisés par le dernier de leur hôte.

Ethan, le dernier de ses anges, l’a tellement blessé, lui refuser de devenir sien…il a du le punir, violemment…il aurait du supporter ses coups, accepter la main du maître, …mais Lucie est meilleure que les autres, il l’a choisi pour cela, il la veut elle…elle ne doit pas le décevoir, pas encore. Elle est parfaite, son corps est parfait, si fragile quand il tremble de bonheur sous ses mains, sous sa bouche, et ce regard qui l’a transperçé, il a su dès qu’il l’a vu près de la route…

Il va falloir qu’elle lui parle plus, qu’elle lui dise à quel point elle aime sa présence…il sent qu’elle est encore réticente, elle ne bouge pas assez, ne réclame pas assez de se faire posséder par le maître…il a du la lier par le sang, elle a hurlé mais il sait qu’elle a surmonté sa douleur pour lui, pour lui faire plaisir, lui prouver qu’elle saura atteindre l’objectif…mais elle se rebelle encore, il voit bien que maintenant elle le fixe avec frayeur, qu’elle le hait…il le lit dans son regard qui a changé, il a perdu de sa pureté, de son innocence…

Il va devoir lui faire comprendre qu’elle doit céder, qu’elle doit se conformer, qu’elle doit leur plaire pleinement à tous les trois…elle doit comprendre qu’elle n’aura pas d’autre chance…

Il sait qu’il a la gorge noué. Il sent les larmes de rage lui monter au visage. Tous ses espoirs se réduisent à néant, encore une qui va échouer à l’épreuve. Il le sent, il s’est trompé…Ils lui ont dit pourtant au bout d’une semaine qu’elle ne le satisfait pas, qu’il est encore frustré, encore plus en colère…

Ethan lui manque maintenant, il aurait du lui laisser plus de temps, il était encore jeune…ses hurlements résonnent encore dans son esprit…Ethan, plus d’un mois près de lui, il a été sa meilleure réussite jusqu’à elle arrive, elle, sur cette route…

Il freine d’un coup. Des voitures qu’il ne connait pas sur le parking du quartier central de la police locale. Il fronçe les sourcils avec colère.

Les voilà donc pour lui enlever sa Lucie, lui reprendre…il serre le volant avec force, tellement de force que ses nerfs se gonflent sur sa tempe. Il sent l’odeur du mal monter en lui, il aime cette sensation, il va jouer avec eux, il aime jouer, un challenge, il aime cela…ca va lui pimenter un peu ses jours …il rigole et continue son chemin tout en réajustant son chapeau.

Son esprit repense à Lucie qu’il a du laisser là bas seule, nue, effrayée…pauvre petite Lucie…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'antre du diable   Mer 30 Sep 2009 - 10:45

SUITEEEEEEEEEEEEEEEEEE ?! merci1

C'est super comme fic :yeah:
Revenir en haut Aller en bas
aillysienne
Agent Fédéral


Féminin Nombre de messages : 100
Date de naissance : 25/09/1985
Age : 32
Personnage préféré : tous!!
Date d'inscription : 07/08/2009

MessageSujet: Re: L'antre du diable   Mer 30 Sep 2009 - 17:48

extra et comme nimbus SSSSSSUUUUIIIIITTTEEEEEE!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'antre du diable   Mer 30 Sep 2009 - 22:32

lz voilà
nimbus je reprend ta fic demain avec le boulot les enfants et tout le reste je n'ai pas eu le temps Rolling Eyes

--

Chapitre 11

« Mes adjoints ne devraient pas tarder à arriver, ils sont en patrouille pour essayer de trouver ce fils de pute…mais je pense que plus tôt vous aurez abrégés les présentations et plus vite nous pourrons reprendre les choses sérieusement… »

Vivian leva les yeux au ciel. Faire preuve d’une telle mauvaise volonté était tout de même assez désolant. Elle regarda Hotchner puis lui fit signe qu’elle était tout à faire prête, elle et son équipe à lier connaissance. Il ne fit pas plus cas de l’humeur désobligeante de leur hôte et Aaron Hotchner se posta au milieu de la salle aux côtés du Marshall, puis il sonda toute l’équipe d’un regard pénétrant, et comme le parfait gentleman qu’il était, commença par introduire ses trois agents féminins.

«Je pense que je n’ai plus besoin de vous présenter notre technicienne, Pénéloppe Garcia…si vous avez besoin d’elle pour des recherches ou autres, ses outils vous seront précieux…elle sera un atout essentiel dans notre collaboration et, Marshall Hanson, si vous n’y voyez pas d’inconvénients bien sûr, mais je suis certain que non, j’aimerais qu’elle puisse commencer à informatiser quelques données essentielles des dossiers des victimes afin que nous pussions faire des recoupements ensuite entre les différents points communs… »

Garcia attendit qu’il termine sa présentation et approcha au centre de la salle.

« Mes outils sont là pour vous…je suis le génie informatique, la mélomane des informations cryptées, celle par qui vous pourrez tout demander, dans la limite de la décence bien sur… mes touches de clavier feront toutes vos volontés…mais je peux aussi faire des massages si vous avez besoin lorsque vous reviendrez du terrain exténués…
mes doigts sont polyvalents bien sur…»

« Garcia ! »

« Oui, monsieur, excusez moi… »

Elle rougit légèrement mais ne put s’empêcher de recommencer son petit spectacle.

« vous aurez des tarifs préférentiels…»

« Garciiiaaaa ! »

Elle sourit amusée d’avoir de nouveau faire grincer des dents son patron adoré et passa serrer la main à tous, évitant cependant de trop s’attarder près du Marshall. Elle ne se gêna pas cependant pour garder la main chaude de ce si bel agent latin un peu plus longtemps.

« Demandez moi ce que vous voulez du moment que ce soit sur mes bébés…enfin, on se comprend , pas nous deux sur mes bébés, non, je voulais dire… »

« GARCIA ! »

Danny explosa de rire devant la fuite en avant de la jeune femme une fois que son maître ait aboyé de nouveau. Il se pencha alors vers Vivian puis lui murmura à l’oreille.

« Vivi, hors de question que ce gars me parle comme cela…je suis pas son jouet moi… »

« Danny…s’il te plait… »

Garcia qui, quand à elle, était repartit vers ses collègues se pencha un peu vers J.J.

« Je prend le brun pour cette nuit, je te laisse le second… »

J.J. pouffa de rire mais lorsque « the boss » prononça son nom elle se ressaisit
immédiatement, comme toute professionnelle qu’elle était.

« L’agent Jennifer Jarreau… »

Le Marshal soupira. Des femmes, on aura tout vu , voilà que maintenant il allait devoir cohabiter avec des femelles tout juste sorties du nid…

« J.J. si vous préférez, je suis en quelque sorte l’agent de liaison de l’équipe et je vais essaye de faire cohabiter tout ce monde ensemble. Sinon je vais prendre en charge les médias et tout ce qui va toucher aux relations publiques. Pour le moment, la presse n’a pas encore été alertée. Nous devons essayer de garder cela le plus secret possible, pour ne pas déclencher de panique chez les habitants. Il faudra cependant essayer de les mettre en garde, notamment peut être que l’équipe du Marshall pourrait effectuer des surveillances plus tardives dans les rues pavillonnaires , les fermes alentours, enfin établir en quelque sorte un périmètre de sécurité. »

« vous pensez peut être que nous n’avons pas déjà tout mis en place… »

« Non je n’en doute pas une seconde… »

Aaron fronça les sourcils. Sa patience avait des limites et la manière dont cet homme s’adressait à son équipe et notamment aux agents féminins ne lui plaisaient guère. Il aurait une discussion sérieuse avec lui à ce sujet, ne supportant que l’on puisse ainsi mettre en doute l’expérience et les capacités de ses collègues. J.J. égale à elle-même ne polémiqua pas sur cette dernière remarque et continua tranquillement tout en s’adressant à l’équipe nouvellement venue.

« Si vous rencontrez de problèmes administratifs ou des problèmes de communication avec tel ou tel institution dont vous pourriez avoir besoin, faites appel à moi. Je vais travailler souvent ici avec notre technicienne. N’hésitez pas à venir nous voir, on se sentira bien moins seule parmi tous ces hommes… »

Elle sourit légèrement puis stoppa.

« Voilà.. »

Danny s’approcha et lui tendit une main des plus enviant et caressante.

« Enchanté de vous connaître…je pense qu’on pourra pas laisser de tels anges trop longtemps seuls…»

Martin soupira, Morgan leva les yeux au ciel, dépité. Encore un qui se la jouait à la casanova et le pire c’est que son petit manège semblait faire effet, vu les regards brillants que lui donnaient sans pudeur les deux jeunes femmes…

Danny quand à lui était ravi ! Non, il allait finalement réellement se plaire ici, réellement …
L’agent Hotchner reprit le cours des choses

« Et puis laissez moi vous présenter notre dernière recrue, l’agent… »

Hotchner cherche un petit moment la dernière de ses collègues . Elle était collée contre le mur derrière rossi et n’avait pas bougé depuis le début. Son visage semblait défait et le sourire qu’elle abhorrait habituellement assez facilement semblait totalement délaissé au profit d’un visage conscrit et ennuyé.

Il fronça les sourcils se demandant si elle allait bien puis lui fit signe d’avancer dans la pièce.

« Emily, l’agent Prentiss Emily… »

Elle savait que le choc allait être rude mais se décida à avançer doucement.

6 ans qu’ils ne s’étaient pas revus tous les deux, elle avait tout fait pour qu’il l’oublie…pas une lettre de sa part, pas d’excuses réellement valables au comportement qu’elle avait eu avec lui.

Elle savait qu’elle l’avait brisé, en le fuyant comme elle le faisait souvent quand les choses se compliquaient avec les hommes. Enfin lui non, rien ne lui avait semblé compliqué, il avait déjà tout établi, il était heureux avec elle. Il avait tellement cru à eux deux…Elle avait fait un choix et l’avait quitté. Et pourtant leur histoire avait été beaucoup plus loin qu’une simple amourette…

Elle déglutit péniblement et tendit une main timide vers Vivian puis vers Danny. Celui-ci écarquilla les yeux.

« Franchement , Vivian, fais moi penser à remercier Jack, tout compte fait »

Cette fille était splendide. Certes elle laissait paraître sur elle un sentiment de froideur qui pouvait faire reculer l’envie de la connaître mieux. Mais ses longs cheveux bruns, cette petite tenue qui taillait parfaitement ses hanches…Emily, il n’oublierait pas son prénom de si tôt.

« Et bien , comme vous l’avez certainement entendu, je suis danny… »

« Enchanté , Danny… »

Aaron n’avait jamais vu Emily aussi peu amène à faire connaissance et s’en étonna. Elle semblait tellement perturbée qu’il en ressentit un léger pincement au cœur. Il essaya néanmoins d’éviter le pourquoi de cette sensation qui venait de lui serrer le ventre. Il focalisa rapidement son attention sur son téléphone portable…Haley n’avait toujours pas répondu à son message…

Emily toussota péniblement, sachant désormais qu’elle ne pouvait plus reculer l’échéance puis se tourna enfin vers Martin Fiztgerald. Elle n’osa pas affronter son regard. Elle savait qu’il devait avoir le regard brillant, elle le connaissait que trop bien ce regard rempli de pourquoi…elle n’avait pas de réponses à lui donner et pensait réellement ne jamais avoir à lui en donner. Et voilà qu’aujourd’hui, il était là après toutes ces années. Elle se rendit compte qu’il n’avait pas changé, son regard bleu profond toujours aussi doux…Elle tendit sa main pour le saluer et resta stupéfaite.

Sans une once de douceur dans la voix, sans ne serait ce que lui toucher le bout des doigts, il la salua froidement.

« Bonjour, Emily…ca faisait longtemps… »

Un silence lourd de sous entendu résonna presque dans la salle. Morgan grimaça, tandis que Garcia et Reid ouvraient de grands yeux étonnés.

Mais celui qui resta le plus totalement abasourdi fut Danny. La bouche mi ouverte, il fixait son ami sans un mot, le regard remplis de questionnements. Martin en le regarda même pas sachant ,oh que top bien, que dès qu’ils seraient seuls tous les deux, il aurait malheureusement le droit à un interrogatoire en bonne et due forme

Martin fit signe à Aaron Hotchner qu’il pouvait continuer tandis qu’il repartait s’appuyer calmement contre le mur.

Aaronn mit quelques secondes à réagir, se posant certainement autant de questions que les personnes qui l’entouraient puis reprit rapidement.

« don, euh ….oui…à ma gauche, l’agent Rossi, qui est un peu mon bras droit. En cas d’absence de ma part , je vous demanderai de vous en référer à lui »

Rossi salua rapidement tout le monde.

« enchanté, je pense que ca va être une expérience enrichissante que de pouvoir confronter nos méthodes de travail et espérer que tout cela nous aidera à aboutir rapidement à l’arrestation de notre sujet… »

Le Marshall lui tendit la main.

« Dans quelle armée vous avez servie ? »

« 5ème régiment d’infanterie, au vietnam mais je pense que vous étiez un peu plus jeune que moi… »

Morgan sourit.

« vous savez que l’agent Rossi va fêter ses 61 ans dans deux jours… »

Tous rigolèrent en voyant Morgan imité un homme vieillissant appuyé sur une canne. Rossi lui donna un coup de poing dans l’épaule suffisamment fort pour faire taire cette mauvaise langue.

« Mais il a encore de quoi nous étonner… »

Emily fut rassurée. Cette diversion lui permet de se faire oublier quelques minutes et elle repartit rapidement vers ses deux amies.

« Je ne veux aucune question, mesdames… »

« Mince alors, même contre un de mes gadgets… »

« Garcia, si tu tentes de savoir quoi que ce soit au sujet de ce que tu viens de voir, je t’arrache tous les câbles de tes bébés… »
«
« Oh mon dieu, tu n’oserais pas… » »

« ne me tentes pas… »

J.J. ne fit aucune allusion mais son regard trahissait bien son envie de tout avoir. Elles allaient la cuisiner, ah ca non, Emily n’y échapperait pas. La voix d’Hotchner les détourna de tout autre commentaire.

« Je vous présente Morgan Derek, notre expert en profilage. »

« cool… »fut sa seule présentation.

Garcia, comme toujours à la mention de son chevalier servant, eut des yeux pendus à ses muscles et murmura à Reid qui se tenait non loin d’elle.

« il aurait peut être du mentionner Expert en cassage de porte et qu’il dansait aussi comme un chat… … tu penses que je dois le faire»

« Je pense qu’il vaut mieux ne rien prononcer de plus…et puis ca ne danse pas un chat…certes , c’est très agile mais… »

« Reid, ne me casse pas le mythe… »

Il la regarda comme s’il ne comprenait pas puis reposa ses yeux sur Morgan. Un chat…non vraiment il ne voyait pas ce qu’elle voulait dire par là…

« Bien, mon chou, tu sais que ca va être à toi de te présenter, et vas y hein, tu leur sors tout ton pedigree, épates moi les tous… »

« oui…bien sur »

Le ton était déjà bien moins assuré et il soupira un grand coup. Si il y avait une seule chose pour laquelle il pouvait détester Hotchner, c’était sa manière de le présenter toujours en dernier, comme pour annoncer un énorme final…non vraiment il le détestait pour cela…

« Bébé, c’est à ton tour je crois… »

Reid se figea de terreur en se rendant compte que la plupart s’était tourné vers lui et que Hotchner l’avait appelé à ses côtés.

« Et pour terminer, l’agent spenc…docteur Spencer Reid, notre expert en …en à peu près tout d’ailleurs. »

Le Marshall qui avait fini par se taire le fixa longuement puis se tourna vers Hotchner.
« Docteur en quelle année ? parce qu’ici les stagiaires, on aime pas trop… »

« le docteur spencer Reid n’est pas un stagiaire, il fait partie intégrante de l’équipe et son savoir a de nombreuses fois permis de dénouer des logiques compliquées… »

Le Marshall le regarda encore pus suspicieusement.

« Et il sait faire quoi parce que excusez moi mais il n’a pas l’air plus âgé que mon gamin qui passe son bac alors quand je vois comment les ado de cet âge se comporte, j’ai un peu de mal à vous croire…t’es quoi au juste comme docteur ? »

Reid sentit son cœur s’emballer. Sans contexte cet homme le terrorisait avec son regard si inamical et sa voix étrangement grave mais ce que tout le monde qui l’entourait régulièrement commençait à savoir est que la terreur déclenchait parfois des résultats plus que surprenant chez leur jeune agent. Rossi sourit en voyant le jeune prodige ouvrir la bouche en fixant une ligne imaginaire dans la pièce. La machine était lancée

« Je suis ce que l’on peut appeler dans votre jargon un enfant prodige. J’ai obtenu mon bac à 12 ans et est intégré à 13 ans Yale où j’ai été diplômé de trois doctorats en chimie, physique et ingénierie…J’ai aussi des diplômes en psychologie et sociologie et je suis en train de préparer un diplôme en philosophie. Je suis capable de lire 20000 mots par minute et ai une mémoire édétique ce que l’on appelle couramment la mémoire absolue ou mémoire photographique. Mozart avait une mémoire de ce type à l'âge de 14 ans, il a eu le privilège d'écouter le Miserere de Gregorio Allegri qui était joué une fois par an à Pâques à la Chapelle Sixtine. Il a retranscrit de mémoire la partition en ne l'ayant entendue qu'une seule fois. Certain autiste aussi qui sont apparentés au syndrome d'Asperger, font preuve d'une mémoire extraordinaire. Les savants autistes sont rares, mais ils ont entre autres une mémoire spectaculaire. Un exemple notable est Kim Peek, qui peut se rappeler le contenu de 12 000 livres. … »

Spencer reid leva alors les yeux sur la salle. Tout le monde semblait totalement abasourdi parce qu’il racontait, enfin ce qu’ils essayaient de suivre au vue de la vitesse avec laquelle le jeune agent venait de débiter ses paroles, ce qui le terrorisa encore plus.

« Je pourrais ainsi vous citer des tas de personnalités qui auraient peut- être eu cette mémoire, gary gasparov, le joueur d’échec, claude monnet le peintre, ou…Lex luthor dans Superman… pour ma part j’ai un QI de 187… »

Même Aaron resta bouche bée. Son jeune protégé parlait d’un seul trait, agitant ses doigts devant lui et marchant de droite à gauche dans la salle, quand Morgan l’attrapa doucement par le bras.

« oh là tu comptes nous faire un 1000 mètres seconde …en fait ce que le gamin essaye de nous dire, c’est que nous avons un génie parmi nous, pas vrai… »

« Oui c’est exact… »

Le Marshall fut le premier à réagir.

« Et tu sais te battre comme un homme, petit ? »

Aaron soupira.

« Bon merci Reid, de tous ces renseignements très utiles… »

Il se tourna vers l’équipe du FBI qui était resté sans voix aussi quand le sourire moqueur de Danny apparut sur ses lèvres.

« rassurez moi, c’est juste pour nous impressionner ? »

Garcia arriva juste devant lui.

« Non, il est…enfin c’est spencer reid quoi ! »

« Wahou, bon ben, spency, enchanté de te connaître, tu pourras m’être utile pour mes rapports en retard je suis certain… »

Vivian sourit légèrement. Elle n’avait pas lâché des yeux ce grand garçon qui semblait tellement perturbé de devoir se mettre ainsi à nu devant eux que son cœur de mère avait pris le dessus sur son professionnalisme. Elle s’approcha doucement de lui et lui tendit sa main.

« moi je suis vivian, je pense que tu vas nous aider beaucoup dans la lecture de ce tas de dossiers… »

« Oui Madame »

« Oui, Vivian, je préfère Vivian… »

« Bien sur Madame… »

Spencer lui prit délicatement la main en la saluant timidement du regard. Il se sentit immédiatement submergé par un sentiment qu’il ne connaissait pas très bien, cette sensation que rien ne peut vous arriver quand un regard si bienveillant se pose sur vous. La seule personne au monde qui lui avait donné un tel instant de tendresse était sa mère, quand elle était lucide…

Aaron mit fin à et isntant magique en lançant immédiatement ses ordres.

« Bon, maintenant que tout le monde se connait…Reid, Rossi, Taylor et moi-même allons à la morgue. Morgan, Fitzgerald, Prentiss accompagnez le marshall sur les lieux ont été découverts les corps, trouvez moi quelque chose…un indice quelque chose qui va nous ouvrir une première piste. On se rejoint dans deux heures »

« Vivian j’aimerai que vous travaillez avec J.J. et Garcia sur les dossiers à informatiser, préparer les listings de victimes éventuelles et quand nous aurons tous cela bous essayerons de recouper nos informations pour établit la victimologie. »

Tout le monde s’exécuta.

« J.J., j’aimerais que tu nous trouves un gîte ou une maison d’hôtes où nous puissions passer la nuit tous ensemble. J’aimerai avoir un endroit de repli un peu plus personnel pour nos débriefings… »

« Pour 10 personnes, je demande le petit déjeuner, déjeuner et dîner inclus je suppose… »

Hotchner lui sourit avec amusement. Il savait que dans l’heure qui suivrait, elle leur aurait trouvé quelque part où loger car il avait le mauvais pressentiment que cette histoire ne se résoudrait pas en un jour.
Revenir en haut Aller en bas
aillysienne
Agent Fédéral


Féminin Nombre de messages : 100
Date de naissance : 25/09/1985
Age : 32
Personnage préféré : tous!!
Date d'inscription : 07/08/2009

MessageSujet: Re: L'antre du diable   Jeu 1 Oct 2009 - 19:43

cool enfin la réponse à ma question quoique!!! super ta suite!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'antre du diable   Jeu 1 Oct 2009 - 20:18

top_1 top_1 top_1 top_1 top_1 top_1 top_1 top_1
Revenir en haut Aller en bas
musette03
Agent rattaché au BAU
avatar

Féminin Nombre de messages : 317
Date de naissance : 30/06/1994
Age : 23
Localisation : Sous un Arbre...
Personnage préféré : Aaron Hotchner & Spencer Reid
Loisirs : regarder CM :P
Date d'inscription : 05/07/2009

MessageSujet: Re: L'antre du diable   Ven 2 Oct 2009 - 0:44

superbe fic' ^^ super chapitre top_1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PowLeen
Agent Fédéral


Féminin Nombre de messages : 105
Date de naissance : 17/10/1991
Age : 26
Localisation : Clermont-Ferrand pour la semaine
Personnage préféré : Spencer reid :)
Loisirs : regarder Esprits Criminels, regarder Esprits Criminels & aussi... regarder Esprits Criminels ^^
Date d'inscription : 11/10/2009

MessageSujet: Re: L'antre du diable   Dim 11 Oct 2009 - 23:05

Ta fic est vraiment super!!! applaud applaud applaud
J'ai qu'une seule chose à dire... LA SUITE!!!! nut


Dernière édition par PowLeen le Sam 17 Oct 2009 - 19:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andy
Schizophrène
avatar

Féminin Nombre de messages : 6530
Date de naissance : 10/05/1985
Age : 32
Localisation : Avec Morgan , Hotch & Preston :)
Personnage préféré : Aaron Hotchner ,Derek Morgan &Penelope Garcia
Loisirs : La MorGarcianologie :)
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Re: L'antre du diable   Lun 12 Oct 2009 - 22:14

J'aime beaucoup

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'antre du diable   Jeu 29 Oct 2009 - 11:37

coucou les filles comme j'ai beaucoup de retard dans mes post ici pour ma fic
je vous met le lien où vous pouvez lire les 18 autres chaputres suivants !! oui je sais j'ai oublié de poster ici langue langue langue langue langue non en fait c'est qu'il y a des passages un peu dur et que comme il y a des mineurs je ne voulais pas choquer

voilà le lien

http://www.fanfiction.net/s/5354530/1/Dans_lantre_du_diable
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'antre du diable   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'antre du diable
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» L'antre du diable
» L'antre du diable %)
» L'antre de Michel13
» La prise des ruines du marais de Marienburg
» La maison du diable

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Esprits Criminels ConceptForum - Le forum n°1 sur la série! :: Les créations des fans :: Fanfictions :: Fanfics en cours-
Sauter vers: